Jump to content
CIVILMANIA

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 10/09/2019 in all areas

  1. 1 point
    Bonjour sans trop de philosophie , à 10% sa sera très difficile de maintenir les dalles alvéoles à leur place 1- il faux prévoir des connecteurs 2- le plancher ne peux pas participer dans les zones d'appuis sans ajout d'une poutre en béton en rive et appuis centraux Note: ton schéma RDM sera appuis simple sur les poutres en Acier les poutres en Aciers simplement chargées par les réactions d'appuis des dalles. Bon courage
  2. 1 point
    bonjour, Ok je voulais m'en assurer avant de donner un avis. a mon sens c'est un grand gâchis que d'utiliser ce genre de dalles en couverture. ces dalles constituent en fait de véritables planchers de grande portée. selon leur hauteur elles peuvent supporte des charges d'exploitation relativement importantes. Or dans notre cas c'est une simple couverture avec donc uniquement une charge climatique et une charge d'entretien. un autre point qui milite contre leur utilisation c'est leur poids.ce poids est une charge supplémentaire sur la structure et aboutit à un sur-dimensionnement de tous les éléments de la charpente. une autre raison serait le fait que, s'agissant d'un plancher en béton une étanchéité est indispensable et elle a un coût. au vu de tout ça il me semble qu'il serait préférable d'utiliser une couverture plus conventionnelle et adopter, selon l'usage du local, une couverture en tôle ou en panneaux sandwich. OuAllahou A3lam A+
  3. 1 point
    pour connaitre la disposition constructive d'une poutre continue et les dalles rectangulaire , il suffit de telecharger le livre de béton (bael,eurocode) ,et dans ces livres tu trouvera la réponse a ta question
  4. 1 point
    La seule norme pour nous en Tunisie pour déterminer la largeur d'un regard c'est sa profondeur à par les dimensions des conduites entrants et sortants. Question d'entretien et d’accessibilité. Nous par exemple pour une profondeur <1.5m un D90 suffira. A delà on passe à un diamètre sup pour permettre aux gens d’entretien d'y accéder. y'a pas a mon avis ou un DTU spécial pour ça. C'est les sociétés d'assainissement pour chaque pays qui imposent des recommandations spécifiques à elles.
  5. 1 point
    bonjour, a moi avis il n'y a aucune note de calcul à fournir.les regards peuvent jouer plusieurs rôles. ( de visite, de branchement etc.). je suppose que les dimensions adoptées par les hydrauliciens découlent de l’expérience et de l'usage.leur section étant supérieure à celle des conduites ils assureront certainement le transit) donc en dehors du coté financier le problème ne se pose pas. ce n'est que mon avis. ouAllou A3lam A+
  6. 1 point
    Bonjour, La modélisation des portiques poteaux-poutres un sujet flou et qui pose beaucoup d'interrogations. J'ai effectué deux modèles Cas 1 : Modélisation par défaut des encastrements entre les poutres et les poteaux. Cas 2 : Modélisation avec application des relâchements entre les poutres et les poteaux ( poutre continue, poteau articulé en tete) . Si on compare les sollicitations des deux cas : Les poutres sont moins sollicitées en cas 1 car les moments sont reprisent en partie par les poteaux par contre dans les cas 2 c’est le cas d’une poutre continue que on peut résoudre par le théorème des 3 mois et les moment sont plus élevés que le cas 1. Les poteaux en cas 1 sont sollicités en N et M (flexion composée) et en N seulement dans le cas 2. (Voir l'image jointe ) Conclusion : Si on modélise le cas 1 on considère des encastrement parfais entre poteaux et poutres mais en réalité est ce que l'encastrement de la poutre au poteaux est réalisés par des armatures ?. Par contre si on modélise le cas 2 les poteaux seront considérés articulé et ne reprennent aucun moment alors que en réalité le nœud poteau poutre n’est jamais parfaitement articulé ( sauf dispositifs spéciaux cas des appareils d’appuis des ponts ) donc il y’aura forcément des moment dans les poteaux . Personnellement le pense calculer les poutres avec le cas 2 qui est plus défavorables pour les poutres. Et je calcul les poteaux avec le cas 1 qui est plus défavorables pour les poteaux. Certes ce n’est pas la solution le plus économique pour un projet mais la solution est entres ces deux cas, il reste a trouver un moyen de la modéliser . Merci pour votre lecture, dans l’attente de vous lire. Cordialement.
  7. 1 point
    bonsoir, je pense que la meilleure solution (esthétique et économie) sera un placage en fausses pierres. dans l'industrie des matériaux de construction il y a une grande variété de ce genre de placage. OuAllahou A3lam A+
  8. 1 point
    C'est facile, regardez la fiche technique du fabriquant.
  9. 1 point
    bonjour, comme leur nom l'indique les raidisseurs ont pour rôle de raidir la platine c'est à dire la rendre indéformable. ces raidisseurs sont indispensables dans les pieds de poteaux encastrés (inon la platine devra avoir une épaisseur conséquente) OuAllahou A3lam A+
  10. 1 point
    Que voulez vous dire par n'est pas une option ? Si c'est pour une solution optimale c'est vrai qu'elle ne l'est pas comparée à la pierre du point de vue coût et mise en oeuvre mais si c'est l'esthétique qui prime ce qui est à décider par le maître d'ouvrage si il est prêt à y mettre le prix alors c'est une option comme les autres quelques exemples ci dessous WALLAAHOU A3LAM
  11. 1 point
    Pour l'appui des poutres BA sur le mur banché, il faut 20 cm d'appui, car les crosses prennent de la place sur appui. On aurait pu faire 15 cm d'appui pour le calcul. 10 cm c'est trop peu, ça ne laisse que peu de place pour loger la crosse sur appui. Les chanfreins c'est juste esthétique, aucun intérêt à part faire joli.
  12. 1 point
    bonsoir, certes, le labo a préconsé des fondations à 1 m de profondeur, mais en étant réaliste il y a lieu de constater que cela est limite limite. en fonction des moyens d'investigation qu'a utilisé le labo sa conclusion était une contrainte admissible à une certaine profondeur.donc même si la contrainte à 1 m est suffisante pour reprendre les contraintes déduites d'un radier général avec un immeuble de 35 m ce radier aura une épaisseur et une hauteur de nervures pour la rigidification et la bonne répartition des contraintes. un radier a couramment une épaisseur totale de l'ordre de 1.00 à 1.20 m voire plus et donc dans notre cas on se retrouve avec un niveau 0.00 directement posé sur les nervures du radier. a mon avis, et bien qu'on soit en zone non sismique, il faudrait fonder cet immeuble au moins à 1.20 - 1.50 m. je ne connais pas cette règle de h= H/15 ; si elle existe veuillez nous confirmer et nous donner les références. OuAllahou A3lam A+
  13. 1 point
    bonsoir, n'oublions pas le rôle principal des longrines qui est de solidariser tous les poteaux entre eux et empêcher tout déplacement des semelles. le RPA (Algérie) stipule qu'elles ont calculées sous un effort de traction égal à une fraction de l'effort normal maximum apporté par chaque poteau en fonction de la zone sismiques et du site ( variant de 15 à 8). OuAllahou A3lam A+
  14. 1 point
    Bonjour, Oui cela est possible dans l'onglet groupe ensuite tu choisi référence. Cdt
  15. 1 point
    bonjour envoi moi email je te donnera un logiciel de ma propre création qui fera des calcul assemblages bois (excel+vba) cordialement
  16. 1 point
    Bonjour; Pourquoi justifier la période ; tu n'est pas obligé de limité la période de la structure , cette limité de 1.3xT est pour la période a utilisé pour le choix de D ; tu peut par exemple lire le document de Mr rafik taleb qui explique bien cette justification ; les principales justification comme tu le sait c l'effort tranchant a la base , et le déplacement inter étage qui te donne la souplesse de ta structure .. et le reste des justification .
  17. 1 point
    Bonsoir Je pense qu'il s'agit des changements de plan de comparaison du dessin du profil en long. Pouvez vous poster une image?
  18. 1 point
    bonjour, personnellement je ne pense pas qu'un plancher en corps creux amène une économie substantielle. par ailleurs pourquoi s’obstiner à faire de trames de 12.00 m alors que des trames de 7-8 m pourraient très bien faire l’affaire. on y gagnerait en épaisseur de dalle ou de plancher, en taille de poteaux et en volume de fondations. OuAllahou A3lam A+
  19. 1 point
    bonsoir, Félicitations pour ton choix de faire de la maîtrise d'oeuvre. pour pouvoir avancer dans cette voie il faut être bien documenté, aussi bien sur la plan administratif que sur le plan technique. sur le plan administratif il faut que tu sois bien imprégné des notion de marchés- appel d'offres- choix de l'entreprise etc. pour cela il faut que tu sois en possession du code des marchés publics de ton pays ( mémé pour les marchés entre particuliers tu pourras t'en inspirer.) du CCAG (cahier des clauses administratives générales.) sur le plan technique tu devras te conformer aux divers DTU régissant les techniques de réalisations de tous les corps d'état que l'on peut rencontrer dans le bâtiment .pour la préparation des dossiers d'appel d'offres une maîtrise solide du métré est plus que souhaitable .Voici une petite partie des taches qui t’attendent documente toi, et lance toi. avec l'aide des aines tu arriveras certainement. bon courage et A+
  20. 1 point
    On a de l'effort tranchant dès qu'on a une charge qui arrive sur la poutre. Les barres bateaux sont à mettre uniquement lorsque la charge amenée sur la poutre se trouve en-dessous de la fibre neutre, c'est à dire en partie basse de la poutre, c'est le cas typique d'une poutre 20x50h qui s'appuie sur une poutre 20x60h. Les 2 poutres ont la même arase supérieure. Donc la charge de poutre 20x50h arrive en bas de la poutre 20x60h, donc il faut des barres bateaux. C'est vraiment le point à comprendre. Les barres bateaux ont le rôle exact de remonter "ponctuellement" la charge en partie haute de la poutre. Si la charge arrive au-dessus de la fibre neutre, alors pas de barres bateaux. c'est le cas d'un poteau qui s'appuie sur une poutre. Pour les barres bateaux, oui elles travaillent en traction puisqu'elles remontent la charge. Il y a 2 brins d'acier (les 2 côtés de la barre) qui partent de chaque côté d'où le 2 de la formule et l'angle car la barre bateau est inclinée sur les côtés.
  21. 1 point
    Parce que j'aime caresser les grains d'un sol cohérent ...j'idolâtre le fait de marcher les pieds nus sur un sol limoneux saturé...j'aime mettre la main dans un écoulement torrentiel d'eau froide...je prends plaisir quand je plie une armature haute adhérence....je savoure le fait de mélanger manuellement les constituants d'un béton sans adjuvant ...je deviens fou quand je monte sur la terrasse d'un bâtiment au lever du soleil...je m'apprécie quand je m’assieds dans l'ombre d'une structure vivante qui me murmure de l'affection... j'ai le coup de foudre quand les roues de la voiture frottent le joint dilaté d'un pont...j'en pince pour m'allonger sur le dos en plein milieu d'une route bitumée brûlante en été...j'adore grimper dans un arbre qui vibre dynamiquement quand le vent est en colère..j'aime écouter la symphonie retentissante quand les gouttes de pluie s'écrasement contre le métal ... je savoure me baigner dans un fleuve qui afflue hardiment vers un barrage.. Et mille autre raison.
  22. 1 point
    Mais dans ce cas quelle valeur de moment prenez vous pour le ferraillage des poutres sur appuis?
  23. 1 point
    Non non Mr ABDOH chez nous en Algérie on ne le fait comme ça c.interdit de plier l'armature ,même le 2eme cas la barre doit etre prolongée comme je l'ai fait et merci
  24. 1 point
    bonjour, elninhyo je te remercie pour le sujet que tu as posé j'avoue que tu as touché la le coeur de la modélisation des structures en BA sur les logiciels de calcul de structures. Je vais essayer d'initier le sujet en exposant mon point de vue et j'espère que tu feras de même: - Pour une structure contreventée par portiques : on ne relâche pas car par définition une portique est une ossature poteaux-poutres à noeuds rigides. d'ailleurs si on articule dans ce cas le logiciel déclare une instabilité ce qui est normal - pour un contreventement par voile : il y'a certains ingénieurs qui articule les poteaux et poutres de sorte que les portiques n'encaissent pas d'efforts sismiques. cette méthode me parait irréaliste car puisque la liaison poteau-poutre ne se comporte jamais une articulation parfaite. Personnellement je préfère ne pas relâcher non plus car de toute façon le portique n'encaisse qu'une petite partie de l'effort sismique et sera dimensionné en tenant compte de ces efforts. bien à vous 
  25. 1 point
    Salamalikom J'ajoute à cette série, qu'une poutre peut être calculée en flexion composée et ce, lors du calcul thermique. Il y l'effort horizontal du à la dilatation (induite par la température) et les charges verticales dues a G et Q.
  26. 1 point
    salut I-Détails Constructifs métalliques, de béton et mixtes 1-Planchers mixtes http://detailsconstructifs.cype.fr/EAM.html 2-Stucture métallique http://detailsconstructifs.cype.fr/EAG.html 3- Structure métallique. Profondeur de pénétration dans Fondation http://detailsconstructifs.cype.fr/EAC.html 4-Dalles de Fondation http://detailsconstructifs.cype.fr/CSL.html 5-Semelles de fondation http://detailsconstructifs.cype.fr/CSZ.html 6-Murs de Contention http://detailsconstructifs.cype.fr/CCM.html 7-Ecrans http://detailsconstructifs.cype.fr/CCP.html 8-Planchers Réticulés http://detailsconstructifs.cype.fr/EHR.html 9-Planchers Unidirectionnels http://detailsconstructifs.cype.fr/EHU.html 10-Planchers Dalles http://detailsconstructifs.cype.fr/EHL.html 11-Escaliers http://detailsconstructifs.cype.fr/EHZ.html 12-Rampes http://detailsconstructifs.cype.fr/EHI.html 13-Détails Spéciaux. Poteaux. Poutres maîtresses http://detailsconstructifs.cype.fr/EDX.html II-Détails constructifs de planchers inclinés 1-Planchers Inclinés. Planchers Dalles http://detailsconstructifs.cype.fr/FIL.html 2-Planchers Inclinés. Réticulés http://detailsconstructifs.cype.fr/FIR.html 3-Planchers Inclinés. Unidirectionnels http://detailsconstructifs.cype.fr/FIU.html 4-Planchers Inclinés. Détails Spéciaux. Poteaux. Poutres maîtresses http://detailsconstructifs.cype.fr/FIX.html :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
  27. 1 point
    bonsoir, je site deux cas pour le problème exposé par janyour, le premier c'est dans le cas ou le sous sol est cintré par le voile en béton armé solidaire (périphérique) et évidemment enterré et entouré de remblai (c'est ça ce qu'on appel un sous sol) dans ce cas les déplacements de l'infrastructure sont nul (infrastructure infiniment rigide =boite rigide) donc le niveau de base sera considéré celui de niveau 0.00 de rdc, et que vous venez de cité ci haut est valide le deuxième, en cas de présence de grandes ouvertures dans les voiles de sous sol, les entre sols, voiles périphériques non solidaires, voiles plaqués, murs de soutènement ,... dans ce second cas il faut procéder aux calculs en prenant les sous sols comme des niveaux de la superstructure.
  28. 1 point
    merci hippone est ce que tu peut me fournire des donnéés sur cette la servitude règlementaire
  29. 1 point
    Bonsoir! pour construire près d'un oued, il faut contacter les services d'hydrolique ou l'urbanisme de la mairie, voir les delimitations de la zone de servitude. pareil à une route ou ligne electrique. en zone urbaine, on peut aussi trouver autre délimitation determinée après une étude de sol ou de risques la ville.
  30. 1 point
    IL faut déterminer le cercle de glissement en utilisant les paramètres géotechniques fournis dans le rapport de sol, à savoir angle de frottement, cohésion, et le poids volumique du sol.il vaut mieux utiliser un logiciel de calcul de stabilité des talus.bonne chance
  31. 1 point
    salem alikoum, je ne sais pas qu'est ce qui se passe dans la tête de l'ingénieur algérien pour parler de double longrines, c'est un vocabulaire qui est faux et archi faux, un système de longrine est unique, c'est un réseau de chaînage faisant partie de l'infrastructure et qui tant à s'opposer au déplacement horizontaux relatif des points d'appuis des fondations, par conséquent ces chaînage travaillent essentiellement à la traction, maintenant si ces élément sont situés à moins de 1.20 par rapport à ces points d'appuis, nous pouvons considerer que ces efforts de traction tout en négligeant les autres efforts (qui de surcroit sont négligables en terme de valeur), dans le cas contraire, il y a interaction par effet de bras de levier et des moments parasitaires viennent perturber notre théorie, pour se faire les efforts de traction seront repris à l'origine c'est à dire au niveau de base des fondations par le biais de LONGRINES qui seront mis en place à ce niveau, les autres ""longrines"" (du RDC )ne sont plus des longrines se sont des chaînage du dallage ou des poutres selon les cas, et parfois ils peuvent être suprimés maintenant si on veut comprendre l'article 10 1 1 du RPA il me semble plus correcte de lire l'ensemble des articles liés aux fondations c a d le chapitre X en entier et là on comprendra mieux la notion de poteaux courts, celle du voile périphèrique dont l'exigence en zone III est masquée ect.... Conseil : faites des commentaires à côté des articles ambigus du RPA, ils deviendront plus claires et mieux compris par tous un chaqun :contrac:
  32. -1 points
    J'ai essayé de te guider pour mieux nous expliquer ta conception afin de t'aider. Ca se voit que tu n'est pas sérieux. dans ton profil tu es un ingénieur avec expérience "confirmé", alors montre tes talons. A 7 ans d'expérience on ne demande pas comment dimensionner un MS renversé.
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...