Jump to content
CIVILMANIA

BELLAMINE

Experts
  • Content Count

    1,180
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    86
  • Country

    Morocco

Everything posted by BELLAMINE

  1. Bonjour Présente nous un exemple pour qu'on puisse te suivre car il y a énormément de choses à dire ... Au sujet de calgaro si tu veut bien me poster la partie du document qui en parle à toute fin utile et merci Cdt
  2. Bonsoir Je complète ce qui vient dans le message de notre cher confrère @philkakou : Effectivement on utilisant la MEF le recours à la méthode analytique des coefficients de répartition transversale de GMB ne se pose pas. Toute fois, le pb se pose quant à la position défavorable des surcharges routières en utilisant la MEF !! car même en prennant un pas d'avancement pour boucler les calculs par EF, il n'est pas évident de trouver la ou les positions défavorables donnant l'enveloppe des efforts recherchés. Il est important de noter que la position défavorable des convois sur l'ouvrage n'est pas unique !!!!! Alors qu'avec la méthode des coefficients de répartition transversale de GMB IL est facile de cibler les positions défavorables des surcharges sur le tablier. Il je pense qu'il faut mieux combiner les deux méthodes GMB pour cibler les positions défavorables puis la MEF. Je reviendrai sur cette question de comment cibler les positions défavorables des surcharges routières en utilisant les lignes d'influence dans le sens longitudinale de l'ouvrage et transversale par les CRT de GMB. Cdt
  3. Bonjour Selon le guide pratique PSIDA EL du SETRA, la notion de prolongement par la tangente se fait uniquement pour la ligne d’influence du coefficient de répartition transversale Mu. A la limite pour la flexion transversale, nous pouvons admettre cette approche du moment où la tangente n’est autre que la ligne d’influence des encorbellements considérés comme des consoles liés à la dalle en flexion transversale. En flexion longitudinale, le guide en question ne prend pas en considération cette notion de tangente pour K !!! Et c’est tout à fait normal, puisque les encorbellements en flexion longitudinale ne travaillent pas comme des consoles !! La portée isostatique équivalente ne sert que pour évaluer l’ordre de grandeur de THETA. Et K est calculer pour toute la largeur de l’extrados du tablier (2b = Lext). Pour le calcul du moment de flexion transversale, il est tenu compte de la portée isostatique équivalente au lieu de la portée réelle, au développement de la charge en série de Fourrier. Et il aurait être plus idéal de prendre la portée réelle, tout en calculant ALPHA et THETA conformément l’approche de GMB comme présenter. Cdt
  4. - Une section rectangulaire ne pose pas de problème car la formule d'approximation donne des résultats corrects mais modéliser une poutre à section variable en la décomposant en plusieurs rectangles n'est pas idéal. On obtient des moments d'inertie de torsion vraiment distincts des moments réels : cela suppose que nous connaissons l'inertie de torsion RÉELLE !! Dans ce cas le pb ne se pose pas !!! - mais modéliser une poutre à section variable en la décomposant en plusieurs rectangles n'est pas idéal : Absolument - Peut être votre approche est bonne pour une poutre proprement dit ou l'épaisseur de l'âme n'excède pas le double de celle de la dalle hourdis. Mais dans notre cas il s'agit d'une poutre dalle ou si vous voulez une dalle nervurée à une seule nervure de section rectangulaire. Cdt
  5. Bonsoir @philkakou Je t'invite à réfléchir avec moi sur la question via ce lien !!! Cdt
  6. Bonjour Selon votre approche tu considère la hauteur totale intégrant le hourdis cette partie d'hourdis vous la considérer doublement dans les calculs !!! Une fois avec la dalle hourdis proprement dit et une deuxième fois en hauteur totale intégrant le hourdis. Comment justifier vous cette prise en considération double de cette partie d'ouvrage en section transversale ? Sachant bien que selon GMB la dalle hourdis repose sur le système de grillage des poutres. Ce n'est pas une structure intermédiaire entre poutres !!! A vous lire ...
  7. En suite comme demandé par @philkakou les 3 cas de figure pour Mu A vos commentaires ..... Et franchement, je ne suis pas encore tout à fait convaincu de cette histoire de tangente au delà des frontières en dehors de [-b ,+b] dans lequel les coefficients de répartition transversale sont définis par GMB. Sauf preuve du contraire à la convenance de nos contribuables. Et Merci.
  8. Rebonjour @philkakou La démonstration précédente "incomplète" nous permet de faire la remarque suivante : Ce n'est pas les encorbellements qui réduisent la torsion dans la dalle . Les encorbellements participent à rendre tout simplement le tablier plus large que celui correspondant à la dalle rectangulaire équivalente. Plus, la largeur du tablier est importante, plus la torsion dans la dalle est réduite !!! Ce qui est vrai en regardant le graphique suivant : Mais, en représentant les 3 cas de figure comme demandé par @philkakou on tire bel et bien en comparant les Cas 2 et 3 de même largeur (b=5) que le cas 3 à encorbellements la torsion est plus réduite que le cas 2. Donc, il y a un effet secondaire qui s'ajoute en plus de l'importance de la largeur à réduire la torsion dans la dalle, celui des encorbellements !!!! Cdt
  9. Bonjour @philkakou En partant de la modélisation en "Section en T" de la dalle Avec encorbellements rappelée ci dessus Cas 3 et en la comparant au Cas 1 relatif à la dalle rectangulaire équivalente Sans encorbellements. Ceci en traçant les lignes d'influence de répartition transversale "Tau" du moment de torsion dans la dalle on a ce qui suit : Ce qui prouve encore une fois et bel et bien que les encorbellements réduisent effectivement la torsion dans la dalle. Et nous pouvons le constater naturellement en méditant la photo suivante : Bonne journée
  10. Bonjour Ma réponse ci dessus suppose évidement que les efforts Ms et Ns par unité de longueur de votre semelle filante. Dans le cas contraire où Ms et Ns représentent les efforts totaux de votre semelle. Alors, il faut refaire les calculs en les divisant par la longueur "L" de la semelle, il s'ensuit : Contrainte moyenne au sol selon Meyrohf sigma = Ns/L(B-2e) = ? et je pense que c'est admissible pour un B = 0,75m. Cdt
  11. Bonsoir Pour une largeur de semelle de 1,10m e = Ms/Ns = 68/250 = 0,272m Contrainte moyenne au sol selon Meyrohf sigma = Ns/(B-2e) = 250/(1,10-2*0,272) = 0,45Mpa < 0,58Mpa Cdt
  12. Rebonjour @philkakou La participation des encorbellements à la flexion longitudinale réduit la torsion dans la dalle ???? Comment ??? Peut on le prouver en utilisant Tau et en comparant les résultats d'une dalle avec et sans encorbellements ? Personnellement je n'ai pas encore fait cette comparaison ... Cdt
  13. Bonjour @philkakou Ta conclusion ne converge pas sur une partie du contenu du présent sujet pour lequel il est fait preuve de prendre de préférence 2b = Lext au lieu de la largeur de la dalle rectangulaire équivalente. Et personnellement prolongé la ligne de K par des tangentes issues à partir des extrémités de la dalle rectangulaire équivalente est une imagination scientifiquement injustifiée ? Cdt
  14. Bonjour Ci après une autre réflexion au sujet de la portée isostatique équivalente : Cdt
  15. Bonjour à tous J'attend tjrs votre opinion sur cette notion de "Portée isostatique équivalente". Personnellement, l'approche de GMB me parait plus avantageuse du moment où elle conserve la portée réelle de l'ouvrage sur laquelle les charges sont réellement appliquées !!! Le développement en série de FOURRIER est fait sur la portée réelle de l'ouvrage !!! L'abscisse x d'une section étudiée correspond bien à l'abscisse réelle de la travée. Par contre, il n'y a aucune correspondance entre section réelle d'abscisse x et section fictive d'abscisse x' en portée isostatique équivalente "Science Fiction". A VOUS LIRE ....
  16. Bonjour @philkakou Selon votre document provisoire "APPLICATION PRATIQUE DE LA MÉTHODE GMB" onglet téléchargement page 11. Ce n'est pas toujours vrai que "l'interpolation de SATTLER conduit à des valeurs moins importantes que GUYON". Des contres exemples : quelque soit ALPHA et pour THETA supérieure ou égale à 0,55. KS est tjrs supérieur à KG et particulièrement dans la tranche de THETA entre 0,55 et 1,00 ou l'erreur peut atteindre les 5% Cdt
  17. Bonsoir Pour y parvenir il faut se poser les questions suivantes : qui fait quoi et comment ? Qui sont les différents intervenants dans un projet de bâtiment ? Quel est le rôle et la responsabilité de chacun ? Comment ce rôle et responsabilités sont gérés par la réglementation ? Qu'elles sont les interactions entre les différents intervenants et comment les gérer et les planifiés pour minimiser les écarts et les optimiser ... Cdt
  18. Bonsoir C'est un radier dimensionné ordinairement sous l'action des surcharges routières en l'absence de crues et en période de crues pas de surcharges routières mais il faut tenir compte de son poids déjaugé càd 2,5-1 = 1,5t/m3 de masse volumique du béton et il faut le stabilité par protection en amont et en aval (enrochement, gabions etc..) pour qu'il ne soit pas emporté par la crue. C'est une étude hydrologique et hydraulique fluviale qui importe Cdt
  19. Bonjour Exemple d'application pour l'approche de GMB des tabliers continus simplement appuyés Cdt
  20. Rebonjour Traitement d'un exemple d'ouvrage à trois travées hyperstatiques A SUIVRE ...
  21. Rebonjour Ci après un résumé au sujet de la portée isostatique équivalente pour les ouvrages hyperstatiques à inertie constante. Nous traiterons cette notion de portée isostatique équivalente selon le guide PSIDA EL du SETRA et selon le document de GMB. Ce dernier, ne considère pas une portée équivalente mais plus tôt une inertie équivalente ..... Nous examinerons les deux approches pour en tirer des conclusions : Vos commentaires sont les bien venus Cdt
×
×
  • Create New...