Aller au contenu
CIVILMANIA
Rafik

Des questions sur le RPA 99 ? Posez les ici

Recommended Posts

Invité

posté par boumed

Je veux savoir dans quel cas on utilise pour les Portiques autostables :

- sans remplissages en maçonnerie rigide

- avec remplissage en maçonnerie rigide

Est-ce que la diffecrence entre les deux est liée à la résistance ou au mode constructif.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité

posté par tchikou

salut boumedD

la répance est ci simple

tu n'a qua revoir l'rpa page 18 par 1.b

il ya tous les explication que tu veut

A+

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

posté par Rafik

Je veux savoir dans quel cas on utilise pour les Portiques autostables :

- sans remplissages en maçonnerie rigide

- avec remplissage en maçonnerie rigide

Est-ce que la diffecrence entre les deux est liée à la résistance ou au mode constructif.

Salam BoumeD

on va examiner ensemble 3.4 des RPA99 v2003

1.a: Portiques autostables en béton armé sans remplissage en maçonnerie rigide

C’est une ossature constituée uniquement de portiques capables de reprendre la totalité des sollicitations dues aux charges verticales et horizontales.

Pour cette catégorie, les éléments de remplissage ne doivent pas gêner les déformations des portiques (cloisons désolidarisées ou cloisons légères dont les liaisons ne gênent pas le déplacement des portiques)

La figure ci-dessous montre un portique ou l’hypothèse « sans remplissage en maçonnerie rigide » est valable

110.jpg

**************************

1.b: Portiques autostables en béton armé avec remplissage en maçonnerie rigide

C’est une ossature constituée uniquement de portiques capables de reprendre la totalité des sollicitations dues aux charges verticales et horizontales.

Pour cette catégorie, les éléments de remplissage de la structure sont constitués par des murs en maçonnerie de petits éléments insérés dans le cadre poteaux-poutres dont l’épaisseur (hors crépissage) ne dépasse pas 10 cm

**********************

210.jpg

***********************

(exception faite pour les remplissages périphériques ou les séparations entre deux (2) logements ou deux locaux d’un même niveaux ou une deuxième paroi de 5 cm , du coté intérieur est tolérée ;

*******************************

310.jpg

*********************************

Cette dernière peut éventuellement avoir une épaisseur de 10 cm à condition qu’elle ne soit pas insérée dans les cadres poteaux-poutres pour ne pas aggraver les phénomènes d’interaction maçonnerie –structure ).

**************************************

610.jpg

De ce fait, le dernier cas de figure presenté ci-dessous (double murette de 10 cm d’épaisseur chacune) est considéré comme tros rigide, il induit des efforts supplémentaire

410.jpg

ce dernier aspect est le plus utilisé en Algérie, et comme vous le constaté, il n'est pas reglementaire et peut causé des dommages structurels

510.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

posté par Rafik

Merci beaucoup RAFIK

Le RPA est le souci de tous les ingénieurs sans exception

Ces articles sont comme des énigme ou il faux beaucoup réfléchir et consulter beaucoup de gens pour mieux comprendre.

Donc vous été « inchallah » le sauveur car la plupart de nous. Applique ce règlement a sa façon.

Brève. J’ai beaucoup de questions a vous pose – si vous permettez – je commence par ce ci qui ma déranger énormément

Concernant le joint sismique entre deux bloc – art 5.8

dmin = 15 mm + (d1+d2) mm >=40mm

di = R.dek art. 4.4.3

dek selon les combinaison G+Q+E et G+Q+E – si je trempe s.v.p. dit le moi-

Supposant que nous avons une structure qui se déplace au sommet de 20 mm

On suppose que d1=d2

A cette effet d1=R.dek = 3.5*20=70 mm ( si R=5 c’est encore pire)

dmin = 15+(70+70) = 155 mm ?!

Je veux savoir es que ce que j’ai fait est juste ou non

et si c’est juste comment traite ce immense joint au niveau des plancher es que on le rempli avec du mortier – problème d’étanchéité même au niveau des étage-

NB. Deux cas sont a envisage

1- deux bloc séparé complètement C.A.D 02 propriétés ex. bloc OPGI

2- 1 seul immeuble composée de deux bloc ex une grande administration

ET MERCI

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

posté par Rafik

Salam IMHOTEP

Sous l’hypothèse que les déplacements inter-étages sont vérifier et c OK, et que vous avez fait le bon choix du coefficient de comportement, votre calcul est juste

Et c vrai que dans beaucoup de cas la distance du joint sismique est importante

Mais que faire ?

Comme solutions, je propose de :

1. Laisser la distance trouvée du joint (155mm ou même plus) et séparer les deux blocs architecturalement par des murs le long du joint (donc revoir l’architecture)

2. Renforcer le système structurel avec des voiles afin de réduire les déplacements latéraux, et donc la distance du joint

Dans tous cas de figure, le joint sismique doit être vide et pas de polystyrène.

Autre remarque : l’avis de Victor Davidovicci sur les RPA99 est que la distance minimale du joint sismique doit passée de 40mm à 60mm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité

posté par ibrahim74

salut mes freres

S’il faut vraiment maintenir la solution du joint ça existe des solutions de traitement des joints sismiques des planchers; le principe c’est un système de plaques fixes d’un coté et libre de l’autre coté pour ne pas empêcher déplacement.

Mais la solution des joints complètement vide reste la solution idéale car c’est une solution qui est étudiée à la conception.

sahitoo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

posté par Rafik

Salam Ibrahim

je pense que j'ai trouvée la réponse à votre question dans UBC97 (Uniforme Builbings Code 1997)

mais laisse moi qlq jours pour préparer une synthèse et la postulée dans notre tres chèr Forum

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

posté par Abdou

salam!

j'ai une petite petite question mes frère

comment vous justifiez la limitation d'application de la méthode statique equivalente par une hauteur donnée

est ce qu'on limite les chose comme ça?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

posté par Rafik

Salam mon frère Abdou

La méthode statique équivalente est utilisée sous l'hypothèse que seul le premier mode de vibration participe dans la réponse de la structure, cette hypothèse est valable pour les bâtiments de faible hauteur.

Pour les bâtiment dont la hauteur est considérable, cette hypothèse n'est plus valable, car la participation des modes de vibration supérieur (mode 2, mode3, mode 4, ...) ne peut être négligée.

Et c pour ça qu'on à recours a la méthodes modale spectrale, même si ce bâtiment respect les conditions de régularité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

posté par Abdou

merci rafik!

j'ajoute une chose

lorsque vous allez dimensionez un batiment de grande hauteur avec la methode statique equivalente vous allez remarquez que la periode de premier mode "fondamental" calculée par la formule de Rayleigh ou par stodola est grande donc vous aurez des efforts tros faibles"parsque la valeur de facteur d’amplification dynamique moyen D "RPA-page 38" et fonction de la periode fondamental, et vous allez remarqué que pour des periodes qui depasse par exemple0,7 sec vous aurai des valeurs faible de D et automatiquement le V a la base) c pourquoi sont utilisation est limité par le RPA

je vai vous dire comment ils ont limité son utilisation par un nombre de niveau " mais avant ça il faut lire les condition d'application"

4.1.2. Conditions d’application de la méthode statique équivalente

La méthode statique équivalente peut être utilisée dans les conditions suivantes :

a) Le bâtiment ou bloc étudié, satisfaisait aux conditions de régularité en plan et en élévation prescrites au chapitre III, paragraphe 3.5 avec une hauteur au plus égale à 65m en zones I et II et à 30m en zones III

B) Le bâtiment ou bloc étudié présente une configuration irrégulière tout en respectant, outres les conditions de hauteur énoncées en a), les conditions complémentaires suivantes :

Zone I : • tous groupes

Zone II : • groupe d’usage 3

• groupe d’usage 2, si la hauteur est inférieure ou égale à 7 niveaux ou 23m.

• groupe d’usage 1B, si la hauteur est inférieure ou égale à 5 niveaux ou 17m.

• groupe d’usage 1A, si la hauteur est inférieure ou égale à 3 niveaux ou 10m.

Zone III : • groupes d’usage 3 et 2, si hauteur est inférieure ou égale à 5 niveaux ou 17m.

• groupe d’usage 1B, si la hauteur est inférieure ou égale à 3 niveaux ou 10m.

• groupe d’usage 1A, si la hauteur est inférieure ou égale à 2 niveaux ou 08m.

donc si on prend par exemple le cas d'un batiment situe en Zone II groupe d’usage2"usage d'habitation" ,de hauteur inferieur à 23m (07 niveaux) donc la period (n/10) est 07 niveau/10<0.7sec donc on aura un effort tranchant grand parsque si vous voyez le graphe de D on reste toujours dans le palier

....

donc je veulé vous dire que c'est pas la peine de chercher comment on calcul la periode pour calculer le facteur d’amplification dynamique moyen D , vous prennez directement la valeur de D de palier

donc si votre batiments sera en Zone III ou Zone II donc vous prennez directement la valeur de D de palier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×