Jump to content
CIVILMANIA

jeanpauld

Old
  • Content Count

    88
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by jeanpauld

  1. Bonjour, Je calcul un portique avec pont roulant. Je dois, cette fois, faire les plans de détails de fabrication. Pouvez me donner des référence / documents sur les bonnes pratiques, car il y a plein de questions qui restent sans réponse : * perçages et tolérance de pose : si je met tous les trous avec les tolérances de base (M20 : trou de 20+2=22mm), est ce que ça peut quand même coincer ? * faut il au contraire toujours faire des trous oblongs courts pour être sûr ? * tolérences de fabrication : pour les raidisseurs de poutre ou poteau, les pièces doivent elle être indiquées avec les cotes nominales ou faut il enlever 1mm pour pouvoir insérer la pièces entre les semelles avant soudage ? * platine de présellement avec bêche : je prévois platine de préscellement de 10mm + bêche IPE140 + crosses d24 + carrelle 10mm tout ça pour recevoir la platine du poteau ép20mm. Est-ce possible ou faut il toujours prévoir un mortier de calage entre le préscellement et la platine du poteau ? * assemblages des poutres de roulement : faut il mieux prévoir tous les trous en perçage oblongsl ou prévoir des trous oblongs (bâtiment fermé). * assemblages des pannes : quelle classe de boulons est utilisée couramment (la structure principale est en classe 8.8 parce qu'en zone sismique). Merci pour vos indications ! A+
  2. bonjour,   on parle dans de nombreux ouvrgaes de la possibilité de prendre jusqu'à 10% (ou 20 %) de la rigidité du poteau dans le cas d'appuis rotulés (2 crosses), mais pour le calcul des déformations exclusivement, Aucun texte ou réglement ne prévoit cela ? Un spécialiste pourrait il nous éclairer,   merci
  3. Bonjour, Je dois commander des poutres de roulements (HEA320)     J'ai 6 portées de 6,00m entre axes de poteaux.   Les poutres sont sur 3 appuis.   Il faut une forcément une marge pour : * la pose * la dilatation (hangar isolé mais presque toujours grand ouvert).   Quelle longueur de poutre faut il prendre : 12,00 sans découpe ou 11.98 ou 11.96 ??   Merci de votre aide.   A+       [attachment=6089:Capture.jpg]
  4. Bonjour, L'eurocode 8-5 permet de ne pas liaisonner les fondations dans les deux sens dans le cas d'un sol de classe A en zone de sismicité modérée. Pouvez vous l'indiquer si ca passe auprès des bureaux de contrôle ? A+
  5. bonjour, Merci de la précision, et surtout pendant Br-Cr ! Plus sérieusement, je vois bien les consequences du gel sur un sol "serré" contenant de l'eau :ça bouge. Par contre pour les plates-formes de dallage avec une premiere je me posait la question du remblais de finition : typiquement, pour un dallage industriel, il y a une couche de 20/40 puis une couche de 0/31.5. Le 20/40 ne bougera pas avec le gel, mais j'avais des doutes pour la couche de "finition" (couche serrée avec eau). Merci encore. A+
  6. Bonjour,   J'ai un gros doute : généralement dans un dallage d'habitation, on met une bêche périphérique qui fait hors gel.   Mais dans un dallage industriel, est ce qu'on doit aussi mettre une beche hors gel ?? ca veut dire une longrine périphérique enterrée de 50cm minimum  ?   Dans le cas d'une plateforme compactée d'épaisseur supérieur au hors-gel (>50cm) faut il aussi mettre le dallage hors gel avec une longrine ou une beche ?   Merci !  
  7. bonjour, En vérifiant l' ec3, il est permis de faire une analyse par éléments finis : en modelisant les profilés par des plaques minces . Avec un modèle adapté et Si l'ensemble des non linearites sont prises en compte, il n'y a pas de raison de prendre d'autres critères de rupture que la contrainte generalisee (von mises ou autre). Malheureusemen, le temps à passer est généralement incompatible avec l'activité des ingénieurs BTP. A+
  8. Bonjour, Je doit dimensionner un portique avec un pont roulant 6t. Pour les déplacements lateraux, il est recommandé de prendre une rigidité en rotation de 0.8 E Ic /Lc. L'eurocode donne les formules pour calculer la rigidité effective des pieds de poteaux. Mais en general, le 0.8 RIc/Pc est il loin de la réalité où est ce sécuritaire ? Mon problème est que si je prend pas en compte un minimum de rigidite, mes sections de poteau et traverse explosent pour rester dans les déformation latérales limites (IPE 650 traverse et HEB 450 poteau pour un portique 16x8ht et toit bi pente 3%). Merci de m'aider ! A+
  9. Bonjour,   Dans le cas d'une face dominantes, le cpi est calculé ainsi : cpi = 0.75 x cpe   Pour une face cpe= -1.7 cela donne cpi = 0.75 * (-1.7) = -1.28   et    cp (resultant)  = cpe - cpi = (-1.7)  -  (-1.28) = -0.42   cp net = -0.42   Par defaut (  cpi= +0.20  /  -0.30 )  on aurait eu : cpi=+0.2     cp (resultant)  = cpe - cpi = (-1.7)  -  (0.20) = -1.90   cp net = -1.90 cpi=-0.3     cp (resultant)  = cpe - cpi = (-1.7)  -  (-0.30) = -1.40   cp net = -1.40   Avec des ouvertures un poil plus grandes on aurait été en toiture isolée, or pour la zone de toit equivalente : cp net = -2.0   cp net = -2.00   Donc l'effort global sur la face est donc largement dinimué avec une situation intermédiaire entre  (structure avec taille des ouvertures inconnue) et (structures à toit/murs isolés).   Pouvez vous me confirmer que c'est la bonne méthode, car ca ne semble pas très logique.   A+
  10. bonjour,   Je souhaite aussi un peu de précisions sur le calcul des longueurs de flambement des portiques.   Je ne retrouve pas les formules et abaques avec les "etha" dans l'eurocode : ces formules ont disparu depuis le passage des ENV eux EN ?   Ou trouve t on les formules officielles ?   A+
  11. bonjour, Je ne connais pas cette norme, mais par défaut c'est bien la totalité de la surface qui doit être chargée, avec différents cas s'il y a des continuités de poutres. De toute facon, je ne vois pas trop le problème : les 120m2 sont sûrement appuyés sur plus de ... 1 poteau ??? onc à partir du moment où chaque poteau reçoit la totalité des 250kg sur sa zone d'influence, faire un calcul avec toute le surface chargee, ou chaque zone d'influence de poteau chargée séparément, c'est kif kif bouricot. A+
  12. Re,   J'était aussi perplexe sur la notion d'ouvertures : on parle dans le même paragraphe de fenêtre ouverte ET ouvrants.   Je pensais que c'était toutes les menuiseries jusqu'au jour ou j'ai lu l'ANF qui précise bien qu'il s'agit d'ouvertures permanentes.   Pour s'en convaincre : NF EN 1991-1 7.2.9 (3) Lorsqu'une ouverture extérieure, telle qu'une porte ou une fenêtre, est dominante en position ouverte mais est considérée fermée à l'état limite ultime, lors de vents violents extrêmes, il convient de considérer la situation avec la porte ou la fenêtre ouverte comme une situation de projet accidentelle conformément à l' EN 1990 .   NF EN 1991-1/ANF 7.2.9 (2) La présente Annexe nationale ne donne pas d'informations supplémentaires relatives aux ouvertures dans l'enveloppe du bâtiment à considérer pour déterminer le coefficient de pression intérieure. Par ouverture, on entend une ouverture permanente ou à considérer comme pouvant rester ouverte en exploitation.   Il y a une vrai distinction entre : * la situation normale (ELU) : portes et fenêtres fermées (non prises en compte comme ouvertures). * la situation accidentelle (ELA) : portes et fenêtres ouvertes (prises en compte comme ouvertures).   De plus comme l'écrivait keuj84, on considère généralement que même les [portes ouvertes en exploitation] comme [fermées] en situation de vent normal (ELU) mais elles doivent êtres ouvertes pour les situations accidentelles.   A+
  13. Re-bonjour,   Pour ma part il n'y a plus de notion de bâtiment ouvert ou fermé:   1) si le bâtiment comporte beaucoup d'ouvertures (cf critère ci-dessous), il n'y a plus de cpi : le calcul doit être fait en toits et murs isolés.   => extrait EC1-4 7.2.9 (2) Lorsque, sur au moins deux faces du bâtiment (façades ou toiture), l'aire totale des ouvertures existant sur chacune des faces représente 30 % de l'aire de cette face, il convient de ne pas calculer les actions exercées sur la construction à partir des règles indiquées dans la présente section, mais il est en revanche recommandé d'utiliser les règles définies en 7.3 et 7.4 .   2) µ c'est un critère qui dépend de cpe, et il peut donc être différent pour les 4 cas de vent principaux (0° 90 ° 180° et 270°). amha, dire que µ < 0.33 correspond à un "bâtiment fermé" n'a donc pas de sens.   3) par contre ce que je ne comprend pas, c'est pourquoi l'abaque pour µ s'arrete à 0.33 ? Peut-être que quelques calculs "simples" montrent que que µ est forcement supérieur à 0.33 ... S'il y a des âmes charitables :)    ...  ou des experts EC1-4. Je constate en tous cas que mon hypothèse du premier post avec µ=0 n'est pas possible en prenant en compte la perméabilité de fond....   4) l'eurocode parle plutot de face dominantes (ou non dominantes) au lieu de  bâtiment ouvert ou fermé. Avec ces notions, un bâtiment peut être "fermé" (dans le sens calcul des cpi) même s'il est "ouvert" (dans le sens avec un gros trou).   Donc cela donnerait les cas possibles suivants pour le calcul de cpi :   trop d'ouvertures => pas de cpi, articles toit et murs isolés face dominante => les cpi sont des fractions des cpe faces non dominante => le calcul doit être fait à partir de µ et de l'abaque (que faire si µ<0.33 ???) faces non dominante bis (si µ est impossible à calculer) => uniquement dans ce cas on prend par defaut cpi à +0.2 et -0.30.   A+
  14. Bonjour,   1)   Ouvertures, ça prête effectivement à confusion : ce sont bien des trous et pas les menuiseries.   C'est pour cela qu'on parle de cas accidentels lorsque les portes et fenêtres sont considérées ouvertes.     2) Bâtiment ouvert ou fermé au sens de l'EC1 j'aimerai aussi avoir des explications.   Voici la façon dont le comprend : Il n'y a pas de relation avec µ. Le coefficient µ prend en compte les coefficients cpe alors que le critère batiment ouvert/fermé prend en compte toutes les ouvertures. Donc µ > 0.33 ne veut pas dire bâtiment ouvert.   3) la perméabilité entre 0.01% et 0.1% cela correspond à des estimations (grossières?) sur les défauts d'étanchéité à l'air (notamment sur les jonctions en pied de bardage et autour des menuiseries. A partir du moment ou la perméabilité est uniformement répartie, cela ne change rien au calcul de µ :   Sur mon bâtiment exemple : somme des aires des ouvertures avec cpe <= 0  : S1=400 m2 x 0.0001 = 0.04m2 somme des aires de toutes les ouvertures : S2 = [   10x10 x (4 façades)   +   10x10 (toit)   ] x 0.0001 = 0.05m2  et on retrouve donc le même µ (0.04/0.05=0.80).   En tous cas, merci de l'échange qui a grandement clarifié ma compréhension pour les cpi ! (en espérant que je ne fait plus fausse route).   A+
  15. bonjour, Merci pour ces précisions, cela confirme ce que je supposais.   Cependant, quand je lis l'eurocode, les cas +0.2 et -0.3 sont des pour moi des "valeurs par défaut" (lorsqu'on ne connais pas la position et la taille des ouvertures) et non une obligation. Pouvez vous appuyer ou infirmer cela ?     En effet même si on considère un bâtiment pratiquement hermétique, il y a toujours des fuites (perméabilité de fond) qui entrainent un calcul de µ au prorata des surface (facades et toitures).   Si je ne me trompe pas pour un bâtiment carré 10x10x10ht toit monopente 5° (pour avoir tous les cpe négatifs...), perméabilité de 0.1% répartie uniformément :   somme des aires des ouvertures avec cpe <= 0  : S1=400 m2 x 0.001 = 0.4m2    façades avec cpe <=0 (A B C E), soit S=10x10ht * (3 façades)  = 300 m2    toit avec cpe <=0 (F G H) , soit S= 10x10 (ensemble de la toiture) = 100 m2   somme des aires de toutes les ouvertures : S2 = [   10x10 x (4 façades)   +   10x10 (toit)   ] x 0.001 = 0.5m2   d'ou µ = 0.80   Avec h/d = 10/10 = 1 on lit sur le graphique cpi = -0.50.   Ainsi, ce bâtiment ne serait calculé qu'avec un cpi de -0.50 et non avec un couple +0.20/-0.30, ce qui est assez favorable dans le cas de ce bâtiment exemple   Pouvez vous me dire si le principe des calculs est bon ?   Merci de vos retours A+
  16. bonjour, J'ajoute ma pierre à l'édifice :   Hypothèse A   1) premières gachées étaient très fermes. 2) pas ou très peu de vibration. 3) gachées suivantes de consistance normale. 4) pas ou très peu de vibration. 5) la laitance s'est incrusté à travers les énormes vides du béton ferme.     Hypothèse B 1) béton trop ferme et pas ou très peu vibré 2) après une vibration (essais de vibration?) le coffrage a gonflé et la laitance a coulé dans l'espace ouvert (plaque de ciment très fines assez éloignées du volume principal de béton)   A+   A+
  17. bonjour,   Je suis aussi  intéressé de savoir comment se fait la continuité à la jonction au niveau des deux poutres de roulement : soudage des HEB entre eux ?   A+
  18. Bonjour,   Question n°1 Sur un batiment industriel considéré comme totalement fermé de dimensions 15x50x8ht le calcul du coefficient µ donnerait µ=0.   Dans ce cas peut on simplement prendre cpi = +0.35 (l'abaque pour µ s'arrete à 0.33)  ou doit on obligatoirement prendre deux cas ci-dessous ? cpi=+0.2 et cpi = -0.3   Question n°2   Le calcul de µ abouti normalement à une seule valeur de cpi par  : pouvez vous me confirmer que c'est bien le cas ?   Dans ce cas pourquoi utilise-t-on par defaut les cas de "surpression" et "depression" ?   Merci de vos eclaircissements. A+  
  19. bonjour, Ce genre d'élément ne se calcule pas dans Robot. En modélisation il faut faire une liaison rigide pour capter le bon moment dans la poutre (je suppose que 'est pour appuyer une poutre). Pour simplifier, on peut aussi calculer le modèle sans console et calculer séparément la console et le poteau avec le moment aditionnel. Pour le ferraillage, il faut suivre pas à pas le code de calcul (eurocode?). C'est comme ça que je fait. Pour ce genre de chose il doit exister des feuille excel, si quelqu'un en a une, il pourrait partager... A+
  20. bonjour, 80x20h ca ne fait pas une console courte mais un plancher en porte a faux. Le poid de 150 kg, ce n'est que le poids propre ?? Il faut ajouter les charges d'exploitation. Pour le ferraillage, les armatures principales sont en haut, et, aussi important, il faut calculer le scellement dans l'existant. Bon courage
  21. bonjour, +1 Le fait de rajouter ces potelets va augmenter de façon infime la rgidité (voile de 20cm je suppose), donc pas très utile. De plus, l'exploitation et le calcul rehglementaire se font normalement sur le bloc voile + about, donc les résultats seront moins aisés à compiler. A+
  22. bonjour, Le niveau... Ou la question ... C'est vrai qu'il est difficile de participer lorsque la question est du genre : j'ai un batiment a calculer en zone sismique, aidez moi svp? Le soucis ce n'est pas le "niveau" : toute question est bonne et c'est, je pense, un des objectif des forums : l'entraide. Encore faut il un minimum d'info à donner, et c'est la que ça devient délicat, rien que pour comprendre la question ou le niveau supposé du forumeur, pour adapter sa reponse (ou ma question ;) Au fur et à mesure, c'est vrai que je viens de moins en moins pour ça. Cordialement.
  23. Bonjour, Je regarde de temps en temps ce que font les "collègues" sur les DCE en ligne. Je viens de tomber sur un projet en r+3, logements collectifs, classe de sol C (sur pieux), zone sismique 3, structure mixte béton maçonnerie. Lorsque je vérifie l'effort tranchant à la base en Ex (tableau fourni), la résultante est nettement supérieure au max possible, même en prenant un q de 1,5. En considérant que le BET n'a pas trop surchargé sur les pieux en G et Q (disons arrondi à +10% max), comment cela est il possible ??? Merci.
  24. bonjour, Merci pour votre eclairage. C'est bien ce qui me gene dans ce principe : faire intervenir un tres grand nombre de mode propre. En effet, il semble logique de modeliser le maximum d'elements pour capter une reponse proche de la "realite", mais avec trop de details il est plus difficile de comprendre la validite du modèle, car il ne reste que des critères globaux avec plein de modes, dont il arrive que le plus important ne fasse participer qu'une très faible masse. Cordialement.
  25. Bonjour, Comment modelisez vous une charpente métallique en sismique ? Pour les toitures pannes + bac acier, faites vous systématiquement un diaphragme, ou modelisez vous chaque panne avec les ctvt? Diaphragme : on n'a pas les efforts sismique dans les pannes/ctrvt. Tout modélisé : on a des dizaines et des dizaines se mode rien que pour les pannes (non maintenues verticalement et latéralement). La même question se pose pour les façades avec lisses et ctrvt... Merci de vos éclairages.
×
×
  • Create New...