Aller au contenu

La Communauté Scientifique & Technique de la Construction

Connectez-vous or Inscrivez-vous

+80.000 professionnels du BTP qui échangent tous les jours sur les différentes thématiques de la construction, emploi, formation, projets d'études, ingénierie, réglementation, calculs, logiciels, structures, ouvrages d'art, génie civil et travaux !

  • Issamania
    Issamania

    Méthodes de réparations

    Durant la vie d’une structure il est parfois nécessaire de renforcer ou conforter les éléments porteur ; ci-joints quelque méthodes de réparation.

     

    1.     Les méthodes de réparation :

    a)    Chemisage :

    Les chemisages en béton armé sont appliqués sur le périmètre des poteaux et des murs, qui est le cas idéal, ou parfois d'un ou plusieurs côtés selon les besoins suivants :

    • Augmentation de la portance,
    •  Augmentation de la résistance en flexion et/ou au cisaillement,
    • Augmentation de la capacité de déformation,
    • Amélioration de la résistance des jonctions par recouvrement défaillantes.

     

    B)    Renforcement par profilés métalliques

     Le chemisage en acier est généralement l’association des profilés métallique au béton, l’assemblage peut se faire à l’aide des tiges d’encrage ou à l’aide des liants époxydiques.

    c)    Gunitage :

    C’est un procédé consistant à projeter du mortier hydraulique à l’aide d’un compresseur, la projection confère un meilleur calfeutrement et une densité élevée.

    Le gunitage peut être réalisé par voie sèche ou humide :

    Gunitage par voie humide : le mortier est préalablement additionné à l’eau est acheminé lentement dans un tuyau, avec cette méthode on peut maîtriser le rapport E/C.

    Gunitage par voie sèche : le mortier est livré au chantier sec, l’eau est incorporé juste avant la projection, vu que le rapport E/C obtenu après gâchage est peu élevé ce mortier convient au surfaces verticales.

    d)    Injection :

    La technique consiste à injecter dans la fissure une résine ce qui préviens contre les infiltrations d’agents agressifs susceptibles de corroder les armatures ; le choix de produit à injecter est en fonction de l’ouverture de la fissure.

     

    e)    Renforcement par FRP :

    La technologie du renforcement par les fibres est l’une des technologies les plus efficaces d’accroissement de la résistance des poteaux.

    Les composites de fibres possèdent habituellement un ratio résistance - poids plus élevé que celui des matériaux de construction conventionnels tels que l’acier.

    Mise en œuvre :

    o   Inspecter la surface de l’élément de structure à renforcer, il doit être exempte de poussières, résines...etc.

    o   Appliquer une première couche d’agent d’imprégnation.

    o   Appliquer les feuilles de fibres sur la surface, comme s’il s’agissait de papier peint.

    o   Appliquer une deuxième couche d’agent d’imprégnation, une fois que les feuilles auront bien durci, généralement au bout d’une heure.

    o   Répéter les étapes jusqu’à ce que toutes les couches de fibres soient installées.

    2.     Recommandations

    Pour un meilleur aboutissement des travaux de réparation il est nécessaire de :

    o   Respecter les consignes précisées dans la fiche technique des produit appliqués et les conditions d’application (hygrométrie, température …etc.) ;

    o   Préparation des supports conformément à la méthode de réparation choisie (sablage, nettoyage…etc.);

    o   Restituer l’ouvrage autant que possible à son état d’origine (diamètre des aciers, section de béton) tout en respectant la réglementation en vigueur ;

    o   Prévoir des étaiements ou d’autres systèmes lors des travaux si nécessaire.

     

    3.     Critères de choix des méthodes de réparation

    Les méthodes de réparation proposées ci-dessus dépendent des facteurs suivants :

    • Le coût de réparations ainsi tous les frais complémentaires d’entretien de réparations ;
    •  La disponibilité des matériaux dans le marché ; 
    •  La maîtrise de la mise en œuvre et le savoir-faire de l’entreprise chargée de réparation;
    • Type des dégradations : si les dégâts sont relativement peu nombreux et isolés, des réparations partielles sont à préconiser. Si les dégâts sont étendus, il faut envisager la reprise totale de l’ouvrage;
    • Les conditions d’exploitation de l’ouvrage donc il faut assurer la sécurité des usagers lors des travaux ;
    • L’importance de l’ouvrage, duré de vie souhaitée pour les réparations;
    •  Les contraintes de chantier tell que les difficultés d’accès, l’absence des surfaces nécessaires pour l’application des méthodes de réparation, les conditions climatiques défavorables ;
    •  Les changements apportés sur les éléments de structure (redimensionnement) modifient la distribution des efforts.

     

    Bibliographie

    Amar, P. (2014). Réhabilitation des constructions en béton armé. Chlef.

    BELHANNACHI. (2009). Réhabilitation et renforcement des poteaux en béton armé. Constantine.

    CALGARO, L. (s.d.). Projet de renforcement ou de réparation d'un pont . Paris.

    HAMLAOUI. (2012). Maintenance,entretien et réparation des ponts. Génie civil et hydraulique, Biskra.

    MAMILAN. (s.d.). Restauration des bâtiments en béton armé. Paris.

    PATRICE, D. (s.d.). Renforcement des ouvrages d'art par matériaux composites. Lyon.

     

     

     

    • J aime 3




    Retour utilisateur


    salut, on dit qu'une structure a une durée de vie déterminée! cela veut tout dire ! quand la durée de vie expire, il n'y a qu'un seul et unique remède !

    Modifié par sangam

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    sangam Et lorsqu'il s'agit d'un chef-d' œuvre! , d'un patrimoine ! ou bien d'autres ouvrages similaires..........

    Selon certains experts, On ne pense à la démolition que lorsque l'ouvrage n'est pas classé comme patrimoine culturel et que le coût de sa rénovation dépasse les 50% de celui d'un nouveau.

    Modifié par BOA Ingénierie

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    salut mon ami BOA ingénierie, vous avez bien fait de citer ici l'exemple des chef-d'oeuvre ! (d’ailleurs moi-même  je suis un fervent défenseur du patrimoine architectural qu'il soit à l’échelle nationale ou Mondial) comme sont nom l'indique, un chef d'oeuvre est construit avec les matériaux les plus chers et les plus rares ( comme par exemple les blocs immenses de pierres taillées et transportées  à la main) ce qui fait de de lui à résister au temps. mais dans notre exemple dans ce sujet, on peut pas comparer l'imparable. pour être plus clair : on peut pas comparer la pyramide de Khéops avec un bâtiment HLM construit avec le parpaing et la brique ordinaire !

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour,

    sangam

    La Casbah d'Alger est classée par l'UNESCO comme patrimoine mondiale, les matériaux dont elle a été construite avec ne sont pas parmi les plus chers ni parmi les plus rares et son état se dégrade d'un jour à l'autre, Que devrons nous faire ? la réhabiliter pour préserver notre patrimoine ou la démolir ?

    Un autre exemple;

    Le renforcement des poutres d'un pont sur Oued El-harrach à Alger,

    Cet ouvrage se situe sur un axe routier important, Si on le démolit, cela provoquera un blocage infernal durant toute la période des travaux !

    La rénovation est donc une nécessite dans certains cas comme elle l'ai la démolition dans d'autres, il faut juste voir laquelle des solutions est convenable.

    Cordialement.

    sites-classes-casbah.jpg

    oued-el-harrach.jpg

    Modifié par BOA Ingénierie

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant


×