Jump to content
CIVILMANIA

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 10/16/2021 in Posts

  1. ESALAMOU ALIKOUM j'ai refait les calculs avec l'option" secondary" au lieu de "DCH" , les résultats paressent normale . mais j'aimerai bien plus d'explication sur cette option c.à.d. comment et quand utiliser ( DCH . DCM.DCL. Secondary). selon le RPA et CBA. en fin je vous très reconnaissons et merci beaucoup.
    3 points
  2. Re bonjour @Tony_Contest On ce donne une semelle filante de largeur B et de longueur L avec L>>B chargée comme indiqué par la figure suivante : Nous voulons justifier cette semelle filante avec la méthode classique des semelles isolées (modèle Meyerhof, RDM, répartition triangulaire etc ...) Quelles valeurs prendre alors pour P et M ? A vous lire ...
    3 points
  3. Bonjour, Désactive le lien maintenant que le sujet est lancé. Ceux qui ont réalisé ce rapport n'apprécieraient surement pas de le voir trainer sur internet. Si tu as LeLab et Anchor sur le sujet ça devrait suffire à obtenir des réponses. On voit bien ici le fossé entre continent. Pour avoir eu en main nombre d'études de sol en France et en Afrique (Cote d'Ivoire, Sénégal, Burkina Faso, Ethiopie, Madagascar, Congo), le constat est toujours le même : aucune conclusion dans les rapports et il faut pleurer pour avoir une évaluation de tassement. Par contre, souvent, les essais sont très bien (mieux) documentés que ce que l'on trouve en France dans les rapports. Plusieurs fois j'ai dû faire intervenir des géotechniciens Français pour sortir les conclusions de ces rapports. D'où le conflit géographique ressortant sur ce type de sujet : Tu vas être obligé de "secouer" le géotechnicien en lui demandant de respecter ce qu'il doit fournir dans une G2, mais comme précisé par Lelab, il faut lui fournir des éléments pour dimensionner : les charges linéaires pour les semelles filantes, les charges ponctuelles pour les fondations isolées et les charges réparties au sol ou ponctuelles pour les dallages. Bon courage.
    2 points
  4. Bonjour à tous, J’ai utilisé ce principe de calcul pour faire un outil de calcul qui détermine les propriétés de différentes sections : https://dimension-d.com/parametriques Je pensais ajouter des sections supplémentaires, avez-vous des remarques ou des propositions ?
    2 points
  5. Bonjour M. @bangmoussa, effectivement M. @BELLAMINE, ce rapport prétend être de niveau G2 selon la Norme NFP94500, mais il ne s'agit que d'un simple compte rendu d'investigations in-situ et de laboratoire sans ingénierie. C'est très insuffisant et pas du tout au niveau G2 ...au mieux on est sur une G1 Etude de Site. A priori, géotechniquement il y a 2 zones très différentes : la zone "Residential area" avec des données pressiométriques plutôt bonnes, sans eau...mais avec des essais de labo surprenants, la zone "Government unit" avec des données pressiométriques faibles jusqu'à 3.50 à 6.00 mètres de profondeur, de l'eau à faible profondeur et apparemment un horizon argileux potentiellement sous consolidé (ou limite avec sigma'p < sigma'v0) Pour donner un "taux de travail" pour vos 2 projets, il faut nous décrire ces projets : schémas de principe, coupes des ouvrages, type de DDC (isolées, filantes,...) et une fourchettes des DDC (par exemple : 100 T/appui ou 45 T/ml ou 5 T/m²...)...et là on pourra vous donner un peu plus d'infos. Ceci étant dit vous pouvez aussi exiger du BE Géotechnique qu'il respecte son contrat et produise un rapport réellement de niveau G2...POUR INFOS : en page 4 au paragraphe "Introduction", le rédacteur précise qu'il s'agit d'un "rapport provisoire" => êtes vous sûr d'avoir la dernière version du rapport ? Cordialement PS : oui un IP > 80% effectivement c'est rare, à tel point que cette valeur dépasse les limites du Diagramme de Casagrande ! Géotechniquement on est dans des argiles "colloidales" associées avec une limite de liquidité à 153% => on est dans le domaine de l'ultra compressible => il va forcément falloir éviter de fonder quoi que ce soit dans cet horizon (il faudra quand même demander au BE geotech de vérifier et de confirmer ce résultat).
    2 points
  6. Bonjour @Tony_Contest, Il n'est bien évidemment pas question de remettre en cause des règlements et méthodes sur lesquels tout le monde s'accorde. Ce que je décrit dans mon précédent post revient à la "méthode 2" de votre document "Excentrement de SF.pdf"...le but étant de veiller et de s'approcher au mieux d'une contrainte uniforme sous la semelle (surtout pas triangulaire => pas acceptable, mais plutôt trapézoïdale et au mieux avec un trapèze se rapprochant le plus possible d'un rectangle). Mais en fonction de l'intensité des efforts réels appliqués à la semelle cette méthode peut ne pas réussir à rendre uniforme (ou presque) cette contrainte. Dans ces conditions la proposition de @BELLAMINE (ou @MRB ) semble correcte. La dernière solution que je propose (massifs et poutres d'équilibre) est également régulièrement mise en œuvre. Cordialement
    2 points
  7. Bonjour, Juste pour info, MRB et Bellamine sont une seule et même personne. MRB ayant été créé pour pallier aux limitations de Bellamine sur un sujet de GC. La répartition de contrainte sur le sol est simplement liée à des hypothèses : Meyerhof = rectangulaire, linéaire = triangulaire. Que vous l'acceptiez ou non, les méthodes sont règlementaires (à des époques données et qui évoluent je vous l'accorde). Vous avez à faire à des étudiants, ou des personnes fraichement diplômées, que vous remettiez en cause les principes de dimensionnement des fondations, cela ne me pose pas de problème, mais il faut proposer des alternatives et expliquer pourquoi la règlementation ne fonctionne pas, au risque de perdre tout le monde... @azertt si le sujet t'intéresse, tu peux y revenir poser tes questions, mais honnêtement, fais toi ta propre opinion, récupère les éléments dans la NFP 94-261 + extrait de l'ouvrage de Thonier et fais ton analyse. Sauf si @lelab reposte sur le sujet, ce sujet est mort. Cordialement.
    2 points
  8. Bonjour. Un voile repose sur toute sa longueur sur un élément porteur : semelle de fondation s'il se trouve au RDC, ou voile inférieur s'il se trouve dans les étages. Il travaille essentiellement un compression et en cisaillement en pied lorsqu'ils assurent la stabilité du batiment. Voir document ADETS : https://www.adets.fr/images/easyblog_articles/44/Chapitre-4---Les-murs-en-bton.pdf Une paroi fléchie, éventuellement poutre voile, en supposant que c'est de cela qu'il est question est une poutre de grande hauteur ayant des appuis à ses extrémités. Pour le calcul voir BAEL annexe E5 : https://www.fntp.fr/sites/default/files/content/fascicule_ndeg62_titre_i_section_i.pdf Pour le calcul à l'eurocode, il faut voir le principe de calcul bielle / tirant : Bon courage.
    1 point
  9. Bonjour, Oui, c'est un peu le problème de ce forum, il n'y a plus personne pour modérer les sujets et le manque de respect est maintenant monnaie courante. @KHETT@B n'est plus là pour rétablir l'ordre et quelquefois je me demande si Bellamine n'est pas devenu administrateur du site. Vous noterez qu'il y a très peu d'expert (si je regarde sur les 6 derniers mois, je pense qu'il n'y en a aucun) qui répondent sur des sujets sur lesquels Bellamine s'est prononcé : tout simplement pour éviter les conflits. C'est sympa de m'avoir soutenu... Maintenant tu peux supprimer ton compte et revenir sous un autre pseudo parce que là, tu est blacklisté à vie Dommage, le principe d'échange avec d'autres professionnels et d'autres pays est intéressant.
    1 point
  10. Bonjour, Prorata des rigidités : les poteaux reprenant moins de 15% des efforts sismiques sont des poteaux secondaires au sens de l'eurocode 8. En présence de voiles (beaucoup plus rigides comme vous dites), les poteaux sont le plus souvent des éléments secondaires, en tant que tel, ils sont négligés dans la reprise des efforts horizontaux sismiques et considérés articulés : c'est la solution économique. Ne faites pas d'hypothèses sur mes habitudes de travail. Les structures poteau / poutre avec remplissage (ou non) en maçonnerie, ne sont pas très courantes dans le coin et il est rare qu'il faille justifier un poteau en sismique (en tout cas tant que l'effort sismique est inférieur à 15% de l'effort sismique global). C'est peut être plus courant chez vous. La question au départ concernait une charge verticale excentrée. Vous vous rendez compte qu'en partant d'une charge verticale excentrée vous digressez vers le calcul sismique... et mes habitudes de travail sur lesquelles vous avez visiblement un avis très personnel. Etait ce le propos ? Qui est ce que ça intéresse ? Créez un post séparé, pas sur mes habitudes de travail, sauf si c'est vraiment le sujet qui vous intéresse.
    1 point
  11. Bonjour Je crains que Mr Bellamine fera fuire tous les bons contribruteurs de ce groupe. Moi j'ai été victime à plusieurs reprises de ces attaques meme si je ne lui ai jamais rien dis.
    1 point
  12. Bonjour, comme d'habitude, Le schémas de chargement vous aurait il échappé ? De plus, ici, sauf indication contraire, il est question de redresser un effort vertical excentré. C'est ce que vous avez sur le schéma. C'est une cale métallique, un matage béton, un appui néoprène... même éventuellement un appui glissant. Ce que vous voulez qui permet de recentrer la charge verticale sur le massif. S'il y avait des efforts horizontaux, sismiques par exemple, il serait plus judicieux de les reprendre sur des voiles (intérieurs ou non), non excentrés. Un poteau isolé est rarement conseillé pour stabiliser un bâtiment au séisme, mais peut être stabilisez vous au séisme vos bâtiment sur des poteaux isolés. D'autre part, et vous serez d'accord avec moi, il y a un autre massif à l'autre extrémité de la longrine... qui, lui, peut bloquer l'effort horizontal s'il y en a un. Vous ne pensez pas que votre réaction est disproportionnée ? Quand à "l'esprit sportif" que vous avez évoqué dans un post précédent, je ne considère pas le dénigrement comme un sport, vous ne m'en voudrez donc pas si je ne participe pas. Sujet clos en ce qui me concerne. Bonne journée. Cordialement.
    1 point
  13. Bonjour, je pense qu'avant l'apparition des eurocodes, le vent ne se combinait pas avec la neige. Cordialement.
    1 point
  14. بالنسبة لإهمال عزوم الفتل [ les moments de torsions ] عند تصميم الجوائز [ les poutres ] لابد من التفريق بين: 1- الحالة التي يكون فيها عزم الفتل ضروري لتحقيق التوازن [ torsion nécessaire pour assurer l’équilibre ] و يكون ذلك في بعض الجمل الإنشائية المحددة ستاتيكيا [ structure isostatique ] التي تعتمد على جساءة الفتل [ la rigidité de torsion ] لتحقيق التوازن. أنظر مثالا في الصورة التالية المقتطعة من القانون الأمريكي للخرسانة المسلحة [ ACI318-19 ]: في مثل هذه الحالة لا يمكن إلغاء عزوم الفتل و لا بد من تصميم الجائز لمقاومة الفتل الناتج و لابد من تفعيل [ yes ] في خيار [ consider torsion ] في برنامج إيتابس. 2- حالة الجمل الغير محددة ستاتيكيا [ structure hyperstatique ] التي تكون فيها عزوم الفتل ناتجة عن مبدأ توافق التشوهات [ compatibilité des déformations ] المستعمل عند التحليل المرن [ analyse élastique ] للمنشأ. أنظر مثالا في الصورة التالية [ الجائز الطرفي -الحامل للجوائز الثانوية- تتولد فيه عزوم فتل ناتجة عن مبدأ توافق التشوهات] . في مثل هذه الحالة يمكن إهمال عزوم الفتل و ذلك لأن تشقق الخرسانة [ la fissuration du béton ] سيؤدي إلى انخفاض جساءة الفتل و بالتالي انخفاض عزم الفتل و إعادة توزيع الإجهادات [ redistribution des efforts ]. في هذه الحالة يمكن تفعيل [ NO ] في خيار [ consider torsion ] في برنامج إيتابس ولكن بشرط أن تكون قد قمت ابتداءا بإلغاء جساءة الفتل [ Vous devez annuler la rigidité de torsion de la poutre dès le début ] و العلم عند الله تعالى
    1 point
  15. أولا بالنسبة للمصطلحات DCH, DCM et DCL هي مصطلحات خاصة بالقانون الأوربي للزلازل EC8 و هي تمثل أقسام الممطولية [ les classes de ductilité ] التي يمكن للمصمم أن يختار أي واحدة منها على حسب المنطقة الزلزالية و العوامل المحلية للبلد. فعلى سبيل المثال مصطلح DCH يعني [ Ductilit Classe High ] و هو القسم الذي يتميز بأعلى مستوى للمطولية بين الأقسام الثلاث. و هكذا الحرفين M و L يعنيان Medium و Low على التوالي. كل واحد من هذه الأقسام الثلاث مرتبط : - بمعامل التصرف [q coefficient de comportement ] الذي يأخذ قيم مختلفة على حسب مستوى الممطولية الذي تم اختياره و أيضا على حسب النظام الإنشائي المقاوم للزلازل [ le système de contreventement ]. كلما كان مستوى الممطولية عاليا كلما كانت قيمة معامل التصرف أكبر. - بتفاصيل تصميمية و إنشائية خاصة تكون أكثر تشددا كلما كان مستوى الممطولية المطلوب عاليا. هذه التفاصيل تجدها مبثوثة في فقرات القانون الأوربي EC8 على حسب نوع النظام الإنشائي. على سبيل المثال، بالنسبة للمنشآت الخرسانية [ les structure en béton ] نجد التفاصيل الخاصة بال DCH, DCM, DCL في الفقرات 5.5 ، 5.4 و 5.3 على التوالي. بالنسبة لمصطلح ال Secondary هو مصطلح خاص ببعض العناصر الإنشائية التي تشارك في مقاومة الأحمال الشاقولية [ les charges verticales ] و لكن تعتبر غير مشاركة في مقاومة القوى الزلزالية.[ انظر الفقرة 4.2.2 من ال EC8 ]. بالنسبة لتصميم الأعمدة [ les poteaux ] ببرنامج إيتابس، إذا استعملنا الخيار DCH أو DCM فإن البرنامج سيصمم الأعمدة وفق الاشتراطات الزلزالية المذكورة في الفقرة 5.5 أو 5.4 من ال EC8 إضافة إلى الاشتراطات الموجودة في القانون الأوربي للخرسانة [ EC2 ] أما إذا استعملنا الخيار [ secondary ] فإن إيتابس سيصمم فقط بال EC2 و يهمل كليا الاشتراطات الزلزالية. الآن بالنسبة للقانون الجزائري RPA99 فإن التفاصيل و الاشتراطات الزلزالية الخاصة بالمشآت الخرسانية تجدها في الباب السابع [ chapitre VII ] و هي مختلفة كثيرا عن الفقرات 5.3 ، 5.4 و 5.5 من ال EC8. أما بالنسبة للتصميم الغير زلزالي كتصميم عمود معرض لقوى محورية و عزوم [ composée déviéeflexion ] فإن القانون الجزائري CBA93 و القانون الأوربي EC2 متقاربان نوعا ما. لذا –بناءا على ما ذكرته سابقا- يمكن استعمال برنامج إيتابس لتصميم الأعمدة الخرسانية وفق القوانين الجزائرية لكن بشرط تفعيل الخيار [ secondary ] و القيام بعد ذلك بالتحقق من الاشتراطات الزلزالية يدويا خارج برنامج إيتابس. و العلم عند الله تعالى
    1 point
  16. Bonjour, On le retrouve dès la notice D60 de Ménard où par exemple il proposait, pour les machines vibrantes, de considérer des valeurs de Es et Ed multipliées par 3 pour la détermination du module de réaction du sol. Le problème, comme l'a bien présenté @lelab étant que la notion de court terme et long terme en géotechnique ne dépend pas que de la durée d'application, mais aussi du type de sol (fichu mélange sol/air/eau).
    1 point
  17. @Tony_Contest Vous pensez vraiment que cette portion de poteau (poteau court) entre semelle et poutre de redressement va résister aux efforts de cisaillement dus au séisme ou encore si jamais il y a eu un tassement du sol sous la semelle. C'est une très mauvaise et dangereuse conception !!!
    1 point
  18. Bonjour OK pour rester dans le contexte du sujet, remplaçant les charges ponctuelles par une charge uniformément répartie q en t/m Quelles sont alors les valeurs de P et M d'après votre logique ? Rmq : pour la semelle filante à mur excentré qui généralement a pour rôle de soutenir la terre derrière, il y a éventuellement la continuité des poteaux des étages supérieurs. Donc nous sommes en présence de charges ponctuelles et de charge uniformément répartie. Et pour tenir compte des deux nous appliquons le principe de superposition. Donc mon cas de charges ponctuelles n'est pas hors sujet. C'est l'état d'esprit SPORTIF qui vous manque malheureusement Cordialement
    1 point
  19. Bonjour La répartition triangulaire ou trapézoïdale des contraintes sous la semelle est une répartition en situation transitoire !!! Il est déconseillé d'avoir une telle répartition en situation durable !!! C'est pour cette raison, que dans le cas d'une semelle excentrée en situation durable nous avons intérêt à prévoir une longrine ou poutre de redressement pour que la répartition des contraintes soit le plus proche possible du rectangulaire. D'ailleurs, la formule de TERZAGHI se base sur une répartition uniforme (rectangulaire) des contraintes sous la semelle en situation durable. Ce qui impose que la semelle en question devra avoir une rigidité suffisante ... CONCLUSION : Pour respecter les hypothèses de TERZAGHI (répartition uniforme des contraintes en dessous de la semelle, rigidité de la semelle), nous avons intérêt en situations transitoires (séisme, etc ...) à prévoir des éléments de structure de redressement (longrines etc ...) entre semelles excentrées et éventuellement centrées. Et pour que le redressement se fait adéquatement, ces éléments de structure devront être encastrés dans les semelles Cordialement
    1 point
  20. Un petit conseil selon des acquis: En outre il existe une règle d'or en structure : LE CACUL TE PERMET DE CONCLURE SUR TOUTE MÉTHODE JUGÉE VALIDE ET À TA DISPOSITION. les divergences existent toujours, rien que dans les normes européennes type Eurocode, tu verras que du fait de ces divergences, on a autorisé à chaque pays une marge dans laquelle il lui est permis de personnaliser sans contradiction "les règles", et ce naturellement sur base de preuve. Mais qu'est ce donc cette preuve, c'est les tests labo, in situ, les données recueillies, modélisées, et les calculs s'y afférents, ensuite suivant les résultats, suivent les validations dont les marges sont définies suivant des modèles statistiques, pour lesquels des guides figurent dans l'EC0 entre autres. Pour ainsi dire même dans les travaux de tous les jours, les experts partent de "résultats" acquis tout au long de leur carrière et ce d'après leurs calculs entre autres, donc il faut s'habituer à tester. والله أعلم
    1 point
  21. Bonjour ورحمة الله وبركاته Bonsoir, bon étant donné les divers avis, il y a un avis apparemment sur lequel les experts semblent être en accord, c'est celui concernant le mode de distribution des contraintes transversales et longitudinales, donc tu pourrais déjà essayer cela déjà. En partant de ce même avis et juste compléter par les questions qui te permettront de savoir pour utiliser cette proposition dans un calcul par où commencer, ensuite comment procéder pour le reste. والله أعلم
    1 point
  22. Ou est-ce que vous ne l’avez vu ? Sur un logiciel en particulier ? J’ai fait un outil web pour obtenir les flèches dimensionnantes à l’Eurocode 5 : https://dimension-d.com/boite/outilsEC5/deformation Si ça peut servir !
    1 point
  23. Si vous voulez retrouver et calculer des coefficients de l’Eurocode 5 vous pouvez le faire sur : https://dimension-d.com/boite/outilsEC5/index.php N’hésitez pas à me faire retour.
    1 point
  24. Bonjour Après une lecture en diagonale le rapport tout d'abord ne mentionne pas la zone de sismicité du projet. Il se contente de donner les résultats des essais qui relève de la mission du ou des techniciens mais aucun apport pour l'ingénieur geotechnicien !!!
    1 point
  25. Bonsoir, Effectivement, pour une semelle filante sous un voile excentré, le principe est bien de considérer une contrainte uniforme sous la semelle (dans sa largeur B ) et ce malgré l'excentrement du voile ce qui suppose des armatures suffisantes à la jonction voile/semelle pour interdire toute rotation de la semelle par rapport au voile (l'angle de 90° entre semelle et voile doit rester de 90° - la rotation doit être bloquée). Si ce n'est pas faisable structurellement alors la solution proposée par M. @BELLAMINE selon le schéma de M. @MRB , en s'assurant de la continuité des aciers dans les angles et au niveau de la (ou "des" si besoin) semelle en refends, peut effectivement aider à équilibrer la semelle supportant le voile excentré. Ceci étant dit, la solution semelle filante en limite de propriété n'est peut être tout simplement pas la bonne. Pourquoi ne pas remplacer cette semelle filante en limite de propriété par des massifs isolés, décalés vers l'intérieur du projet, chargés de manière centrée par des poutres d'équilibre travaillant en consoles pour reprendre le voile ? Cette solution a le désavantage de concentrer des charges plus élevées sur les massifs, mais elle règle le problème d'équilibre des appuis. Cordialement.
    1 point
  26. Pour une semelle filante la répartition des contraintes au sol dans le sens de sa largeur B est tjrs uniforme mais variable selon le mode de chargement dans le sens de sa longueur L. @lelab @anchor Qu'es ce que vous en pensez ?
    1 point
  27. J’ai fait un outil en ligne pour obtenir les spectres sismiques à l’Eurocode 8 : https://dimension-d.com/boite/chargement/seisme/index.php Dites moi ce que vous en pensez !
    1 point
  28. https://eurocodes-tools.com/fr/ https://eurocodes-tools.com/fr/cranerunways-project-information/2da7a6f4-985f-424e-a1a1-365358c9905b
    1 point
  29. Bonjour Fiche de progrès n°033 du 06/10/2021 modélisation d'une structure simple et régulière de tablier de pont section en T A POURSUIVRE ...
    1 point
  30. bonjour, Voici la nouvelle application "CALCUL D'UN MUR DE SOUTÈNEMENT" j'espère qu'elle marche bien selon la résolution d'écran. CALCUL D'UN MUR DE SOUTENEMENT.rar
    1 point
  31. Bonjour, J'ai des documents (en espagnol !), la norme Espagnole EH-O8 traite ce type de planchers. Vous pouvez me laisser un message ici si vous êtes intéressés puisque j'ai essayé de vous mettre un fichier mais il parait qu'il est volumineux (pourtant il ne fait que 5,13 Méga). Bonne chance.
    1 point
  32. Bonsoir Que ce soit Robot ou autre logiciels pour le modèle de calcul bâtiment le plan moyen de la dalle est tjrs confondu avec celui de la poutre
    1 point
  33. Une introduction pour cette contrainte de prédimensionnement imposée par la méthode de GMB pour les constructions à section ouverte : ponts à poutres multiples et similaires A POURSUIVRE ...
    1 point
  34. Bonjour Pour la présentation de la méthode de résolution directe de l'équation différentielle d'un grillage général. Elle sera faite pour un coefficient de poisson nul telle quelle est présentée dans le livre "Calcul des grillages de poutres et dalles orthotropes" de GMB. Pour cela, nous allons définir 3 fonctions de la variable "y" ; f(y), g(y) et h(y) comme indiqué sur la fiche de progrès n°002 du 31/13/2021 ci après : Cdlt
    1 point
  35. Bonjour, Soit qs la contrainte du sol à l'ELS : Sur Arche tu dois saisir le taux de travail du sol à l'ELU : qu Sur Robot tu as choisi de saisir la contrainte admissible (appelée aussi contrainte de rupture) : qr A noter que qr=3xqs=2xqu. Donc C'est normal d'avoir des résultats différents sur les 2 logiciels car les entrées ne sont pas équivalentes. Cdt
    1 point
  36. Salaam 3alaykoum @MHAMED ça à l'air super en effet et c'est simple d'usage, ce qui est un bonus. Je n'ai pas encore revu le fond mais pour la forme, la calculette présente des petits défauts d'affichage comme la taille de la fenêtre qui pour des ordinateurs 15" dépasse un peu et empêche de voir les résultats du bas. avoir un widget redimensionnable serait bien aussi, car cela permettrait de clipper sur une partie d'écran et d'avoir par exemple sur l'autre partie un autre logiciel(word, etc) pour le travail efficace. Au fait vous utilisez quel langage? Et pour l'image pourquoi un bouton au lieu d'un canvas par exemple. Et encore merci pour ce logiciel et très bonne continuation, Keep up the good work!
    1 point
  37. bonjour a tous mes con frère de l’acte de bâtir. mon projet consiste en étude d'un bâtiment de 6 étages .qui sera réalisé avec une structure voile porteur, ce choix est dicté par le fait que mes plancher seront des dalle pleine avec des bandes noyées de dimensions 70x20. je voudrais savoir 1-si le système des plancher sans retombé de poutre est toléré dans les zone a forte activité sismique .zone 3 2-est ce que je pourrais changé de système de contreventement en optant pour un système mixte poteau +voiles et si le problème de la rotule plastique au niveau des poteaux isolées n'est remise en question. 3-je voudrais aussi savoir si le système de planchers réticulé et allégé utilisé par les espagnoles et calculé par le logiciel CYPE peux être adopté ici en Algérie et pourrais être calculé avec un autre logiciel autre que le CYPECAD. MERCI POUR VOS RÉPONSE .
    1 point
  38. Indépendamment de la formulation qui caractérise chacune des deux couches, on peut dire : COUCHE D’ACCROCHAGE Son rôle est d’assurer l’adhérence et le collage dans la chaussée pour la rendre monolithique et ainsi éviter son cisaillement. COUCHE IMPRÉGNATION C’est pour lier les matériaux de surface de la couche de base avant d’appliquer la couche de roulement pour éviter la fissuration de celle-ci OU même éviter le bitume de la couche de roulement de se pénétrer dans la couche de base. Elle empêche aussi l’infiltration de l’eau dans le corps de la chaussée par endroits fissurés de la couche de roulement afin d'assurer la durabilité.
    1 point
  39. Bonjour, Alors je ne suis pas sûr que vos poutres de 70x20 pourront résister à vos efforts, notamment si vous avez des longues trames. Par contre je vous propose d'utiliser un plancher dalle (plancher champignon) sans chapiteaux. Une dalle de 20cm et un béton de 30MPA te permettront d'atteindre facilement des trames de 6m 6.5m.
    1 point
  40. Le sable est le seul remblai hydraulique. Le sable ne se compacte pas par les compacteurs comme l'argile par exemple.Donc on le sature par de l'eau et on le laisse tasser.
    1 point
  41. Par définition, c'est un remblai qui subit un arrosage avant qu'il s'auto-compacte. La particularité étant de ne pas passer un rouleau compacteur.
    1 point
  42. Bonjour, Si un jour vous rencontrez l'erreur 2008 sous Arche ossature avec comme erreur que le modèle éléments finis ne peut être multi-structure, c'est que vous avez des éléments qui sont indépendants et qui ne sont pas liés à la structure principale, ou bien vous avez deux blocs ou plus distincts de bâtiments. Essayez de les lier puis relancez les calculs
    1 point
  43. Bonjour, Ci-joint un fichier excel qui permet de calculer les souplesses et la répartition des efforts horizontaux. Je regarderai plus tard votre demande concernant ST1 Répartition Efforts horizontaux.xls
    1 point
  44. Salut mes amis, Pour votre cas, et les cas similaires où les poutres ne forment pas un angle droit entre elles (vue en plan), je vous propose de choisir une « section circulaire » pour ce poteau. Comme ça, vous pouvez répondre facilement à vos questions relatives aux : pré-dimensionnement, calcul des sollicitations, calcul et répartition du ferraillage et la forme de la semelle au dessous du poteau (en se référant au Chapitre VII du RPA99 version 2003). Cordialement.
    1 point
  45. bonjour Mr , pour le choix entre un corps creux et la dalle pleine en principe on peut faire les deux mais en respectant les cas de chargement pour le parking, pour moi j préfère travail avec la dalle pleine et j vérifier par la suite la condition de non - poinçonnement dans la dalle a cause de la charge au cas de stationnement de la voiture , pour la calcul de poinçonnement je t'invite de voir le livre Victor davidovici( formulaire du béton armé tome 1 page 291a 294) sinon le réglement BAEL 91 (l'articl A.5.2.43) et bn chance.
    1 point
  46. Bonjour, En général les voiles qui sont des murs en béton transmettant des charges réparties à des appuis continus. Mais lorsque les voiles en béton armé transmettent leurs charges à des appuis ponctuels, ils fonctionnent comme des «parois fléchies», c'est-à-dire comme des poutres de grande hauteur. Par exemple, lorsque au rez on a deux colonnes alignées (il y a une grande ouverture entre les 2 colonnes) et au 1er étage on a un voile qui s’appuie sur les 2 mêmes colonnes, on a affaire à une poutre de grande hauteur c.à.d une paroi fléchie. Dans le module arche ferraillage paroi fléchie, vous remarquez la présence d'appuis ponctuels, ainsi vous pouvez même faire une poutre continue (paroi) sur plusieurs appuis. Bien à vous
    1 point
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...