Jump to content
CIVILMANIA

Search the Community

Showing results for tags 'fondation'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • GENERAL
    • Discussions générales
    • Carrière et emploi
  • CAMPUS
    • Formation
    • Supports
    • Projets d'étude
  • LOGICIELS & OUTILS
    • CAO, DAO & BIM
    • Structures
    • Infrastructures & VRD
    • Divers
  • PROJETS
    • Ingénierie & études
    • Maitrise d'oeuvre
    • Réglementation
    • Économie de la construction
    • Sols & fondations
    • Topographie & SIG
  • STRUCTURES
    • Béton armé
    • Charpente métallique
    • Structures diverses
  • GENIE CIVIL
    • Voiries
    • Ouvrages d'art
    • Ouvrages hydrauliques
  • CHANTIER
    • Méthodes & plannification
    • Matériaux & matériels
    • Réhabilitation
    • Travaux
  • Divers
    • Hors sujets & Liens morts
  • DÉVELOPPEMENT
  • Algérie's Discussions
  • Maroc's Discussions
  • Tunisie's Général
  • France's Discussions
  • Etudiants's Discussions
  • Mauritanie's Discussions
  • BATIMENT's Discussions
  • Club des docteurs et doctorants de génie civil's Discussions
  • RDC's Dynamo pour revit 2017
  • RDC's Transmission documentation
  • RDC's Remerciements
  • Recherche générale / general research's Topics
  • Burkina Faso's Discussions
  • BENIN's THÉMATIQUES
  • BENIN's Discussions

Categories

  • Support de cours
  • Thèses et Mémoires
  • Logiciels et outils
  • INGÉNIERIE
  • TRAVAUX
  • Revues et articles
  • Divers
  • Recherche générale / general research's Madrasat | Files room
  • BENIN's Fichiers

Calendars

  • Formations
  • Webinaires
  • Cameroun's Interviews des membres du Club

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Fonction


Expérience


Mes logiciels


Mes références


Formation


Etablissement


Pays


Ville


phone


website


email

  1. Salam Un étudiant génie civil qui fait son travail de fin d'étude sur les fondations superficielles en zones marécageuses. Il manque de document? pour évoluer dans son rapport. Pouvez-vous l’aider SVP? Merci
  2. Bonjour mes chers amis, c Mohamed du maroc, j suis nouveau parmi vs. je travail sur un PFE sur les argiles gonflantes. Bon, on préconise deux solutions pour les fondations: les pieux et les poutres echelles. j'aime bien avoir votre aide concernant les poutres echelles car jé pa trouvé bcp d'information! merci bcp!
  3. Salut Dans la réalisation des routes, il y a un problème que j'ai trouvé pour la couche de fondation réalisé par TVO, après le compactage il ya des zones de bombement, quelques fissurations, et le matelassage après le passage des compacteurs... et le pourcentage des vide reste élevé... est ce que le probléme est dans le tout-venant ou bien dans le mode réalisation ? Merci
  4. j'ai un probleme lié a la nature geotechnique du sol. en effet l'etude de sol stipule que la nature est une marne argileuse gonflante sans donner la pression de gonflement les questions que je pose les suivantes: 1/ comment faire la lecture de cette pression de gonflement sur l'essai de cisaillement/permeabilité 2/quel est le mode de fondation le plus approprié ? radier? semelle filante???? merci
  5. Salut Quelqu'un peut-il me dire comment calculer la fondation d'un mât? Merci
  6. j'ai a calculer une structure poteaux poutres (un équipement) en R+2 j'ai des poutres de grandes portées (14m) pour les poteaux j'ai pris une section 100*40 cm2 . lorsque j'ai calculé les fondations j'ai trouvé des dimensions grandes (520*200) ça me paret beaucoup. et le feraillage des poteaux 54cm2 .... sachant que les trois niveaux ont des poutres de grandes portées .... a votre avis je suis dans le bon sens ??? esq je peu éviter c fondations par un autre type????
  7. La connaissance précise de la déformabilité d'une plate-forme support de chaussée est une condition préalable à la décision d'engager la mise en œuvre de la couche de fondation d'une chaussée. La mesure du module permet de prononcer la conformité des arases et des couches de forme. Télécharger la fiche du matériel
  8. Merci à l'avance!!!! Est ce que quelqu'un peut me renseigner comment calculer le tassement d'une fondation. "Initial - Consolidation primaire - Consolidation secondaire" ???
  9. posté par bentafat_rachid Méthodes de confortement ( sujet choisi par le biaie du net ) Objectifs: A la fin de cette unité, l’apprenant sera en mesure d’identifier plusieurs méthodes adoptés pour renforcer ou stabiliser les talus. introduction Quand on veut consolider un glissement, peu importe que la surface de rupture soit circulaire, logarithmique, plane,...etc. Par contre, il est de la plus grande importance de connaître ses dimensions et d’avoir une idées sur son origine: surcharge, écoulement d’eau, altération des sols ou simplement ruissellement exceptionnel. Le choix de la méthode de consolidation en dépend. Face à un problème de stabilité, une première solution consiste à s’affranchir des mouvements de la pente instable sans les empêcher. Deux types de solutions sont possibles : -implanter ou déplacer le bâtiment, l’ouvrage d’art ou la route en dehors de la zone en mouvement, dans un secteur reconnu comme stable; -concevoir l’ouvrage de telle sorte qu’il ne soit pas endommagé par le mouvement de terrain : soit en résistant aux efforts apportés par le mouvement de terrain (solution réservée aux petits glissements), soit en adaptant le mode de construction de sorte que les fondations soient dissociées du sol en mouvement. La figure suivante présente le principe d’un dispositif de fondation sur pieux dans un glissement. Si ce type de solution n’est pas retenu, on est amené à conforter la pente avec l’une des techniques présentées dans les paragraphes ci-après. Lorsqu’il s’agit de dimensionner un dispositif de confortement préventif, on recommande de prendre un coefficient de sécurité FS = 1,5 pour l’ouvrage en service. Dans une intervention de réparation après glissement, si le calage des caractéristiques mécaniques paraît de bonne qualité, le coefficient de sécurité demandé peut se limiter à 1,3. Si toutefois certaines caractéristiques du site sont mal connues, ou si les techniques employées sont susceptibles de perdre de leur efficacité avec le temps (colmatage de drains par exemple), ou encore si l’on ne peut tolérer de déformations, on choisit plutôt FS= 1,5. [iII-U1] 2. Terrassements Les conditions de stabilité étant directement liées à la pente du terrain, le terrassement reste le moyen d’action le plus naturel. On peut distinguer trois groupes de méthodes de stabilisation par terrassement: -les actions sur l’équilibre des masses : allègement en tête, remblai en pied ; -les actions sur la géométrie de la pente : purge et reprofilage ; -les substitutions partielles ou totales de la masse instable. [iII-U1] 2.1. Remblai de pied Le chargement en pied d’un glissement est une technique souvent utilisée, généralement efficace. L’ouvrage, également appelé banquette, berme ou butée, agit par contrebalancement des forces motrices. Pour qu’il soit efficace, il faut réaliser un ancrage dans les formations sous-jacentes en place. Comme dans le cas d’un ouvrage de soutènement, le dimensionnement doit justifier de la stabilité au renversement, de la stabilité au glissement sur la base et de la stabilité au grand glissement. Mais en pratique, c’est la stabilité le long de la surface de rupture du glissement déclaré qui est dimensionnante. La stabilité au grand glissement suppose que : -l’ouvrage limite les risques de reprise du glissement en amont ; -l’ouvrage ne déclenche pas d’autre glissement, par exemple à l’aval. [iII-U1] 2.2. Allègement en tête L’allègement en tête de glissement consiste à venir terrasser dans la partie supérieure. Il en résulte une diminution du poids moteur et, par conséquent, une augmentation du coefficient de sécurité. La méthode de dimensionnement consiste en un calcul de stabilité le long de la surface de rupture déclarée en prenant en compte la modi-fication de géométrie en tête. On peut également substituer le matériau terrassé par un matériau léger (polystyrène, matériau à structure alvéolaire, etc.). [iII-U1] 2.3. Reprofilage Les conditions de stabilité d’un talus étant directement liées à sa pente, on peut assez simplement augmenter la sécurité par retalutage du terrain naturel. Dans ce sens, le procédé s’apparente à l’allègement en tête : il consiste en un adoucissement de la pente moyenne. Ce type de traitement est particulièrement bien adapté aux talus de déblais, et il est de pratique courante. Notons que l’exécution de risbermes a l’avantage d’améliorer la stabilité par rapport à une pente unique et de créer des voies d’accès pour l’entretien ou des travaux complémentaires. L’adoucissement de la pente est généralement mal adapté aux versants naturels instables car il met en jeu des volumes de sol très importants. [iII-U1] 2.4. Purge Les techniques de terrassement s’accompagnent fréquemment de purges du matériau déplacé par le glissement. Cette solution est généralement limitée aux glissements de taille modeste. On peut, dans certains cas, purger l’ensemble du matériau glissé, à condition que la surface mise à nu soit stable. [iII-U1] 2.5. Substitution totale ou partielle La substitution totale consiste à venir purger l’ensemble des matériaux glissés ou susceptibles de glisser, et à les remplacer par un matériau de meilleure qualité. Cela permet de reconstituer le profil du talus initial. Il importe de vérifier la stabilité au cours des phases de travaux et celle du talus définitif dans lequel on prend en compte les caractéristiques du matériau de substitution et du matériau en place. La substitution de matériaux glissés suppose que l’on connaisse le volume de matériaux concerné, que l’on excave plus profondément que la surface de rupture, et que l’on réalise des redans afin d’assurer un bon accrochage entre le substratum et le sol d’apport. La tenue des talus provisoires de la purge dépend des conditions de terrassement, de la météorologie, des hétérogénéités locales. Des substitutions partielles sont souvent employées, sous forme de bêches ou de contreforts discontinus. Le coefficient de sécurité de la pente ainsi traitée peut être estimé en prenant la moyenne pondérée des coefficients de sécurité de la pente avec et sans substitution. [iII-U1] 3. Dispositifs de drainage Dans la plupart des cas de glissement, l’eau joue un rôle moteur déterminant. Aussi utilise-t-on couramment les techniques de drainage, qui ont pour but de réduire les pressions interstitielles, au niveau de la surface de rupture lorsque celle-ci existe. Les différentes techniques qui peuvent être mises en oeuvre pour atteindre cet objectif relèvent de deux options fondamentales : - éviter l’alimentation en eau du site ; - expulser l’eau présente dans le massif instable. De nombreux paramètres conditionnent l’efficacité d’un système de drainage, en particulier la nature et l’hétérogénéité des terrains, la géométrie des couches aquifères, la perméabilité et l’anisotropie des sols, les alimentations et les exutoires. De ce fait, et compte tenu des difficultés de détermination de l’ensemble de ces éléments, le dimensionnement d’un système de drainage est fait en prenant un coefficient de sécurité plus élevé que celui pris pour d’autres techniques (terrassements, renforcements). Comme la plupart des ouvrages, les dispositifs de drainage nécessitent un entretien régulier qui, s’il n’est pas réalisé, peut leur enlever toute efficacité. On distingue : les drainages de surface et les ouvrages de collecte des eaux, les tranchées drainantes, les drains subhorizontaux, les masques et éperons drainants, les drains verticaux, et enfin les galeries et autres ouvrages profonds. Toutes ces techniques peuvent être utilisées seules ou associées, ou en complément d’autres techniques de stabilisation.
  10. posté par sitayeb Les pieux rainurés T. Pile. Le procédé T.Pile de Solétanche Bachy permet aux pieux forés de mobiliser pleinement la résistance latérale du sol en créant une rainure de béton de forme hélicoïdale qui s'enroule autour du fût du pieu. Le procédé T.Pile de Solétanche Bachy permet aux pieux forés de mobiliser pleinement la résistance latérale du sol en créant une rainure de béton de forme hélicoïdale qui s'enroule autour du fût du pieu. A portance égale, la consommation de béton et le volume des déblais à évacuer sont réduits de 20 % à 40 %, permettant de limiter l'impact des chantiers de fondation sur leur environnement : durée des travaux, trafic, etc. La rainure, profonde de l'ordre de 75 mm, augmente le diamètre efficace du pieu (figure ci-contre).Elle est réalisée lors de la remontée de l'outil de forage, phase durant laquelle la puissance des foreuses est généralement peu utilisée. Le pieu T.Pile présente une portance supérieure de 30 à 50 % par rapport aux pieux traditionnels à fût lisse de même diamètre. Le remplissage de la rainure ne nécessite qu'une faible augmentation du volume de béton mis en oeuvre, généralement de 5 % à 10%. A portance égale, le procédé T.Pile permet ainsi de réduire de 20 % à 40 % la consommation de béton et le volume des déblais à évacuer. Grace à la création maîtrisée d'une rainure de béton de forme hélicoïdale qui s'enroule avec un pas régulier autour du fût des pieux, le procédé T.Pile permet de réduire le nombre de pieux à réaliser tout en conservant une grande rapidité d'exécution.Efficacité, performance, sécurité : le procédé T.Pite Solétanche Bachy fournit aux maîtres d'oeuvre veulent construire sur du solide les fondations développement durable. Serge Borel (Solétanche Bachy), André Frossard (Solétanche Bachy Pieux), Lewis Stansield (Bachy Soletanche Ltd)
  11. posté par chikh Je vous propose des diapos de L'EPFL qui expliquent bien les fondations. Voici les liens, j'espère que ça va marcher Very Happy Nouveaux Liens Capacité Portante des Fondations Superficielles. Poinçonnement, EPFL http://www.4shared.com/file/84953338/ac ... _EPFL.html Classification des Pieux, EPFL http://www.4shared.com/file/84953343/74 ... _EPFL.html Description des Pieux Battus, EPFL http://www.4shared.com/file/84953346/44 ... _EPFL.html Description des Pieux Forés, EPFL http://www.4shared.com/file/84953378/c8 ... _EPFL.html Essai de Chargement Statique (Pieux), EPFL http://www.4shared.com/file/84953381/36 ... _EPFL.html Facteur influençant un projet, Essais géotechniques in-situ, EPFL http://www.4shared.com/file/84953387/df ... _EPFL.html Formules de Battage, EPFL http://www.4shared.com/file/84953388/4f ... _EPFL.html Parois Berlinoises, EPFL http://www.4shared.com/file/84953392/b6 ... _EPFL.html Parois de Palplanches, EPFL http://www.4shared.com/file/84953397/c6 ... _EPFL.html Parois épinglées ou Clouées, EPFL http://www.4shared.com/file/84953403/15 ... _EPFL.html Tassement des Pieux, EPFL http://www.4shared.com/file/84953406/65 ... _EPFL.html
  12. posté par A.MOKA Les terrains disponibles actuellement pour la construction en milieu urbain présentent des inconveniants de tous types. Le sujet auquel je m'interresse c'est le drainage des eaux aux sous sols. faut t -il drainer avant ou pendant la costruction. Le plus courant c'est avant la construction mais le plus souvent on ne s'aperçoit de la présence d'eau qu'aprés creusement des fouilles des fondations. salut.
  13. posté par dijou http://www.csvt.qc.ca/patriotes/ini314/fondation.htm
  14. posté par azzedine16209 Etude de sol, portance et homogénéité Les essais de sol, le sondage de sol ou l'étude de sol Permettent de juger rapidement lors des essais de pénétration * la portance du sol (en kg/cm²) ; * l' homogénité du sol ; * la densité du sol. Pour déterminer la nature des fondations à effectuer * semelles armées ou pas ; * dalle de sol ; * radier ; * pieux ; * augmentation de la hauteur des vides ventilés ; * caves... Lien: http://www.solor.be/m1.html Bonne navigation !
  15. posté par bentafat_rachid On parle du «problème de la pyrite» pour désigner un phénomène de gonflement de certains remblais utilisés en construction résidentielle. La pyrite (et d'autres minéraux ferreux de la même famille) se retrouve dans plusieurs formations rocheuses. C'est le cas notamment des schistes argileux (shale) qui ont pu être utilisés comme remblais sous les dalles de fondation des sous-sols et des garages. Au contact d’humidité ces matériaux auront tendance à gonfler donc le béton qui les entourent subira une forte pression ce qui viendra à bout de sa solidité et de sa résistance. http://www.fondatechnique.com/pyrite.html
  16. posté par LamineRACHEDI bonsoir chers amis bientôt je vous metterais en ligne un document qui est mon propre travail j'ai du utiliser de fondations sous forme d'un champignon si vous avez utiliser ce type informez moi
  17. posté par azzedine16209 Situation-problème " Etudes géotechniques pour digue de barrage en terre et de fondation de bâtiment " Description : L’Entreprise HOPE INTER doit construire une digue de barrage en terre et un bâtiment à niveau (R+1) devant abriter des équipements électromécaniques et hydrauliques, dans le cadre d’un projet d’aménagement hydro agricole. La digue en terre servira également de fondation pour une route nationale revêtue. Pour son travail de conception et de dimensionnement, le Bureau d’études techniques a besoin des informations suivantes : - l’Optimum Proctor Modifié du matériau de remblai - l’indice CBR du matériau de remblai - la perméabilité du remblai de la digue - la densité du sol in situ - la contrainte du sol sur le site Dans cette situation-problème, on vous demande de répondre à ce besoin. Concrètement, vous devez rechercher ses informations à partir d’essais en laboratoire et sur le site du projet. Le travail est à faire en équipe. Texte expositif : Vous devez pour cette étude, * Réaliser les essais suivants au laboratoire : o Essai Proctor Modifié o Essai CBR o Essai de perméabilité * Réaliser les essais suivants in situ o Essai au densitomètre à membrane o Essai au pénétromètre dynamique léger * Faire tous les calculs nécessaires * Analyser et interpréter les résultats * Faire si possible des suggestions au Bureau d’études Résultat attendu et délai : Vous devez fournir au client un rapport d’étude. Ce rapport sera envoyé en fichier unique - version PDF à l’adresse : [email:3huxhqle]tofangui.kone@2ie-edu.org[/email:3huxhqle], dans les 15 jours qui suivent la dernière séance des travaux pratiques. Critères d’évaluation : o Conduite des essais et justesse des résultats (40%) o Pertinence des analyses, interprétations, jugements et suggestions (40%) o Présentation du rapport et respect du délai (15%) o Comportement général de l’équipe (5%) Bibliographie - Webographie : * Cours mécanique des sols * Granulats, sols, ciments et bétons ; R. Dupain – R. lanchon – J.C. Saint Arroman Bonne application.
  18. posté par bentafat_rachid MESURE DE LONGUEUR DE FONDATION PAR LA METHODE DE SISMIQUE PARALLELE NORME : NFP 94 - 160 - 3 L’équipement CS97 permet d’appliquer deux méthodes de contrôle de fondation: - Le carottage sonique (Méthode par transparence) - La sismique parallèle. La méthode de sismique parallèle permet de connaître la longueur d’un pieu en béton, d’une barrette, d’une paroi moulée, d’une palplanche métallique ou de toute autre structure enterrée. L’intérêt de cette méthode est qu’elle peut être appliquée même si la fondation est recouverte d’une structure comme un bâtiment ou un pont. D’autre part, il n’est pas nécessaire d’avoir accès au-dessus de la fondation à tester, mais seulement à une partie proche et en liaison rigide avec la fondation. Il y a peu de méthodes qui permettent de mesurer la longueur d’un pieu enterré dans de telles conditions.
  19. posté por hichothman007 FONDATIONS ( par hichothman007 le Lun 13 Aoû - 20:07) 3.1 Les fondations, ou l'infrastructure d'un bâtiment ************* 3.2 Types de fondations ********** 3.3 Reprise en sous-œuvre ************ 3.4 Systèmes d'étaiement d'excavation ************** 3.5 Fondations superficielles ************* 3.6 Empattements ************* 3.7 Murs de fondation ************** 3.8 Semelles de poteaux **************** 3.9 Fondations sur un sol en pente ***************** 3.10 Dalles de béton sur le sol ***************** 3.11 Fondations sur poteaux ***************** 3.12 Fondations profondes **************** 3.13 Fondations sur pieux *************** 3.14 Fondations en caissons ___________________________________________________________ le lien: http://modulogriffon.ca/catalogue/Documents/const_chap.%2003.pdf
  20. posté par bentafat_rachid La construction sur remblais Publié à l'origine en juin 1968. R.F. Legget Il est quelquefois nécessaire d'ériger des constructions sur des terrains où des matériaux ont été rapportés sur le sol d'origine. L'existence d'un remblayage de cette nature est souvent bien connue des indigènes, mais il arrive aussi que seule une exploration du sous-sol en révèle la présence. Dans le cas où ces terrains doivent supporter des fondations de bâtiments, plusieurs considérations viennent compliquer le travail normal de dessin des plans de fondations et de leurs constructions. Si, d'autre part, on construit en ignorant la présence de matériaux d'apport, et si, par suite, on n'en tient aucun compte lors des études, les conséquences de cette situation peuvent être graves. On n'en connaît malheureusement que trop d'exemples et, même lorsqu'on sait que les fondations reposeront sur des remblais, on ne détermine pas toujours la nature exacte de ces derniers. Il en résulte de sérieuses difficultés. La littérature concernant cet aspect assez spécialisé du dessin de fondations est très peu abondante. Au Canada, la proportion de bâtiments dont les fondations reposent sur terrain rapporté est faible. Le nombre de demandes de renseignements sur la question que reçoit la Division des recherches en bâtiment n'en est pas moins élevé. Il suggère qu'une étude du sujet et une revue des difficultés qui lui sont associées pourrait être utile. Le présent digeste comporte une revue de cette nature. Il contient également un bref exposé relatif au comportement satisfaisant de constructions érigées sur des terrains rationnellement remblayés. La dernière partie du digeste confirme que, sauf cas tout-à-fait exceptionnels, il n'existe pas d'empêchement à la construction sur terrain d'apport. Toutes les fois qu'un terrain contenant des matériaux rapportés quelconques doit être utilisé pour l'exécution d'un projet de construction, une investigation exceptionnellement approfondie est nécessaire.
  21. posté par sitayeb Mise en œuvre des éléments de fondation par vibrofonçage Le présent article examine les méthodes actuellement disponibles en vue de prédire la fonçabilité des éléments vibrés. Les questions environnementales liées au vibrofonçage feront l’objet d’une seconde partie qui sera publiée ultérieurement. Des avantages indéniables La mise en place des éléments de fondation préfabriqués pour la réalisation d’ouvrages de soutènement (ex. palplanches) ou d’ouvrages portants (ex. pieux tubulaires en acier) s’opère essentiellement par vibrofonçage, par battage ou par vérinage (poussage). Chaque méthode possède son domaine d’application privilégié en fonction de ses avantages et inconvénients (tableau 1). Tableau 1 Avantages et inconvénients des différentes techniques de mise en œuvre. Technique Avantages Inconvénients Poussage (vérinage) Peu de vibrations dans le sol - Lent - Cher - Principalement d’application dans des sols peu résistants Battage Applicable dans presque tous les sols (y compris à haute résistance) - Lent - Risque d’endommagement du profilé - Risque de vibrations importantes dans l’environnement Vibrofonçage Rapide et économique - Vibrations dans l’environnement (vibrateurs basse fréquence) - Prédiction de la fonçabilité parfois difficile La mise en œuvre par vérinage est recommandée lorsque les exigences environnementales sont particulièrement contraignantes. Cette technique génère en effet moins de bruit et de vibrations que le battage ou le vibrofonçage; elle est toutefois fort onéreuse et appliquée (jusqu’à présent) principalement dans des sols peu résistants. La mise en œuvre par battage peut s’appliquer dans pratiquement toutes les conditions de sol, y compris dans des sables très compacts. Les inconvénients de la technique sont principalement liés à ses nuisances environnementales (bruit et vibrations). Le vibrofonçage est très attractif dans la majorité des cas, de par sa rapidité, son faible coût et la possibilité qu’il offre de contrôler les nuisances environnementales par l’utilisation de vibrateurs haute fréquence et/ou du moment excentrique. Cette technique fait l’objet d’études récurrentes au CSTC et n’a eu de cesse d’évoluer au cours des dernières années, ainsi qu’en atteste l’organisation de symposiums internationaux sur ce thème (Transvib 2002 et Transvib 2006). Le vibrofonçage consiste à mettre en place des éléments de fondation en leur appliquant une force vibratoire en tête. Cette technique est basée sur la propriété du sol à perdre sa résistance sous l’effet des vibrations. Grâce aux avancées de ces 15 dernières années (vibrateurs haute fréquence, introduction du moment excentrique variable), elle s’est particulièrement bien adaptée aux exigences des travaux ‘sensibles’ (notamment en ville) en produisant moins de bruit et en transmettant moins de vibrations dans l’environnement que les techniques de battage. Le vibrofonçage présente également un grand attrait économique en raison de sa rapidité et de ses possibilités d’utilisation sur des sites difficiles d’accès. Pourtant, son application pose, aujourd’hui encore, de nombreuses interrogations quant à son utilisation optimale et à ses limites. Ces questions ont motivé, par le passé, d’importants efforts de recherche sur le plan européen (projet HIPERVIB 1992-1995, projet SIPDIS 1996-1999, projet national français 2000-2005). Au sein du CSTC, une nouvelle recherche entamée en septembre 2006 vise une prise en compte complète et plus réaliste des paramètres du vibrofonçage dans les méthodes de prédiction. Cette recherche, financée par la Région wallonne (programme DOCA), s’inscrit dans le contexte d’une thèse doctorale encadrée par l’UCL, partenaire scientifique universitaire du projet. Des essais instrumentés de mise en place de pieux et de palplanches récemment réalisés en Belgique et en France ont mis en évidence les limites des hypothèses traditionnellement adoptées dans les méthodes de prédiction appliquées au vibrofonçage. Les principales lacunes ont trait à la description des interactions entre le matériel de vibrofonçage et le sol. Une analyse comparative des méthodes de calcul actuelles, effectuée sur les résultats expérimentaux de la base de données GeoBrain, confirme la possibilité d’améliorer sensiblement les méthodes de prédiction appliquées aujourd’hui à la fonçabilité des pieux et des palplanches, à condition de représenter d’une façon plus réaliste l’influence du matériel utilisé. Une approche complémentaire en vue d’améliorer les prédictions consiste à intégrer directement les données expérimentales aux méthodes de prédiction. Le principe revient à combiner la description physique des phénomènes à une base de données expérimentales, pour aboutir à une méthode dans laquelle les incertitudes pourront se réduire progressive­ment au fil de l’expérience et des données recueillies. V. Whenham et N. Huybrechts (CSTC), T. Bles (GeoDelft), A. Holeyman (UCL)
  22. posté par kamel27 pour le calcul des fondations esq on prend en compte le poids des terres sur les fondations?? si c'est oui comment??? (logiquement on les prend en compte)
  23. posté par bentafat_rachid http://www.euronto.com/gredyco/phenomen ... argile.htm
  24. posté par sitayeb La construction sur remblais: Il est quelquefois nécessaire d'ériger des constructions sur des terrains où des matériaux ont été rapportés sur le sol d'origine Dans le cas où ces terrains doivent supporter des fondations de bâtiments, plusieurs considérations viennent compliquer le travail normal de dessin des plans de fondations et de leurs constructions http://www.zshare.net/download/5669051c593347/
  25. posté par bentafat_rachid Mouvements de fondations Publié à l'origine en avril 1973. C.B. Crawford Il est assez normal dans la conception d'un bâtiment de supposer que les fondations ne bougeront pas. Par conséquent, si des fissures apparaissent dans le bâtiment, l'on en conclu que les fondations ont bougé et que ce mouvement est la seule cause de ce fendillement. Aucune de ces deux hypothèses n'est exacte. Il est nécessaire pour évaluer l'influence d'une fondation sur le fendillement, de tenir compte de la nature et de l'étendue des mouvements de cette fondation et de comprendre pourquoi et comment ces mouvements se produisent. Dans les limites raisonnables, l'on se soucie moins de l'affaissement global d'un bâtiment que d'un tassement différentiel. Le Palais des Beaux-Arts Mexico City, par exemple, s'est affaissé de plus de 10 pieds dans la terre depuis sa construction qui date de 60 ans et le résultat le plus frappant consiste en ce que l'escalier d'honneur en pierre a disparu et que l'entrée est maintenant au niveau de la rue. De pareils avaries se produisent rarement de nos jours. Grâce à une meilleure compréhension des propriétés des sols et des matériaux rocheux, les ruptures de fondations se font de plus en plus rares. Néanmoins, certains mouvements nocifs surviennent de temps en temps et nous en étudierons les causes possibles dans ce Digest. Les sols et roches de fond ressemblent aux autres matériaux de construction en ce qu'ils cèdent sous une charge, mais à leur encontre, on doit les utiliser à leur état naturel; on ne peut les transformer par une opération industrielle. Exception faite de certains cas, on peut exclure la roche de fond de cette étude parce qu'elle constitue généralement un matériau satisfaisant. Les sols, par contre, sont souvent chargés à leur limite par les sollicitations placées sur les fondations.
×
×
  • Create New...