Jump to content
CIVILMANIA
  1. GENERAL

  2. CAMPUS

  3. LOGICIELS & OUTILS

  4. PROJETS

  5. STRUCTURES

  6. GENIE CIVIL

  7. CHANTIER

  8. Divers

  • Forum Statistics

    31.5k
    Total Topics
    142.7k
    Total Posts
  • Member Statistics

    127,190
    Total Members
    3,214
    Most Online
    topepo5979
    Newest Member
    topepo5979
    Joined
  • To download

  • Populaires

  • Derniers messages

    • Bonjour, Pour ma part mon retour est le suivant... : un sondage à 10 m de profondeur pour un R+8 sur sous sol c'est tout simplement hors sujet ! L'initiateur du sujet nous dit qu'il doit construire un R+8 sur sous-sol soit, en surcharge uniformément répartie, 11 T/m² minimum auxquels on peut retirer le poids des terres enlevées pour faire le sous-sol soit 2.5 x 1.8 = 4.5 T/m² => il reste qd même 6.5 T/m² : -> pour un radier, sous 65 kPa de contrainte il va falloir s'assurer que l'on est en présence de sols non compressibles et normalement consolidés => si ce n'est pas le cas alors il va falloir envisager une amélioration des sols ou une fondation mixte radier sur pieux, -> ajouter un niveau de sous-sol pour se rapprocher des 9.5 mètres de profondeur => pourquoi pas, va falloir assurer les soutènements, potentiellement sous nappe mais on va gagner à nouveau 4.5 T/m² - 1 T/m² => la contrainte résiduelle apportée par le projet ne sera plus que de 3 T/m² soit 30 kPa sous la radier MAIS il nous faut le log pressiométrique pour pouvoir juger de la faisabilité et surtout évaluer les tassements => la raideur sous le radier risque toutefois d'être très faible et donc le ferraillage du radier très pénalisant et largement aussi cher que des pieux ! -> faire 3 mètres de gros béton en + sous le radier va vous apporter plus de problèmes que de solutions (sans compter le coût). Résumons : 1 niveau de sous sol nous emmène à -2.5 m de profondeur, 2 niveaux : -5.00 mètres + un radier d'1 mètre d'épaisseur (ben oui c'est un R+8+2ss => le radier va devoir afficher une inertie élevée) => on arrive à -6.0 m de profondeur, + encore 3 mètres de gros béton = -9.00 mètres/TN ! => on y est presque MAIS comme l'a fait remarquer @FRIDJALI il va falloir des soutènements conséquents (parois en pieux ?) + du butonnage intense + la nappe qu'il va falloir gérer...bref, l'étude géotechnique actuelle n'est pas assez complète pour traiter tout ces sujets et le gain fait au départ sur l'économie des pieux sera largement dépensé en soutènement, butonnage et gestion des eaux de la nappe => solution ubuesque. -> de toute façon, pour un radier, quelle que soit sa profondeur, les sondages sont trop courts pour évaluer les tassements. -> pour des appuis isolés sur gros béton => si on a rien de mieux que 2 bars de taux de travail à 9.5 mètres de profondeur alors il faut tout simplement oublier => ça n'a pas de sens. -> il ne reste plus que la solution pieux qui au final risque bien d'être la moins chère des solutions et la plus aisément réalisable (en tout cas la mieux adaptée compte tenu du projet et du contexte géotechnique) -> mais là aussi les sondages sont trop courts.   Je rebondis sur les observations de M. @BELLAMINE : - les données géotechniques transmises sont insuffisantes => il ne faut pas nous donner simplement la coupe de sol => pouvez vous nous donner le log pressiométrique ainsi que la profondeur de la nappe ?=> ce sera plus simple de se faire une idée. Pour le moment, je me demande aussi comment le BE géotechnique a pu calculer une capacité portante à 9.5 mètres de profondeur sur la base d'un sondage à 10 mètres ? PS : avec des données plus complètes issues du rapport géotechnique, les analyses des différentes personnes intervenant sur ce sujet seraient probablement plus précises et plus éclairées. => Bref, tout ça pour dire qu'une étude de sol basée sur un simple sondage à 10 mètres de profondeur n'est pas du tout en adéquation avec votre projet. Les sondages sont beaucoup trop courts pour dimensionner vos fondations. Il vous manque au moins 1 carottage avec des essais de labo et il vous manque une analyse détaillée du contexte hydrogéologique avec notamment la définition des niveaux caractéristiques de la nappe, la perméabilité des différents horizons etc...). @Karima ingénieur vous ne manquez pas de courage et vous cherchez des solutions MAIS malgré toute votre bonne volonté, ce n'est pas à vous d'endosser cette responsabilité. Je vous conseille de vous rapprocher du BE géotechnique (celui qui a fait cette première étude ou un autre éventuellement). C'est bien au géotechnicien d'adapter et de calibrer les investigations et l'étude géotechnique en fonction des exigences du projet. Cordialement
    • bonjour, Tu vas sur "téléchargements" sur le site et tu trouveras beaucoup de livres du Professeur Lahlou Dahmani. Bonne recherche et bonne lecture A+
  • Derniers sujets

×
×
  • Create New...