Jump to content
CIVILMANIA

khalil17

Membres
  • Content Count

    152
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Posts posted by khalil17

  1. Il y a 16 heures, canartik a dit :

    Bonjour,

     

    Pour moi ça me pose aucun problème d'avoir une courbe de moments comme celle-ci. Cela signifie que les travées de  rive sont très chargées et que les 2 travées du milieu sont très peu chargées donc les poutres du milieu sont soulevées. Et sur l'appui du centre, le moment est positif, cela veut dire que les aciers en "chapeaux" seront donc en bas de la poutre, c'est un appui qui est soulevé en fait.

    Pour ferrailler les travées 2 et 3, celle-ci sont soulevées, donc les aciers de chapeaux aux moments -244.51 et -252.70 iront loin sur les travées 2 et 3.

    Pour confirmer si la courbe des moments est bonne, il suffit de regarder la courbe des efforts tranchants. Si cette dernière "casse" sur l'appui central, ça veut dire que l'appui est pris en compte.

    Bonjour,

    Le problème n'est pas là (le signe du moment, les travées soulevées etc...). Cette courbe semble absolument fausse pour la simple raison suivante: sur appui nous avons une charge ponctuelle (réaction d'appui) quel que soit le chargement adopté. Donc nous devons avoir sur la courbe des moments un point anguleux (ce que nous n'observons pas), mis à part des signes, des valeurs, du chargements... D'autres part, la courbe semble très logique si on fait abstraction de l'appui 3. Le modèle ne prend certainement pas en compte l'appui 3.

    Pour vérifier, très facile, il suffit de visualiser la flèche de la poutre. Si la valeur de celle-ci est non nulle sur l'appui 3, donc ce dernier n'est pas pris en compte dans l'analyse de la poutre.

  2. Bonjour,

    Il est toujours préférable de relâcher la structure pour ne pas la pénaliser de sollicitations supplémentaires mais bien sûr sans autant à déstabiliser la structure. Je vous recommande d'appliquer des encastrements en pieds et des rotules en têtes des poteaux. Mais bien sûr le choix final reste celui du concepteur donc le votre.   :) 

  3. Bonjour,

    Robot applique par défaut des encastrements entre les éléments (cas 1). C'est la raison pour laquelle le moment max dans la poutre dans le 1er modèle est inférieur à celui du 2eme par contre vous avez un moment non nul sur les appuis. Dans le 2eme cas où vous avez appliquer des relâchement (une rotule en tête du poteau et un encastrement en pied j'imagine), vous avez un moment nul sur appui et à mi-travée une valeur supérieur à la variante encastrée. Simple RDM.

     

    Veuillez joindre votre modèle Robot pour plus de vérifications.

    • J aime 1
    • Je ne suis pas d'accord 1
  4. Bonjour,

    Je pense qu'il faut prendre ses responsabilité pour non protection des aciers (exposition à l'air libre, pluie etc...). Je ne comprend pas qu'est ce que vous voulez dire par "toucher par le béton", mais je crois que les aciers sont foutus (même avec une autre méthode de brossage, la section des armatures diminuera nettement). Si les barres sont ancrés dans le béton, il faut faire des scellements pour ancrer de nouvelles barres, si les armatures sont à sol, il faut les jeter.

    • J aime 1
  5. Bonjour,

    1) Quand la semelle est sollicité par un moment de flexion, une deuxième nappe d'acier est requise pour la fibre sup. Sinon pour les semelles d'une hauteur assez considérable, il est conseillé de mettre une deuxième nappe en fibre sup. Pourquoi? Quand la semelle est de grande hauteur par rapport à ses dimensions, la direction des bielles s'incline considérablement, on a donc une augmentation de la contrainte de traction dans les tirants intermédiaires, d'où l'apparition de grande fissure dans la direction des bielles. La nappe sup d'acier peut supporter une partie de cette contrainte de traction et ainsi éviter les fissures. En absence de cette dernière (la nappe sup d'acier), les fissures inclinées font apparition, on a donc une redistribution des contraintes selon le modèle classique d'une semelle sollicitée par une charge centrée, et le modèle reste stable.

    Pour résumer, si la semelle est sollicitée à un moment de flexion ou de renversement la 2eme nappe est obligatoire, si la semelle est d'une hauteur importante, celle-ci n'est pas obligatoire mais son existence peut éviter l'apparition des fissures importante.

    2) Qu'est ce que vous voulez dire par semelle jumelée?

    • J aime 3
  6. Le 13/08/2016 at 02:08, HAKHODJA a dit :

    Dans la formule  du calcul  des aciers la valeur b0 doit etre la meme largeur utilisée pour  calculer thaux u.

    Généralement  sur les dalle on calcul pour 1 m de large.

    Car dans la formule  de thaux ultime, b0 intervient  aussi.

    Merci.

    Selon l'article A.5.1.211 thaux u n'est pas fonction de b0 (formule jointe en photo) :s :s :s

    Puis je ne comprend pas pk les calculs ne sont pas en fonctions des sollicitations appliquées.

    tau.png

  7. Il serait impossible de pouvoir répondre à cette question si on n'examine pas les plans d'architecture, sinon je dirais que tu peux créer des poteaux que tu implanterai sur des poutres du niveau inférieur si la retombée ne pose pas de problème vis-à-vis de l'architecture.

  8. il y a 13 minutes, Civil Engineer007 a dit :

    s'agit-il d'une dalle champignon, parce que je n'ai jamais vu des dalles BA o corps creux verifié au poincenement

    Comme indiqué dans le message mère, il s'agit d'un plancher dalle, si tu veux un plancher champignon mais sans les chapiteaux aux têtes des poteaux.

    • J aime 1
  9. Bonjour,

    J'essaye de calculer les armatures anti-poinçonnement d'un plancher dalle de hauteur h sur poteau rectangulaire de section ab. Suivant les règles du BAEL, il faut vérifier que la force agissante Qu à l'ELU vérifie  Qu<0.045 uc h fcj / gammab (A.5.2,42) avec uc le périmètre du contour du poteau à mi feuillet (en gros uc= 2a+2b+4h). Si ceci n'est pas vérifié, il faut choisir un contour (plus grand) parallèle à uc tel l'inéquation devient correcte et mettre une quantité d'acier (à calculer) à l'intérieur de ce contour (A.5.2,43). 

    On dispose des armatures d'effort tranchant dans toute la zone intérieure à ce périmètre, en appliquant les règles édictées en A.5.1,23 et A.5.2,3 qui concerne les calculs des âmes de poutres (la formule sur l'image jointe).

    Le problème c'est que dans la formule, on fait intervenir b0, la largeur de la poutre et St, l'espacement entre les cadres, alors qu'on traite le cas d'une dalle. Alors qu'est ce qu'on choisit comme valeur pour b0? Si vous avez une note de calcul ou un exemple de calcul d'armature de poinçonnement pour un plancher dalle, je suis preneur.

    MERCI

    aa.png

    • Je ne suis pas d'accord 1
  10. il y a 9 minutes, Elysée Kavula a dit :

    Bonjour ameurgc,

    [..]mais le minimum doit être 20MPa [..]

    Si le calcul est fait en prenant fc28=25MPA le minimum à accepter est de 25MPA, pas la peine de parler de 20 ou d'autres valeurs.

    Mais sinon pour la vérif, il faut effectuer un carottage de la dalle et faire subir l’échantillon des essais de compression (échantillon cylindrique valeur min=25MPA, échantillon cubique valeur min=30MPA)

  11. Bonjour,

    Dans le cadre d'un projet scolaire qui porte sur l'étude d'un pont en béton précontraint construit par encorbellement successif, je cherche des plans Autocad de projets similaires. 

    Voila si vous avez des plans Autocad en ce sens ou des docs, je suis preneur.

    MERCII

  12. Thx, c'est un peu stupide :P

    Mais pk la contrainte sur la fibre supérieur est toujours égale à l'inverse de la contrainte sur la fibre inférieure? Si j'ai bien compris, pour avoir ces résultats, l'axe neutre doit être exactement au milieu de la dalle mais je ne comprend pas pk.

×
×
  • Create New...