Aller au contenu
CIVILMANIA

TOP membres


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 04/20/18 in all areas

  1. 2 points
    Bonjour à tous Le présent sujet sera consacré au matériau « Béton ». Le matériau mystérieux de l’Ingénieur pour lequel nous pouvons dire après un siècle de recherches et développement : « Tout marche, mais on ne sait pas encore pourquoi ? » C’est le matériau le plus utilisé en génie civil, mais le plus compliqué au monde. Les caractéristiques rhéologiques (mécaniques, chimiques et physiques) de ce matériau entrent en interactions et compliquent d’avantage sa maitrise scientifique et technique proprement dit. Jusqu'à présent, les recherches scientifiques et techniques se poursuivent pour comprendre le comportement rhéologique dans le temps et son évolution pour ce matériau. Les résultats des dernières recherches effectuées jusqu'à présent (à mon niveau de connaissance) par Mr F.DE LARRARD via son ouvrage intitulé « Structures granulaires et formulation des bétons » et qui ont pris 10ans de recherche par l’auteur sont encourageants, mais encore le chemin de recherche est encore long … Pour cela, nous consacreront ce volet de discutions et débats avec nos experts sur ce site pour échange des idées, points de vue, remarques, suggestions, critiques scientifiques, etc … pour essayer de comprendre et de confronter nos connaissances sur ce point. Nous commencerons donc pour déclencher ce débat en revenant à 1929 l’époque pour laquelle Mr Bolomey a proposé sa formule liant la résistance moyenne du béton à la compression simple en fonction du rapport Eau/Ciment suivante : fcm = KB(C/E – 0.5) formule très connue par la communauté des Ingénieurs Il y a d’autres formules évidement comme celle de Feret mais la plus populaire et facile à utiliser pratique est celle de Bolomey. Que pensez-vous de la formule précitée ? A SUIVRE …
  2. 2 points
    Bonjour Au travers ce sujet nous je vais exposer dans la mesure du possible et dans la cadre d'une formation continue pour nos élèves Ingénieurs la méthode de Guyon et Massonnet pour le calcul et le dimensionnement des Ponts Dalle. Bonne lecture
  3. 2 points
    Bonjour, Exemple de calcul d'un potelet selon l'ec3.pdf Veuillez trouver ci-joint un exemple de calcul des potelets selon l'Eurocode 3 Bonne lecture.
  4. 2 points

    Version 1.0.0

    118 téléchargements

    logiciel utiles
  5. 2 points
    Mon cher Peter Peu à peu tu va devenir un expert spécialiste en murs de soutènement. Mais attention ! le HISBOLLAH spécialiste des tunnels va te recruter !!!! je rigole Bonne journée
  6. 2 points
    Modélisation d'un bâtiment sur Robot ?une série de formations gratuites sera présentée par M-Builder:Voici la partie 1. N'hésitez pas de poser vos questions sur Youtube et sur ce groupe. Notre équipe prendra le temps nécessaire pour répondre à toutes vos questions.
  7. 2 points
    Bonjour, Ci-joint un exemple de calcul d'une panne de toiture et d'une lisse de bardage (extrait de mon ouvrage, calcul des éléments de constructions métalliques selon l'Eurocode 3). Bonne lecture, Pr. DAHMANI Série 3 (Pannes et Lisses).pdf Solution de la série de TD N°3.pdf
  8. 2 points
    Rebonjour Un autre point d’arrêt sur le calcul non linéaire : 9) Quant on dit que le comportement d'une structure ou d'un élément de structure est non linéaire : C'est la non linéarité de quoi ? DES DÉFORMATIONS !!!!!!!! Les efforts peuvent être linéaires sans pour autant que les déformations seront forcément linéaires. L'inverse est faux. Cdt
  9. 2 points
    8) Si les déformations sont importantes et on veut tjrs garder la linéarité du comportement de cette structure : il faut penser à rigidifié le noyau (la colonne vertébrale si vous voulez) de la structure et d'autres éléments si nécessaire pour réduire les déformations !!! d'où l'usage de la charpente métallique (structure mixte) !!! Amicalement
  10. 2 points

    Version 1.0.0

    485 téléchargements

    Bonjour, Ci-joint un support de cours bien détaillé sur Robot avec un exemple d'application. Bonne lecture, Pr. Dahmani
  11. 2 points
  12. 2 points

    Version 1.0.0

    122 téléchargements

    C'est une présentation concernant le diagnostique des ouvrages. ça fait partie du cours que j'enseigne aux élèves ingénieurs.
  13. 2 points
    bonjour, ce sujet est pertinent puisque beaucoup des techniciens,concepteurs ont du mal  à le résoudre, partant de concept scientifique on peut proceder comme suit: il faudra partir de la formule de BOUSSINESQ,c'est à dire la pression p de  l'expression de BOUSSINESQ de la répartition des contraintes à l'intérieur du sol,donc cette contrainte p doit etre inférieure ou égale  la contrainte  admissible de ton sol. soit formule de BOUSINESQ  p=(3xQx cos ^5 alpha)/2xpixZ² alors alpha vaut 30 à 45° selon les auteurs generalement on prend alpha=45°, Z équivaut à l'epaisseur de ton gros béton donc p doit etre inférieure ou  tu égale p à la contrainte admissible de ton sol ,en première approsimation on peut prendre p égale à la contrainte admissible de ton sol par exemple 1,5Kg/cm², Q= éffort total sur la semelle;,et avec cette formule tu calcule le Z(épaisseur de ton gros béton) de telle sorte que p reste inférieure à ta contrainte admissible. sachant que la largeur du gros béton  A sera égale à la largeur de ta semelle isolée(L)+2h ,car la repartition 45°   Autres formules simple mais qui aboutisse approximativement au  meme valeur de h calculé avec la formule de BOUSSINESQ: soit L= largeur de la semelle isolée qui doit prendre assise sur le gros béton cad que L est dimensionnée sur base de la contrainte admissible du gros béton p cad (N/LxL) inférieure à p avec p=contrainte admissible du gros béton assimilé au béton maigre cad 10Kg/cm². soit  S= contrainte admissible du sol. soit h= épaisseur du gros béton. on a (S/p)=(L/L+2h) ici dans cette expression tu pourra calculer h,car S est connue cad contrainte admissible de ton sol par exemple 1,5Kg/cm²; p=contrainte admissible du gros béton cad 10Kg/cm²;L=largeur de la semelle isolée calculée en prenant la contrainte admissible du gros béton car cette semmelle isolée aura comme assise le gros béton et tu calcule l'épaisseur h de ton gros béton.   toujours la largeur du gros béton vaudra A=L+2h.   et dans les deux cas après avoir determiné les dimensions de ton gros béton n'oublie pas de disposer un minimum de 4 barres sur ton gros béton qui seront assemblée aux armatures de ta semelle isolée ,car il ya parfois des pétites éfforts de traction sur le gros béton et en plus il fuadra vérifié la stabilité au soulèvement du gros béton
  14. 1 point
    Bonjour a tous. Dans la plupart des livres qui concernent le calcul du ferraillage des élements en BA, nous trouvons le calcul que pour des sections basiques (rectangulaire, T...). Connaitriez vous une méthode qui permet de calculer le ferraillage d'une section quelconque sollicité en flexion simple ou composée? Merci d'avance.
  15. 1 point
  16. 1 point
    Voici la deuxième partie, Je vous souhaite une bonne lecture N'hésitez pas de vous abonner et inviter vos amis
  17. 1 point
  18. 1 point
    Bonjour, déposer votre modèle pour qu'on puisse le vérifier , si non c'est le diagramme sous la combinaison G+FN-X+0.3Y, que signifie cette combinaison?
  19. 1 point
    Bonjour, Il est vrai que ton diagramme est un peu bizarre.Il nous faudra voir les conditions d'appuis et les charges pour nous prononcer. Cdt.
  20. 1 point
    Bonjour, Ci-joint un extrait de l'EC3 ANF qui t'aidera a mieux appréhender la chose. Cdt.
  21. 1 point
  22. 1 point
    merciiiiiiiiiiiiiiiiii. c'est très gentil de votre part
  23. 1 point

    Version 1.0.0

    207 téléchargements

    j'espère que ça sera utile pour vous.
  24. 1 point
    il ya aucune reglémentation qui limite le porte à faux,mais il faudra savoir que l'ingénieur doit respecter les aspects suivant pour un projet: -L'économie -La stabilité,la securité -La durabilité -Le confort et l'esthetique Alors on ne limite pas le longuer de console mais plutot on fait la balance entre ces differents notions énuméré cad certaines longuers il ya des dispositions constructives à prendre .mais aussi on pourra parlé à mon avis des longueurs économique des consoles, car en une certaine longueurs l'ouvrage risque peut etre dedevenir cher suite à des dispositions constructives ou methodes d'éxécution spéciale afin de realisé ces genres des porte à faux.
  25. 1 point
    ?????? ????? L’utilisation de la méthode modale spectrale permet d’avoir les valeurs max de la réponse (déplacement, pseudo vitesse ou pseudo accélération) pour chaque mode. Pour trouver la réponse totale on doit faire la superposition de toutes les réponses trouvées pour chaque mode. Donc normalement on doit utiliser la combinaison suivante : E=somme Ei ou E représente la réponse totale et Ei représente la valeur absolu de la réponse max du mode i. Le problème qui se pose c’est que les réponses max ne se produisent pas tous au même instant (puisque la pulsation propre diffère d’un mode à un autre ce qui va engendrer surement un déphasage entre les réponses de chaque mode) alors que la sommation des valeurs absolus des réponses supposent que tous les maxima auront lieu au même temps (solution trop conservative et qui donne une surestimation importante de la réponse total). Donc on préfère l’utilisation de la combinaison SRSS (racine carré de la somme des carrés) qui est plus rationnelle que la première. Mais la aussi il y à un problème qui se présente. Lorsque deux modes ont des pulsations très proches, il y a une grande probabilité que leurs réponses maxima se produisent au même instant et dans ce cas on doit prendre la réponse totale du premier plus la réponse totale du deuxième et non pas la combinaison SRSS qui va -pour ce cas- sou estimer la réponse totale. Pour remédier à ce problème le RPA 99 nous propose la solution suivante (article 4.3.5) : 1- Lorsque tous les modes sont indépendants c'est-à-dire les pulsations propres de tous les modes sont suffisamment écartées (voir la condition de l’indépendance dans l’article 4.3.5.a équation 4-15) dans ce cas on utilise la combinaison SRSS. 2- Lorsqu’ ‘il existe des modes qui ne sont pas indépendants (par exemple mode 1 et mode 2 dont leur réponse sont E1 et E2) dans ce cas on utilise la combinaison suivante : Donc en prend la totalité de la première réponse plus la totalité de la deuxième plus le SRSS des autres. Maintenant il y à une autre méthode qui s’appelle CQC (combinaison quadratique complète). Pour cette méthode on a pas besoin de vérifier la condition d’indépendance pour chaque deux mode puisque la méthode elle-même nous permet de faire cette vérification en introduisant un coefficient nommé coefficient de corrélation (d’où l’intérêt de la méthode pour la modélisation en 3D en utilisant des logiciels de calcul). Pour cette méthode la réponse totale est sous la forme : avec Lorsque les pulsations propres sont écartées, la valeur du coefficient de corrélation est très petite et la combinaison CQC tend vers la combinaison SRSS. Alors que lorsque les pulsations propres sont très proches le coefficient de corrélation tend vers 1 et la combinaison CQC tend vers la somme des valeurs absolu de tous les réponses max (E = somme Ei). ? ????? ??? ???? ????
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×