abdeslam-brahim

Experts
  • Contenus

    1712
  • Inscription

  • En ligne

  • Victoires

    126
  • Pays

    Algérie

abdeslam-brahim TOP membre le 23 mars !

abdeslam-brahim avait les contributions les plus appréciées !

Points de Réputation

949

À propos de abdeslam-brahim

  • Rang
    Expert

Général

  • Pays
    Algerie

Formation

  • Formation
    GC

Expériences

  • Expérience
    Expert

Visiteurs récents du profil

12386 visualisations du profil
  1. Bonjour Les informations citées dans ton messages sont insuffisants pour donner un avis Il y'a lieu de completer par l'ampleur du projet, sont etat d'avancement, la resistance de béton, le nombre des poteaux touché par cette mauvaise qualité ,.....
  2. Bonjour Effectivement il y'a un problème 1. Ce n'est le poteau qui est excentré ,mais la semelle 2. La semelle est excentrée dans l'autre sens en pointillées, la ou vous a fait fait la PR la semelle est centreé. 3. Proceder à la verification par calcul, car cela dépend des sollicitations le moment et l'effort normal revenant aux appuis
  3. L'HERISSONAGE. *********************** En construction, un hérisson est une couche de moellons placés sur chant, ou de pierres concassées ou roulées sur une épaisseur avoisinant les 25 cm. Le but est de servir d'assise à une dalle sur terre-plein. Le hérisson sert également à éviter les remontées d'humidité, en remplacement d'un vide sanitaire onéreux. On appelle cette technique "hérisson" parce qu'à l'origine, on plaçait des pierres allongées à la verticale sous le dallage, un peu comme les piquants d'un hérisson. Les vides entre les pierres, le faible nombre de points de contact entre elles faisaient que l'eau, s'il y en avait un peu sous la maison, ne pouvait pas remonter par capillarité. Puis cette technique a évolué, on a mis des cailloux propres, puis maintenant parfois du sable stérile. Dans ce dernier cas il y a beaucoup de points de contacts entre les divers grains et l'eau, l'humidité peut donc remonter par capillarité. Pour éviter ce problème, avant de couler la dalle, on tend une feuille de polyane sur l'ensemble, ou du béton hydrofugé. Mise en place du hérisson. ******************************* Les pierres doivent être saines, propres, dures et sans porosité. Les pierres en calcaire sont tout à fait adaptées. Les éléments poreux (pouzzolane, terre cuite, etc.) sont à proscrire car ils risquent de se gorger d'eau et de créer des poches bactériennes. La forme des cailloux est sans importance. En carrière, la taille est généralement exprimée en mm. Un calibre 150/300 est recherché pour le fond et 60/120 pour le dessus. Dresser les cailloux sur champ, les uns à côté des autres, les gros au fond, les petits par dessus. Positionnez ­les de manière à créer le maximum d'espace entre eux. Eviter d’utiliser des pierres trop petites. Elles glisseraient dans les espaces créés et risquent de ralentir la circulation d’air.
  4. Bonjour attention ce n,'est pas une semelle jumelée mais plutôt une semelle filante, car la distance entre deux semelles est de plus de 2.58m tu doit prendre en compte des moment + et - comme indiqué sur la figure évidemment avec un libage
  5. Bonjour je vois qu'il y'a une certaine concordance entre le résultat de prélèvement et celui de carottage, les 30 bars de différence sont due à la mise en oeuvre et le curage de béton c'est tout à fait logique. mais il faut vérifier le résultats de carottage par rapport à la réglementation, comme suit: DTR: vis à vis de la réglementation soit CBA et RPA c'est vérifié, cad il dépasse la résistance minimale recommandée; cahier de charge: s'il n'a pas fixé une résistance minimale ou la fourchette. Note de calcul: si cette résistance est suffisante (vérifier) par rapport aux sollicitations. si ces trois conditions sont verifiées je ne vois pas pourquoi aller plus loins.
  6. Bonjour, vous trouverez ci joint les plans sous autocad (dwg) d'un chateau d'eau surelevé le lien http://www.4shared.com/photo/PZxJZroG/reservoir_500_m3.html
  7. Bonjour Mon point de vue soit tu reprendre la platine avec un nouveau perçage conforme aux tiges (trous de diamètres 32) ou revoir en hausse les tiges d'ancrage (augmenter le diamètre à 48) avec justification "revoir la note de calcul.
  8. Bonjour mon point de vus, deux causes possibles mise en oeuvre: soit le béton n'est pas homogène (en composant ou en consistance) coulage: coule en deux fois cad il y'a un temps entre le premier coulage et le second car on constate sur la photo que la densité de ferraillage est normal (3 barres), un enrobage excessif, la hauteur de chute c'est je compare la base de poteau à coté et sa hauteur n'est pas vraiment élancé
  9. Bonjour Je tu conseille de continuer puisque tu es débutant il faut viser loin avoir un expérience et démontrer au gérant tes capacités, comme il faut lui demander des éclaircissements concernant cette diminution par rapport au salaire négocie (3000), s'il t'a pas convaincu, dès que tu trouve mieux ailleurs tu le quitte pour le meilleure. Maintenant 2000 dh mieux que rien Bon courage Amin
  10. Bonjour Désolé tu ne peut pas le supprimer sauf au dessous de niveau de base (Si le sous sol est formé d'une boite regide) NB: le niveau de base c'est le niveau à partir ou commence la déformation
  11. Bonjour. Cela dépend de type de murs ces caractéristiques et les dimensions Dans le cas d'un mur classique avec remplissage en maçonnerie il suffit s'assurer d'un ancrage minimum et raidisseurs chaque 4m environ plus un chaînage cad il faut respecté les conditions minimales de coffrage et ferraillage.
  12. Bonjour Voir la méthode dynamique, la méthode statique équivalente Méthode de Muto,
  13. Bonjour Les sollicitations dépends de plusieurs facteurs de : La sections, chargement (vertical et horizontal) de nombre de files et d'axes, de sol, de la zone sismique, de nombre de niveaux, la distance entre éléments, de la hauteur.... C'est-à-dire il faut faire une étude complète pour calculer les sollicitations d'un élément.
  14. Le béton autoplaçant (BAP) est un béton capable, sous l'unique effet de la pesanteur, de se mettre en place dans les coffrages même les plus complexes... Le béton auto plaçant est un béton capable, sous l'unique effet de la pesanteur, de se mettre en place dans les coffrages même les plus complexes et particulièrement encombrés sans nécessiter pour tout autant des moyens de vibration pour consolider le mélange avec comme résultat un produit particulièrement homogène. Ce type de béton doit être apte à passer à travers les armatures les plus serrées avec, cependant, une vitesse dépendante de la viscosité du mélange. Pour remplir cette condition, le béton doit être particulièrement fluide, c'est-à-dire particulièrement déformable. Or ceci n'est envisageable que si le rapport eau sur ciment E/C est élevé ou si le béton contient un adjuvant super plastifiant. Uniquement, la fluidité n'est pas l'unique propriété recherchée, car il faut bien s'assurer de l'humogeineté de la totalité pâte-granulats. De façon corollaire, le mélange du BAP doit être particulièrement cohésif et particulièrement stable lors de la mise en place et cela jusqu'à son durcissement. Ceci implique que le BAP doit présenter le minimum de tassement et de sédimentation des particules solides et éviter de présenter un ressuage trop fort, car cela génère une hétérogénéité des propriétés mécaniques, telle qu'une chute d'adhérence des armatures en partie supérieure des levées comparé à celles localisées en zone inférieure lors du coulage. Une bonne stabilité liée, entre autres, à la viscosité du mortier et de son seuil de cisaillement nécessite soit l'ajout d'un agent de viscosité afin de perfectionner la cohésion de la totalité, soit d'augmenter la teneur en matière cimentaire et de diminuer la teneur en eau libre. Aussi une bonne stabilité peut être liée à une optimisation de la compacité granulaire. Or, l'augmentation de la teneur en liant n'est pas sans conséquence sur la durabilité, vu le dégagement de chaleur d'une part, et d'autre part, le risque de nuire à la capacité de remplissage, propriété particulièrement recherchée pour ce genre de béton. Cette complexité amène à combiner différents paramètres pour obtenir le niveau désiré en termes de résistance à la compression. Mais avant d'atteindre cette étape, il est indispensable de s'assurer d'une part de la bonne capacité de remplissage de ces bétons, par conséquent une déformabilité supérieure à celle des bétons ordinaires. D'autre part, il faut s'assurer de la stabilité du mélange et éviter, donc, la ségrégation. Fréquemment, la satisfaction de ces deux exigences entraîne un compromis. En clair, en plus de garantir un étalement compris entre 500 et 700 mm et d'assurer une très bonne capacité de remplissage, il faut que l'agent de viscosité introduit pour perfectionner la viscosité n'abîme pas la déformabilité du béton.
  15. Bonjour Le déplacement des charges et du matériel utilisé sur les chantiers doit satisfaire aux exigences de sécurité en vigueur et être organisé de manière rationnelle. Le choix de l’emplacement des grues à tour joue un rôle déterminant à cet égard. Les grues ne doivent pas pouvoir entrer en collision les unes avec les autres et d’éventuels obstacles situés à proximité ne doivent pas menacer la sécurité des personnes. Différents aspects techniques doivent être également pris en compte dans le cadre du montage et du démontage des grues. Cette publication fournit de nombreux conseils indispensables pour les techniciens, les contremaîtres, les chefs de chantier et les monteurs en grues chargés de prendre des décisions rationnelles et de garantir la sécurité des travailleurs et du public. Voir le document ci joint Installation-grues.pdf