Jump to content
CIVILMANIA

BELLAMINE

Experts
  • Content Count

    1,780
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    123

Everything posted by BELLAMINE

  1. Bonjour Les deux coefficients que vous venez de citer sont ceux du fascicule 62 titre V ! Pour EC7, il y en a trois. Un coefficient pour chaque terme de l'expression de qu (Contrainte ultime ) à ne pas confondre avec qnet !!!!! Regarde en fin de la page 24 du mémento....
  2. Bonjour Le mémento est un résumé des nouvelles dispositions réglementaires en vigueur de l'EC7. Le paragraphe 2.3.2 page 20 relatif à la justification aux poinconnement (c'est à partir de là où les dimensions minimales de la semelle sont déterminées ensuite à partir d'un calcul itératif, les dimensions définitives du projet seront figées pour respecter la condition de limitation du tassement), n'est autre que la révision de l'article B.3.1 page 30 du fascicule 62 titre V relatif à la justification vis à vis de l'état limite de mobilisation du sol. Personnellement, je préfère d
  3. Bon, pour nous simplifier la vie Nous avons une grandeur réglementaire ! qui dépend de deux autres grandeurs. L'une relève des compétences de l'ingénieur gèotechnicien et l'autre de l'ingénieur de structure. Donc,chacun est responsable de ses attributions. Si l'ingénieur gèotechnicien donne le qnet, cela veut dire qu'il a dépassé les limites de ses attributions et pourra conduire l'ingénieur de structure en erreur et vis versa. Un projet de fondation commence par l'intervention de l'ingénieur gèotechnicien qui va donc faire son travail sans emprunter sur celui de l'ingénieur de struc
  4. Bonjour @bgc16 Je vous remercie pour votre contribution et l'intérêt que vous avez donné à cette question délicate que j'espère personnellement développer encore plus sur ce site pour enrichir le débat. La contrainte admissible sous une fondation (sachant bien que cette grandeur et comme le pense, pas mal de nos ingénieurs, n'est pas une caractéristique intrinsèque du sol !) n'est autre qu'une valeur nette que l'on divise par un coefficient de sécurité en rajoutant ce que nous avons retranchés à savoir, la contrainte qo qui existait avant travaux de terrassement. Finale
  5. Mémento de cours Gèotechnique selon Eurocode Voir le fichier Bonjour Je partage ce fichier que j'ai téléchargé via l'application Google, que je trouve personnellement très intéressant comme mémento ou guide technique en Gèotechnique des fondations. Hier, j'ai créé un nouveau sujet intitulé "A qui revient le calcul et l'engagement de la contrainte admissible sous une fondation superficielle et pourquoi ?" Au fur et à mesure du débat et au fil des discussions sur le sujet , on va se référer à ce mémento et éventuellement au fascicule 62 titre
  6. Version 1.0.0

    69 downloads

    Bonjour Je partage ce fichier que j'ai téléchargé via l'application Google, que je trouve personnellement très intéressant comme mémento ou guide technique en Gèotechnique des fondations. Hier, j'ai créé un nouveau sujet intitulé "A qui revient le calcul et l'engagement de la contrainte admissible sous une fondation superficielle et pourquoi ?" Au fur et à mesure du débat et au fil des discussions sur le sujet , on va se référer à ce mémento et éventuellement au fascicule 62 titre V, pour développer et enrichir le débat sur ce point qu'est la contrainte admissible sous une fon
  7. Bonjour Tout est possible, selon des souhaits esthétiques exigées par le maître d'oeuvre (architecte). Ceci dit, pour l'ingénieur le ferraillage est différent car les charges ne sont pas les mêmes Cdlt
  8. Bonjour J'ai constaté aux travers les différentes discussions et débats sur ce site, que la question de contrainte admissible d'un sol (je préfère personnellement dire contrainte admissible sous une fondation) n'est pas maîtriser par la quasi-majorité de nos ingénieurs. Pour cela, j'ai choisi de traiter ce sujet via son titre sous forme d'une question. A vous lire.....
  9. Bonsoir La seule est unique façon fiable et décisive est la réalisation d'un essai de chargement ... Cdlt
  10. BELLAMINE

    Aid Mabrouk

    عيدكم سعيد تقبل الله منكم واعاده عليكم وانتم في صحة وعافية ومزيد من السعادة والتقوى والايمان
  11. Bonjour Si vous ne connaissez pas ces symboles cela veut dire que vous n'êtes pas qualifié pour faire une étude de sol. Faut mieux engager un spécialiste pour cette prestation d'étude. Et arrêter de banaliser la profession de l'ingénierie par vos interventions stupides. C'est souvent l'absence d'un ordre des ingénieurs qui vous poussent à brader la dignité de cette profession noble. Cdt
  12. Bonjour Pour rester sur la même longueur d'onde que voulez vous dire par dalle sur appuis continus et quel article du BAEL qui en parle?
  13. Bonsoir Tout modèle de calcul dépend de ses degrés de liberté. Chaque liaison ou noeud procède 6 degrés de liberté (3 translations et trois rotations). Si les degrés de liberté de deux modèles de calcul ne sont pas les mêmes, les résultats seront éventuellement différents. Rappelons que la solution d'une équation différentielle est la somme d'une solution homogène + une solution particulière. C'est cette dernière (solution particulière) qui est la plus importante car elle dépend des conditions aux limites. Quant les conditions aux limites changent selon le modèle de calcul en
  14. Bonsoir La flèche est fonction de la charge, la portée et l'inertie. Cette dernière (inertie) est fonction de la largeur et la hauteur pour une section rectangulaire. La flèche étant limitée par la réglementation. Quant la portée augmente, pour garder la même flèche, il faut jouer sur les autres paramètres à savoir : la largeur et la hauteur. Généralement, pour des raisons économiques, on garde la largeur et on augmente la hauteur. Cdt
  15. Bonsoir Les éléments verticaux sont sollicités à la flexion composé cas du séisme par exemple. Un poteau élancé par exemple pour résister au flambement nous avons intérêts à augmenter son inertie. Cas d'une pile de pont de 45m de hauteur par exemple. Cdt Bonsoir Je n'ai pas compris ce que vous voulez dire.....
  16. Bonjour Autre point de différence entre les différents modèles de calcul entre logiciels. La dalle réellement repose sur les poutres. Il s'ensuit que les deux plans moyens de la dalle et poutres sont désaxés. Cette situation réelle présente une ambiguïté pour la modélisation du plancher par la méthode des EF. Pour cela par exemple robot, réajuste le plan moyen de la dalle (élément plaque) à celui des poutres (élément barre). Et comme cité plus haut dans un commentaire, il faut faire attention au choix du maillage ! En général on fait un premier calcul avec un maillage M1 qui va n
  17. Bonjour Le prétexte d'encastrement parfait que j'ai mentionné ne te reviens pas! Il est cité dans les commentaires de notre confrère monsieur l'ingénieur... que personnellement je trouve à côté de la plaque ! L'encastrement parfait suppose que chaque panneau de dalle se comporte indépendamment des autres ce qui est totalement faux et en plus en contradiction avec la RDM Cdt
  18. Bonsoir Bien sûr la rigidité des appuis est importante. Elle se traduit par l'encastrement élastique de la dalle de part et d'autre. Mais aller jusqu'à dire qu'il s'agit d'un encastrement parfait .... pour justifier la différence entre les deux résultats numériques, alors là, il y a qq chose qui ne va pas
  19. Bonsoir J'ai dit je préfère proscrire la 2 c'est à dire l'écarter ne pas la prendre en considération !!! Cdt
  20. Bonjour 1- Robotbat d'après la note de calcul que vous avez présentée a fait le calcul par éléments finis en considérant la dalle pleine comme une plaque reposant sûr des appuis. C'est la note de calcul la plus rigoureuse des deux autres 2- L'autre logiciel comme l'indique le schéma de présentation des diagrammes des moments fléchissants à fait les calculs en prenant une bande de 1ml de largeur dans les deux sens en assimilant cette tranche de dalle à une poutre continue sur appuis simples. Cette méthode de calcul n'a pas pris en considération la répartition transversale des effort
  21. Bonjour Robotbat ou plus précisément la méthode de calcul des structures Rdm, ne considère pas qu'au niveau des appuis intermédiaires la dalle est parfaitement encastrée !!!! Tout simplement parce que la rotation au niveau des appuis intermédiaires n'est pas nulle !!!! Les moments au niveau des appuis sont dits : moments de continuité Personnellement ce prétexte d'encastrement parfait au niveau des appuis intermédiaires est injustifiable. La différence entre méthode manuelle est méthode de calcul rigoureux fait par robotbat ou autres est dûe tout simplement au modèl
  22. Bonjour Il s'agit d'une étude comparative entre les différentes variantes de dalles, techniquement et financièrement (Avantages et inconvénients). La structure de ton rapport est comme suit : ** Prprésentation de chaque variante : hypothêtes de calcul (modélisation), domaine d'utilisation, limites d'utilisation, avantages et inconvénients ... ** Comparaison des variantes Cdt
×
×
  • Create New...