Jump to content
CIVILMANIA

BELLAMINE

Experts
  • Content Count

    1,688
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    116

Everything posted by BELLAMINE

  1. Super flou .... C'est généralement le résultat de traduction d'un texte en anglais américaine. On trouve pas mal de truc de ce genre dans les textes réglementaires traduits.
  2. Et vis versa : quand on dit ingénieur de structure on fait allusion au bon ingénieur de structure, qui la plus part de cas à aussi de bonnes connaissances en gèotechnique. D'après votre logique !!! Ca c'est ce que nous appelons : Un ordre en plein désordre !! Comme j'ai dit auparavant : nous sommes pas entrain de juger de la compétence et de la capacité ou non des personnes !!!!!!!!!!!!!!! Il est tout a fait évident que si nous espérons que l'ingénieur de structure et l'ingénieur gèotechnicien parlent le même langage technique, une condition nécessaire et suffisante est que l'u
  3. La suite Étant donné une grandeur physique ou mécanique Gu qui représente un seuil au delà duquel, tout effet à pour conséquence de mettre en péril la sécurité de qq chose. Nous avons donc, la tendance pour rester dans le domaine de l'équilibre de créer une marge de sécurité de deux façons à savoir : 1- de multiplier la grandeur Gu par un coefficient dit de minoration ou de réduction. Ce coefficient que je note Kred est évidemment inférieur à 1. 2- de diviser au lieu de multiplier la grandeur Gu par un coefficient dit de sécurité F. Ce coefficient est évidemment supérieur
  4. Re Bonjour Une raison qui me paraît personnellement valable justifiant que le fait de fixer et d'imposer la contrainte admissible sous une fondation par le gèotechnicien sans la coordination préalable avec l'ingénieur de structure, ainsi que la méthode de calcul utilisé par le gèotechnicien, va dans le sens défavorable (selon les exigences réglementaires en matière de coefficient de sécurité) pour la sécurité de l'ouvrage et particulièrement en situation du séisme et le Vent... Un empêchement, Je reviens vers vous ....
  5. Bonjour Tout d'abord pour mettre les points sur les i, Je ne suis pas entrain de juger de la compétence ou de la capacité ou non des personnes !!!!!!!! Je n'impose à personne mon point de vue personnel !!!!! Et je respecte les points de vue des autres. Dans un contexte du droit à la liberté d'expression. Il s'agit de mieux répondre à la question : Qui fait quoi ? Pourquoi ? et Comment ? et sans ambiguïté. Le penetrometre dynamique est un essai QUALITATIF et limité d'utilisation que pour certains types de sols. Les résultats du penetrometre dynamique sont inexploitable
  6. Bonsoir @bgc16 Voici l'une des raisons qui me paraît personnellement logique pour laquelle le ou les coefficients de réduction dû à l'inclinaison de la charge se trouvent devant les termes de qu' selon EC7 au lieu d'être devant le qnet selon fascicule 62. Selon ce dernier on a : qnet = (qu' - qo') x i_delta.beta qo' est la contrainte qui existait dans le terrain avant travaux de terrassement cad avant construction du projet et par conséquent avant les charges transmises au sol par la construction. qo' = gamma1xD Il n'y a donc aucune raison valable pour laquelle nous
  7. Il ne s'agit pas de donner une estimation de quoi que ce soit. Nous sommes pas à l'école pour résoudre un exercice de RDM. C'est une responsabilité juridique ! Qui fait quoi et comment? En cas de sinistre et devant le tribunal vous n'allez pas dire au juge : moi j'ai fait un calcul approximatif et c'est l'ingénieur de structure qui est responsable de la descente de charge. Si vous faites une descente de charge vous êtes pris juridiquement responsable de ce que vous avez fait !!!!!!
  8. Bonjour Si vous voulez bien nous donner une définition de ce que la plus part des ingénieurs appellent "Contrainte admissible du sol". Pourquoi l'ingénieur gèotechnicien va estimer les charges pour donner du n'importe quoi du moment où ce n'importe quoi va être totalement repris par l'ingénieur de structure
  9. Du moment où les charges dans la quasi majorité des cas, ne sont pas verticaux et centrées, parce l'ingénieur de structure est obligé par la réglementation d'étudier l'effet du vent et de séisme. Pourquoi alors l'ingénieur gèotechnicien fera un calcul inutile que l'ingénieur de structure devra refaire pour son étude d'ossature ?. Arrêtant de jouer du tennis entre l'ingénieurs gèotechniciens et ingénieurs de structure. Ça suffit ... Quant aux coefficients de réduction qui ne sont pas les mêmes. Il doit y avoir une raison valable pour ça !!! Je vais essayer de présenter une de ces
  10. Bonjour Les deux coefficients que vous venez de citer sont ceux du fascicule 62 titre V ! Pour EC7, il y en a trois. Un coefficient pour chaque terme de l'expression de qu (Contrainte ultime ) à ne pas confondre avec qnet !!!!! Regarde en fin de la page 24 du mémento....
  11. Bonjour Le mémento est un résumé des nouvelles dispositions réglementaires en vigueur de l'EC7. Le paragraphe 2.3.2 page 20 relatif à la justification aux poinconnement (c'est à partir de là où les dimensions minimales de la semelle sont déterminées ensuite à partir d'un calcul itératif, les dimensions définitives du projet seront figées pour respecter la condition de limitation du tassement), n'est autre que la révision de l'article B.3.1 page 30 du fascicule 62 titre V relatif à la justification vis à vis de l'état limite de mobilisation du sol. Personnellement, je préfère d
  12. Bon, pour nous simplifier la vie Nous avons une grandeur réglementaire ! qui dépend de deux autres grandeurs. L'une relève des compétences de l'ingénieur gèotechnicien et l'autre de l'ingénieur de structure. Donc,chacun est responsable de ses attributions. Si l'ingénieur gèotechnicien donne le qnet, cela veut dire qu'il a dépassé les limites de ses attributions et pourra conduire l'ingénieur de structure en erreur et vis versa. Un projet de fondation commence par l'intervention de l'ingénieur gèotechnicien qui va donc faire son travail sans emprunter sur celui de l'ingénieur de struc
  13. Bonjour @bgc16 Je vous remercie pour votre contribution et l'intérêt que vous avez donné à cette question délicate que j'espère personnellement développer encore plus sur ce site pour enrichir le débat. La contrainte admissible sous une fondation (sachant bien que cette grandeur et comme le pense, pas mal de nos ingénieurs, n'est pas une caractéristique intrinsèque du sol !) n'est autre qu'une valeur nette que l'on divise par un coefficient de sécurité en rajoutant ce que nous avons retranchés à savoir, la contrainte qo qui existait avant travaux de terrassement. Finale
  14. Mémento de cours Gèotechnique selon Eurocode Voir le fichier Bonjour Je partage ce fichier que j'ai téléchargé via l'application Google, que je trouve personnellement très intéressant comme mémento ou guide technique en Gèotechnique des fondations. Hier, j'ai créé un nouveau sujet intitulé "A qui revient le calcul et l'engagement de la contrainte admissible sous une fondation superficielle et pourquoi ?" Au fur et à mesure du débat et au fil des discussions sur le sujet , on va se référer à ce mémento et éventuellement au fascicule 62 titre
  15. Version 1.0.0

    58 downloads

    Bonjour Je partage ce fichier que j'ai téléchargé via l'application Google, que je trouve personnellement très intéressant comme mémento ou guide technique en Gèotechnique des fondations. Hier, j'ai créé un nouveau sujet intitulé "A qui revient le calcul et l'engagement de la contrainte admissible sous une fondation superficielle et pourquoi ?" Au fur et à mesure du débat et au fil des discussions sur le sujet , on va se référer à ce mémento et éventuellement au fascicule 62 titre V, pour développer et enrichir le débat sur ce point qu'est la contrainte admissible sous une fon
  16. Bonjour Tout est possible, selon des souhaits esthétiques exigées par le maître d'oeuvre (architecte). Ceci dit, pour l'ingénieur le ferraillage est différent car les charges ne sont pas les mêmes Cdlt
  17. Bonjour J'ai constaté aux travers les différentes discussions et débats sur ce site, que la question de contrainte admissible d'un sol (je préfère personnellement dire contrainte admissible sous une fondation) n'est pas maîtriser par la quasi-majorité de nos ingénieurs. Pour cela, j'ai choisi de traiter ce sujet via son titre sous forme d'une question. A vous lire.....
  18. Bonsoir La seule est unique façon fiable et décisive est la réalisation d'un essai de chargement ... Cdlt
  19. BELLAMINE

    Aid Mabrouk

    عيدكم سعيد تقبل الله منكم واعاده عليكم وانتم في صحة وعافية ومزيد من السعادة والتقوى والايمان
  20. Bonjour Si vous ne connaissez pas ces symboles cela veut dire que vous n'êtes pas qualifié pour faire une étude de sol. Faut mieux engager un spécialiste pour cette prestation d'étude. Et arrêter de banaliser la profession de l'ingénierie par vos interventions stupides. C'est souvent l'absence d'un ordre des ingénieurs qui vous poussent à brader la dignité de cette profession noble. Cdt
  21. Bonjour Pour rester sur la même longueur d'onde que voulez vous dire par dalle sur appuis continus et quel article du BAEL qui en parle?
  22. Bonsoir Tout modèle de calcul dépend de ses degrés de liberté. Chaque liaison ou noeud procède 6 degrés de liberté (3 translations et trois rotations). Si les degrés de liberté de deux modèles de calcul ne sont pas les mêmes, les résultats seront éventuellement différents. Rappelons que la solution d'une équation différentielle est la somme d'une solution homogène + une solution particulière. C'est cette dernière (solution particulière) qui est la plus importante car elle dépend des conditions aux limites. Quant les conditions aux limites changent selon le modèle de calcul en
×
×
  • Create New...