Jump to content
CIVILMANIA

BELLAMINE

Experts
  • Content Count

    1,780
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    123

Everything posted by BELLAMINE

  1. Bonjour Les sites internettes n'ont jamais été considérés comme des sources officielles ! Vous pouvez trouver des choses intéressantes, des mensonges etc .... Pour chercher l'information il faut la coupler avec plusieurs sources et bien sûr de s'assurer de la fiabilité des sources ... Cdlt
  2. Oui certainement, mais on peut se demander, quel est le modèle de conception de la semelle le plus avantageux des deux pour le bâtiment ? Quels sont les avantages et les inconvénients de chacun ? Merci pour tes contributions
  3. Bonjour Mon point de vue personnel sur les deux modèles de conception d'une semelle sus cités : Nous avons tous assisté et réaliser des essais de compression sur des éprouvettes cylindriques de béton. Pour que cet essai soit considérer dans la gamme des efforts dits de "compression simple". En plus de l'élancement 2 de l'éprouvette de béton, il faut que la charge ou l'effort normal transmis par la presse à béton, soit suffisamment éloigné de la face supérieure de l'éprouvette de béton. Ceci pour garantir une répartition uniforme des contraintes au niveau de la face de rupture de l'é
  4. Bonjour Toujours dans le cadre à se fixer les idées au fur et à mesure de l'avancement du présent sujet. Ci après une illustration graphique de comparaison entre les différents coefficients de minoration dus à l'inclinaison de la charge et de son orientation dans le plan (x,y) de la semelle. Pour une Argile humide de caractéristiques intrinsèques à long terme (Drainée) c'=0,30t/m2 et Phi'=20°. Vos commentaires sont les bienvenus ... Bon Weekend
  5. Bonsoir Pour se fixer les idées au fur et à mesure de l'avancement du présent sujet. Comparaison des coefficients minorateurs dus à l'inclinaison de la charge entre DTU 13.12, Fascicule 62 titre V et EC7. A vos commentaires ...
  6. Bonjour Pourquoi il est préférable de concevoir une semelle selon le modèle I au lieu du modèle II ? Et dans le cas où l'on fait usage au modèle II. Quelle est la condition à satisfaire pour rester dans les hypothèses de la théorie de Terzaghi de calcul de la capacité portante d'une fondation superficielle ? Bonne journée
  7. Bonjour Sauf erreur de ma part et jusqu'à preuve du contraire. Seuls les ingénieurs de structure sont actifs et contribuables dans ce site par rapport à nos confrères gèotechniciens que nous espérons prendre part au débat sur ce post. @bgc16pas du tout, on n'a pas besoin de connaître explicitement l'effort horizontale à la base H du moment où c'est l'angle d'inclinaison "délta" de la charge qui nous intéresse et que nous allons faire varié pour étudier son influence. C'est l'effort normale N qui est déterminant! H=N.tan(délta). Il en est de même pour les moments de flexion Mx et My
  8. Bonjour Je reviens sur la question de raideur de l'appui d'angle (intersection des consoles de longueur respectives 1.28 et 2.48m). La raideur K est évidement fonction de l'inertie des deux consoles ou poutres. En inversant les dimensions entre les deux éléments si la raideur K augmente c'est bon sous réserve de vérifier la flèche au point d'angle de l'appui élastique. Si la flèche n'est pas admissible, il faut encore jouer sur les inerties des deux éléments pour la rendre admissible. Cdlt
  9. Bonjour Ci après, la fiche de progrès N°001 Vos remarques et suggestions sont les bienvenues A POURSUIVRE ...
  10. Bonsoir Qui encaisse du verbe encaisser cad qui pousse. Le sol derrière le mur Cdlt
  11. Bonjour Je pense que l'utilisation d'un béton projeté peut faire l'affaire. Ou alors un béton autoplacant avec coffrage intérieur Cdlt
  12. Bonjour Au niveau du point d'angle des deux extrémités des poutres (ou consoles de 1,28m et 2,48m de portées respectives), l'une est appuyée sur l'autre, car l'appui élastique du modèle a la même raideur par compatibilité de déformation. Cette raideur K de l'appui d'angle, s'il est considéré en porte à faux, peut être déterminer comme suit : ** On commence par la console de 1.28m encastrée parfaitement au voile est appuyée élastiquement de l'autre coté. Nous exprimons la flèche sous une charge unité uniformément répartie. Soit f1(K) ; ** de même pour la console de 2.48m ===&
  13. Bonsoir Les poutres en question sont encastrées parfaitement du côté voile et sur appui élastique de l'autre côté. Ceci dans le cas le plus défavorable c'est à dire, leur réalisation se fait avant le mur en maçonnerie en dessous. Dans le cas où le mur en maçonnerie sera réalisé en première phrase avec les voiles en BA, ensuite la dalle et les poutres du plancher. Vous pouvez pour simplifier remplacer le modèle de l'appui élastique par un appui simple. Ou alors de les considérer comme chaînage horizontale. Autre solution est de déplacer les voiles l'extrémités de la file 2 aux
  14. Bonsoir Ce que l'on sait, une dénivellation d'appui (un déplacement ou tassement pour une fondation) entraîne systématiquement des efforts supplémentaires dans les éléments de structure hyperstatiques d'un ouvrage. Et si les dits éléments de structure ne sont pas dimensionnés en conséquence, cela se traduit par des désordres au niveau de l'ossature du projet qui mettent dans certains cas en péril la stabilité de l'ouvrage et la sécurité de ces usagers. Dans la quasi majorité des rapports d'études gèotechnique, on trouve la phrase suivante : "Les tassements resteront dans la limite de
  15. Bonsoir Coefficient de sécurité F2 dans le cas d'une fondation en crête de talus soumise à une charge verticale centrée inclinée dirigée vers l'intérieur du Talus, selon fascicule 62 titre V, annexe F.1 page 125 (tout calcul fait) : Illustrations graphiques à toute fin utile : A vos commentaires ....
  16. Bonsoir Coefficient de sécurité F2 dans le cas d'une fondation en crête de talus soumise à une charge verticale centrée inclinée dirigée vers l'extérieur du Talus, selon fascicule 62 titre V, annexe F.1 page 125 (tout calcul fait) : Illustrations graphiques à toute fin utile : A vos commentaires et bonne fin de journée .....
  17. Bonjour Coefficients de sécurité F2 dans le cas d'une fondation en crête de talus soumise à une charge verticale centrée, selon fascicule 62 titre V, annexe F.1 page 125 (tout calcul fait) : Illustrations graphiques à toute fin utile : A vos commentaires et bon weekend
  18. Bonsoir Normalement, concernant le calcul dynamique des structures de bâtiment, l'effort sismique latérale de cisaillement à la base "F" est fonction de la charge prise en poids de la structure + une fraction des charges d'exploitation. Ensuite, cet effort est réparti au niveau des planchers de chaque étage au prorata de leur (étages) rigidité respectives. Pour minimiser les moments fléchissant à la base (au niveau des fondations), et par la suite réduire l'excentrement des charges verticales au niveau des semelles, nous sommes donc appelés, à réduire les déformations (flèche) dues à l'ef
  19. Les charges quasi_permanentes sont des charges de longue durée d'application durant toute la vie de l'ouvrage (charge permanente par exemple). La question des tassements est en relation avec le phénomène de consolidation du sol sous l'action d'une charge de longue durée d'application.
  20. Bonjour Selon l'annexe F.2, page 131, domaine d'application deuxième alinéa du fascicule 62 titre V. Les tassements sont calculés sous l'action des charges quasi_permanentes des combinaisons d'actions à l'ELS (article A.5.3.3). Cela veut dire que notre contrainte admissible correspond au cas de charges quasi_permanentes. Que peut on dire alors, de cette contrainte admissible pour les autres combinaisons d'actions, rares et fréquentes ? Et c'est quoi au juste un tassement admissible ? Comment et sur quelle base le géotechnicien juge de l'admissibilité ou non d'un tassement ? Sac
  21. Bonjour Le géotechnicien, par exemple à partir des essais pressio fournit un qnet (Eurocode) défavorable (en prenant kp=0.8), qu'est ce qui l'en empêche ? On prend également qo=0 Rien n'empêche le géotechnicien de prendre Kp=0.8 et qo=0, voir faire des dérogations aux textes réglementaires. Ceci sous réserve d'une justification Technico_Financière qu'il doit présenter dans son rapport d'étude de sol. Il n'a pas le droit d'appliqué la réglementation à sa guise. Sinon, un jour (pour ne pas dire aujourd'hui), on va dire qu'est ce qui nous empêche de ne pas appliquer le règlement parasi
  22. Bonjour Il serait plus important et idéal de connaitre et de visualiser, les ordres de grandeurs du coefficient de sécurité F2 en traitant cas par cas leur évaluation selon le fascicule 62 titre V (Annexe F.1 page 125). Nous commençons par le cas d'une fondation sur sol horizontal soumise à une charge centrée, inclinée comme suit (tout calcul fait) : En plus d'une illustration graphique des valeurs du tableau ci dessus comme suit : Vos commentaires sont les biens venus ....
  23. Nature du sol d'assise, profondeur d'ancrage...
  24. Bonsoir Un résumé des données de l'étude géotechnique du sol, un descriptif de la nature du projet, ...... ?!!!! Cdlt
×
×
  • Create New...