Jump to content
CIVILMANIA

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 08/07/2020 in all areas

  1. 1 point
    C'est au moment de la création des cas sismiques.
  2. 1 point
    Bonjour, Je suis intéressé pour connaître le rapport entre la nature du sol et le joint de dilatation dans un ouvrage. Si vous avez un retour de votre encadrant, je suis preneur. Pour votre problème, mon avis : Je suis favorable au joint de dilatation dans un premier temps : avec le coefficient de dilatation et le gradient thermique, on calcule facilement la longueur dilatation, par ex 40°x10^-5x120m = 5 cm de dilatation pour une structure de 120 m de long. Votre structure est favorable à la réalisation de JD (on distingue des halls de largeur différente : entre 2 halls différents, on doit doubler les portiques : un joint naturel est créé). Le fait de surdimensionner les contreventements pour reprendre les effets de la dilatation se comprend si il y a une économie. A vous de voir si cela coûte plus cher d'installer un JD ou de surdimensionner les contreventements et les fondations associées. Avec la déformation due à un gradient de 40°, on peut calculer la contrainte thermique soit ici 200 000x40x10^-5 = 80 Mpa. Nota : sur votre modèle, vous avez conçu des poutres au vent perpendiculaire au sens des portiques mais sans croix associé. Pourquoi ? Pourquoi n'avoir pas utilisé les portiques pour reprendre le vent ? Nota : si vous avez le choix, préférez mettre les croix de contreventement au milieu de la structure et non pas aux extrémités. En effet, avec cette disposition, on bride la structure aux effets thermiques et on récupère des efforts supplémentaires dans le contreventement. Cordialement.
  3. 1 point
    bonjour, voici un extrait d'un document sur la question. bonne lecture et bon usage. A+ dalles appuyées sur 3 cotés et libre sur le 4eme.pdf
  4. 1 point
    bonjour, dans beaucoup de domaines les DTR sont très similaires aux DTU par contre , dans certains domaines les DTU deviennent inutilisable car les données de base ne sont pas les mêmes. ainsi en matière de séisme , de neige et vent , d'isolation thermique , d'étanchéité etc il est préférable de faire usage de documents appropriés. de quel logiciel s'agit il ?. A+
  5. 1 point
    Le vieil lissement des centrales électronucléaires http://www.zshare.net/download/88490034c7096e/
  6. 1 point
    Bonjour, - Qu'est ce qui circule sur le remblai en amont du mur ? En répondant à cette question tu pourras déterminer Q. - Pour le calcul des soutènements avec contreforts, il faut calculer le voile comme un élément encastré en pied et en appuis sur les contreforts, en prenant en compte la continuité du voile s'il y a lieu. Il y a 10 pages dans le traité de Guerin. A l'époque ils n'avaient pas de logiciel élément fini. Parce que je vois que tu cherches encore : l'extrait qui correspond : Traité de béton armé Tome VII chez Dunod : https://drive.google.com/file/d/1N_kxucBw9i07B7wPJ5knqdldI4Iif1oy/view?usp=sharing
  7. 1 point
    A L'OCCASION DE L'AID EL KEBIR JE PRESSENTE TOUS MES VŒUX A LA COMMUNAUTÉ CIVILMANIA. A+
  8. 1 point

    Version 1.0.0

    740 downloads

    SOCOTEC 64 bit.rar
  9. 1 point

    Version 1.0.0

    3 downloads

    E4 1 (2).pdf
  10. 1 point

    Version 1.0.0

    608 downloads

    Bonjour les amis Je met a votre disposition un planning sous format excel, le fichier vous permet de faire ce qui suit: 1- Établir un planning des travaux en mode bar (gant) 2- Suivre l'avancement de votre planning 3- Il vous permet aussi de visualiser en fonction de l'avancement de vos travaux les taches en retard, en avance ou en accord avec votre planning 4- En entrant la date de pointage, le fichier vous indique l'avancement théorique de vos travaux 5- Le pointage automatique de votre planning NB: 1- La saisie manuel doit être faite seulement dans les cases colorier en jaune tous les autres cases sont des formules Bon profitez-en les amis.
  11. 1 point
    Bonjour a tous! Je me demande si réellement vous avez fait toute les vérifications possibles qu'exigent cette norme BAEL avant l'adoption d'armature comme par exemple celle du moment réduit et du moment réduit ultime....qui peut vous orientez dans l'adoption des armatures comprimées ou l'augmentation de la section du béton. selon moi je peux vous conseiller de reprendre les calculs avant de prendre une décision finale.
  12. 1 point
    bonsoir, je pense que tous tes tracas viennent du fait que a hauteur de ta poutre est limite. as-tu penser à augmenter cette hauteur à 50 ou 55 cm si les contraintes architecturales le permettent,.je suis sur que ton ferraillage , aussi bien entravée que sur appui, sera plus modeste et on oubliera les goussets qui sont cause de problèmes sur le plan architectural. oaAllahou A3lam A+
  13. 1 point
    Oui au BAEL c'est bien ça Mais selon le calcul en RDM C'est Faux V/bd est une contrainte moyenne Pourquoi BAEL préconise V/bd au lieu de 1,5V/bd pour une section rectangulaire الله اعلم
  14. 1 point
    Monsieur Bellamine, Pour la section de la poutre, c'est la largeur b multipliée par la hauteur utile d, soit 30x40 = 120 cm2 (j'ai pris la hauteur utile égale à 40 cm), donc Tau = 200/(0.3*0.4) = 1666.67 KN/m2, ceci est la contrainte de cisaillement maximale appliquée à la poutre.
  15. 1 point
    Bonjour La valeur maximale de la contrainte de cisaillement due à l'effort tranchant TAU vaut : TAU=200/S1 : S1 section réduite qui vaut (2/3)S pour une section rectangulaire S=0.30x0.45=0.135m2 d'où TAU=1.5*200/0.135=2222,2222222 KN/m2. Est ce bien ce résultat que vous avez obtenu ? Cdt
  16. 1 point

    Version 1.0.0

    404 downloads

    Bonjour, Ci-joint le règlement neige et vent Algérien (RNVA 2013) avec le document d'accompagnement d'exemples pratiques. Bonne lecture, Pr. DAHMANI
  17. 1 point
    https://forums.autodesk.com/t5/robot-structural-analysis/modelisation-de-charge-thermique-sous-robot/td-p/4921420
  18. 1 point
    Bonjour à ts, Pour synthétiser tout ce qui a été dit, je vous présente le calcul d'un mur de soutènement de 7m avec conterforts espacés de 3m. paroi : h=7m e=20cm liée rigidement aux contreforts intermédiaires et articulée sur la semelle et sur les contreforts de rive Semelle : e=60cm avec patin de 1m et talon de 4m (mesurés entraxe) Ka=0.4, gama, sol=2t/m3, surcharge d'exploitation Q=1t/m² sur le remblai côté talon, Poussée : Ka x gama x h=5.6t/m² triangulaire ka x Q=0.4t/m² uniformément répartie, Poids des terres : gama x h=14t/m² La structure a été modélisée sur Robot Structural Analysis. Le ferraillage a été fait à l'ELS en supposant la fissuration préjudiciable, Béton B25, acier Fe500. Pour les bseoins d'exploitation des résultats 2 modèles ont été faits : 1- Ferraillage horizontal de la paroi : moment Mxx La section la plus sollicitée se trouve à environ 6m r/r à la tête du mur. Vous constatez bien que cela ressemble au diagramme d'une poutre continue Soit un moment maximal de 3.03 t.m/ml sur appuis (on trouve une valeur proche de qs=0.4x2x6+0.4x1=5.2t/ml soit Ms=5.2x3²/12=3.9 t.m/ml) et un moment maximal sur travée de 1.91t.m/ml (Ms=5.2x3²/24=1.95 t.m/ml) 2- Ferraillage des contreforts intermédiaires: Diagramme du moment de flexion La valeur maximale vaut 172t.m en pied du contrefort (On retrouve une valeur proche de Ms=3x(0.4x2x7^3/6 + 0.4x1x7²/2)=166.6 t.m) 3-Ferraillage de la semelle : 3-1 Contrainte de contact sol-semelle Il s'agit d'une semelle entièrement comprimée avec une contrainte maximale de 2bars environ 3-2 : Moment de flexion Mxx 3-3 : Moment de flexion Myy On constate d'après les 2 cartographies que l'acier principal est celui de la nappe supérieur avec une valeur maximale de Ms=24t.m/ml NOTA : Je n'ai pas présenté le calcul des ferraillage pour allèger la présentation Je vous souhaite bonne lecture. A bientôt
  19. 1 point
    bonjour, pour un mur à contreforts le comportement est différent..les contreforts sont situés soit à l'avant du voile soit l'arrière.. si les contreforts sont situés à l'arrière, ton talon avant n'est soumis qu'à la réaction du sol puisque le poids du sol coté butée est négligeable et ces terres peuvent être enlevées. A l'arrière ta semelle est reprise par trois éléments. le rideau et les deux contreforts qui encadrent chaque trame du mur.donc tu la calcul comme dalle reposant sur trois cotés. le voile et les deux contreforts. ci-joint le document de ADETS consacré à la résistance des murs .les armatures trouvées sont en TS mais tu as des sections et donc tu peux adopter des armatures en barre conformément aux réglements. OuAllahou A3lam A+ 05_04_justification_resistance.rar
  20. 1 point
    Ce Guide est trés important pour la modelisation d'un pont par SAP2000 v.11 http://www.4shared.com/file/99006897/bff3fc03/SAP2000_V11_GUIDE_OUVRAGE.html <AtomicElement id=ms__id29></AtomicElement>
  21. 1 point
    Bonjour, de préférence une dalle pleine car les portées sont importantes et la charge aussi, Q min 5 KN/m2, et si vous optez pour un plancher de type corps creux, n'oubliez pas de vérifier les chapeaux des poutrelles sur appuis et prévoir des chaînages entre poutres principales. Cordialement.
  22. 1 point
    Bonjour,   Si vous parlez de projet de bâtiment parasismique voilà comment on procède :   0- conception "parasismique" du bâtiment : respect des dispositions de conception préconisées par les codes parasismiques avec vérifications "centre de masse" et "centre de torsion" ainsi que régularité en plan et en élévation   1- calcul et dimensionnement du bâtiment (conçu parasismique) en statique : extraction résultats RDM et vérification stabilités locales puis dimensionnement rapide des sections d'armatures (juste principales avec analyse des contraintes béton/acier à l'ELU et ELS), cela permet d'avoir une base de référence et de comparaison.   2- calcul et analyse sismique :    en fonction de la régularité du bâtiment et de l'analyse modale du bâtiment (voir PS92 ou EC8 plus détaillé)       - évaluation de l'effort sismique suivant la méthode statique (forces équivalentes statiques)       - ou analyse multi-modale ou spectrale : suivant les données de reconnaissance sismique disponibles       - ou analyse temporelle : cas de simulation de l'effet d'un séisme précis sur un bâtiment quelconque (utilisation de 3 accelerogrammes au minimum : a(t))   3- exploitation des résultats du calcul sismique comme suit :       - analyse modale : fréquence propre, fréquence maximale, période propre et modes prépondérants     - Si statique équivalente valable : analyse de la répartition des efforts entre les éléments verticaux de la structure et analyse des déplacements locaux et globaux     - si non ou en cas choix par l'utilisateur : analyse dynamique multi-modale => vérification des masses participante et des fréquences propres (<33 Hz : bâtiments en BA)     - recherche des solutions jusqu'à satisfaction de toutes les conditions de vérification : déplacements, rotations, masses, rigidité ...   4- Figeage du modèle définitif : Sections béton retenues et là je complète l'idée de notre collègue :      mais aussi, en dimensionnement en capacité (pas de dispositif d'isolation du bâtiment de sa fondation) une structure trop souple n'est pas le top en matière de réponse sismique ... c'est pour celà qu'il faut bien comprendre la philosophie du génie parasismique avant de faire tous ces calculs ou des calculs qui peuvent êtres inutiles ou mal orientés :   "un vrai bâtiment parasismique est un bâtiment dont la structure résistante et stabilisante empêchera sa ruine par excès de contraintes dans les matériaux la constituant jusqu'à rupture ou jusqu'à non vérification des conditions limite de stabilité globale et locales" ...    malheureusement on n'en s’aperçoit qu'après le sinistre ! car l'action sismique est une action rare (1/500 % par an) et donc certaines entreprises ont pris l’attitude de soit-disant "optimiser" à force d'habitude ... mais les conséquences seront graves quelques jours après, quelques mois ou même quelques années après ... "structures males dimensionnées au séisme"   donc le dimensionnement en capacité des structures = recherche d'un compromis entre la rigidité (contraintes) et la souplesse (déplacements et déformations)   5- dimensionnement parasismique du bâtiment avec les règles usuelles (dans certains cas, il y a des réserves à prendre en compte tel que dimensionnement en élasto-plastique)   une dernière remarque très importante : attention aux logiciels courants (robot, sap, staad, eiffel ...), ce sont des boites noires de calcul ! mais aussi nécessaires et utiles, sauf qu'il faut vraiment maîtriser l'outil, comprendre et connaitre ce qui se cache derrières les différent calculs possibles sous ces logiciels (consulter les forums des développeurs, c'est le meilleur chemin).   Voilà un peu en résumé ce que j'ai appris en quelques années à travers mon expérience dans le domaine en espérant vous avoir apporter un peu d'aide à ce sujet :)   Bon courage à tous
  23. 1 point
    Bonjour voici ce que prévoit le nouveau DTR BE 2.1
  24. 1 point
    Bonjour à vous Je dimensionne actuellement la culée d'un pont.J'ai pu obtenir le moment qui vient sur la semelle et je l'ai ferraillé.Je voudrais savoir si quelqu'un a la formule pour répartir le moment de la semelle au niveau de chaque pieux.J'ai 10pieux (de 18m de long) disposés en 2files.Merci de m'aider svp c'est vraiment urgent
  25. 1 point
    En complément, La valeur d'élancement de 210 de robot est modifiable dans la fenêtre où l'on lance le calcul de vérification pour le dimensionnement (bouton paramètres). Cette valeur n'a pas à ma connaissance de source réglementaire mais permet d'avoir une structure pas trop souple (d'ailleurs pour le s235, le tableau des coefficients de flambement dans les annexes des CM66 est rempli jusqu'à un élancement de 300). Je conseille aussi de ne pas se servir de la détermination automatique des coefficients de flambement/déversement mais de définir ceux-ci dans Dimensionnement des barres acier / fenêtre de définition des pièces/ bouton paramètres. Si aucune information n'a été apportée (calcul automatique des coefficients ou coefficients fixés) au logiciel, il considère par défaut que LFy = LFz = Ld = lo soit la longueur de la barre. Cela explique probablement pourquoi les modifications dans le modèle ne modifiaient pas la longueur de flambement.
  26. 1 point
    bonjour, si vous vous avez une semelle filante,vous avez le critère de rigidité a respecter soit h=( Bx-bx/4)+5 avec Bx,largeur de la semelle,bx=épasseur du voile.La rigidité est retenue par ce critère.Généralement pour les armatures,on dispose de panier,dès que le sol n'est pas homogène.Le libage est par définition dans ce cas une semelle filante.Pour le calcul sur fondement élastique,on peut faire appel a la théorie élastique(méthode de winckler,blech,wolfer)mais il faut connaître la raideur du sol(apuui élastique) Il faut se reporter aux annales. cordialement gérard demeusy
  27. 1 point
    posté par farid Salut mes amis. En réalité on est rien sans vous. Ce qui concerne le calcul pour un ingénieur, je vous promis de mettre un exposé de A à Z très détaillé contient toutes les étapes d'une étude de l'avant projet jusqu'à la réalisation de l'ouvrage. Il sera un guide complet pour un ingénieur contient des explications détaillées, des schémas explicatifs, etc. Pour cela, je propose de réunir tous les efforts des ingénieurs de ce forum pour élaborer ce guide pratique.
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...