Jump to content
CIVILMANIA

BELLAMINE

Experts
  • Content Count

    1,899
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    132

BELLAMINE last won the day on January 14

BELLAMINE had the most liked content!

Community Reputation

652

About BELLAMINE

  • Rank
    Membre exceptionnel

Experience

  • Fonction
    Gérant BET
  • Expérience
    Expert
  • Mes logiciels
    ******

Formation

  • Formation
    INGÉNIEUR D'ÉTAT EN GÉNIE CIVIL
  • Etablissement
    ECOLE HASSANIA DES TRAVAUX PUBLICS

Localisation

  • Pays
    Maroc
  • Ville
    Salé

Contact

  • email
    golding53@ymail.com

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Re Bonsoir Nous avons vu que dans le cas de la flexion composée non déviée, l'influence des coefficients minorateurs i_gama, iq et ic entre fascicule 62 titre V et EC7 en prenant dans les calculs en EC7 un coefficient de sécurité F=2 (celui du FASC62) était pratiquement négligeable. Ci après le même raisonnement pour la flexion composée et déviée pour le chemin de calcul C4. Cordialement et Bon Weekend
  2. Bonsoir Ci après les illustrations graphiques pour les chemins de calcul C1 et C4 en flexion composée et déviée (Mx et My tous deux non nuls) ==> Pour le chemin C1 : ==> Pour le chemin C4 : Cordialement
  3. Bonjour A l'état limite ultime de résistance et selon le modèle RDM, le critère de surface de sol comprimé sous la fondation qui doit être au moins égal à 10% de la surface totale ne se présente pas. En effet, quant l'effort normal est strictement positif, la surface de sol comprimé est toujours supérieure à 50% !!! Le Vent par exemple peut agir dans la direction de B (perpendiculairement à L), cela correspond au chemin de calcul C5 (Mx non nul et My=0). Mais, le Vent peut éventuellement dans le temps changer de direction et agir dans la direction de L (perpendiculairement à B), cel
  4. Bonsoir Si le modèle de MEYERHOF est valide dans la direction de la plus petite dimension de la semelle et pour un excentrement e1 < B/6. Il ne donne pas des résultats cohérents dans les autres cas. C'est un modèle non fondé scientifiquement contrairement à celui de la RDM !!! Pour le modèle de MEYERHOF, il n'y a qu'un seul et unique cas de figure ou la section de la semelle en contact avec le sol est totalement comprimée. C'est la cas d'une charge verticale centrée cad Mx = My = 0 ou encore lambda1 = lambda2 = 1. En plus si l'effort normal N est négatif ou nul, le modèle de
  5. Bonsoir Toujours pour le Chemin L6 (Mx = 0 et My non nul), mais en prenant un coefficient de sécurité F=2 pour EC7 au lieu de 2.80 (cas des essais drainés)
  6. Re Bonsoir Ci après la note de calcul numérique à l'ELU sous forme d'une illustration graphique concernant le Chemin L6 correspondant à Mx = 0 et My non nul. Cdlt
  7. Bonsoir Toujours pour le Chemin C5 (Mx non nul et My=0), mais en prenant un coefficient de sécurité F=2 pour EC7 au lieu de 2.80 (cas des essais drainés) Cdlt
  8. Bonjour Ci après la note de calcul numérique à l'ELU sous forme d'une illustration graphique concernant le Chemin C5 correspondant à Mx différent de zéro et My=0. J'ai déjà traité ce cas, mais cette fois ci pour EC7 et FASC62. Cdlt
  9. Bonjour Il faut qu'on se mette d'accord sur une chose : Quant on dit deux résultats, différents cela veut dire que l'écart entre les deux est significatif !! Tout calcul numérique correspond à un degré de précision !! Et c'est ce dernier paramètre qui fait la différence de performance entre logiciels de calcul numérique. Donc, pour une même conception, une même modélisation et une même méthode de calcul numérique avec un même degré de précision, les résultats de deux logiciels différents devront être significativement les mêmes. Cdlt
  10. Bonjour Oui, Ce que nous vivons actuellement et avec les exemples que vous venez de citer, n'est que la conséquence de l'absence d'un ORDRE des métiers de l'ingénieur !!! Alors, il y a deux possibilités : 1- Soit de marquer un DEBUT pour arriver à une FIN dans l'intérêt général de la profession en luttant pour sauver ce secteur d'activité ; 2- Ou alors, de vivre dans le désordre et l'obscurité, ce qui ne tombe pas dans l'intérêt général de la profession et de la sécurité des citoyens. C'est juste une question de volonté et d'un sentiment de responsabilité via à vis de soit
  11. Bonsoir Le chemin est long ... ?!!! La lune est aussi loin et pourtant ....c'est juste un exemple. Il y en a plein .... Toute chose à un début et une fin c'est juste une question de volonté et de curiosité !!! Et sachant bien une chose ! si ce secteur d'activité n'est pas organisé et réglementé par les hommes du métier eux même, personne, je dis bien personne, ne le fera un jour à leur place !!!!!! Cdlt
  12. Rebonsoir Normalement s'il s'agit d'une même conception, par exemple une dalle pleine, si nous obtenons des résultats différents avec deux logiciels différents, cela veut dire purement et simplement que la modélisation (et je précise sur ce terme modélisation !!!!!!!!!) des deux logiciels n'est pas la même !!!! (il suffit de changer les degrés de liberté d'un nœud pour un maillage pour obtenir un résultat différent) Il n'y a donc aucune raison valable techniquement parlant, qu'avec une même modélisation et une même conception deux logiciels donneront des résultats différents !!!
  13. Bonsoir Pour une même longueur de franchissement (ce paramètre est très important pour faire la comparaison !!) : 1- nous aurons plus d'appuis pour le PSIDA que le PSIDP qu'un VIPP. Donc VIPP est plus économique que les deux autres du point de vue nombre d'appuis 2- PSIDA et PSIDP nécessitent la réalisation d'un échafaudage pour couler la dalle du tablier. Par contre un VIPP les poutres sont préfabriquées et posées directement sur les appuis (donc pas d'échafaudage) 3- Pour le ferraillage passif et actif, PSIDP est le plus long du point de vue réalisation, ensuite PSIDA et
×
×
  • Create New...