Aller au contenu
CIVILMANIA

Recommended Posts

salut tout le monde, ma question est a ce que il y'a quelqu’un qui a fait une étude comparative sur la manière que robot génère le vent sur le portique 2D et la méthode de génération du vent par simulation. car j'ai constater que y'a une déférence énorme entre les deux méthode , et qu'elle est la méthode la plus fiable svp 

  • J aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Découvrez RFEM !

Le logiciel de calcul de structure multi-matériaux (acier, béton, bois, verre, etc...).

Dlubal

RFEM permet le calcul et le dimensionnement de tous types de structures selon les Eurocodes. Idéal pour le travail selon la méthode BIM, il est compatible avec les dernières versions de Tekla, Revit, AutoCAD et avec les formats d’échange les plus courants (IFC, STP, IGES, SAT, STEP, ...).

Plus de 25 000 utilisateurs dans 71 pays dans le monde font confiance aux logiciels Dlubal.

Profitez dès à présent de la version d’essai de 90 jours gratuite pour le tester : https://goo.gl/v40pVp


Bonjour ,

C'est normal qu'il y ait des différences car les résultats ne sont pas obtenus de la même façon ; normes d'un côté, simulation CFD de l'autre.

Voici un lien qui synthétise les approches :

https://forums.autodesk.com/t5/robot-structural-analysis/generation-automatique-vent-3d-sur-surface-nv85-ou-eurocode/td-p/6371904

Sans parler de fiabilité une approche est réglementaire donc justifiable (normes) vis à vis des bureaux de contrôle, l'autre non (CFD)

Vu les puissances de calculs qui augmentent constamment, je pense qu'on va glisser progressivement vers des simulations de vents directes et que ces approches deviendront réglementaires. Maintenant quand on voit le temps qu'ont pris les eurocodes pour être mis en œuvre (toujours pas appliqué dans certains marchés privés), ça laisse songeur....

Cordialement,

BZK

  • J aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, 

Il y en a sûrement une différence au niveau des résultats car le traitement des données n'est plus le même. Avec une approche réglementaire, on est souvent limité à la  forme du bâtiment et à l'ouvrage traité. 

Avec une approche CFD, vous pouvez connaitre la réponse de votre ouvrage au vent et donc orienter (dès le début) vos choix en termes de forme et de type (par souci d'économie) ... 

Cordialement, 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 09/04/2018 à 22:52, Huda05 a dit :
Le 09/04/2018 à 09:11, Billy_ze_kid a dit :

merci huda mais ma question toujours est la suivante ,en peut générer l'action du vent a l'aide d'un portique 2D puis il génère le model 3D chargé, comme en peut aussi générer les charges du vent sur un model 3d en donnant la vitesse du vent au la pression dynamique puis le logiciel va faire une simulation afin de générer des charges du vent selon la direction donnée ma question q'elle la méthode la plus proche au réalités entre ces deux méthodes merci encore une fois 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, 

De rien Adel, merci à vous.  1. J'insiste sur le point que Mr Billy_ze_kid a déjà mentionné dans sa réponse : la simulation CFD (Computational Fluid Dynamics) n'est pas basée sur des règlements de calcul comme l'EC1 . Alors, pour justifier votre travail vis à vis des bureaux de contrôle, vous devez respecter les normes en vigueur.  2. Maintenant parlant de deux méthodes, la première qui est normative, elle est généralement limitée à des formes de base dont l'action du vent est représentée par un ensemble simplifié de pressions avec des effets équivalents aux effets extrêmes d'un vent turbulent ... Comme toute norme, cette norme présente quelques limitations dont je vous ai cité une. Ces limitations ont alors induit des contraintes sur l'économie et la sécurité de quelques ouvrages qui sont hors de la "portée" (beyond the scope). Par contre, un simulateur de soufflerie numérique permet de faire circuler un flux de vent à une certaine vitesse ou pression dans un tunnel virtuel dans lequel on met notre modèle (méthodologie de la simulation dans RSA). Alors les conditions sont contrôlées, pas de contraintes au niveau des formes des ouvrages ... Il y en a d'autres avantages pour certaines gammes de logiciels CFD (environnementales ..). La question de fiabilité n'est pas importante à mon avis tant que la simulation n'est pas encore réglementaire :D Je "crois" donc que le recours à la CFD sera pertinent pour certains types d'ouvrages. D'ailleurs, si vous avez suivi quelques documentaires concernant les mégastructures autour du monde vous devez certainement remarqué que  la soufflerie et la CFD font  partie intégrante des études concernées. 

Cordialement, 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Adel Sa

J'ai mal compris votre question ! Pardon !  Il y a quelques restrictions au niveau de la génération automatique de charges de neige et vent sur un modèle 3D

  • Les charges de vent sont toujours calculées en considérant un coefficient g égal à 1.
  • Les coefficients Ce des toitures sont toujours déterminés en considérant une toiture à versants plans.
  • La génération des charges de neige ne prend pas en compte les accumulations de neige(neige sur les acrotères et sur plusieurs toitures).
  • La perméabilité complète ou partielle des parois n’est pas prise en compte.

Cordialement, 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×