ABDOH

Experts
  • Contenus

    944
  • Inscription

  • En ligne

  • Victoires

    58
  • Pays

    Maroc

Tout ce qui a été posté par ABDOH

  1. Supposons que l'épaisseur de ton balcon est 15 cm; (G+Q) du balcon = (G+Q); Épaississeur du contrepoids = 10 cm et sa longueur = L* Équilibre des moments à l'ELS par 1 m en T.m : 0,5 x (G+Q) x (1,4^2) = 0,5 x (0,1 x L* x 1) x 2,5 x (L*^2).Puis on en déduis L*.
  2. Quelle la longueur de ce balcon? Le balcon va créer un moment de torsion dans la poutre qu'il faut en tenir compte dans le calcul de son ferraillage et aussi dans le calcul de la flèche du balcon. Parfois si on dépasse la flèche admissible, il faut prévoir un contrepoids pour supprimer la flèche due à la torsion, ce contrepoids n'est que l'épaississement de la dalle de compression. On trouve la longueur de l'épaississement en faisant l'équilibre des moments entre le balcon (G+Q) et la dalle (G).
  3. Les éléments suivants sont nécessaires : Talus naturel ou artificiel? La pente? Nature des différents sols sur la base des sondages carottés; Paramètres géotechniques principalement l'angle de frottement et la cohésion; Niveau de la nappe. Est ce qu'il y a la présence des joints? Est ce qu'il y a des fissures au niveau du somment du talus? Ce ne sont que des questions préliminaires pour avoir une idée claire sur la problématique. Sur la base de vos réponses on continuera.
  4. Pourriez-vous transmettre le détail de la connexion entre la poutre et cette console. Aussi, passez le coffrage de la façade concernée pour pouvoir faire un modèle de vérification.
  5. Oui.Il faut faire attention à la répartition des armatures longitudinales pour ne pas avoir de la fissuration.
  6. Cette force est due uniquement aux charges sans prendre en considération le poids du puits?
  7. Les raidisseurs sont soudés à 100% sur les ailes et sur l’âme, ce qui donne des sections pleines ponctuelles ayant une surface très importante et qui vont bien résister. Cela va éviter également la déformation de l’âme inférieure sous l'effet de la forte "bielle". C'est équivalent au principe utilisé pour calculer le ferraillage transversal d'une poutre en béton armé.
  8. Monsieur! Vous risquez d'avoir des surprises extravagantes si cette solution a été mise en place sur chantier. Il n'y a aucun règlement qui autorise à faire cette configuration. A la limite, il est acceptable d’épaissir l’âme, et dans ce cas, vous devez souder à 100% le raidisseur sur l’âme et non seulement par des points ponctuels. Après, il faut ajouter ces raidisseurs :
  9. Je remarque que la valeur de la charge est très grande !
  10. N'y a t-il pas un moment renversant? Il faut plutôt prendre en considération la nappe en supposant qu'elle restera même après rabattage et cela après la mise en service du bâtiment.
  11. On n'arrive pas à bien voir ce que vous cherchez exactement.
  12. Elle est liée à la formulation du béton. Disons que c'est un béton de bâtiment dont fc28 = 25 MPa, il faut s'attendre à une valeur autour de 18 MPa.
  13. Le dimensionnement dépend des charges transmises par la semelle. Quelles sont ces charges ainsi que les dimensions de la semelle?Et Quel est le type du sol auquel tu as affaire? Aussi, il faut prendre en considération la sous-pression qui sera développée par la nappe sous le puits.
  14. Non. Il s'agit de la formule prodigieuse suivante :
  15. En grande partie ça dépend de l’essai que vous appliquez et du type de sol. Pour l'essai au pénétromètre statique , vous appliquez un coefficient réducteur de 20 (si c'est un sable) pour avoir la contrainte verticale admissible.
  16. Il ne faut pas perdre de vue que pour la tenue au feu, on recommande toujours que l'élancement l soit inférieur à 35.
  17. C'est une vitesse énorme. Je vais raisonner sur l’extrême avec des coefficients majorés pour la face de 25 m : q = q10 x kh x ks x km x δ x b q = 5,80 x 0,955 x 1,35 x 0,775 x 1 q = 5,64 T/m2. Au vent : Ce-Ci = 0.5 Sous le vent : Ce-Ci = -0.2 Effort tranchant total développé =789 T. Moment total développé = 3156 T.m Il est clair que tu as affaire à des efforts très importants. Il faut vérifier la stabilité de votre système portique. Quand aux murs, sont-ils en briques?
  18. Il est toujours intéressant de comparer la valeur de 4,27 bars avec la contrainte empirique déduite de la méthode de Karl Von Terzaghi. Le puits doit avoir une base élargie. Gros béton ou béton cyclopéen : Généralement tout le monde les utilise pour dire la même chose. C'est un béton conventionnel dont le diamètre maximal doit être compris entre 31,5 et 63 mm, et dosé à 350 kg de ciment par mètre cube, dont lequel des moellons à arêtes vives sont introduits après humidification. Passez les données de votre semelle pour vous aider à la calculer.
  19. Dans ce cas on ne vas pas tenir compte de l'effet de flambement. A l'ELU,on trouve : N = 1082.60 kN.
  20. Je suppose : C'est un béton dont fc28 = 25 MPa vu le dosage de 350 kg/m3; Plus de 50% des charges appliquées après 90 jours.
  21. Il manque la hauteur du poteau ainsi que les conditions d'appui en bas et en haut.
  22. Voudriez-vous dire le puits en béton cyclopéen ou en gros béton? L'essai au pénétromètre fournit la contrainte de rupture. Il y a des coefficients de corrélation pour avoir la contrainte admissible et c'est celle-ci qui est communément utilisée pour le dimensionnement. Est ce qu'il y a une nappe?
  23. C'est équivalent au principe de dimensionner une dalle qui porte dans un seul sens comme étant une poutre ayant la même épaisseur que la dalle et une largeur de 1 m , ou également équivalent au calcul de la table de compression d'une poutre en T. Nous sommes toujours dans l’hypothèse fondamentale que la longueur de la poutre est prédominante par rapport à sa hauteur. C'est la hauteur qui compte et non pas la largeur.
  24. Quelque chose ne va pas dans la conception que vous adoptez sachant qu'un effort de 87 T c'est de la mésaventure. Trois points à traiter calmement : Adopter des raidisseurs pour renforcer l’âme demande une analyse microscopique permettant d'analyser minutieusement le cheminement des contraintes de cisaillement dans la nouvelle section qui sera créée. C'est indispensable d'analyser ce cheminement pour dire si ledit renforcement est bénéfique ou pas. Certes, le renforcement va améliorer l'inertie de la poutre, mais renforcer la section ce n'est pas évident. L'appui de la poutre doit être traité comme étant une console courte et doit être analysé indépendamment. Essayer de rabaisser l'appui pour éviter le changement de section de la poutre.
  25. Les méthodes que vous avez citées trouvent référence dans l'EC2. Dans ledit règlement il y a toutes les explications nécessaires.