Aller au contenu
CIVILMANIA

TOP membres


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 02/22/19 in all areas

  1. 3 points
    bnjr voire ce document j'esper que vous aidé. Construction_metallique_-Conception_gene-unprotected.rar
  2. 2 points
    Bsr Sir Aimé.. Je me suis rendu compte que la note de calcul là avait des problèmes. Demain j'exposerai une méthodologie pour le calcul de Al. Le resultat aboutit à une valeur similaire de Sir Philkakou. Cdt
  3. 1 point
    Bonjour @philkakou Autre remarque pour la méthode de Tchebychev comparée à celle des trapèzes : Soit le fonction F(x) définie comme suit : En utilisant la méthode des trapèzes pour calculer correctement l'intégrale de F(x) entre -2 et 2.5, nous somme somme obligé de le faire en trois tranches : [-2 , -1] / [-1 , 1.5] / [1.5 , 2.5]. Pour la méthode de Tchebychev il suffit de le faire en deux tranches : [-2 ,1.5] / [1.5 , 2.5]. Pour une seule tranche [-2 , 2.5] ça ne marche pas à cause du pic (Mualpha par exemple) Cdt
  4. 1 point
    Bonjour, J'ai modifié mon utilitaire pour rajouter dans les graphiques, les mentions des valeurs de e où la courbe franchit l'axe des abscisses cad où le coefficient vaut zero. Par contre, je n'ai pas modifié le tableau pour rajouter les colonnes car il me parait préférable d'utiliser à terme mon programme DalCrt qui donne la possibilité de calculer les coef. pour des plages de zones sollicitées. J'en ai profité pour rajouter le calcul de tau, mais la formule figurant dans les annales de l'ITBTP n'est pas correcte donc en choisissant tau, j'ai bloqué le calcul des valeurs à 0 en attendant la bonne formule. Une fois cette formule exacte en ma possession, j'intégrerai tout cela dans mon programme DALCRT pour faire apparaitre les calculs de Mu1,mu3 et mu5 et tau en sus des calculs de K alpha. J'attends la formule de tau pour mettre l'utilitaire modifié à disposition dans la rubrique telechargement pour qu'il soit complet. En pièce jointe, un exemple de la sortie graphique. Graphe.pdf
  5. 1 point
    Bonjour, Est ce bien ce document? Escalier.pdf
  6. 1 point
    il faut faire le calcul à "l'envers". du coup la semelle filante se calcule comme un poutre avec comme chargement la réaction du sol.
  7. 1 point
    Bonjour Ci après la fonction ligne d'influence de répartition transversale Mu pour Alpha=0 Bon Weekend
  8. 1 point
    Bonjour, Votre contrainte du sol est supérieure à 2.5 bars et la demande du contrôleur est pertinente. Dans l'hypothèse la plus favorable de répartition uniforme de la pression sur le sol, il suffit de prendre le poids des terres affecté du coefficient de Marston et le poids propre de l'ouvrage et de diviser la somme par la largeur du cadre. Vous constaterez que la pression est supérieure à la contrainte admissible. Je considère votre ouvrage comme un ouvrage d'art et non comme un simple dalot. La conception nécessite une attention particulière (assise, remblais adjacents, découpage en tronçons.....) Je ne dispose pas de Robot et j'ignore comment vous avez modélisé le radier. Si vous avez introduit les appuis sous forme de ressorts ponctuels, vous obtenez les contraintes à partir des réactions. Dans le cas dune barre en appui élastique, je suppose que Robot donne les pressions. Vous avez dans les 2 cas R =kv (R réaction ou pression, v déplacement et k module de réaction) Le diagramme que vous présentez ne correspond pas à la pression sur le sol car celle ci est normalement plus grande en rive et non au centre du radier
  9. 1 point
    oui il devra combiner les 2,meme si l,on sait que on aura: vers les extremités la contrainte de cisaillement sera élévé alors que la contrainte due au moment fléchissant sera tres faible; vers le milieu c'est le contraire; la contrainte de flexion sera plus élévé et que le cisaillement sera faible; mais en somme il faut une association de ces 2 contraintes et ensuite comme indiqué précedement dans mon intervention le dalot étant calculer sur 1m de largeur donc le raisonnement rationnel serait de diviser les valeurs en Kg/cm² par 100cm(1m) afin d'avoir une valeur à comparer avec ton 2,5 bars cad si tu as comme dans ton diagramme 11,37Mpa donc 113,7Kg/cm² raméné à 1m largeur cad 100cm on 113,7/100=1,37Kg/cm²=1,37 bars valeurs inférieurs à 2,5 bars donc dans cette approche que tu fera aussi pour la contrainte de cisaillement et ensuite tu fait la somme et tu le compare avec le 2,5 bars qui est la valeur de ta contrainte admissible du sol
  10. 1 point
    B Bonjour je pense que la mission de control te demande celà afin de verifier la valeur de la contrainte à la base du radier de ton dalot,cad comparer cela avec la contrainte du sol; alors moi je pense que dans la meme logique tu peux leur envoyer le diagramme de taux de travail du sol,ceci tu pourra le faire sortir par RSA,comme celà tu verra le taux de travail max,min sur le diagramme élaboré par RSA. et pour le diagramme avec RSA, se fait de la manière suivante; Résultat-Diagramme barres-Contraintes normales épuis tu coches de flexion smax(My) ou alors flexion smax(MZ) tout dépend de l'orientation de tes axes,ainsi tu verra le diagramme apparaitre sur toutes les barres de la structure et tu interpretera les valeurs des taux de travail du sol cad pour le radier
  11. 1 point
    Bonjour Vous avez une semelle de BxL=S 1 - Vous calculez la contrainte dans les 4 coins de la semelle : si les quatre contraintes sont positives ====> pas de soulèvement, la surface de contacte avec le sol est à 100% comprimée. Si non ; 2 - Modèle de Meyerhof Selon le modèle de Meyerhof (fascicule 62 Titre V page 28), il est loisible d’admettre que les contraintes normales sont uniformes sur un rectangle de surface réduite S'= (B-2e)xL La surface comprimée en contact avec le sol représente donc un pourcentage de 100xS'/S Cdt
  12. 1 point
    Bonsoir, voici deux documents qui peuvent vous être utiles : 1er document par ici 2nd document par ici bon courage !
  13. 1 point
    Compliqué.... Je ne pense pas car le calcul de l'inertie de torsion (constante de torsion de Saint Venant) fait appel à l'intégration surfacique des fonctions de gauchissement de torsion. elles mêmes dépendant d'une intégrale curviligne de contour. et puis.... mes cours de maths et les MEF sont assez loin dans ma mémoire . IL faudrait que je m'y replonge pour huiler toute la mécanique de mon cerveau....
  14. 1 point
    Bonsoir C'est par ici : https://www.mediafire.com/file/ay6fbewqjmqzm89/Composition_b%E9ton.xlsx/file
  15. 1 point
    bonjour, Désolé,le ne suis pas sur mon PC qui est HS ( en réparation pour essayer de récupérer toute ma doc.) j'ai trouvé dans le site ( réglementation recherche page 6) une version en anglais dont voici un extrait. 10.1.2. Peripheral wall The frames above the base level, formed by short beams (for instance, sanitary voids) must include a continuous perimeter wall between the foundation level (footings, apron) and the base level. However, in zone I, this prescription is optional for private houses and similar buildings or any other construction whose height is less than or equal to 10 m above the average level of the ground. In the case of blocks separated by breakage joints, there must be a perimeter wall around each block. This wall must have the following characteristics at the least: - thickness >l5cm; - two layers of reinforcements The maximum reinforcement percentage is 0.10% in both directions (horizontal and vertical) Openings in this wall must not reduce its rigidity in any substantial way. In the case of slabs on open ground, it may be necessary to do without the perimeter wall as long as the posts are sized according to the prescriptions given for posts with geometrical slenderness ratio of less than 5 in paragraph 7.4.2.2. Bon courage et bonne lecture A+
  16. 1 point
    Bonjour Si tu veut bien poster une capture d'écran de cet article à toute fin utile Merci
  17. 1 point
    Références : Guide de conception Ponts - Cadres et Portiques du SETRA Décembre 1992 Ponts - Cadres en béton armé - Programme de calcul PICF EL - 2e Edition du SETRA Juillet 1992 CHAMOA PICF - Guide technique d'avril 2016 du CEREMA D'un point de vue mécanique, les dimensions minimales ci dessous sont fortement conseillées sachant, qu'en pratique, il est généralement préférable que la longueur soit supérieure à la hauteur : Ouverture <2 m : Gousset SUP : 0.2x0.2 ou chanfrein - Gousset Inf : idem Ouverture 2à4 m : Gousset SUP : 0.20 x 0.2 ou 0.3 x 0.3 - Gousset INF : 0.2 x 0.2 à 0.4 x 0.4 Ouverture >=4 m: Gousset SUP : 0.30 x 0.30 à 0.4 x 0.4 - Gousset INF : 0.4 x 0.4 à 0.5 x 0.5 Lorsque, pour une raison impérieuse (problème lié au gabarit par exemple), des goussets ne peuvent être prévus, il sera nécessaire d'épaissir les traverses et les piédroits. Le ferraillage des goussets doit être compatible avec le ferraillage des angles formés par les traverses avec les piédroits. Une attention particulière est à porter sur les aciers transversaux faisant partie de la traverse supérieure : comme pour la partie basse des piédroits, ces aciers sont destinés à équilibrer les efforts de retrait différentiel gêné provoqués par les âges différents des bétons des piédroits et de la traverse. On pourra adopter pour les dimensionner la règle du pourcentage de 1,5 %o. On trouve facilement ces guides sur internet.
  18. 1 point
    Bonjour Les données de @philkakou constituent un guide pratique pour la conception des goussets des dalots et rien nous vous empêche de les prendre en considération de proche en proche dans la modélisation géométrique par votre logiciel de calcul. Votre logiciel de calcul vous donne les sollicitations et éventuellement les contraintes !!! De plus la note de calcul sur le schéma que vous avez publié, montre que l'effort tranchant varie linéairement ce qui vous permet éventuellement de faire un calcul manuel justifiant les contraintes tangentielles de part et d'autre des extrémités du gousset. Et Attention !!! : La contrainte tangentielle maximale vaut T/S1 où T effort tranchant et S1 la section réduite. Pour une section rectangulaire de surface S, S1 = 2S/3 càd que la contrainte maximale de cisaillement vaut 1,5xT/S où T/S est la contrainte de cisaillement moyenne. Cdt
  19. 1 point
    Si l'épaisseur est de 10cm, les nervures latérales en rives permettent de rigidifier la dalle en augmentant l'inertie. Effectivement l'orientation vers le ciel contribue à créer cet effort normal permettant de réduire le ferraillage
  20. 1 point
    Bonjour j'ose une comparaison... Quand on prend une part de pizza très élancée elle a tendance à fléchir. La meilleure façon d'éviter qu'elle se comporte de la sorte est de la plier légèrement en V comme la structure de la dalle en porte à faux. La nature donne des exemples simples que notre intelligence permet d'assimiler pour les reproduire dans d'autres contextes... Cet auvent est réussi architecturalement, sa géométrie optimise son fonctionnement mécanique. Belle collaboration entre archi et ingénieur !
  21. 1 point
    J'abonde dans le sens de la remarque précédente et j'ai fait un schéma mais je n'arrive pas à mettre l'image La diffusion d'une chenille transversalement se fait sur 15m et la zone de superposition fait 11m70 Longitudinalement, la chenille fait 6m10 => longueur d'impact : 6m10 + 2x7m = 20m10 surface d'impact d'une chenille de 55t : 20,10 x 15 = 301,5 m² => 55t/301.5 = 0,18242 t/m² Il faut considérer la zone de superposition soit 2 x 0,18242 = 0,3648 <> 0,365 t/m² L'approche de Boussineq est plus proche de la réalité qu'une diffusion homothétique.
  22. 1 point
    Effectivement il faut combiné les deux Cdt
  23. 1 point
    OK pour l'instant je rajoute un module d'impression des lignes d'influences de K pour les fibres du tableau. C'est purement à vocation pédagogique car avec les données transférées sous excel, on peut faire ces graphiques.
  24. 1 point
    Merci monsieur Bellamine, ce que je comprends, l'épaisseur du radier est déterminer par la formule de résistance au cisaillement, soit Vu/b0d <= To admi
  25. 1 point
    Bonjour En partant de la charge la plus défavorable transmise par un poteau au radier ===> la condition de non fragilité du BAEL te permettra d'évaluer l'épaisseur de ton radier. Cdt
  26. 1 point

    Version 1.0.0

    301 téléchargements

    Bonjour, Ci-joint le règlement neige et vent Algérien (RNVA 2013) avec le document d'accompagnement d'exemples pratiques. Bonne lecture, Pr. DAHMANI
  27. 1 point
    Bonjour à tous.. Je suis à la recherche du livre LA MODÉLISATION DES OUVRAGES AFPC--EMPLOI DES ÉLÉMENTS FINIS EN GÉNIE CIVIL... Ce guide a été piloté par le grand MICHEL PRAT. Si vous l'avez en Pdf je serais très intéressé.. Par ailleurs je recherche des informations sur le dimensionnement des pont à deux nervures PSIDN. J'ai les guides setra.. J'aimerais savoir comment modélisé ce type d'ouvrage : 1) grillage poutres 2) plaque orthotrope 3) possibilité plaque + barres.. J'aimerais avoir des info sur les caractéristiques à introduire et comment les calculer. Merci à tous... J'espère que le spécialiste M. BRETON2250 va me répondre.. Amicalement
  28. 1 point
    Bonjour Radiers rigides Si le radier peut être considéré comme rigide, le calcul est mené en considérant une répartition linéaire des réactions du sol. Le dimensionnement du radier doit être tel que le cheminement des efforts de la superstructure soit assuré, les efforts internes du radier étant déterminés par l'équilibre des forces de gauche (ou de droite) d'une section quelconque. Le calcul en plancher renversé n'est valable que sous réserve de vérifier sensiblement l'équilibre entre la descente des charges apportées par la superstructure et les réactions du sol sous chaque poteau. En première approximation l'épaisseur des éléments constitutifs du radier est déterminée par les relations : – nervures : Avec l'entre axes des poteaux parallèlement aux nervures. – dalle : avec l entre axes des poteaux perpendiculairement aux nervures (fig. 3.55). De plus l'épaisseur de la dalle doit être telle que la vérification à l'effort tranchant soit assurée sans qu'on ait besoin d'armatures d'effort tranchant. a) Cas d'un mauvais terrain. On considère que le radier fonctionne soit en plancher nervuré renversé soit en plancher-dalle renversé. Radiers souples Cette méthode ne tient pas compte de la continuité. Elle consiste à vérifier les conditions de la Statique et de non-poinçonnement du sol sous la surface correspondant à chaque poteau ou voile pris isolément. Ces surfaces peuvent être discontinues si la résistance du sol le permet. La forme du diagramme choisi peut être soit rectangulaire soit triangulaire (terrain pulvérulent) tu peut consulter le paragraphe 6.2 de ce document dont le lien de rechargement est: http://www.univ-chlef.dz/fgca/chapitre-2-fondations.pdf
  29. 1 point
  30. 1 point
    OK merci mais je n'ai pas le logiciel safe.. Pourriez vous m'envoyer un lien ?? jacquesmonil@gmail.com
  31. 1 point
    Le calcul en présence de nappe se fait comme celui sans nappe La seule différence entre les deux. La contrainte admissible du sol n'est pas la même et en présence de nappe comme j'ai dit il faut prendre en considération le poids déjaugé de la partie immergée dans l'eau Cdt
  32. 1 point
    bonsoir, est ce que tu es en Possession de ces normes? puisque le contrat liant le maître de l'ouvrage à l'entrepreneur stipule que les caractéristiques des granulats sera conforme à la 18 540 n sur le plan de la propreté "PS" s'il s'agit de sable autre que alluvionnaire ou marin le PS mini est de 50 (tableau29.) cependant il faut regarder les différentes autres caractéristique qui doivent toutes étre conformes à la classe B A toutes fins utiles; et pour le reste de la communauté, voici les normes en question OuAllah Oua3lam A+ P18-540.PDF P18-597.PDF
  33. 1 point
    Malheureusement le CM 66 n a pas abordé la limitation des flèches de poteaux supports du PR, toutefois il est recommandé suivant l'EC3 de limiter la flèche à L/200 ( en tenant compte des actions du vent) et L/360 ( sans actions du vent) toutefois pour les autres sur charges statiques et thermiques devront être prises en considération.
  34. 1 point
    Le logiciel donne les efforts au points d'ancrage c'est à dire 0.00, le moment de renversement se mesure à la base de la fondation(assise des semelles ou radier) donc les résultats seront erronés du faite que le logiciel ne tient pas compte de l'ancrage.
  35. 1 point
    Bjr, Certains logiciels donnent cela par un simple clic d'autres non ou au moins nécessitent un complément de calcul manuel. cdt
  36. 1 point
    bonjour comme c'est indiqué au titre du sujet je vous présente des fichiers excel qui font des calculs topo pour faciliter la tache Gisement et distance Surface VZM alignement
  37. 1 point
    bonjour , la solution la plus simple serait le tube plongeur. par cette méthode o,n amène le béton dans la partie la plus basse du poteau et ainsi la hauteur de chute sera toujours très réduite. A+
  38. 1 point
    bonjour, avant toute chose il faut faire la différence entre longrines et poutre de redressement. la poutre de redressement est placée en bas de la semelle et est destinée à reprendre le moment du à l’excentricité du poteau par rapport au CDG de la semelle. la longrine par contre , a un autre rôle. celui de relier les poteaux entre eux et limiter la longueur de flambement de avant-poteaux et des poteaux. ainsi dans le schéma proposé, les PR proposées sont inutiles par contre celles prévues en pointillé sont indispensables. A+
  39. 1 point
    Bonjour attention au dimensionnement P10 (principale) 30x45 et le chaînage 30x65 en plus je constate un sous dimensionnement pour les poutres porteuses (double travée sans poteaux) concernant votre cas, il y'a lieu d’éclaircir que les poutres longitudinales sont porteuses et les poutres transversales secondaires, mais la poutre P (30x45) est portée par les poutres transversales, dans ce cas il vaut mieux que la section de la poutre portée soit inférieur à la section de la poutre porteuse afin d'augmenter le bras de levier et de prévoir les armatures dites en bateau pour faire participer une grande section pour la reprise de la charge transmise par la poutre portée (elle est considérée comme charge ponctuelle)
  40. 1 point
    salut le ferraillage des poutres principales doit être en dessous de celles secondaires. et célà permet a la poutre principale de gagné en bras de levier Z. Car Mu=Asxsigma stxZ.donc plus les aciers principaux sont éloignés de la fibre la plus comprimées ,plus Z est grand et la poutre peut équilibrer un grand moment. Ensuite ,les poutres principales étant des appuis pour les Poutres secondaires;il faut ajouter des chapeaux sur les poutres secondaires au croisement des deux. a+
  41. 1 point
    je veut utiliser safe pour la même raison -mais je ne sais comment ? -et encore en ma parler de contrainte et raideur du sol d ou soortir sa ? -comment faire un radier qui ensemble 3 bloc ou plus que ces denier sont separé par des joint non le radier ?????????
  42. 1 point
    Pour l'introduction du gradient DT on aura nécessairement recourt à une charge surfacique thermique ( uniforme, linéaire 2p ou surfacique 3p). Pour revenir au sujet tel que posé, je pense que Keuj84 a donné à mon sens les rudiments nécessaire pour y arriver. -Allez dans le bureau "Chargement" et "Cliquez sur définir charge". -Allez à l'onglet "Barre" et cliquez sur "Charge thermique". -Entrez la valeur de la charge thermique dans le champs correspondant en sachant que : -dTX permet de considérer une augmentation ou diminution de température uniforme le long de la barre -dTY et dTZ permettent de considérer une différence de température entre les faces du profilé par rapport à l'axe correspondant (y local pour dTY et z local pour dTZ).
  43. 1 point
    Juste une question, si vous utiliser Robot, vous mettez ou temp+ et temp- (dx dy ou dz) ainsi le gradient DT on le met sur quel case. (l'aide de Robot n'est pas claire) cordialement
  44. 1 point
    Pour le delta a rentrer, vous allez avoir une élévation positive ou négative, soit deux cas de charges distincts TEMP- et TEMP+ Pour connaitre la valeurs a appliquer, il faut se référer a l'EC1, selon votre zone et votre region, vous avez une température mini (tmin) et maxi (tmax) ainsi qu'une température de référence (t0)... cette méthode peut être encore précisé selon le type de revêtement, l'exposition ect...; Par exemple pour un bâtiment dans le centre-nord de la France, vous avez Tmin = -20° et Tmax = +40° avec un t0 de +18°. la valeur a rentrer pour le cas TEMP- sera de 20+18= -38° et pour TEMP + 40-18= +22° Cordialement.
  45. 1 point
    ​X,Y et Z représentent l'orientation des barres dans le repère global, par conséquent si vous souhaiter modéliser un élévation de température des barres, il vous faut sélectionner les barres concernées (suivant le repère global X par exemple ) les numéros de ces derniers apparaîtrons dans le champ "Appliquer à" . Ensuite renseigner la valeur de la charge thermique (30° dans votre cas) suivant X si la / les barre(s) est/sont orienté(és) suivant le repère global X. Cdt
  46. 1 point
    bonjour,   le sujet  m'intéresse aussi, je me trouve souvent dans des cas similaire , ou l'architecte oublie de mettre des joints , et qu'il n ya pas beaucoup de choix, contrainte architecturale , thermique , etc ,   ce que je peux dire , la dilatation thermique tant à allonger l'élément , et le retrait aura l'effet inverse ,    l'effet thermique dL= a x dT x L a : coefficient de dilation de béton = 10^(-5)  en (1/°c) dT : variation de température selon la région (voire le CBA93) en (°c) L :longueur de la pièce.   retrait total : somme de plusieurs retraits approximatives dL= 3 x L (en cm) ( équation que j'ai récupéré d'un confrère qui reste à vérifier)   les deux valeurs tendent à s'annuler , après se que je pense ,c'est de calculé l'effet du au retrait et l'effet thermique comme si on avait des joint de dilatation (respect de la réglementation) et de les comparés avec les valeurs trouvées tout cela reste théorique , je l'ai jamais fait en pratique , pas de certitude sur le sujet , pour cela que le sujet m'intéresse et j'aimerai avoir l'avis des confrères je parle ici pour un calcul manuel
  47. 1 point
    bonjour pour moi meme si tu es un génie et t'a appris toute tes leçon avant la dite reception sur tout avec les entrepreneur de moul chakara je te conseil ce qui suit: 1-ne parle pas avec les ouvriers , ferrailleur ...mais concentre toi sur ton travail et n'écoute pas ce qu'ils disent derrière toi , ne salu pas tout le monde pour ne pas attiré l'attention vérs toi (( el 3ayen el hassoud...)) 2-tu demande c'est qui le chef de chantier ou le conducteur de travaux c'est avec lui seul que t'a à parler .. 3-les entreprises trichent dans les recouvrement d'acier en général c'est 50x diametre donc il si t'a T12 x50 =60cm de recouvrement 4- et aussi dans les coffrage : par exemple un radier de 30cm lui il va faire 27cm il va te dire c'est rien juste on a fait une erreur dans le BP il faut mettre 27cm pour avoir le niveau +0.00 alors que 3cm x 100m2 =3m3 ??? 5-puisque tu es nouveau et au Maroc ; n'accepte pas le pourboire ? par ce que si tu ne résiste pas la prochaine fois tu va lui signé le PV de reception dans un café ou restau... bon courage
  48. 1 point
    bonjour, c'est simple verifier la conformité de ferraillage et coffrage vis avis des plans, le diametre, les espacements, l'ecartement, la disposition des nappes supereure et inferieure, l'enrobage, le recouvrement, les joints de coffrage, le calage, la propreté,... verifier la qualité des matériaux de construction, la disponibilité,... verifier la disposition et le nombres des chaises, les joints de reprise de bétonnage s'il y'a lieu,... rediger un pv
  49. 1 point
    Les normes AFNOR Il s’agit de l’ensemble des documents répertoriés ci-dessous, normes et fascicules de documentation de l’AFNOR de la série NF E 52 concernant les ponts roulants: NF E 52-110 Règles pour le calcul des appareils de levage mus mécaniquement –Charpentes métalliques – Décembre 1980 NF E 52-115 Appareils de levage – Classification – Mai 1981 NF E 52-120 Ponts roulants – Généralités – Terminologie – Mai 1972 NF E 52-121 Levage et manutention – Ponts roulants – Construction et installation –Novembre 1979 NF E 52-122 Ponts roulants à cabine fixe – Règles générales de sécurité – Avril 1973 NF E 52-123 Ponts roulants – Questionnaire type pour appel d’offres – Mars 1973 NF E 52-125 Ponts roulants – Recommandations pour l’adjonction d’une commande au sol – Octobre 1975 NF E 52-126 Engins et équipements de levage – Ponts roulants – Conduite des épreuves et essais – Mars 1975 NF E 52-129 Ponts roulants – Ponts et portiques roulants – Butoirs et dispositifs amortisseurs de choc Commentaires :Ces normes sont anciennes et ne font pas actuellement l’objet de révisions. Le Référentiel technique « Chemins de Roulement » Il s’agit de l’ensemble des documents répertoriés ci-dessous, normes et fascicules de documentation de l’AFNOR de la série NF P 22 qui concernent les chemins de roulement ou des prescriptions standards applicables aux éléments de charpente constituant les poutres de roulement (comme les assemblages): - NF P 22615 Poutres de roulement de ponts roulants. Déformations en service et tolérances Octobre 1978 (1er tirage) et Octobre 1980 (2e tirage) - Les «Recommandations pour le calcul et l’exécution des chemins de roulement de ponts roulants» diffusées par le CTICM : 1re partie – « Charges à considérer et détermination des efforts» Revue Construction Métallique N° 3 – 1967 2e partie – « Contraintes et vérification de la stabilité» Revue Construction Métallique N° 4 – 1970 3e partie – « Dispositions constructives» Revue Construction Métallique N° 1 – 1973. Ces recommandations bien que très anciennes sont contemporaines des règles CM66. Au même titre que ces dernières, elles sont donc toujours applicables et n’ont pas fait ni ne font l’objet actuellement de révisions. tu a la possibilité de faire les calculs selon les nouveaux règlements d’euroCode: NF EN 1993-6 (septembre 2007) Eurocode 3 – Calcul des structures en acier – Partie 6 : chemins de roulement (Indice de classement : P22-360). NF EN 1991-3 (avril 2007) Eurocode 1 – Actions sur les structures – Partie 3 : actions induites par les appareils de levage et les machines (Indice de classement : P06-130). en tout cas tu trouvera un exemple de calcul dans le traité de génie civil de l'EPFL tome 11 comme il a motionné montabone
  50. 1 point
    ratio ferraillage par/m3 au maroc à peu prés 180kg/m3 ---poteaux 160kg/m3---poutres 60-80kg/m3--semelles 80kg/m3----longrines 40-60kg/m3 dalles pleine -escaliers. je pense que c'est ca pour les prix ca dépend de ce que on construit!!!
This leaderboard is set to Paris/GMT+01:00
  • Newsletter

    Want to keep up to date with all our latest news and information?

    Sign Up
×
×
  • Créer...