Jump to content
CIVILMANIA

philkakou

Membres
  • Content Count

    408
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    32
  • Country

    France

philkakou last won the day on June 2

philkakou had the most liked content!

Community Reputation

158

About philkakou

  • Rank
    Membre génial

Experience

  • Fonction
    Directeur services techniques communaux
  • Expérience
    Confirmé
  • Mes logiciels
    autocad

Formation

  • Formation
    INGENIEUR

Localisation

  • Pays
    France
  • Ville
    france

Contact

  • email
    philkakou@free.fr

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bonjour, Serait il possible d'avoir à nouveau les liens disponibles notamment pour la poussée sur les soutènements, méthode de culmann, houy et krey ? merci d'avance
  2. Le module complexe E* d'un BBSG classe 2 tourne autour de 7 000 MPa et un BBSG classe 3 > = 8 000 MPa Une GB cl2 se situe à 9 000 Mpa ; une GB classe4 varie de 11 à 12 000 MPa alors que le module E d'un EME est de 14 000 MPa.
  3. Tout à fait. Pour les quantités indiquées : couche d'accrochage GB/BB (112.800,00 m2) - couche d'imprégnation GNT/GB (56.400,00 m2) N'est ce pas plutôt le contraire en quantité ? Normalement, la surface d'imprégnation est supérieure à la couche d'accrochage car l'assise granulaire est plus large que la chaussée pour assurer la diffusion verticale oblique des charges. Selon les indications données sauf erreur de quantités, il y aurait alors 2 couches d'accrochage : 1 interface GB base / BB Liaison et une autre entre la couche de liaison et la couche de roulement toutes 2 en BB A moins que la couche de fondation soit en GB 0/20 comme la base en GB 0/14 et que le projeteur ait décidé de coller ces 2 couches. On a pas le profil de chaussée
  4. Bonsoir, Autocad 2016 permet de faire fonctionner les versions de Covadis 14.0f et ultérieure.
  5. Bonjour, On applique un coefficient amplificateur Cr de marston sur la charge de remblai appliquée sur la traverse supérieure du PICF ou PIPO pour tenir compte de l'effet du tassement du sol hors OA. Ce coefficient Cr dépend d'un paramètre R de marston selon la nature du sol d'assise du conduit rigide. La hauteur Ht de tassement équivalent est donnée par une formule que tu trouveras en page 106 du document CHAMOA_P_PICF.PDF ou page 158 du document CHAMOA_P_PIPO.PDF. Ces fichiers sont facilement accessibles sur internet via le site du CEREMA. Pour répondre : Il n'y a pas de hauteur particulière car elle dépend notamment de l'ouverture du conduit.
  6. Bonjour, J'ai mis un programme table guyon dans la section téléchargement qui te permettra avec le guide pratique joint de calculer les crt pour autant de voies transversales chargées. Par défaut j'ai limité à 3 voies mais tu peux charger 4 voies : Tu retient d'abord 3 voies chargées pour calculer les coefficients que tu récupères Tu refais un autre calcul avec une voie chargée pour récupérer les coefficients propres à cette voie chargée. Il te reste ensuite à faire la somme des coefficients obtenus. Il te faudra faire attention à relier la charge de la voie 4 à celle de la voie 1 qui sert de référence pour ajuster correctement les coefficients CRT. Lire le commentaire particulier qui figure dans le programme qui donne un exemple reliant les charges P2 et P3 à P1. C'est pareil pour P4 , P5 etc. Les coefficients CRT sont donnés pour une charge unitaire P quelconque donc si la charge Pi varie, le coefficient varie de la même manière de façon proportionnelle. Les logiciels ne font pas tout : il faut parfois se taper quelques calculs manuels et c'est tout l'art de l'ingénieur de maitriser son sujet. Je ne connais pas CRTPro mais la façon que j'indique doit être possible avec si tu prends le temps de calculer les CRT pour chacune des 4 voies chargées séparément. En additionnant les CRT en faisant attention au rapport de proportionnalité, tu devrais obtenir les coef CRT du programme pour 2 puis 3 voies chargées et enfin 4 voies chargées. Pour une roue de 3t, tu obtiendras un coef K donné - pour une roue de 6t, le coef K sera à multiplier par 2 - pour une roue de 4t, le coef sera à multiplier par 4/3 et ainsi de suite pour homogénéiser.
  7. Je réponds très tard ! J'ai réalisé un guide pratique en PDF et un programme également sur la méthode de guyon qui se trouvent dans la section téléchargement. J'évoque la prise en compte des poutres à inertie variable. Pour guyon et massonnet et bares, la section retenue ne correspond pas à celle à inertie minimale ou à la section avec l'âme la plus fine...
  8. Juste une petite remarque sur le calcul volumétrique de Piste+ d'après mes anciens souvenirs en bureau d'études. Il faut prendre en compte la méthode de gulden si le tracé en plan comporte pas mal de courbes développées car le développé linéaire courbe d'une section de matériaux des profils gauche et droite est différent sur le linéaire moyen en axe longitudinal. Se reporter à la documentation de Piste. Le plus simple, c'est de faire les cubatures en cochant et en décochant la méthode gulden pour voir la différence de volumes des matériaux. Concrètement, pour le contrôle in situ, les bons de pesée des camions sont utiles pour corroborer et valider les cubatures en place. Cela permet de voir avec la densité moyenne des matériaux de se rendre compte si le volume théorique a été atteint en considérant un foisonnement adapté.
  9. Bonsoir. Juste une remarque puisque le règlement évoqué est le BAEL. La combinaison ELU me dérange un peu ... en général il s'agit plutôt de 1,35 G + 1,5 x 1,07 Q Donc 1,35 G + 1,605 MC120 (char) + 1,5 Trottoir
  10. En général pour un pont mixte bipoutre, on utilise plutôt la méthode de courbon car l'ossature n'est constituée que par 2 poutres latérales reliées par des entretoises rigides. Le principe de la méthode GMB repose essentiellement sur la transformation du tablier d'un pont en une dalle orthotrope composée par plusieurs poutres longitudinales (>2) reliées par des entretoises.
  11. Il existe plusieurs critères : - en premier lieu les caractéristiques intrinsèques des matériaux employés qu'il faudra respecter - les formes géométriques architecturales et le mode de fonctionnement mécanique en découlant - les charges appliquées y compris climatiques (vent, température) - la sismicité du site et les caractéristiques du sol de fondation Il faut aussi tenir compte de l'entretien ultérieur de l'ouvrage pour en faciliter l'accès et les conditions éventuelles de reprise d'éléments défectueux On rajoute maintenant des critères environnementaux ....
  12. Il est difficile de répondre aussi facilement car je ne connais pas ton niveau d'appropriation des méthodes de calcul des ouvrages et ta compréhension sur l'influence de la répartition transversale ... As tu déjà procédé à un calculé d'un tablier de pont ? Monsieur BELLAMINE a traité de la compréhension de la méthode de guyon massonnet sur ce site. J'ai complété son travail par un guide d'application et un programme dans la section téléchargement Tu trouveras ces sujets en faisant une recherche sur le site.
  13. @FRIDJALI Tu indiques : En principe dans un projet neuf il n'y a pas du tout de couche d'accrochage. (en considérant sans doute que les couches sont réalisées dans la foulée les unes des autres) Je ne suis pas tout à fait d'accord. J'ai toujours mis un couche d'accrochage entre la couche de roulement et la couche de base en grave bitume ou en EME car j'ai toujours calculé la structure en prenant en considération des interfaces collées. Pas de couche d'accrochage si effectivement on considère des interfaces non collées.
  14. Bonjour, L'enduit d'imprégnation concerne essentiellement une structure granulaire non traitée alors que la couche d'accrochage concerne des couches de matériaux hydrocarbonés. Avec ces informations et les précédentes des messages des autres participants, tu disposes maintenant des éléments de réponse à ta question. En sachant cela, le dosage en liant au m² est forcément différent ...
  15. Bonjour, Si le calcul de la dalle se fait de manière analytique: oui il faut tenir compte des positions latérales des charges qui influencent la flexion longitudinale -> les fameux coefficients de répartition transversale CRT Par contre, un calcul aux EF ne nécessite pas d'introduire ces coefficients CRT puisque les charges sont appliquées sur les barres ou noeuds adéquats de la structure.
×
×
  • Create New...