Jump to content
CIVILMANIA
BELLAMINE

FORMATION : CALCUL DES GRILLAGES DE POUTRES ET DALLES ORTHOTROPES PAR LA MÉTHODE DE GUYON MASSONNET BARES

Recommended Posts

Bonjour

Merci bcp @philkakou pour vos messages pertinents. Finalement, c'est en contribuant massivement que le présent sujet avance ! Et ça me fait de la peine que peu de contribuables participent à ce sujet !!! Peut être que la méthode de GMB est nouvelle et peu métrisable par la majorité des contribuables sur ce site. Et c'est donc l'occasion pour eux, surtout les élèves ingénieurs d'en profiter, pour établir, des mini projets, projets de fin d'étude et thèse de doctorat. Car finalement, la méthode de GMB est intéressante mais il y a encore des points à développer pour l’améliorer. Certainement et sans aucun doute, elle a donnée ces preuves en pratique "En pratique tout marche, mais on ne sait pas pourquoi !! ". Malheureusement, pour les ponts à poutres en BA, il y a encore des points à soulever !! et c'est les raisons pour lesquelles ce type d'ouvrages a été écarté par le SETRA (fruit des résultats d'inspections réalisées pour ce type d'ouvrages) Par contre, pour les Ponts à poutres en BP, calculés par VIPP, ça marche "mais on ne sait pas pourquoi !" (Peut être la précontrainte qui compense la défaillance comparativement aux ponts poutres en BA ?)

Le nombre de vue actuellement pour ce sujet lancer depuis un an est de l'ordre de 12700, et c'est un signe qui m'encourage personnellement pour aller plus loin Inchea Allah ...    

Cdt       

Edited by BELLAMINE

Share this post


Link to post
Share on other sites

Découvrez RFEM !

Le logiciel de calcul de structure multi-matériaux (acier, béton, bois, verre, etc...).

Dlubal

RFEM permet le calcul et le dimensionnement de tous types de structures selon les Eurocodes. Idéal pour le travail selon la méthode BIM, il est compatible avec les dernières versions de Tekla, Revit, AutoCAD et avec les formats d’échange les plus courants (IFC, STP, IGES, SAT, STEP, ...).

Plus de 45 000 utilisateurs dans 80 pays dans le monde font confiance aux logiciels Dlubal.

Profitez dès à présent de la version d’essai de 90 jours gratuite pour le tester : https://goo.gl/v40pVp


Rebonjour

Ci après la variation de K_Alpha pour m=1 en fonction de THETA pour poisson = 0 Alpha = 0, 0.5 et 1 et pour la fibre y = b/4 en exploitant les formules d’interpolation de Sattler pour Alpha = 0.5 

image.thumb.png.50a245843b97a5ffa05e6b34269267de.png

image.thumb.png.aae5d98dd379ab848c19a3fa631b9f26.png

Pour Alpha = 0.5 !!!!!!

image.thumb.png.f3d08ec876c2844819f02eff87fb9281.png

A VOUS LIRE ...

  • J aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, BELLAMINE a dit :

"En pratique tout marche, mais on ne sait pas pourquoi !! ". Malheureusement, pour les ponts à poutres en BA, il y a encore des points à soulever !! et c'est les raisons pour lesquelles ce type d'ouvrages a été écarté par le SETRA (fruit des résultats d'inspections réalisées pour ce type d'ouvrages) Par contre, pour les Ponts à poutres en BP, calculés par VIPP, ça marche "mais on ne sait pas pourquoi !" (Peut être la précontrainte qui compense la défaillance comparativement aux ponts poutres en BA ?)

Les 1ers VIPP construits sur les autoroutes dans les années soixante- soixante dix ont tous été remplacés avant 2000 car la modélisation ne tenait pas compte du gradient thermique qui introduisait des contraintes supplémentaires. Depuis, le gradient thermique est intégré dans les VIPP.

Peut être que les anciens règlements des ponts à poutres BA ne le prévoyait il pas également ?

Je n'ai fait qu'un ouvrage d'environ 15m à poutres en T à hauteur variable dans ma carrière dans les années 95.

Aussi, les poutres demandent plus de coffrages, de main d’œuvre qualifiée pour assurer un bétonnage correct sans ségrégation des âmes des poutres, une bonne reprise de bétonnage au niveau du hourdis... Finalement, l'augmentation de la résistance intrinsèque du béton a permis de s'orienter plutôt vers des dalles plus simples à réaliser puis/ou des ouvrages précontraints VIPP / PRAD avec une fabrication suivie et normalement maitrisée n atelier.

  • J aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il doit y avoir des enseignements à tirer de l'examen des courbes présentées.

Pour alpha=1 ==> DALLE  

Theta < 1/2 = 0,5 : dalle plus longue que large ; Theta = 1/2 = 0,5 : dalle carrée ; Theta > 1/2 = 0,5 : Dalle plus large que longue 

On peut donc dire : A largeur de dalle constante / longueur variable

Quand theta diminue cad quand la portée augmente  au-delà d'une dalle carrée, l'excentrement transversal de la charge influence de moins en moins la flexion longitudinale.

A contrario, quand theta augmente cad quand la portée diminue et que la dalle s'avère plus large que longue, la flexion transversale devient prépondérante dans la dalle au détriment de la flexion longitudinale. Cette dernière s'avère peu sensible à la transversalité de la charge.

Le coefficient K a ainsi tendance à diminuer  et tendre vers 0 plus ou moins rapidement selon l'excentrement de la charge / fibre concernée.

Ce qui surpend reste l'inversion de la courbe pour e=fibre y= b/4 qui majore le coefficient au lieu de le diminuer. Cette majoration doit être ponctuelle au droit de la fibre chargée.

Pour paramètre de torsion alpha = 0 : Nous n'avons plus affaire à une DALLE mais à une structure hourdis + poutres + entretoises

Sauf erreur de ma part : Les entretoises extrêmement rigides en flexion assurent la solidarisation des poutres souples en torsion ==> alpha = 0

Le pont pourrait se vriller et les poutres suivraient le même mouvement transmis par les entretoises...

Donc quand le tablier est long ( theta < 1/2 ) l'excentrement de la charge influence en torsion les poutres longitudinales jusqu'à une valeur limite autour de 1

Par contre pour un tablier très petit et plus large (theta>1/2) selon l'excentrement de la charge et la fibre examinée, la position excentrée de la charge n'arrive plus à mobiliser la torsion de la poutre pour avoir un effet sur le tablier et l'effet tend vers 0.

Maintenant pour la situation intermédiaire entre alpha = 0 et 1 ....

ce qui interpelle, est le ressaut pour theta = 1 cad quand le tablier est 2 fois plus large que long.  Si rigidité flexion poutre = rigidité flexion entretoise.

Malgré tout ce que je viens de dire, je reste dubitatif !

  • J aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, philkakou a dit :

Il doit y avoir des enseignements à tirer de l'examen des courbes présentées.

Pour alpha=1 ==> DALLE  

Theta < 1/2 = 0,5 : dalle plus longue que large ; Theta = 1/2 = 0,5 : dalle carrée ; Theta > 1/2 = 0,5 : Dalle plus large que longue 

On peut donc dire : A largeur de dalle constante / longueur variable

Quand theta diminue cad quand la portée augmente  au-delà d'une dalle carrée, l'excentrement transversal de la charge influence de moins en moins la flexion longitudinale.

A contrario, quand theta augmente cad quand la portée diminue et que la dalle s'avère plus large que longue, la flexion transversale devient prépondérante dans la dalle au détriment de la flexion longitudinale. Cette dernière s'avère peu sensible à la transversalité de la charge.

Le coefficient K a ainsi tendance à diminuer  et tendre vers 0 plus ou moins rapidement selon l'excentrement de la charge / fibre concernée.

Ce qui surpend reste l'inversion de la courbe pour e=fibre y= b/4 qui majore le coefficient au lieu de le diminuer. Cette majoration doit être ponctuelle au droit de la fibre chargée.

Pour paramètre de torsion alpha = 0 : Nous n'avons plus affaire à une DALLE mais à une structure hourdis + poutres + entretoises

Sauf erreur de ma part : Les entretoises extrêmement rigides en flexion assurent la solidarisation des poutres souples en torsion ==> alpha = 0

Le pont pourrait se vriller et les poutres suivraient le même mouvement transmis par les entretoises...

Donc quand le tablier est long ( theta < 1/2 ) l'excentrement de la charge influence en torsion les poutres longitudinales jusqu'à une valeur limite autour de 1

Par contre pour un tablier très petit et plus large (theta>1/2) selon l'excentrement de la charge et la fibre examinée, la position excentrée de la charge n'arrive plus à mobiliser la torsion de la poutre pour avoir un effet sur le tablier et l'effet tend vers 0.

Maintenant pour la situation intermédiaire entre alpha = 0 et 1 ....

ce qui interpelle, est le ressaut pour theta = 1 cad quand le tablier est 2 fois plus large que long.  Si rigidité flexion poutre = rigidité flexion entretoise.

Malgré tout ce que je viens de dire, je reste dubitatif !

Bonsoir

Personnellement je pense que le ressaut pour thêta=1 est dû à la précision des constantes d'interpolation de la formule en exposant de Alpha. Du moment où la différence est faible à gauche et à droite de 1. En précisant ces constantes à 5 chiffres ou plus après la virgule le ressaut disparaîtra...

Cdt

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a 13 heures, philkakou a dit :

 

Remarque 2 : L'objectif au départ pour les auteurs, était de modéliser les tabliers à poutres multiples et assimiler les dalles un réseau serré de poutres et entretoises

Bonsoir

C'est l'occasion pour préparer rapidement un mini projet en développement ce point pertinent. Je m'en occupe, mais j'ai besoin des formules de predimensionnement des ponts poutres multiples pour paramétrer et orienter le sujet. Nous introduisons éventuellement la notion de largeur active

Cdt

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...