Jump to content
CIVILMANIA

noix de coco

Membres
  • Content Count

    17
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

0

1 Follower

About noix de coco

  • Rank
    Membre débutant

Experience

  • Fonction
    etudiant
  • Expérience
    Votre expérience
  • Mes logiciels
    a

Formation

  • Formation
    FAC

Localisation

  • Pays
    France
  • Ville
    Saint Nazaire

Recent Profile Visitors

1,010 profile views
  1. J'ai refusé la solution de l'entreprise qui ne respecte pas les disposions constructive classique sur le ferraillage des balcons. La poussée au vide n'est pas justiciable dans ce cas. Il est difficile d'ancrer les armature coté intérieur sachant que les voiles sont déjà coulés. De plus les armatures coté extérieur sont insuffisante pour reprendre le moment de l’encastrement ( coté extérieur qui est en traction, le coté intérieur du voile est en compression).
  2. Bonjour, Merci encore pour vos réponses. Je reviens sur la base de la méthode renforcement proposée : L'entreprise propose de renforcer en ancrant les armatures coté extérieure du voile mais il ne faudrait pas plutôt les ancrer coté intérieure ? il semble plutôt que ce soit le coté intérieur du voile qui soit en traction. Merci d'avance
  3. Bonjour, @Ahmed Diagne Quelques précisions suite à votre réponse: Même si il y a des fissures et que la flèche est correcte et que votre entreprise décide quand même de renforcer c'est qu'il y a peut être problème Les balcons concernés par les renforts sont ceux où le ferraillage n'a pas pu être justifié. Il y a donc un réel sujet. Fixer l'angle c'est appliquer la partie de la disposition constructive de l'en 1992-1-1 alias eurocode 2 pour la partie relative aux armatures d'angle, votre cas est spécial mais le principe demeure Pourriez-vous m'indiquer la partie exacte de l'eurocode et des exemples de disposions constructive. Évaluer la poussée au vide n'est autre que déterminer la résultante force vectorielle compte tenue des forces de traction des aciers Auriez-vous un exemple simple, je ne vois toujours pas comment procéder. Ce n'est plus nécessaire de fixer au voile vu ce que j'avais dit plus haut, si capacité OK le reste l'est aussi Je ne connais rien des contraintes de votre voile donc la question que tu as posé ne peut avoir de réponses, il faudrait voir selon ce que tu m'a donné qu'est ce qui m'a permis de te rendre mon précédent constat. La réponse n'est plus nécessaire tout va bien Je pense que ce sujet est toujours présent vu que les renforts sont réels. Je vais voir ce que je peux obtenir sur les voiles de façade. Aussi si ils prévoient de mettre les épingles c'est qu'ils ont probablement évalué leur ancrage et la poussée au vide rentre dans ce cadre. Cette solution a été proposé mais semble difficilement réalisable techniquement (difficile à mettre en place) 5cm pour ferrailler en fissuration seulement et enrober me semble suffisant mais à votre place je ferai de même pour le balcon que ce qui est fait au voile : épingles Les renforts ne concernent pas seulement la fissuration. 4cm semble peu (l'entreprise propose 4 et non 5 erreur de frappe) Vous ne prévoyez rien de rien pour la partie centrale non renforcée ? Pas de proposition de l'entreprise sur les zones au droit des portes fenêtre. Il y a quand même un ST25c en partie basse sur l'intégralité des balcons qui permettra de répartir les charges au niveau des zones renforcées Cordialement,
  4. Bonjour, je vous remercie infiniment pour votre réponse. Je vois des sortes de ligatures dans le ferraillage au niveau du voile qu'est ce que c'est.? Des épingles on été dessinées (pour la poussée au vide) mais elles me semblent impossible à mettre en place. Mesurer la nouvelle hauteur utile Faire éventuellement un sondage du béton Calculer la capacité résistante aux efforts connus Si capacité supérieure c'est bon pas besoin de reprendre Concernant les 4 premiers points, le travail a déjà été fait. Le ferraillage de certains balcons est justifiable en effet malgré la positon basse des armature. Il restait un sujet sur l'ouverture de fissures qui ne peut pas être justifié à cause de l'enrobage trop important : une étanchéité bicouche va être mise en place sur tous les balcons (même si des fissures apparaissent, l'eau ne pourra s'infiltrer). 5 Sinon faire un delta M (différence entre M_Ed et M_Rd,reel) et utiliser celui-ci pour calculer les armatures à mettre en place en supplément selon ta méthode Je pense que le bureau d'étude a du faire ce travail. 6 Toujours à partir de 5 évaluer la force de poussée au vide à l'angle de ton voile et de ton balcon et conclure si cette méthode est possible à appliquer sachant si oui ou non votre poussée au vide et votre ancrage dans les voiles résistent, si vous n'avez pas la possibilité de fixer l'angle et d'associer l'armure du voile aux nouvelles alors je pense que cette solution est à prohiber Comment évaluer la poussé au vide dans l'angle ? Le voile est armé avec un PAF10 de chaque côté. Qu'entendez vous par fixer l'angle ? Pour fixer les armatures du voile aux nouvelles, il faudrait bien dégager le treillis soudé du voile (est ce que cela serai vraiment utile au vu de faible section d'un paf10 ?). Et de quelle manière peut-on associer les armatures ? Autre chose votre renforcement en plan est faux moyennant un correction pour laquelle je vous retourne la question de savoir pourquoi et comment y remédier. Les armatures doivent être retournées sur la face du voile côté extérieur (zone tendue). Est-ce l'erreur ? Le bureau d'étude a modélisé sur robot le présent cas : le balcon a été modélisé sans continuité avec la dalle du logement : les appuis au niveau de la façade ont été modélisés en rotule aux endroits du balcon non renforcés et avec des encastrements au niveau des renforts les engravures proposées dans le balcons et le voile ne sont que de 5cm pour mettre les barres de renforts, cela semble peu Merci d'avance
  5. Bonjour, Sur un chantier des balcons ont été coulés avec les armatures trop basses ( au milieu du balcon). L'entreprise propose une méthodologie de reprise avec des en gravures dans la dalle du balcon et dans le voile en façade de part et d'autres des portes fenêtres. J'aimerais avoir votre retour sur ce principe. https://www.noelshack.com/2019-41-1-1570484894-balcon.png : coupe du balcon https://www.noelshack.com/2019-41-1-1570485589-2333.png : vu du dessus
  6. une poutre voile avec une ouverture au milieu (porte de 0,9m)
  7. Bonjour, Merci pour votre réponse,. Et maintenant dans le cas d'une poutre-voile avec une ouverture au milieu ( deux drapeaux reliés en bas par le plancher et en haut par le linteau) : les tirants (en bas) sont-ils bien placés ?
  8. Bonjour, Peux-t'on placer les tirants d'un voile drapeau en partie basse (dans le plancher bas) ? Merci d'avance
  9. Bonjour, J'ai des interrogations sur l'ancrage d'une poutre en console dans un voile (schéma ci-dessous). 1) Est-ce que la disposition des armatures ancrées dans le voile est correcte ? 2) Comment calculer la longueur d'ancrage des armatures dans le voile ? 3) Est-il utile d’ancrer les armatures également dans la poutre ? Merci d'avance
  10. Merci pour vos réponses. Le JD ne descend pas en infra essentiellement pour des problématiques de nappe phréatique. (R-2 dans la nappe + une partie du R-1) Les joints waterstop sont sinistrables si mauvaise mise en oeuvre donc il est préférable de ne pas le prolonger pour éviter des venues d'eau... La dilatation thermique est moins importante en infra, si il le faut un delta T de 15 à 20° pourra être pris en compte dans le calcul des éléments en infra. Pour le retrait, un joint de clavetage sera réalisé. Même si la configuration n'est pas idéal, je réitère ma question... est-il préférable d’arrêter le JD au niveau des verticaux du RDC ou au niveau du plancher bas du RDC ?
  11. Bonjour, J'ai un bâtiment en béton armé en R+5 avec deux niveaux de sous sol. Le joint de dilatation n'est pas prolongé au sous sol (distance acceptable -50m). Par contre, où est-ce que l'on doit arrêter le JD de la superstructure ? au niveau des verticaux du RDC ou il faut inclure le plancher bas du RDC. On me dit au niveau des verticaux du RCD mais j'aimerai comprendre pourquoi. Merci et bonnes fêtes à tous
  12. Bonjour, J'aimerais avoir votre avis sur le sujet ci-dessous : Des rupteurs de pont thermique non porteur sont mis en place sur un chantier au niveau des planchers BA. Cela ne remet pas en cause leur stabilité car ils porteront dans l'autre sens. (Voir photo ci-dessous) Mon interrogation porte sur les voiles en béton en façade. Est ce que le fait qu'il n'y ait plus de contact entre le voile et la dalle remet en cause la stabilité du voile ? L'élancement du voile est-il impacté ? Peut on rester en voile non armé ? Merci d'avance
  13. Je vois que les avis divergent, je vais être un peu plus précis sur le projet : il concerne en faite la réalisation de 3 ouvertures 1) plan de coffrage: les voiles existants ne reprennent que 2,05m d'entraxe de plancher. 2) linteau 1 pour ouverture de environ 1m 3) linteau 2 pour ouverture de environ 3m et linteau 3 pour ouverture de environ 1m avec création d'un poteau BA - D’après Dexter et Franckm pour les ouvertures de 1m les linteaux ne sont pas obligatoires à condition que le voile soit correctement ferraillé alors que pour Abdoh les linteaux sont nécessaires et la solution proposée (moisage profilé UPN) n'est pas adaptée. - Pour l'ouverture de 3m, le linteau semble obligatoire au vu de la taille de l'ouverture. - Abdoh et Dexter soulignent la nécessité de vérifier les pieds-droits. Des sondages ont été effectués dans le voile, je vais me renseigner sur les résultats. Abdoh : j'aimerais comprendre pourquoi cette solution de moisage n'est pas adaptée par rapport à un linteau en poutre métallique classique. Merci d'avance pour vos retours
×
×
  • Create New...