Jump to content
CIVILMANIA

philkakou

Membres
  • Posts

    431
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    36

philkakou last won the day on April 19

philkakou had the most liked content!

Experience

  • Fonction
    Directeur services techniques communaux
  • Expérience
    Confirmé
  • Mes logiciels
    autocad

Formation

  • Formation
    INGENIEUR

Localisation

  • Pays
    France
  • Ville
    france

Contact

  • email
    philkakou@free.fr

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

philkakou's Achievements

Rising Star

Rising Star (9/14)

  • First Post
  • Collaborator Rare
  • Week One Done
  • One Month Later
  • One Year In

Recent Badges

175

Reputation

  1. Bonjour, Ce serait trop simple en effet ! Ton moment longitudinal que tu donnes, correspond au poids G du tablier. Tu le divises par la largeur du tablier pour avoir le moment de flexion longitudinal unitaire par mètre transversal. Tu calcules le coefficient K de la charge répartie G couvrant la totalité des fibres transversales pour chaque fibre transversale y des 4 poutres. Si tu fais un calcul manuel à partir des tables, il faut calculer pour la fibre y de la poutre, tous les K à -b, -3b/4, etc 0 , etc +b et en faire la moyenne pondérée Tu appliques ensuite le coef K que tu trouves, à la poutre considérée. Pour le moment longitudinal, si la zone transversale de la poutre correspond à 2m25, tu multiplies le moment unitaire par 2m25 puis par le K calculé. IL faut comprendre et bien saisir : Quand tu divises par le nombre de poutres, tu considères alors le moment moyen théorique à supporter par la poutre où qu'elle se trouve sans tenir compte de la répartition transversale des charges. Il s'agit comme dit plus haut le Moment unitaire x largeur d'influence de la poutre Quand on calcule K, la valeur correspond à une fibre donnée y (ta poutre) pour un excentrement e donnée de la charge appliquée / axe longitudinal. Si tu considères la charge permanente, il faut alors considérer tous les excentrements e en partant d'une rive à l'autre du tablier -b à +b Donc pour ta fibre y, tu auras une valeur de K différente pour la charge en -b, -3b/4, 0 , b/4, etc, +b. Tu devras en faire la moyenne pondérée.
  2. Bonsoir, Merci pour le partage, J'essaierai de le parcourir quand j'arriverai à trouver un peu de temps libre
  3. excellente initiative car le contenu est suffisamment didactique pour permettre aux étudiants de comprendre. J'ai vu par ailleurs que vous aviez rédigé également un tome 3 traitant de l'exécution. Envisagez vous de l'actualiser également ? Évidemment, les lecteurs auront compris que votre tome 2 suppose un tome premier dédié à la conception. Bonne soirée et merci encore
  4. Au 1er avril, à ce que je sais, les CCAG vont évoluer pour tenir compte de l'évolution de la commande publique en France. Pour les fascicules, voir le site de l'idrrim pour avoir la liste des derniers fascicules actualisés : https://www.idrrim.com/publications/5972.htm Pour le fascicule 70-II : https://www.astee.org/publications/fascicule-n70-ii-du-cctg-travaux-de-genie-civil-ouvrages-de-recueil-de-stockage-et-de-restitution-des-eaux-pluviales/
  5. Bonjour, L'initiative mérite d'être saluée et encouragée vu le temps à passer pour analyser puis coder le ou les programmes. Effectivement, cela a été cité : semelles , mur de soutènement - Je rajouterai les fondations profondes de type pieux Je pense aussi aux ponts cadres type PICF ou PIPO Quelques calculs d'hydrauliques sur les ouvrages d'assainissement routier Ce qui serait pas mal aussi, c'est un outil simple qui pour un ouvrage multi travées et pour un convoi donné composé de n essieux parcourant l'ouvrage, donne pour chacune des travées, la position du convoi pour les sollicitations maximales V et M avec la courbe enveloppe des sollicitations. Sous quel environnement ces gratuiciels seraient développés ? Le créateur du logiciel Pybar a mis à disposition son code source en python mais il faut connaitre cet environnement.
  6. pour télécharger, il faut que vous soyez inscrit sur le site et que vous soyez identifié par votre identifiant de login. C'est gratuit.
  7. philkakou

    urgent

    pas à ma connaissance Le revêtement est fonction de l'aspect esthétique recherché par les urbanistes. Certaines villes éditent des guides au format PDF sur le choix (asphaltes, pavés, ciment, graves ciments, etc ) ou les CAUE Le reste est du remplissage avec les réseaux des concessionnaires
  8. Un objet soumis à des actions extérieures interagit avec elles. Ces actions développent à l'intérieur du solide des sollicitations appelées efforts internes comme l'effort tranchant (cisaillement), l'effort normal (compression ou traction) et des moments de flexion ou de torsion. Un moment s'exprime toujours par rapport à un point donné et un axe de la structure. Il correspond à l'effet des forces au niveau du point considéré Prenons une porte : considère son axe de rotation vertical et dans un plan perpendiculaire à cet axe, le point 0 d'intersection de cet axe. En ouvrant la porte, tu lui appliques un effort orienté qui se situe à une distance de ce point. Le moment correspond au produit de la distance de l'axe de la force et de ce point de rotation. Pour un même moment de rotation de valeur algébrique donné s'exprimant par F x d, on peut faire varier l'intensité de la force en fonction de sa distance d'application. On aura toujours le même moment au point O. Ici ce moment fait tourner la porte sur ces charnières... On fournit moins d'effort en ouvrant la porte si on la pousse le plus loin de son axe. Dans une structure, si la pièce reste statique, le moment se développe avec une intensité plus ou moins grande selon la distance d'application de la charge / au point considéré. Pour une poutre sur 2 appuis, en section courante pour un cas de charge déterminé, le moment tend à déformer la pièce et à créer des contraintes internes (travail) Selon l'axe sur lequel agit la force, le moment conduit à la flexion de la poutre ou à la gauchir (torsion) en cas d'excentrement / axes de symétrie ou fil neutre. Pour la poutre sur 2 appuis, les efforts extérieurs et le poids propre fléchissent la poutre en développant en son sein ce moment de flexion de valeur différente selon l'abscisse de la section considérée. La flexion s'accompagne d'une rotation au niveau des appuis car la poutre réagit avec l'extérieur à ces endroits et au droit des charges appliquées par des efforts tranchants. L'appui sur lequel repose la poutre, reçoit une partie du poids de celle-ci et des charges appliquées. Selon le principe Action/réaction, l'appui s'oppose et produit ce qu'on appelle la réaction d'appui pour maintenir le système en interaction en équilibre. L'objectif est l'équilibre. Le sol soumis à un chargement tasse jusqu'à se consolider et trouver un équilibre lui permettant de s'opposer aux forces appliquées.
  9. Pour moi un béton désigné par l'ancienne abréviation B15 c'est un béton qui présente une résistance à la compression à 28 jours de 15MPa. on était plutôt sur une dénomination B16 en béton de propreté. Un béton n°15 : je ne connais pas en France QUelle est la descente de charge au niveau de la semelle filante ? Quelle contrainte au sol aura t'on sous la semelle ? Moellons de 35cm ... dont la plus grande dimension n'excèdera pas 20cm ; je ne saisis pas bien. Le fait de compacter par couches successives de 20cm est une bonne démarche pour réduire le risque de tassement. A minima, on considère une couche minimale de hauteur 3 diamètres max pour un enchâssement des cailloux entre eux au compactage Les gros blocs constituent une exception évidemment en dehors d'une fragmentation au compactage. L'emploi du béton va colmater les interstices entre les moellons et homogénéiser l'ensemble qui va devenir monolithique et agir comme une charge ponctuelle sur l'arase du bon sol. La matrice granulaire permet un réagencement sous chargement on peut considérer le massif comme une sorte de grave ciment qui fissurera obligatoirement à terme mais cela sera normal. Sous réserve que la charge à reporter sur le sol ne soit pas excessive pour le faire travailler à la limite de sa rupture, votre solution pourrait être adaptée au cas à traiter
  10. En fait le rôle du gros béton est d'assurer correctement la transmission de la descente de charge des semelles sur le bon sol situé à 1m50 en dessous. Economiquement le choix s'est porté sur des fondations superficielles. Le squelette granulaire du béton ou du massif de substitution doit assurer cette transmission. L'avantage du béton est l'absence de vide par rapport à une structure granulaire à grosse matrice qui à terme peut procurer un tassement préjudiciable sous fondation. Retenir un gros béton de lit de pose de type B15 indique que la résistance à la compression du béton n'est pas effectivement un critère prépondérant recherché. Le béton comprendra un dosage minimal de ciment avec des granulats de 25 voire 32mm. Vu la hauteur, financièrement le béton coûte plus cher qu'une matrice en graves. Une granulométrie supérieure serait intéressante pour une substitution granulaire mais je n'irai pas jusqu'à des moellons de 20cm mais du 0/80 voire 0/150mm pour terminer sur une couche finale en 0/20 sur les 30 derniers centimètres avent 10 à 15cm de béton de propreté. C'est affaire de bon sens par rapport à l'importance de l'ouvrage à fonder
  11. J'ai testé le module PICF de Cype qui permet d'aller très vite pour avoir le cadre et les murs (notes de calcul + plans + métré) RSA est battu à plate couture. Par contre, Cype ne nous permet pas d'affiner le maillage EF et dans certains cas particuliers avec goussets, RSA est plus souple pour la modélisation avec en contrepartie un temps plus long à y consacrer. Un maillage plus dense permet d'affiner les résultats mais une précision des concordances des résultats à 1 voire 2% près n'est pas problématique pour le ferraillage
  12. Simplement en disposant de la clé à insérer sur ton pc A l'époque je disposais de ce logiciel et j'avais un dongle que je fixais sur le port série. Les ports séries RS232C ayant disparu de nos PC, la protection doit se faire via l'insertion d'une clé USB spéciale fournie lors de l'acquisition du logiciel.
  13. Bonjour, J'ai examiné le profil en travers type qui indique un mur de hauteur variable mais j'adhère à la proposition de @bellamine en ce qui concerne la réalisation d'un talus de remblai moins onéreux sous réserve d'une emprise latérale suffisante de l'ordre de 4m50 à 5m puisque votre mur atteint 3m de hauteur. Pour le fascicule 61 Il ne faut pas oublier que les charges sur les remblais seront majorées par 1,2 aux ELS (préambule de la directive) Article 8 : La règle commune est de considérer une charge de 1t/m² au niveau de toute la plateforme routière notamment l'accotement. Il faut savoir que cette charge ne saurait couvrir les effets d'engins de terrassement ou de compactage. IL vous appartient de définir les modalités opératoires du compactage du remblai à l'arrière du soutènement avec restrictions de certains engins vibrants ou autres... Des prescriptions devront être émises pour le déchargement à pied d'oeuvre et la pose des candélabres / massifs de fondations. La présence de bordures signifie qu'il s'agit d'un trottoir et non d'un accotement ouvert au stationnement latéral de PL. 1 PL sur le trottoir constituerait une situation accidentelle rare à dimensionner forcément aux ELU IL faudrait alors regarder les charges roulables sur trottoirs sans majoration dynamique (articles 11 et 12) Je considère cette situation comme des charges locales et non générales --> roue de 6t à positionner pour avoir l'effet le plus défavorable sachant que son poids aura un effet favorable sur le talon pour contrecarrer la poussée horizontale sur l'écran. Si vous souhaitez être prudent : - charge d'exploitation de 1t/m² (cas normal ELS et ELU) puis une autre situation nouvelle - charge accidentelle roue de 6t à positionner limite aplomb vertical semelle talon bêche puis sur aplomb bêche et enfin à 50cm du voile Si l'on se réfère maintenant à l'annexe nationale normative de l'eurocode 1 partie 2 NF EN 1991-2/NA notamment sa clause 4.9.... Il convient de charger la chaussée située derrière les culées, les murs en aile, les murs en retour et les autres parties du pont en contact avec la terre, au moyen du modèle de charge 1, défini en 4.3.2, avec les précisions suivantes : —la classe de trafic à utiliser est la même que sur l'ouvrage, —les charges de tandem et les charges réparties sont réduites de 30 % pour tenir compte de la réduction des amplifications dynamiques par rapport aux charges sur l'ouvrage, —les charges de tandem peuvent être remplacées par une charge équivalente, notée qeq, uniformément répartie sur une surface rectangulaire de 3 m de largeur et de 2,20 m de longueur. Dans le cas des véhicules spéciaux, une charge uniforme, appliquée sur une surface rectangulaire adaptée et équivalente au véhicule spécial considéré, peut être placée sur la chaussée située derrière les culées, les murs en aile, les murs en retour et les autres parties du pont en contact avec la terre. Cela revient sensiblement aux prescriptions de l'ancien fascicule. Le modèle de charge LM1 inclut une majoration dynamique par défaut c'est pourquoi il y a un abattement de 30% pour les charges sur remblai. Grosso modo pour un dimensionnement eurocode : charge UDL uniforme sur l'emprise de chargement autorisé de la plateforme camion TS correspondant à un impact rectangulaire de densité q avec une diffusion verticale de la charge à 30° dans le corps du remblai.
  14. bonjour, Je pense que chaque utilisateur doit être limité à 1 quota en taille de pièces jointes sur l'ensemble des messages auxquels il répond. Ayant déjà mis sur d'autres sujets des images, je suis limité à une taille max de 5,09Ko pour l'image donc je ne peux rien mettre !
  15. Pour compléter mon précédent message Si le couple prend une valeur de -30KN.m sur l'appui intermédiaire, alors voici les résultats obtenus confirmant les calculs de Lebreton appui libre à gauche R1 = 6 KN - M1 appui = 0 Evident Moment sous la charge P ponctuelle : MP = 6 KN.m Réaction appui intermédiaire R2 = +36,75 KN Moment à gauche appui milieu M2gauche = - 24 KN.m Moment à droite appui milieu M2droite = + 6 KN.m on obtient donc en valeur absolu M2gauche+M2droite = Couple 30KN.m courbe parabolique du moment sommet de la parabole abscisse x=3,13m M= 9,7968 KN.m Moment encastrement M3 = -15 KN.m Réaction appui 3 encastré : R3 = 17,250 KN
×
×
  • Create New...