Jump to content
CIVILMANIA

Search the Community

Showing results for tags 'Pieux'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • GENERAL
    • Discussions générales
    • Carrière et emploi
  • CAMPUS
    • Formation
    • Supports
    • Projets d'étude
  • LOGICIELS & OUTILS
    • CAO, DAO & BIM
    • Structures
    • Infrastructures & VRD
    • Divers
  • PROJETS
    • Ingénierie & études
    • Maitrise d'oeuvre
    • Réglementation
    • Économie de la construction
    • Sols & fondations
    • Topographie & SIG
  • STRUCTURES
    • Béton armé
    • Charpente métallique
    • Structures diverses
  • GENIE CIVIL
    • Voiries
    • Ouvrages d'art
    • Ouvrages hydrauliques
  • CHANTIER
    • Méthodes & plannification
    • Matériaux & matériels
    • Réhabilitation
    • Travaux
  • Divers
    • Hors sujets & Liens morts
  • DÉVELOPPEMENT
  • Algérie's Discussions
  • Maroc's Discussions
  • Tunisie's Général
  • France's Discussions
  • Etudiants's Discussions
  • Mauritanie's Discussions
  • BATIMENT's Discussions
  • Club des docteurs et doctorants de génie civil's Discussions
  • RDC's Dynamo pour revit 2017
  • RDC's Transmission documentation
  • Recherche générale / general research's Topics

Categories

  • Support de cours
  • Thèses et Mémoires
  • Logiciels et outils
  • INGÉNIERIE
  • TRAVAUX
  • Revues et articles
  • Divers
  • Recherche générale / general research's Madrasat | Files room

Calendars

  • Formations
  • Webinaires
  • Cameroun's Interviews des membres du Club

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Formation


Etablissement


Fonction


Expérience


Mes logiciels


Mes références


Pays


Ville


phone


website


email

Found 115 results

  1. Bonjour à tous, Je travaille sur un bâtiment fondé sur micropieux qui ne travaillent donc pas aux efforts horizontaux. En m'appuyant sur un ouvrage de Victor Davidovici (La construction en zone sismique), j'ai pu trouver une solution qui consiste à "enfermer" un certain volume de terre par l'intermédiaire de longrines et de bêches et d'utiliser le cisaillement de ce terrain par le phénomène d'entrainement. Ma question est la suivante: J'ai des longrines de dimension 20x208ht qui sont partiellement enterrées (60cm). Par ce phénomène d'entrainement du sol, j'ai considéré une poussée sur la hauteur hors sol de la longrine et j'ai ainsi dimensionné des aciers par flexion simple. Qu'en pensez vous? La terre entrainée par la structure provoque-t-elle des efforts sur la longrine? Et si oui quel type d'effort? Il m'a semblé naturel de considéré un profil de contrainte rectangulaire! Merci d'avance.
  2. Bonjour,     moment en tête de pieu :  M* =   - cwH    H*                                                        cwM      l comment determiner les coefficients    cwH  =  ? cwM =  ?   Et merci d'avance
  3. Bonjour, Je voudrais savoir la différence entre puits et pieux. Quels sont les utilisation pour chacun des cas. Merci.
  4. VOILA DANS UNE REGION SISMIQUE PEUT ON CONCEVOIR UN MUR DE SOUTENEMENT DE 4M DE HAUTEUR SUR UN SEUL PIEU (TRANSVERSALEMENT) SACHONS QUE LA LONGUEUR DU MUR EST DE 280ML L'ESPACEMENT LONGITUDINAL EST DE 3M POUR UN UN DIAMETRE DE PIEU DE 0.6M MERCI
  5. Bonjour, j'ai une question qui me laisse sans reponse par rapport au pieux, je vous resume le probleme, on a prevu de mettre des pieux comme fondation ,sauf qu'on a pas vu la limite de proprieté , du coup nous sommes un peu embrasser avec cela, on a reflichi à mettre un massif qui sera desaxer par rapport aux pieux, qui reprendera le poteau,ce qui me gene c'est le moment qui se cree par rapport au dexassement du poteau ,j'ai pas une experience dans le domaine des pieux, ni comment se fait la transmission du moment , un collegue me dit qui faut calculer le moment desaxé et deviser en deux notre moment puisque il y a deux pieux, vous trouverez un schema qui vous aiderai à mieux voir, est-que le pieux peut reprendre un moment de torsion, on sait que les 2 pieux peuvent reprendre un moment mais dans la direction des deux pieux,est ce pareil pour tout le pieu puisque il est rond ? merci pour vos reponses img-X15155357-0001.pdf
  6. bonjour; je travaille sur un projet portuaire (quai sur pieux), l'entreprise de réalisation s'est procurée d’un marteau de battage de type pajot 3600 pour le battage des chemises métalliques de diamètre 1066 mm et d'épaisseur 14 mm, le sol a traversé est de la vase 10 m, grave sableuse 3 m et marne friable 2 m et marne compacte (pour ancrage des chemise) je voudrais savoir quelles sont les paramètres a prendre en compte pour le choix d'un marteau de battage, et pour notre cas peut on adapter ce marteau (pajot 3600) et cela afin d'accepter ou de rejeter ce marteau. merci
  7. bonjour a ts, j'ai une structure qui a son poids depassant la capacite portante du sol alors je ne c pas comment resoudre ça ce probleme alors g pensé mettre des micropieux de 40 a60 cm de diametre et de 2 m de profondeur et seulement en beton non armé juste une amelioration des caracteristiques du sol alors qet ce que vous en ditent de cette solution merci
  8. Voici un extrait de cours proposé par le CNAM, le conservatoire national des arts et des métiers, qui traite les fondations profondes, les pieux : http://ww1.cnam.fr/geotechnique//enseignement/exemple de cours.pdf cnam.fr
  9. je vous prie de bien vouloir me porter assistance sur la pathologie des tube metallique pour pieux sachant que ces dernier ont atteint un degres avancé de corrosion, et quel sera le seuil de corrosion, pour accepter ou refuser ces tube, merci
  10. Bonjour,    problème dans l'execution des pieux sur  chantier un soulèvement de la cage d'armature par rapport  au cote théorique (30 cm)   
  11. Comment, fixé le positionnement des têtes de pieux pour une structure en voiles? c'est a dire aux extrémités des voiles ou au centre de gravité de la partie tendue du voile?
  12. Similation Battage de pieu metallique tubulaire Salut!Je suis un élève ingénieur en BTP de l' Ecole Polytechniqhe de Madagascar et je prépare mon memoire de fin d' etude et j' ai comme sujet de memoire "Simulation de Battage de pieu metallique tubulaire:energie de battage-propagation d' onde le long du pieu-determination de critère au refus". Le probleme c' est que je manque de document, SVP si vous avez des docs concernant mon sujet de memoire, AIDEZ MOI SVP!!!!!!!!!!!!!
  13. bonjour , est ce que quelqu'un c'est comment calculé le nombre de pieux necéssaire pour suporté un ouvrage?
  14. Bonjour, j'ai besoin d'avoir la méthode de calcul des pieux présente dans le document SETRA "FOND 72-pièce 5 bis 1". En effet je ne dispose pas de ce doc, et j'ai pas réussi à le trouver. Est ce qu'il y a qq'un qui peut bien me donner le doc concerné ou tout autre doc exposant cette méthode? Merci à l'avance
  15. est ce que quelqu'un peut me dire si en peut adopté des pieux a la tour et un radier ou semelle pour le bloc , sachant que le sol est de 0,4 bar
  16. SALAM ALLIKOUM ya t'il un logiciel qui fait le dimensionnement et le calcul des pieux ? je voudrais avoir si c'est possible une documentation de la maniere de calculer et verifier des pieux ; est ce qu'il ya qlq qui a déja calculé ce genre de fondation (m'attacher une note de calcul si possible). merci de votre attention
  17. Fondations dans les sols sujets à des gonflements ou à des retraits Les sols d'argile qui changent de volume constituent, au Canada etaux États-Unis, le risque naturel le plus coûteux pour les bâtimentsconstruits sur des fondations peu profondes.1 Dans lesseules provinces des Prairies, un million de Canadiens ou plus viventdans des agglomérations construites sur des sols ayant un potentield'expansion très élevé. Dans les régions côtières et dans celles del'est même de plus grandes populations vivent dans des agglomérationsconstruites sur des argiles ayant un potentiel hautement rétractable.Le présent bulletin contient des notions et des détails nouveaux quirésultent d'une étude continue de la question et traite du choix defondations appropriées. Reconnaissance des sols pouvant présenter des risques Au Canada, les dépôts argileux pouvant causer des problèmes peuventêtre classés en deux groupes principaux: les argiles rétractables etles argiles gonflables. Les dépôts rétractables, que l'on trouve à uneéchelle extensive dans les vallées du Saint-Laurent et de l'Outaouais,ont habituellement été formés dans de l'eau de mer ou saumâtre, ils ontune teneur naturelle en eau très forte et contiennent peu ou pas deminéraux argileux gonflables. Ils ont peu tendance à gonfler sousl'effet d'une contrainte réduite et en présence d'eau librementdisponible, à moins qu'ils n'aient été séchés auparavant et n'aientsubi une réduction de volume de l'ordre de 50 pour cent au-dessous desconditions de sédimentation. Les problèmes de fondations peu profondescausés par ces argiles se limitent presque exclusivement aux tassementsde retrait dus à l'influence desséchante des racines d'arbres . Les sols argileux qui gonflent se rencontrent habituellement dansles dépôts lacustres du centre et de l'ouest du Canada. A cause de leurminéralogie de montmorillionite et d'une teneur en humidité moinsforte, lorsque les conditions ambiantes changent, habituellement ils segonflent ou exercent de fortes pressions sur les structures rigides;mais ils peuvent également présenter un fort degré de réversibilitéretrait gonflement avec modifications de la teneur en humidité. Lareconnaissance des risques de problèmes de gonflement ou de retrait estimportante dans les premières phases de la planification del'utilisation des sols et est essentielle pour un bon choix du type defondations. On peut utiliser une classification (figure 1) basée sur lafraction d'argile en pourcentage et l'indice de plasticité pour catégoriser le degré probable de sévérité.2Un sol ayant une teneur en argile supérieure à 25 pour cent et unindice de plasticité supérieur à 30 pour cent est susceptible d'un trèsgrand risque de retrait ou de gonflement. Tout sol ayant une teneur enargile et un indice de plasticité supérieurs à 10 pour cent peut subirau moins un léger gonflement à un léger retrait lorsque les conditionsambiantes changent. Figure 1. Importance des dommages dus au changement de volume des sols argileux (D'Après Williams (2)). Choix du type de fondations La majorité des fondations des petites structures sont choisies poursatisfaire les exigences minimales des règlements ou des normes deconstruction imposés par les pouvoirs publics ou les organismes definancement. Bien que cela permette d'obtenir une solidité suffisantede la structure et une rentabilité immédiate, les coûts basés sur ladurée de vie de même que le rendement des fondations peu profondescreusées dans des dépôts profonds de sols en argile instable sontsouvent médiocres. La stabilité d'une fondation est fonction des couches sous-jacentesdu sol jusqu'à des profondeurs supérieures au double de la largeur dela structure . La profondeur à laquelle le sol peut encorechanger de volume (retrait ou gonflement) et le degré de réaction descouches de sol jusqu'à cette profondeur sont d'une importanceprimordiale pour le choix du type approprié de fondations. Laprofondeur de l'action du gel est également importante pour lesstructures qui n'ont pas de pertes de chaleur appréciables pour le sol .Jusqu'à ce jour les normes et codes du bâtiment ont beaucoup plusinsisté sur la profondeur de l'action du gel que sur la profondeur dela zone active des sols argileux gonflables ou rétractables. Zone active La zone active est le terme proposé pour décrire la masse de sol(au-dessous et autour d'une structure) qui sera modifiée de façonsensible par la présence de la structure, ses équipements, sonaménagement paysager et ses bâtiments voisins. La zone active peut êtrereprésentée par un environnement dynamique tridimensionnel influencépar des forces imposées par l'intérieur et par l'extérieur. Les effetsdes changements cycliques ou à long terme sur la teneur en humidité, latempérature et la chimie se combinent souvent aux contraintes et auxsollicitations auxquelles le sol est soumis. Le temps, la végétation etles variations climatiques sont des facteurs naturels importants quimodifient la portée et l'activité à l'intérieur de cette zone. Parexemple, la figure 2 montre la différence entre les effets del'enracinement de profondeur uniforme typique des pâturages et desforêts denses et la profondeur irrégulière de la zone active typiquedes parcs où les arbres sont très espacés. Figure 2. Configurations de la zone active pour différents types etdensités de végétation sur un dépôt d'argile profond avec nappesouterraine profonde. Dans le développement urbain, la construction et l'aménagementpaysager ont souvent des conséquences importantes sur l'environnementnaturel (figure 3). Une excavation de 5 ou 6 pi pour un sous-sol demaison se traduit par un déchargement net du sol car le poids de laterre enlevée correspond habituellement à plusieurs fois celui de lamaison terminée. Ce déchargement entraîne un gonflement non uniforme dusol et un soulèvement différentiel des fondations superficielles.Réciproquement, le poids d'un remblai relativement bas peut être bienplus important que celui du bâtiment construit au-dessus. La chaleurrentre et sort d'un bâtiment, et le drainage du sous-sol etl'irrigation de surface peuvent causer des changements marqués dans lateneur en humidité, le volume ou les contraintes dans un sol.L'asphaltage, l'aménagement paysager et l'irrigation de partiesimportantes du terrain peuvent aussi avoir une grande influence sur lesdépôts d'argile profonds. Figure 3. Configurations de la zone active pour différentesinfluences structurales telles que: réduction de contrainte -,augmentation de contrainte +, et flux de chaleur . Conception des fondations Il y a essentiellement deux méthodes de conception des fondationspour les sols sujets à des gonflements ou à des retraits. Les semellessuperficielles étendues (figure 4) et les dalles sur terre-plein sontles plus courantes dans la pratique traditionnelle. Les fondationsprofondes, qui ont une capacité portante en sol stable au-dessous de lazone active (figure 5), sont fréquemment retenues lorsqu'une analyse deconception est effectuée par des experts géotechniciens. Figure 4. Rendement à court terme typique d'une fondation peu profonde construite sur un dépôt profond de sous-sol gonflable. Figure 5. Rendement à long terme typique d'une fondation construitesur un dépôt profond de sous-sol gonflable, avec effets de lacroissance des arbres. Les fondations superficielles peuvent subir d'importants mouvementsabsolus (totaux) et différentiels des sols présentant un risque degonflement ou de retrait allant de modéré à fort. Les distorsionsatteignent rarement des proportions dommageables une année ou plusaprès la construction, mais elles continuent à s'amplifier et à causerdes problèmes d'entretien pendant toute la durée de vie de lastructure. Lorsque la tolérance à la distorsion d'une structure a étédépassée, les problèmes d'entretien réduisent souvent sa durée deservice. Les fondations profondes peuvent éliminer complètement lesmouvements absolus et différentiels au sein de la structure principale.Toutefois, pour des profondeurs égales de sous-sols, l'influence dudéchargement net de l'excavation jusqu'au niveau du sous-sol peut êtreplus importante qu'avec des fondations superficielles. Ceci, parce quele poids de la superstructure est transmis à de grandes profondeurs aulieu d'avoir tendance à compenser le poids de sol excavé. Il n'est doncpas rare que les composants supportés par le sol tels que les dalles desous-sol et les tuyauteries et équipements enterrés au niveau du sol ouà proximité (par exemple les allées, trottoirs, conduites de serviceset perrons) subissent des mouvements différentiels accentués parrapport à la structure principale. Les éléments de charpente en portéelibre au-dessus de vides drainés et de vides sanitaires, lestransitions structurales ou en remblai stable entre la structureprincipale et les sols naturels qui l'entourent, et les connexionsflexibles pour les conduits exigent tous une conception très complexeet une construction contrôlée avec soin pour assurer une bonneperformance à long terme. Sur les sols ayant un potentiel de retrait de modéré à fort,l'importance et le taux des mouvements des fondations peu profondessont directement reliés à l'emplacement et à l'activité des racinesd'arbres. En période de sécheresse, les arbres à racines profondes ontcausé des mouvements différentiels sévères, de l'ordre de plusieurspouces durant une seule saison de croissance3,4; et sur de longues périodes, les mouvements différentiels cumulatifs à l'intérieur d'une seule habitation ont dépassé un pied.5 Sols d'argile utilisés comme remblai. Les sols riches enargile présentent souvent des problèmes à long terme lorsqu'ils sontutilisés comme remblai. Leur consistance en mottes et leur naturecohérente résultant de techniques d'excavation courantes renddifficile, sinon économiquement et pratiquement impossible, leurrecompactage à une teneur en humidité et une densité uniformes quiassurera un tassement futur minimum, un gonflement possible minimum oudes poussées latérales des terres minimales. Au-delà des problèmesévidents de tassements superficiels importants et prolongés, lesremblais d'argile exigent des ouvrages de retenue singulièrement plusforts, comme des murs de fondation, pour supporter les pressionshorizontales des terres plus importantes que celles qui sont exercéespar des remblais non argileux. Dales sur terre-plein. Bien que dernièrement beaucoup deprogrès aient été accomplis dans le développement de méthodes deconception pour assurer une rigidité de la dalle suffisante afin deréduire au minimum les distorsions préjudiciables, nul ne peut assurerque ces dalles n'auront pas à subir une inclinaison excessive lorsqu'ilse produira des changements non uniformes du volume du sol. Des couchesépaisses de sols non argileux recouvrant des dépôts d'argile peuventréduire les mouvements différentiels de dalles ou de semelles placéesau-dessus. Malheureusement, à Ottawa et Winnipeg, les racines desarbres ont parfois pénétré les couches profondes de sorte que leretrait dû au séchage qui en résulte a causé des dommages auxfondations et aux structures situées plus haut. Semelles étendues. L'avantage de placer des semelles étaléesaussi profondément que possible pour réduire au minimum les dangers dela végétation à racines profondes est contre-carré par l'avantage demaintenir les excavations de sous-sol aussi peu profondes que possiblepour réduire au minimum l'effet de déchargement-soulèvement. Si on peutprévoir que les réactions à un nouvel environnement serontexclusivement le retrait ou le gonflement, on peut facilement choisirla profondeur la plus souhaitable pour une semelle étalée et un sol desous-sol. On a utilisé avec succès des fondations flottantes incorporant des dalles de béton épaisses fortement renforcées pourmaintenir les distorsions de la superstructure à des niveauxacceptables. Pieux profonds ou fondations sur pieux. Si l'on faitsuffisamment attention pour isoler les coiffes de pieux, les poutres etautres éléments porteurs du sol par des vides adéquats ou des videssanitaires, les pieux profonds ou les fondations sur pieux sont trèsefficaces pour les sols présentant un risque élevé de gonflement ou deretrait. Bien qu'apparemment simples de conception et de construction,leur bon potentiel de rendement peut être réduit à néant si l'onn'accorde pas une attention toute particulière à des détails tels quele drainage effectif et le contrôle de l'humidité dans tous les videset vides sanitaires et les raccords flexibles pour la plomberie et lesautres équipements supportés par le sol. Conclusions Grâce aux connaissances et aux notions maintenant disponiblesconcernant le gonflement et le retrait des sols, il y a plusieurssolutions de remplacement efficaces aux fondations traditionnelles.Dans la plupart des grandes villes, les experts géotechnicienscontribuent aux procédés de développement qui aboutissent à dessolutions économiques. Les autorités responsables de la planificationet de la construction devraient exiger des rapports sur les risquesgéotechniques dans les soumissions d'approbation de subdivisions ou deplans de développement; et ces rapports devraient contenir uneévaluation des risques pour les différents ouvrages et desrecommandations sur les pratiques de conception et de construction lesplus appropriées pour assurer un rendement économique à long terme.
  18. posté par azzedine16209 Mise en place de pieux. Machine de forage Machine de battge Vibrateur Compactage par vibration Pieu Franki
  19. posté par azzedine16209 GENERALITES * LES PUITS ET BARETTES * LES COLONNES BALLASTEES * LES PIEUX * MICROPIEUX * LES ECRANS DE SOUTENEMENT Lien : http://www.ac-grenoble.fr/lycee/roger.d ... eneral.htm Bonne navigation.
  20. posté par console ceci est une these en format pdf de 292 pages avec de tres bonnes illustrations pour ceux qui veulent creuser la question des pieux qui est devenue une vraie sous specialités genie civil http://pastel.paristech.org/454/01/These_Estephan.pdf Depuis la création des micropieux par F. Lizzi, en 1952, cette technique de fondation profonde a été adoptée pour des applications diverses. Ces pieux élancés de faible diamètre (inférieur à 25 cm) sont rarement mis en place par éléments isolés, mais sont plutôt disposés en groupes ou en réseaux. Malgré l'essor rapide de cette technique et son usage fréquent dans les domaines de la reprise en sous œuvre, du renforcement des sols et parfois des fondations neuves, les méthodes de calculs des micropieux, quant à elles, étaient souvent empiriques, voire simplifiées, notamment dans le cas des micropieux disposés en réseaux. Le comportement d'un groupe de micropieux est fonction du comportement élémentaire de chaque micropieu du groupe et de l'interaction simple entre eux. Quant au comportement d'un réseau (groupe de micropieux dont la majorité des éléments sont inclinés d'une manière convergente), il est également fonction du comportement élémentaire des micropieux, de l'interaction mécanique simple entre ces micropieux, mais aussi de l'éventuel effet d'enserrement du sol entre les micropieux enchevêtrés. L'expérience montre que l'effet de groupe est, dans certains cas, positif. Cet effet positif pourrait résulter de la méthode de mise en place des micropieux et/ou de la densification du sol environnant. En revanche l'interaction mécanique simple entre les micropieux, telle qu'elle est évaluée pour le cas des pieux, induit un effet de groupe négatif et réduit la raideur globale des micropieux du groupe. Les méthodes de calcul en déplacement actuelles de groupes (de pieux ou micropieux) tiennent compte de cette interaction mécanique simple, alors que les effets bénéfiques ne peuvent être introduits que directement par les paramètres mécaniques du sol. Les réseaux de micropieux sont généralement calculés selon l’une des deux hypothèses suivantes : le réseau se comporte comme un groupe, ainsi les méthodes de calculs sont analogues à celles des groupes ne tenant compte que de l’effet d’interaction mécanique simple entre les micropieux ; la deuxième hypothèse tient compte d’une manière très simplifiées de l’effet d’enserrement du sol entre les micropieux enchevêtrés, le sol et les micropieux étant considérés comme un bloc monolithique. Les méthodes de calculs basées sur cette dernière hypothèse, issue des observations expérimentales, sont empiriques. Les présentes recherches ont été menées au CERMES (ENPC-LCPC) dans le cadre du projet national FOREVER1, et portent sur l'étude du comportement des micropieux disposés en groupe ou en réseau. L'effet de l'inclinaison des micropieux dans un réseau est particulièrement étudié. Cette thèse fait suite aux travaux de recherches menés également au CERMES par Youssef (1994), Maléki (1995) et Perlo [Perlo et Frank, 1997; Perlo et al., 1998] sur le comportement des micropieux isolés ou en groupes. Le mémoire présenté comporte trois parties. La première partie est consacrée à une étude bibliographique sur les micropieux. Un premier chapitre présente l'historique des micropieux, leur classification et leurs domaines d'applications. Le deuxième chapitre de cette même partie résume les différentes méthodes de calculs existantes des micropieux (isolés, en groupes ou en réseaux) sous chargement vertical ou horizontal. La deuxième partie est une analyse des essais expérimentaux, réalisés dans le cadre du projet national de recherche sur les micropieux (FOREVER). Cette partie comprend deux chapitres: le premier analyse les essais réalisés sur des groupes de micropieux, le deuxième interprète les essais relatifs à des réseaux. Ces essais ont été réalisés en vraie grandeur ou en modèle réduit (en centrifugeuse, en chambre d'étalonnage, en grande cuve expérimentale). L'influence de paramètres, tels l'espacement et le nombre de micropieux, sur la portance verticale des groupes ou des réseaux et sur leur comportement sous sollicitations horizontales, est ensuite étudiée. Deux approches numériques sont utilisées dans la troisième partie: l'approche par la méthode des fonctions de transfert de charge (programme GOUPEG) et l'approche par la méthode des éléments finis (CESAR-LCPC). Le programme de calcul de groupe GOUPEG (Degny et Romagny, 1989; Perlo et al., 1998) est développé pour étudier l'interaction pieu-sol-pieu d'un réseau général tridimensionnel. Ce programme GOUPEG est, par la suite, utilisé pour étudier le comportement d'un réseau élémentaire de 4 micropieux disposés en double chevalet, et soumis à des sollicitations verticales et horizontales (essais en vraie grandeur sur le site du CEBTP à Saint Rémy-lès-Chevreuse). Finalement, une étude paramétrique analyse l'effet de l'inclinaison des micropieux d'un réseau élémentaire, en double chevalet, sur le comportement global du réseau ainsi que sur le comportement élémentaire des micropieux. Le dernier chapitre présente l'approche par la méthode des éléments finis. Le programme CESARLCPC est utilisé pour étudier le comportement tridimensionnel d'un réseau élémentaire en double chevalet sollicité verticalement en tête. L'étude présentée, contrairement à celle basée sur la méthode des fonctions de transfert de charge, permet de donner des résultats intéressants concernant le comportement du massif de sol entourant les micropieux et notamment le sol compris entre les micropieux.
  21. posté par ragabolla un ensemble de document qui parle de pieux: conception, etudes, execution... http://rapidshare.com/files/46702235/les_Pieux_.rar http://rapidshare.com/files/46698194/Fo ... _pieux.pdf
  22. Tests de charge de pieu Selon la norme DIN 1054 et l’Eurocode 7 le but de tests de charge de pieu est de déterminer sûrement la capacité de charge ainsi que les caractéristiques de tassements de pieux particuliers pour un ouvrage spécifié. Nous offrons une gamme étendue d’instruments de test qui satisfait aux exigences mentionnées ci-dessus et qui aide à assurer une évaluation commensurable et scientifiquement valable des résultats comme demandé dans la norme DIN 1054. http://www.gif-ettlingen.de/franz/p/franz/Kap._18.pdf
  23. posté par sitayeb Essais après réalisation des pieux Description des différents essais effectués sur des pieux déjà réalisés. Carottage : Au moyend’une sondeuse, on vient faire un trou de haut en bas du pieu avec unecouronne à diamants. Cela permet de vérifier la bonne longueur, laqualité de l’ancrage, la qualité du sol d’ancrage et enfin sur lescarottes extraites de voir la qualité et la continuité du béton quidoit avoir quelques semaines avant de faire cet exercice. Cet exerciceest long et coûteux. Il est aujourd’hui possible d’utiliser le trou duforage carotté pour faire d’autres essais, comme par exemple des essais de perméabilité ou des mesures de conductivité électrique du béton. Essais de charge sur les pieux : Ils sont évidemment très sûrs puisqu’il s’agit de tester la force portante des pieux en vraie grandeur. Ils sont cependant très coûteux puisqu’ils doivent souvent mobiliser des charges considérables. En 2003, l’essai record était de 163.000 kN. Depuis un essai de 279.000 kN a été réalisé. En général, on fabrique une tête spéciale sur le pieu à tester et on interpose un vérin entre cette tête et un chevêtre qui doit résister à la poussée du vérin. Pour cela il existe différentes méthodes. On mobilise la réaction par du poids mis en équilibre sur une plateforme au-dessus du pieu (caisse à eau, à sable, empilement de gueuses de fonte (lest de navires), de blocs de béton préfabriqué) ou par des tirants ancrés de part et d’autres de la tête du pieu. On peut également faire des essais de traction sur des pieux en vraie grandeur. Là aussi il s’agit d’essais très coûteux. La charge maximale appliquée correspond à 1,5 fois la charge de service et à un taux de travail du béton de 7 MPa. Les témoins sonores permettant de suivre la répartition des efforts le long du fût de l’appui montrent que l’essentiel de la charge est repris par la pointe. Essai de charge avec eau ou blocs de béton et, à droite, essai de traction sur deux pieux
  24. posté par sitayeb La paroi CSM, une solution innovante de paroi en sol traité. Le nouveau procédé CSM (Cutter Soil Mixing) de Solétanche Bachy permet de réaliser des parois de soutènement et des écrans d'étanchéité en sol traité en place et mélangé à un coulis de bentonite ciment. Le nouveau procédé CSM (Cutter Soil Mixing) de Solétanche Bachy permet de réaliser des parois de soutènement et des écrans d'étanchéité en sol traité en place et mélangé à un coulis de bentonite ciment. La paroi CSM, en complétant la gamme des techniques d'amélioration de sols, présente une solution alternative plus économique et plus respectueuse de l'environnement grâce, notamment, à la réduction des ressources naturelles utilisées et à celle des déblais produits. Le CSM de Solétanche Bachy utilise des technologies développées à partir de l'hydrofraise. L'outil est monté sur un kelly qui assure le respect des tolérances de positionnement et de verticalité des panneaux. Suivant la profondeur de l'ouvrage, il est possible de réaliser l'ensemble du panneau en injectant un coulis de ciment directement entre les tambours lors des phases de descente et de remontée de l'outil. La paroi CSM propose une solution innovante et compétitive de soutènement et d'écran d'étanchéité en sol traité en place qui réduit considérablement le volume de déblais à évacuer par rapport aux solutions traditionnelles. Le CSM développé par Solétanche Bachy avec Bauer Maschinen GmbH permet de réaliser des panneaux rectangulaires jusqu'à une trentaine de mètres de profondeur. Les outils disponibles aujourd'hui sont conçus pour des sections allant de 2,4 m x 0,5 m à 2,8 m x 1,0 m. Suivant la profondeur de l'ouvrage, il est possible de réaliser l'ensemble du panneau en injectant un coulis de ciment directement entre les tambours lors des phases de descente et de remontée de l'outil. La paroi CSM est particulièrement adaptée aux sols granulaires de densité moyenne et aux sols argileux compressibles. Il n'est pas nécessaire, contrairement à une paroi en béton, de poser et de retirer des joints entre les panneaux. Les panneaux secondaires peuvent être réalisés soit en remordant dans deux primaires durcis, soit dans des panneaux frais. La paroi CSM présente une nouvelle solution flexible et économique de soutènement qui complète la gamme des techniques traditionnelles : parois au coulis, parois moulées, pieux sécants, palplanches, etc. Le sol étant traité en place, le volume de déblais est considérablement diminué par rapport aux parois classiques. Le procédé permet aussi de réduire la consommation de ressources naturelles. Polyvalent, le CSM ne requiert pas de porteur dédié et l'équipement peut être monté sur toute foreuse ou grue de puissance suffisante. Enfin, le CSM nécessite la maîtrise de formulations de coulis spécifiques afin de contrôler l'homogénéité, la résistance et la perméabilité du produit fini. Fabrice Mathieu (Solétanche Bachy), Serge Borel (Solétanche Bachy), Xavier Jullian (Solétanche Bachy) Retrouvez l'article complet page 49, Travaux n°821 - juillet-août 2005
  25. posté par chikh Je vous propose des diapos de L'EPFL qui expliquent bien les fondations. Voici les liens, j'espère que ça va marcher Very Happy Nouveaux Liens Capacité Portante des Fondations Superficielles. Poinçonnement, EPFL http://www.4shared.com/file/84953338/ac ... _EPFL.html Classification des Pieux, EPFL http://www.4shared.com/file/84953343/74 ... _EPFL.html Description des Pieux Battus, EPFL http://www.4shared.com/file/84953346/44 ... _EPFL.html Description des Pieux Forés, EPFL http://www.4shared.com/file/84953378/c8 ... _EPFL.html Essai de Chargement Statique (Pieux), EPFL http://www.4shared.com/file/84953381/36 ... _EPFL.html Facteur influençant un projet, Essais géotechniques in-situ, EPFL http://www.4shared.com/file/84953387/df ... _EPFL.html Formules de Battage, EPFL http://www.4shared.com/file/84953388/4f ... _EPFL.html Parois Berlinoises, EPFL http://www.4shared.com/file/84953392/b6 ... _EPFL.html Parois de Palplanches, EPFL http://www.4shared.com/file/84953397/c6 ... _EPFL.html Parois épinglées ou Clouées, EPFL http://www.4shared.com/file/84953403/15 ... _EPFL.html Tassement des Pieux, EPFL http://www.4shared.com/file/84953406/65 ... _EPFL.html
×
×
  • Create New...