Jump to content
CIVILMANIA

Search the Community

Showing results for tags 'Soutènement'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • GENERAL
    • Discussions générales
    • Carrière et emploi
  • CAMPUS
    • Formation
    • Supports
    • Projets d'étude
  • LOGICIELS & OUTILS
    • CAO, DAO & BIM
    • Structures
    • Infrastructures & VRD
    • Divers
  • PROJETS
    • Ingénierie & études
    • Maitrise d'oeuvre
    • Réglementation
    • Économie de la construction
    • Sols & fondations
    • Topographie & SIG
  • STRUCTURES
    • Béton armé
    • Charpente métallique
    • Structures diverses
  • GENIE CIVIL
    • Voiries
    • Ouvrages d'art
    • Ouvrages hydrauliques
  • CHANTIER
    • Méthodes & plannification
    • Matériaux & matériels
    • Réhabilitation
    • Travaux
  • Divers
    • Hors sujets & Liens morts
  • DÉVELOPPEMENT
  • Algérie's Discussions
  • Maroc's Discussions
  • Tunisie's Général
  • France's Discussions
  • Etudiants's Discussions
  • Mauritanie's Discussions
  • BATIMENT's Discussions
  • Club des docteurs et doctorants de génie civil's Discussions
  • RDC's Dynamo pour revit 2017
  • RDC's Transmission documentation
  • Recherche générale / general research's Topics
  • BENIN's Discussions

Categories

  • Support de cours
  • Thèses et Mémoires
  • Logiciels et outils
  • INGÉNIERIE
  • TRAVAUX
  • Revues et articles
  • Divers
  • Recherche générale / general research's Madrasat | Files room
  • BENIN's Fichiers

Calendars

  • Formations
  • Webinaires
  • Cameroun's Interviews des membres du Club

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Fonction


Expérience


Mes logiciels


Mes références


Formation


Etablissement


Pays


Ville


phone


website


email

Found 121 results

  1. Bonjour, j'ai un projet à faire pour le cadre de mon stage,j'aimrai savoir s'il y a un moyen d'avoir un exemple de calcul d'un mur de soutenment suivant les regles de l'eurocodes, j'ai cherché partout et j'ai pas trouvé je me refaire à vous merci
  2. Bonjour tous le monde, Je cherche la note de calcul d'un mur de soutènement de paroi cloué, Et si y'a quelque documents qui peut m'aider + des logiciel que je pourrais utilisé dans le calcul. Merci infiniment
  3. VOILA DANS UNE REGION SISMIQUE PEUT ON CONCEVOIR UN MUR DE SOUTENEMENT DE 4M DE HAUTEUR SUR UN SEUL PIEU (TRANSVERSALEMENT) SACHONS QUE LA LONGUEUR DU MUR EST DE 280ML L'ESPACEMENT LONGITUDINAL EST DE 3M POUR UN UN DIAMETRE DE PIEU DE 0.6M MERCI
  4. Bonsoir, On travail actuellement sur un projet de mur de soutènement implanté sur la rive d'un oued, les fondations du mur se trouvent au dessous de niveau de la nappe, après chaque excavation les fouilles se remplient d'eau malgré un pompage régulier. Ma question: quel moyen permet un abaissement du niveau de la nappe et assurer un asséchement des fouilles afin de procéder à la réception de sol ? merci
  5. cette livre est un premiere sur internet moi upload http://www.4shared.c...FONDATIONS.html mot de passe faltomalto
  6. Bonjour, Je cherche une méthode de dimensionnement pour un mur de soutènement en éléments préfabriqués en béton empilés (procédé PELLER, ...). Je voudrais connaitre la démarche pour justifier les elemenst interieurs en plus de la stabilité générale. Merci d'avance AP
  7. bonjour,   comment influe le choix de la rugosité sur la poussé et la butée  
  8. Bonjour,   Dans le cas d'un mur de soutènement de type cantilever (mur en T inversé) avec remblai et massif de sol stratifié derrière de remblai (2 couches), comment prendre en compte les actions du massif de sol stratifié sachant que pour simplifier la limite entre le remblai et le sol stratifié est verticale ? Je suis dans le cas d'un écran fictif incliné (coin de sol solidaire du mur), donc je ne peux pas calculer la poussée des couches de sol stratifié directement sur un écran fictif vertical (qui serait la limite entre le remblai et le massif de sol).   Est-il possible de calculer la poussée des couches de sol stratifié sur le remblai, puis du remblai sur l'écran fictif et le mur ?   Merci par avance.
  9. Une surprise nous attendait quand on a creusé notre terrain pour construire notre maison, le voisin ( image ci-dessous) n'a pas pris la peine de déblayer son terrain jusqu'à atteinde le bon sol, de plus , les poteaux de sa maison repose seulement sur un moellon dur cimenté 8-) ..Selon l'implantation générale de notre future maison, on doit descendre encore de 1,5m en dessous du niveau que vous voyez sur l'image, ce qui requiert certainement un soutènement pour reprendre la poussée des terres voisine contre notre future maison. Qu'en pensez vous? P1110090000.jpg[/attachment:eiqhxdpz] P1110090005.jpg[/attachment:eiqhxdpz] P1110090002.jpg[/attachment:eiqhxdpz]
  10. salut j'ai un mur de qui doit soutenir 11m de remblais(hauteur du rideau) et de 20ml de long. au vus de cette hauteur les contrainte sont très forte dans le béton et les aciers en pied . avec 1m d'épaisseu en pied la section d'acier pour des Fe 400 s'élève à plus de 35 cm².vous convenez avec moi que cette solution parait peu èconomique et le maitre d'ouvrage cri au scandale. je pense donc à crèer des contreforts tous les 2 ml .ce qui m'obligerai à diminuer l'épaisseur de mon mur je pense . mais je n'ai pas cette espérience et je ne vois pas trop comment evaluer les effort repris par le contreforts.j'ai bésoin d'aide : document ou plan déjà réalisé ou d'autre proposition. les caractéristiques du sol suppots : contrainte admissible (els) =2bar terre de remblais: angle de frotement interne =30°, coesion =0 mpa bye
  11. Séance 3 sur la compressibilité des sols : L'essai oedométrique est indisponsable pour que nous pouvons faire nos calculs des tassements. L'essai oedométrique se réalise actuellement par la norme française XP P 94 - 090 - 1 éditée par AFNOR. Mais quand l'indice de gonflement noté Ig ou Cs est largement supérieure à 0.040 et quant votre projet s'agit d'une construction léger comme un bâtiment en RDC, mur de soutènement, dalot, route, remblai routier etc .... Il faut faire appel un essai spécial s'appel essai de gonflement à l'oedométre selon la norme XP P 94 - 091 éditée par ANFNOR. Vous voulez solidariser votre connaissance pour les sols gonflants, veuillez lire attentivement la thèse doctorale ci-jointe soutenue en 26 mars 2004 (Fichier de 326 pages en pdf). http://www.imprimerie.polytechnique.fr/ ... mbalet.pdf Bonne lecture. A la prochaine pour une nouvelle séance et nouveau sujet intégralement professionnel.
  12. voici le lien http://www.zshare.net/download/559837109bb96079/ j'essayerai de mettre le doc sur 4shared inchallah trés prochainement. vous patientez.
  13. posté par azzedine16209 GENERALITES * LES PUITS ET BARETTES * LES COLONNES BALLASTEES * LES PIEUX * MICROPIEUX * LES ECRANS DE SOUTENEMENT Lien : http://www.ac-grenoble.fr/lycee/roger.d ... eneral.htm Bonne navigation.
  14. posté par titanic imaginer que l'on a à concevoir un mur de soutènement de 15 m de hauteur que me conseilleriez vous dans ce cas précis et merci beaucoup
  15. posté par sitayeb La paroi CSM, une solution innovante de paroi en sol traité. Le nouveau procédé CSM (Cutter Soil Mixing) de Solétanche Bachy permet de réaliser des parois de soutènement et des écrans d'étanchéité en sol traité en place et mélangé à un coulis de bentonite ciment. Le nouveau procédé CSM (Cutter Soil Mixing) de Solétanche Bachy permet de réaliser des parois de soutènement et des écrans d'étanchéité en sol traité en place et mélangé à un coulis de bentonite ciment. La paroi CSM, en complétant la gamme des techniques d'amélioration de sols, présente une solution alternative plus économique et plus respectueuse de l'environnement grâce, notamment, à la réduction des ressources naturelles utilisées et à celle des déblais produits. Le CSM de Solétanche Bachy utilise des technologies développées à partir de l'hydrofraise. L'outil est monté sur un kelly qui assure le respect des tolérances de positionnement et de verticalité des panneaux. Suivant la profondeur de l'ouvrage, il est possible de réaliser l'ensemble du panneau en injectant un coulis de ciment directement entre les tambours lors des phases de descente et de remontée de l'outil. La paroi CSM propose une solution innovante et compétitive de soutènement et d'écran d'étanchéité en sol traité en place qui réduit considérablement le volume de déblais à évacuer par rapport aux solutions traditionnelles. Le CSM développé par Solétanche Bachy avec Bauer Maschinen GmbH permet de réaliser des panneaux rectangulaires jusqu'à une trentaine de mètres de profondeur. Les outils disponibles aujourd'hui sont conçus pour des sections allant de 2,4 m x 0,5 m à 2,8 m x 1,0 m. Suivant la profondeur de l'ouvrage, il est possible de réaliser l'ensemble du panneau en injectant un coulis de ciment directement entre les tambours lors des phases de descente et de remontée de l'outil. La paroi CSM est particulièrement adaptée aux sols granulaires de densité moyenne et aux sols argileux compressibles. Il n'est pas nécessaire, contrairement à une paroi en béton, de poser et de retirer des joints entre les panneaux. Les panneaux secondaires peuvent être réalisés soit en remordant dans deux primaires durcis, soit dans des panneaux frais. La paroi CSM présente une nouvelle solution flexible et économique de soutènement qui complète la gamme des techniques traditionnelles : parois au coulis, parois moulées, pieux sécants, palplanches, etc. Le sol étant traité en place, le volume de déblais est considérablement diminué par rapport aux parois classiques. Le procédé permet aussi de réduire la consommation de ressources naturelles. Polyvalent, le CSM ne requiert pas de porteur dédié et l'équipement peut être monté sur toute foreuse ou grue de puissance suffisante. Enfin, le CSM nécessite la maîtrise de formulations de coulis spécifiques afin de contrôler l'homogénéité, la résistance et la perméabilité du produit fini. Fabrice Mathieu (Solétanche Bachy), Serge Borel (Solétanche Bachy), Xavier Jullian (Solétanche Bachy) Retrouvez l'article complet page 49, Travaux n°821 - juillet-août 2005
  16. voici une bonne documentation pour le calcule des poussées qui séxerce sur un mur de soutenement http://www.4shared.com/file/51822850/f0933bde/SE31009_Murs_de_soutnement.html
  17. Cours détaillé :super: Télécharger
  18. Les murs de soutenement en bordure de chaussées sont contruits pour rien. la preuve en est c'est que ces murs sont réalisés aprés la réalisation de la route et non avant. Primo si le mur de soutènement est nécéssaire à un endroit, il doit être construit avant la route. Secondo les barbacanes positionnées dans le mur sont inutles. Pendant les crues ces barbacanes n'evacuent aucune goutte d'eau. salut merci.
  19. Bonsoir; Quand est ce que on opte pour un mur poids en maçonnerie et quel est ça conception? Est ce qu'il est nécessaire d'y mettre des poteaux intermédiaires? Est ce que ces derniers traversent toute l'épaisseur du mur? Pour mon problème il s'agit de la protection des berges d'un oued par un mur de soutènement et j'ai un sol sableux de portance faible, la bonne assise se trouve à 3.50m de profondeur et la hauteur de mon mur est 3.00m Est ce qu'il est préférable de réaliser ce mur en maçonnerie chaînée ou en voile mince en béton armé? Merci
  20. slt a tous en fait j'ai un ptit projet a faire . c une habitation r+1 avec un sous sol enterrer avec des remonter d'eau jusqu'a 2 metre du niveau bas du radier .. donc je souhaiterai avoir des renseignement concernant le calcul et le ferraillge des 2 elements qui sont le radier et les murs de soutenement.. ps: ya pas de gousset entre les voiles et le radier
  21. Bonjour; S.V.P j'ai besoin d'une conception d'un Mur de soutenement en maconnerie de forme trapezoidale... Est ce qu'il faut prévoir des rédisseurs en béton armé dans un mur suffisament régide (grande base=1.25 et petite base= 0.5) si oui à quelle distance faut il lesprévoir? Merci
  22. Méthodes de confortement ( sujet choisi par le biaie du net ) Objectifs: A la fin de cette unité, l’apprenant sera en mesure d’identifier plusieurs méthodes adoptés pour renforcer ou stabiliser les talus. introduction Quand on veut consolider un glissement, peu importe que la surface de rupture soit circulaire, logarithmique, plane,...etc. Par contre, il est de la plus grande importance de connaître ses dimensions et d’avoir une idées sur son origine: surcharge, écoulement d’eau, altération des sols ou simplement ruissellement exceptionnel. Le choix de la méthode de consolidation en dépend. Face à un problème de stabilité, une première solution consiste à s’affranchir des mouvements de la pente instable sans les empêcher. Deux types de solutions sont possibles : -implanter ou déplacer le bâtiment, l’ouvrage d’art ou la route en dehors de la zone en mouvement, dans un secteur reconnu comme stable; -concevoir l’ouvrage de telle sorte qu’il ne soit pas endommagé par le mouvement de terrain : soit en résistant aux efforts apportés par le mouvement de terrain (solution réservée aux petits glissements), soit en adaptant le mode de construction de sorte que les fondations soient dissociées du sol en mouvement. La figure suivante présente le principe d’un dispositif de fondation sur pieux dans un glissement. Si ce type de solution n’est pas retenu, on est amené à conforter la pente avec l’une des techniques présentées dans les paragraphes ci-après. Lorsqu’il s’agit de dimensionner un dispositif de confortement préventif, on recommande de prendre un coefficient de sécurité FS = 1,5 pour l’ouvrage en service. Dans une intervention de réparation après glissement, si le calage des caractéristiques mécaniques paraît de bonne qualité, le coefficient de sécurité demandé peut se limiter à 1,3. Si toutefois certaines caractéristiques du site sont mal connues, ou si les techniques employées sont susceptibles de perdre de leur efficacité avec le temps (colmatage de drains par exemple), ou encore si l’on ne peut tolérer de déformations, on choisit plutôt FS= 1,5. [iII-U1] 2. Terrassements Les conditions de stabilité étant directement liées à la pente du terrain, le terrassement reste le moyen d’action le plus naturel. On peut distinguer trois groupes de méthodes de stabilisation par terrassement: -les actions sur l’équilibre des masses : allègement en tête, remblai en pied ; -les actions sur la géométrie de la pente : purge et reprofilage ; -les substitutions partielles ou totales de la masse instable. [iII-U1] 2.1. Remblai de pied Le chargement en pied d’un glissement est une technique souvent utilisée, généralement efficace. L’ouvrage, également appelé banquette, berme ou butée, agit par contrebalancement des forces motrices. Pour qu’il soit efficace, il faut réaliser un ancrage dans les formations sous-jacentes en place. Comme dans le cas d’un ouvrage de soutènement, le dimensionnement doit justifier de la stabilité au renversement, de la stabilité au glissement sur la base et de la stabilité au grand glissement. Mais en pratique, c’est la stabilité le long de la surface de rupture du glissement déclaré qui est dimensionnante. La stabilité au grand glissement suppose que : -l’ouvrage limite les risques de reprise du glissement en amont ; -l’ouvrage ne déclenche pas d’autre glissement, par exemple à l’aval. [iII-U1] 2.2. Allègement en tête L’allègement en tête de glissement consiste à venir terrasser dans la partie supérieure. Il en résulte une diminution du poids moteur et, par conséquent, une augmentation du coefficient de sécurité. La méthode de dimensionnement consiste en un calcul de stabilité le long de la surface de rupture déclarée en prenant en compte la modi-fication de géométrie en tête. On peut également substituer le matériau terrassé par un matériau léger (polystyrène, matériau à structure alvéolaire, etc.). [iII-U1] 2.3. Reprofilage Les conditions de stabilité d’un talus étant directement liées à sa pente, on peut assez simplement augmenter la sécurité par retalutage du terrain naturel. Dans ce sens, le procédé s’apparente à l’allègement en tête : il consiste en un adoucissement de la pente moyenne. Ce type de traitement est particulièrement bien adapté aux talus de déblais, et il est de pratique courante. Notons que l’exécution de risbermes a l’avantage d’améliorer la stabilité par rapport à une pente unique et de créer des voies d’accès pour l’entretien ou des travaux complémentaires. L’adoucissement de la pente est généralement mal adapté aux versants naturels instables car il met en jeu des volumes de sol très importants. [iII-U1] 2.4. Purge Les techniques de terrassement s’accompagnent fréquemment de purges du matériau déplacé par le glissement. Cette solution est généralement limitée aux glissements de taille modeste. On peut, dans certains cas, purger l’ensemble du matériau glissé, à condition que la surface mise à nu soit stable. [iII-U1] 2.5. Substitution totale ou partielle La substitution totale consiste à venir purger l’ensemble des matériaux glissés ou susceptibles de glisser, et à les remplacer par un matériau de meilleure qualité. Cela permet de reconstituer le profil du talus initial. Il importe de vérifier la stabilité au cours des phases de travaux et celle du talus définitif dans lequel on prend en compte les caractéristiques du matériau de substitution et du matériau en place. La substitution de matériaux glissés suppose que l’on connaisse le volume de matériaux concerné, que l’on excave plus profondément que la surface de rupture, et que l’on réalise des redans afin d’assurer un bon accrochage entre le substratum et le sol d’apport. La tenue des talus provisoires de la purge dépend des conditions de terrassement, de la météorologie, des hétérogénéités locales. Des substitutions partielles sont souvent employées, sous forme de bêches ou de contreforts discontinus. Le coefficient de sécurité de la pente ainsi traitée peut être estimé en prenant la moyenne pondérée des coefficients de sécurité de la pente avec et sans substitution. [iII-U1] 3. Dispositifs de drainage Dans la plupart des cas de glissement, l’eau joue un rôle moteur déterminant. Aussi utilise-t-on couramment les techniques de drainage, qui ont pour but de réduire les pressions interstitielles, au niveau de la surface de rupture lorsque celle-ci existe. Les différentes techniques qui peuvent être mises en oeuvre pour atteindre cet objectif relèvent de deux options fondamentales : - éviter l’alimentation en eau du site ; - expulser l’eau présente dans le massif instable. De nombreux paramètres conditionnent l’efficacité d’un système de drainage, en particulier la nature et l’hétérogénéité des terrains, la géométrie des couches aquifères, la perméabilité et l’anisotropie des sols, les alimentations et les exutoires. De ce fait, et compte tenu des difficultés de détermination de l’ensemble de ces éléments, le dimensionnement d’un système de drainage est fait en prenant un coefficient de sécurité plus élevé que celui pris pour d’autres techniques (terrassements, renforcements). Comme la plupart des ouvrages, les dispositifs de drainage nécessitent un entretien régulier qui, s’il n’est pas réalisé, peut leur enlever toute efficacité. On distingue : les drainages de surface et les ouvrages de collecte des eaux, les tranchées drainantes, les drains subhorizontaux, les masques et éperons drainants, les drains verticaux, et enfin les galeries et autres ouvrages profonds. Toutes ces techniques peuvent être utilisées seules ou associées, ou en complément d’autres techniques de stabilisation.
  23. svp je vouderais avoir des exemples de calcul des murs de soutienements .. des exemples d'applications me seronts bien utiles appuyés de decuments théoriques .pdf merci a vous d'avance
  24. posté par hichothman007 le lien http://www.lcpc.fr/fr/sources/blpc/pdf/bl234-035.pdf merci
  25. posté par Rafik C un mur de soutènement qui déborde sur une semelle existente sous poteau , comme schématisé sur la figure A votre avis ? Quelle solution ?
×
×
  • Create New...