Jump to content
CIVILMANIA

Bâ Issouf Ouattara

Old
  • Content Count

    27
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Bâ Issouf Ouattara last won the day on November 25 2020

Bâ Issouf Ouattara had the most liked content!

Community Reputation

3

2 Followers

About Bâ Issouf Ouattara

  • Rank
    Membre occasionnel

Experience

  • Fonction
    Ingénieur Structures Génie Civil
  • Expérience
    Junior
  • Mes logiciels
    Robot, CypeCad, Autocad, Revit, Tekla, Advance Steel
  • Mes références
    ENSA Agadir, OCP Khouribga, Universal Engineering

Formation

  • Formation
    Ingénieur Génie Civil
  • Etablissement
    ENSA Agadir

Localisation

  • Pays
    Burkina Faso
  • Ville
    Ouagadougou

Contact

  • phone
    +22601230900
  • email
    ouattarabaissouf@gmail.com
  • address
    Res. Ajdigue, Tilila, Av Traiq Ibn Zyad, Kénitra, Maroc, 14000, Morocco

Recent Profile Visitors

692 profile views
  1. Sur la photo ce sont les tiges d'ancrage sur lesquelles nous viendrons fixer la platine du poteau métallique. Étape 1: le ferraillage de l'amorce étant en place, nous plaçons l'assemblage (attaché aux attentes du poteau en élévation) par rapport à un axe spécifique donné par les plans. Étape 2 : le coffrage, et pendant le coffrage l'assemblage est désaxé... C'est là notre problème. Puisqu'après le coffrage il faut encore revenir pour régler l'axe de l'assemblage.
  2. Sur un fût il faut au moins le même temps pour le réglage avant coffrage (1h) qu'après (c'est plus difficile d'ajuster la position des boulons quand le coffrage est en place). A grande échelle ça fait des jours de retard sur toute la structure que si on arrivait à le faire une bonne fois pour toute et peut-être plus vite... C'est une impression personnelle mais je trouve ça très lent... Et il existe diverses méthodes de construction donc je me dis que quelqu'un aurait une méthode plus optimale.
  3. Bonjour, J'ai un problème d'optimisation en temps sur la mise en place et le réglage des assemblages pieds de poteaux métalliques/mixte, voici le contexte : Des poteaux métalliques UB203x133 (profilés britanniques) enrobés de béton, prennent naissance sur un fût en BA de 40cm. J'ai donc à couler le fût avec l'assemblage du pied de poteau métallique et c'est là que je remarque une perte de temps considérable. En effet nous devons faire le réglage (positionnement sur l'axe) de l'assemblage avant le coffrage, mais aussi après coffrage ! Puisque pendant le coffrage de l'amorce
  4. Merci beaucoup pour cette réponse précise. Par contre est-il utile de changer la formulation du béton ou du BP? Réduire la quantité d'eau par exemple, au vu du sol saturé.
  5. Bonjour, Je supervise un chantier sur lequel nous avons un problème de remontées d'eaux dans les fondations. Le laboratoire n'avait pas détecté de nappe proche lors des analyses mais présentement (en période de pluie) les remontées sont trop importantes (parfois plus de 50cm d'eau dans une fouille d'1m de profondeur... J'ai proposé l'utilisation d'un adjuvant hydrofuge dans le béton des semelles ou au moins dans le béton de propreté (10cm d'épaisseur sur toute la surface des fouilles); mais cette proposition a été rejetée par le chef de projet qui estime que l'eau de pluie n'aura auc
  6. Pour supporter des murs de remplissage on peut créer des sur-épaisseurs au niveau du dallage à l'endroit des murs. Après, en augmentant la section de béton la section d'armatures augmente naturellement dans la zone. Je sais pas si c'est bien de cette situation que tu parles...
  7. Bonjour Ahmed, Désolé de l'attente j'ai eu pas mal de changements. Sinon pour le modèle je n'ai peut-être pas bien compris la question mais en considérant que les chaînages forment un système en treillis le problème disparaît non?
  8. Il arrive qu'il n'y ait pas d'amorce d'après je ce que j'ai vu ; tout dépend de l'usage de la longrine. Parfois les longrines sont utilisées pour supporter des murs (non porteurs) et à l'intersection des murs on n'a pas forcément des poteaux. J'ignore si ce principe est correct (et j'aimerais avoir vos avis là-dessus) mais je l'ai déjà vu donc...
  9. Mon superviseur m'a fait prendre 5cm²/ml par mesure de sécurité, et là je me dis que je n'ai plus besoin de longrines sous le mur. Le hic c'est que lui il rejette les longrines mais propose d'ajouter des murs de fondation (en moellons) sous les murs; ce qui est tellement plus coûteux à réaliser que des longrines simples ! Je trouve que c'est quand même exagéré pour des murs non porteurs... A propos des longrines, je me demande si ça peut être utilisé pour supporter des murs. Je connais le fonctionnement des longrines de redressement et j'ai aussi déjà utilisé des longrines pour
  10. Bonjour et merci pour votre réponse. Je vois que je suis à cheval entre 2 catégories : j'ai une école avec des charges d'exploitations de 2.5kN/m² donc qui excèdent un peu la catégorie des maisons individuelles mais je ne suis pas non plus dans la catégorie 2 (charges > 10kN/m²). J'ai donc pris une épaisseur de 15cm avec une nappe de 3cm²/ml (pour dépasser la catégorie 3 : 12cm minimum et 3cm² de ferraillage). Mais vu que la charge linéaire des murs dépasse 10kN/ml, je me demande si je serais pas obligé de respecter le minimum de 5cm²/ml imposé pour la catégorie 2...
  11. Problème : J'ai un mur de maçonnerie de remplissage en agglos de 25cm sur un dallage de 15cm ferraillé avec une seule nappe d’armatures. Ai-je besoin d'une longrine sous le mur? Ou est-ce que mon dallage est suffisamment robuste pour reprendre le poids du mur? Personnellement je pense qu'il faut une longrine sous le mur, à savoir que le poids linéaire du mur de 25cm est d'environ d'une tonne... Vos suggestions (avec justification) sont les bienvenues.
  12. Bonjour @Ahmed Diagne, Le soucis c'est au niveau de la forme du ferraillage. Je veux un ferraillage avec les formes nécessaires contre la poussée au vide. Pour cela il me faut des retours d'angle mais le logiciel me donne que des barres droites... Sinon je doute pas de l'exactitude des calculs.
  13. Je pense que cela dépendra de fait qu'il y ait ou non un excentrement (cas des longrines de redressement) ou moments résiduels. Il ne faut pas oublier que les armatures de flexion assurent déjà un minimum de résistance en traction. j'ai appliqué ta méthode des efforts au-dessus et en dessous, ça semble assez correct mais je pense que la méthode de poutre sur sol élastique est différente, des idées là-dessus?
  14. Pour les chaînages et raidisseurs c'est des barres en fait (traction/compression), ce problème peut être arrangé en faisant des relâchements. Mais ça reste toujours approximatif car on néglige, la résistance du mur, ce qui est loin de la réalité. Il faudrait que les concepteurs du logiciel songent à introduire les différents paramètres même si cela s’annonce difficile.
×
×
  • Create New...