Aller au contenu
CIVILMANIA

TOP membres


Popular Content

Showing most liked content since 03/25/18 in Messages

  1. 5 points
    Bonjour Au travers ce sujet nous je vais exposer dans la mesure du possible et dans la cadre d'une formation continue pour nos élèves Ingénieurs la méthode de Guyon et Massonnet pour le calcul et le dimensionnement des Ponts Dalle. Bonne lecture
  2. 3 points
    Bonjour, Le mur n'est pas étanche ! une partie du remblai s'est déversé sur l'autre sujet traitant de guyon massonnet.... Je rigole Pour répondre à la question initiale, à savoir la charge verticale sur le talon de la semelle : Il s'agit du prisme de terre de hauteur (H3 - épaisseur de la console) par la largeur du talon augmenté du prisme arrière de hauteur totale H et de largeur résiduelle du talon moins la largeur de la console la plus grande Ensuite il faut tenir compte de la charge verticale sur le remblai sur la largeur non interceptée par les consoles
  3. 3 points
    voir ici http://constructionepau.wifeo.com/documents/semelles-filantes.pdf
  4. 3 points
    Bonjour Voici une initiative de réflexion pour la contribution de l'arc de cercle dans le calcul de l'aire d'une section. j'espère que tout le monde participera pour déduire l'expression sous le signe sigma des autres caractéristiques géométriques. Un grand souffle en calcul analytique aboutira à notre objectif certainement. Dans l'attente de vous lire, Bon courage
  5. 3 points
    Vous ne pouvez pas utiliser le code Americain pour une simple raison est que chaque projet doit passer par l'organisme de controle CTC ,et les ingenieurs du CTC ne connaissent pas tout les codes c'est pas possible d'ailleurs pour l'eurocode ils refusent de l'appliquer meme en charpente exception des projets particulier comme la grande mosquee ou ils etaient obliges de consulter les autres codes et voir les normes internationales .
  6. 3 points
    VOILA MONSIEURS UNE AUTRE FOIS JE VOUS OFFRE DES LIVRES TRES IMPORTANTS EN « TOPOGRAPHIE APLIQUEE EN GENIE CIVIL » .CES LIVRES SONT EN ARABE POUR FACILITER LA TACHE A BEAUCOUP DE PERSONNE DE CE FORUM. IL Y A DES FORMULES DES INFORMATIONS DES NORMES NATIONAUX ECT…. http://www.4shared.com/file/138473772/e1fa2d51/chehilidjamel.html LE TELECHARGEMENT NE SE TERMINE PAS SI VOUS N'AJOUTREZ PAS UN COMMENTAIRE
  7. 3 points
  8. 2 points
    Bonjour, Ci-joint un exemple de calcul d'une panne de toiture et d'une lisse de bardage (extrait de mon ouvrage, calcul des éléments de constructions métalliques selon l'Eurocode 3). Bonne lecture, Pr. DAHMANI Série 3 (Pannes et Lisses).pdf Solution de la série de TD N°3.pdf
  9. 2 points
    Un balcon est une dalle (généralement pleine) en porte à faux ancrée ou si vous voulez encastrée au plancher, et pour nous simplifier la vie tout en restant dans le domaine de la sécurité, se calcul comme une poutre encastrée de 1ml de largeur. Donc, votre section d'armature sera déterminée par ml (ne cherche pas midi à 14h !!!!!) Cdt
  10. 2 points
    Rebonjour Un autre point d’arrêt sur le calcul non linéaire : 9) Quant on dit que le comportement d'une structure ou d'un élément de structure est non linéaire : C'est la non linéarité de quoi ? DES DÉFORMATIONS !!!!!!!! Les efforts peuvent être linéaires sans pour autant que les déformations seront forcément linéaires. L'inverse est faux. Cdt
  11. 2 points
    8) Si les déformations sont importantes et on veut tjrs garder la linéarité du comportement de cette structure : il faut penser à rigidifié le noyau (la colonne vertébrale si vous voulez) de la structure et d'autres éléments si nécessaire pour réduire les déformations !!! d'où l'usage de la charpente métallique (structure mixte) !!! Amicalement
  12. 2 points
    Bonjour C'est quoi au juste un comportement non linéaire d'une structure ? Quant on utilise la théorie de la RDM ou encore les méthodes de calcul des structures courantes (je dit bien courantes !!! : c'est à dire ce que nous trouvons habituellement dans quasi majorité des documents de calcul des structures). Il ne faut jamais oublier !!! les hypothèses pour lesquelles ces théorie ont été développées !!! à savoir : 1) Les déformations sont supposées infiniment petites ou ce que nous appelons en mécanique des milieux continus (la mère ou le père si vous voulez des mécaniques des structures et autres) des petites perturbations ! c'est à dire que la loi de HOOK liant les contraintes aux déformations est supposée linéaire dans le domaine (en tout point) de notre milieu supposé continu !!! homogène et isotrope !!! 2) Il faut toujours garder en tète que le souci majeur pour un Ingénieur est avant tout le calcul des déformations !!! et les efforts (moments,tranchant, etc...) suivent ... Par ce que ces derniers ne sont en fin de compte que des dérivées de l'équation des déformations !!! Exemple : une poutre le moment fléchissant se déduit de la dérivée seconde de la flèche, l'effort tranchant, la dérivée d'ordre 3 de la flèche et ainsi de suite 3) L'hypothèse de Navier _Stocks pour les éléments de structure à barres (poutres, poteaux, ...) ne prend pas en considération les déformations de gauchissement des sections transversales de ces éléments sous l'hypothèse tjrs des petites perturbations !!! Et c'est à partir de cette hypothèse que toute la théorie de calcul des structures en RDM a été développée !!! 4) Le flambement des poteaux élancés par exemple est phénomène qui entre dans la gamme du Non linéaire !!! 5) Pour le calcul de cette structure complexe en premier lieu il est recommandé de regarder d'abord le comportement en déformation de la structure. Et si les déformations sont importantes (càd il ne s'agit de petites perturbations) il faut penser à un calcul Non linéaire !!! 6) Et bien sur le logiciel utilisé prend il en considération le calcul Non linière des structures ou non ? 7) La proposition de Mr lilhaq93 concernant le remplacement des poteaux de façade en charpente métallique est pertinente personnellement !!! Cdt
  13. 2 points
    Bonjour Tout d'abord je vous remercie pour l’intérêt que vous donnez à ce sujet. Les réponses à vos questions sont comme suit : Question 1 : effectivement c'est une erreur de frappe. c'est bien un m*pi()*x Question 2 : l'équation dérive de l'équation fondamentale de la dalle en forme de série de Maurice Lévy que Guyon-Massonnet et Barés ont utilisés pour développer cette méthode. Ici, nous allons pas entré dans les détails de calcul mathématiques pour cette méthode, mais seulement en prenant en considération son aspect pratique en citant de passage les expressions mathématiques fondamentales pour digérer la pratique de la méthode. Si non on finira jamais ce sujet. Mais rien n’empêche de se poser des questions !!! La référence bibliographique : Le calcul des grillages de poutres et dalles orthotropes selon la méthode de Guyon-Massonnet et Barés, DUNOD 1966 Question 3 : Je répondrai à ce point dans la suite de ce sujet. A SUIVRE ... Question 4 : Le règlement BAEL préconise de prendre pour le calcul des efforts un coef poisson nul et 0.2 pour le calcul des déformation. Pourquoi ? à débattre .... Et je ne sais pas si les Euro-codes en vigueurs gardent cette même spécifications du BAEL ? Cdt
  14. 2 points
    Bonjour je pense que cette période est transitoire pour toi... par contre je te conseil de te forgé par d'autre compétences ,anglais , métré dessin autocad ... planification , CM..au lieu de passé du temps à réfléchir ... comme l'on déjà fait d'autre avant toi ..il faux cherché tes points forts et faibles passe à l'action, reconstruit ton profil et dans qlq mois tu aura un bon CV et une large gamme à viser Bon courage
  15. 2 points
    Bonsoir, Ci joint un lien de téléchargement direct des cours de dynamique des structures de Mr COPRA ainsi que des exercices d'entrainement. https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=237 Cordialement,
  16. 2 points
    https://drive.google.com/file/d/14f45rw2J613qxc6aoB5PE6qQg3Ttt8rj/view?usp=drivesdk
  17. 2 points
    IL faut la section de la poutre pour ne pas dépasser la contrainte de béton et éviter les aciers comprimés. Pour le problème des bielles, on peut augmenter la section des poteaux supportant la poutre.
  18. 2 points
    bonjr contrainte de béton dépassé adopté l'un des solutions: -augmente section béton rectangulaire (de préférence cote h) -augmenter fc28 -Ajouter des ailes a la poutre pour quil deviendra en Te -Augmenter le nuance d'acier de Fe400 a Fe500 cordialement
  19. 2 points
  20. 2 points
    Bonjour, Je pense qu'on peut aussi utiliser des croix mais la section doit être importante car il faut caser les boulons (respecter les distances...). Cordialement
  21. 2 points
    bonjour c'est une poutre en T (invérsé) chargée par la pression du sol bon courage
  22. 2 points
    Salut !, Si vous ne le connaissiez pas encore, ci-dessous un lien intéressant de l’AFGC à propos de la définition des bétons dans les CCTP. Bonne lecture http://www.afgc.asso.fr/index.php/activites-afgc/groupes-travail/bien-prescrire-le-beton-des-ouvrages-de-genie-civil
  23. 2 points
    bonjour soraya, il existe la méthode statique équivalente et la méthode spectrale, puisque vous travaillez directement avec un logiciel généralement on utilise que la méthode spectrale. si vous avez besoin d'aide faites le savoir. cordialement
  24. 2 points
    Bn courage rapport-étapes covadis.compressed.pdf
  25. 2 points
    Le problème est là. C'est quoi très petit? Puis quelle est la conséquence de ce très petit pour l’intersection des droites sur le très petit pour déterminer les points confondus? Puis sur le très petit pour déterminer l'appartenance d'un point à une droite? Et ainsi de suite...
  26. 2 points
    Le plus simple serait de définir une variable tolerance et vérifier si alpha se trouve dans la tolerance autour de la valeur de x En fait , le problème vient de la représentation numérique d'un nombre irrationnel
  27. 2 points
    Bonjour Théoriquement c'est possible Mais pratiquement parlant et l'exploitation de la base de données des désordres survenus pour cette conception : la réglementation à tranchée en interdisant ce mode de conception C'est comme les ponts à poutres en BA : Même si théoriquement est calculable ce type d'OA est abandonné en France !!! Les visites d'inspection donnent les preuves de cette décision Cdt
  28. 2 points
  29. 2 points
    Bonjour à tous Q ne dépend ni du type de plancher (corps creux ou dalle) ni si cet élément est en console ou pas. Q dépend SEULEMENT de l'usage de cet élément: si c'est une partie de la CHAMBRE donc Q = 1.5 si c'est un BALCON Q = 3.5 ! Donc Q dépend de l'exploitation de cette partie du plancher
  30. 2 points
    Bonjour Chose promise chose faite Deuxième Partie : CALCUL DES MOMENTS STATIQUES ET POSITION DU CDG D'UNE SECTION EN PARTANT DES COORDONNÉES Xi,Yi DES SOMMETS DU CONTOUR DE LA DITE SECTION EXEMPLE D'APPLICATION LA PROCHAINE PARTIE INCHAE ALLAH SERA CONSACRER AU CALCUL DES MOMENTS D'INERTIES EN PARTANT DES COORDONNÉES Xi,Yi DES SOMMETS DU CONTOUR DE LA SECTION BON COURAGE
  31. 2 points
    Bonjour, Je vous recommande mon ouvrage: "Calcul des éléments de construction métalliques selon l'Eurocode3". Il se vend au niveau des OPU (Office de Publications Universitaires). Vous pouvez aussi voir avec mes pièces jointes, vous trouverez certainement des fichiers intéressants.
  32. 2 points
    c'est possible de decoffrer à 7 jours mais à condition de procédé les essais de resistance à compression du béton à 7 jours puissse etre au moins égale à 80% de la résistance à 28 jours telque mentionnée dans les prespcriptions technique de l'ouvrage ex si c'est un béton C25 cad resistance à 28 jours  vaut 25 Mpa, cad à 7 jours on devra avoir 20 Mpa.,ici la verfication des flèches ne prime pas  car l'Etat limite ultime cad la resistance est plus primordiale car en cas de problème la ruine sera brutale.   Donc à mon avis voici la démarche 1. fairel'essai de resistance en compression de ce beton à 7 jours que ça puisse etre aumons égale à 80% de la resistance à 28 jours du béton telque précisé par les specificattions techniques 2. Que l'ouvrage ne soit pas encore utilisé, ca interdire tout chargement 3. à partir des resultats d'éssais de resistance en compression , trouvé des mésures possible si les resultats ne sont pas satisfaisant  trouvé des mésures afin de soutenir le plancher ,interdir le chargement etc a+
  33. 1 point
    bonjour, c'était simplement pour attirer l'attention sur une diminution trop importante de la section de la semelle.- cas ou on arriverait à une semelle qui aurait une surface équivalente à deux ou trois fois celle du poteau. ou encore moins si le poteau est surdimensionné et le Nu relativement faible. OuAllahou A3lam A+
  34. 1 point
    bonjour, personnellement j'ai rarement vu du R+1 avec des poteaux de 40 cm. très souvent ceux sont des poteaux de 30 ce qui correspond parfaitement à la largeur des murs extérieurs ( 15+5 +10). dans les zones de faible sismicité ou de sismicité nulle on pourrait mime prévoir des poteaux de 20 ou 25 puisque soumis essentiellement aux efforts verticaux. Dans les zones de sismicité forte ou moyenne les poteaux seront souvent de 30 cm pour les bâtiments de petite hauteur il est à signaler que l'on privilégie le principe " poteaux forts / poutres faibles. Ouallah oua3lam A+
  35. 1 point
    xlu pour une forme iregulière , on utilise pas les lignes de construction il suffit d'importer le plan de coffrage en robot sous format dwg ou dxf . une fois importer tu pourras inserrer tes poteaux et poutres ainsi que la dalle et l'escalier . mais n'oublier pas avant d'inserer les poutres, il faut orienter les poteau tres bien pour que le poteau soit sur son axe conformement au plan de coffrage aue tu va importe. pour changer la position il suffit simplement de d'introduire l'angle .
  36. 1 point
    bonsoir, la hauteur du mur dépend essentiellement de celle du talus à retenir. OuAllah Oua3lam A+
  37. 1 point
    Merci de l'intérêt que vous avez porté à ma demande j'ai trouvé la solution dans la video min 23:38
  38. 1 point
    Bonjour, Selon moi,dans un cas général, il est possible de mettre un joint de dilatation entre un voile et un poteau car structurellement, lorsqu'on met un joint, on a deux blocs indépendants; mais si mettre en place cette disposition te fait perdre la symétrie ou l'identicité de tes blocs de bâtiments il serait judicieux de doubler le voile afin de ne pas faire deux études pour deux blocs quasi identiques. Quant à la question sur la suppression des joints de dilations dans un bâtiment avec des dalles BP par post tension la réponse est : oui cela est possible. Les pages 10 et 27 de ce document le confirme : http://www.egfbtp.com/sites/default/files/dt0045-dalles_precontraintes-guide_sedip.pdf Cdt.
  39. 1 point
    Bonsoir passe moi ton Email
  40. 1 point
    Bonjour , C'est normal qu'il y ait des différences car les résultats ne sont pas obtenus de la même façon ; normes d'un côté, simulation CFD de l'autre. Voici un lien qui synthétise les approches : https://forums.autodesk.com/t5/robot-structural-analysis/generation-automatique-vent-3d-sur-surface-nv85-ou-eurocode/td-p/6371904 Sans parler de fiabilité une approche est réglementaire donc justifiable (normes) vis à vis des bureaux de contrôle, l'autre non (CFD) Vu les puissances de calculs qui augmentent constamment, je pense qu'on va glisser progressivement vers des simulations de vents directes et que ces approches deviendront réglementaires. Maintenant quand on voit le temps qu'ont pris les eurocodes pour être mis en œuvre (toujours pas appliqué dans certains marchés privés), ça laisse songeur.... Cordialement, BZK
  41. 1 point
    Sujet intéressant. Je vais tenter de le suivre car j'avais développé une petite appli il y a une vingtaine d'année. Par contre, n'ayant plus fait de maths depuis pas mal d'année, je sens que ce sera chaud !
  42. 1 point
    Bonjour , Il me semble par convention : - axe // au semelle profilé : yy - axe // à l'âme du profilé : zz Si vous êtes dans le cas d'un renforcement d'un poteau existant, vous pouvez souder des plats sur les semelles ou ajouter un profil dans l'âme de l'existant (comme une palée cadre). Sous RSA, il est possible d’utiliser des sections composées dans l'onglet section ou alors de réaliser une étude d'une section quelconque que vous dessinez vous même . Vous avez d'autre exemple de renforcement de poteau en suivant le lien ci-dessous : http://www.constructalia.com/francais/rehabiliter_avec_lacier/iv_techniques_de_renforcement_des_poteaux#.WrjYxn9pFhE Dans le cas d'une construction neuve, il est peut être plus intéressant de passer sur un profil en HEA. Alors que pour les IPE, le rapport inertie faible sur inertie forte Iz/Iy = 5 à 8 % en moyenne, il est de 20 à 35 % pour les HEA. Au final, un profil HEA adapté peut être plus lourd (donc plus cher en acier) qu'un IPE avec un renfort mais il faut aussi regarder le temps de fabrication et de montage de votre structure. Ainsi simplifier et standardiser votre conception peut consommer plus d'acier mais peut s'avérer être plus rentable grâce au temps gagner à la fabrication et au montage. Cordialement, BZK
  43. 1 point
    Bonjour, Je vous liste ci-dessous quelques critères: -au minimum le niveau inférieur de la terre végétale -la résistance du sol -les tassements -le hors gel -la présence éventuelle d'argile gonflante -le décalage de niveau dans une pente -les interactions sur les constructions voisines
  44. 1 point
    Bonjour, Juste ajouter cela : L'eau est l'ennemi de la résistance. Il faut donc diminuer le rapport E/C (en augmentant la quantité de ciment mais attention au coût qui augmente et surtout au retrait) et/ou en diminuant la quantité d'eau (là vous aurez un problème de maniabilité et donc de cône, d'où l'emploi de fluidifiant). Bon courage !
  45. 1 point
    Bonjour Sous ST1 vous introduisez des coefficients de pondération unité (=1). ST1 vous calcul les efforts moyens longitudinalement. Ensuite, il faut faire un calcul à part que ST1 ne fait pas relatif à l'étude de la répartition transversale de ces efforts en utilisant les lignes d'influence du coefficient de répartition transversal K de Guyon-Massonet. En effet, et pour chaque fibre transversale de votre dalle notée "y" vous avez une ligne d'influence k(y,e) où "e" est l'excentricité de votre charge disposée transversalement. Et par tâtonnement ou un petit programme informatique sous Excel en VBA, un calcul itératif vous permet de cibler la position défavorable de ta charge donnant un coefficient de répartition transversale maximal. Le tableau récap que je t'ai fourni donne les expression de ce coefficient de répartition transversale pour chaque cas de chargement ainsi que les coefficients de pondération des efforts moyens (moments et tranchants). L'expérience montre qu'il suffit de faire l'étude des fibres "y" suivantes (la dalle étant supposée symétrique transversalement) : * 0; zéro : fibre centrale * LEXT/2 - TROTG : bord du trottoir de gauche * LINT : section d'encastrement de la dalle console (encorbellement) * 2LINT/3 ; LINT/3 et 3LEQUI/8 où LEXT est la largeur extrados du Tablier; LINT est la largeur intrados du tablier et LEQUI est la largeur de la dalle rectangulaire équivalente (de largeur 2b) de même hauteur et de même inertie que la dalle réelle du tablier. Si "J" et "h" sont respectivement l'inertie et la hauteur de la dalle réelle du tablier alors on a : 2b = 12J/h^3 = LEQUI Cordialement
  46. 1 point
    bonjour, pour le calcul de poteaux a inertie variable,il exsiste des ouvrages tels que la preesse polytechnique de lausanne, ou l'ouvrage de Timoshenko,il existe une méthode approchée si le rapoort ho/h1 est compris entre 0.8 et 1 la section moyenne a retenirz=0.50(h1+ho) si le rapport ho/h1 est inférieu a 0.8 hz situé au 1/3 de la distance de la plus petite section et hz situé a la distance lz=lxho/h1 vous pouvez vous référer a la DIN4114 qui donne la soolution de quelques barres a inertie variable cordialement gérard Demeusy
  47. 1 point
    Bonsoir ST1 traite la modélisation des structures à barres et d'inertie variable ou constante Si vous modélisez votre pont dalle en structure à barres sous ST1 C'est à dire vous considérez votre pont dalle comme une poutre hyperstatique ou isostatique (une seule travée) ST1 calcul alors les efforts moyens (moments et tranchants) et vous demande des coefficients de pondération pour les multiplier avec les efforts moyens de chaque cas de changement pour en déduire les efforts en (x,y) dans la dalle. Ce qui revient au principe de la méthode de Guyon_ Massonet
  48. 1 point
    Salut, Vous trouverez ci joint deux documents sous format PDF avec un fichier Excel pour le calcul des poutres de redressement. J'attire votre attention que le calcul de la hauteur de ces poutres (h) selon le formulaire de B.A est conditionné par l'inégalité suivante: L/9 ≤ h≤ L/6 Bonne chance Poutre-de-Redressement.pdf Poutre de redressement.rar Longrines-de-Redressement-socotec.pdf
  49. 1 point
    Bonjour, Voir la page du cidect http://www.cidect.com/fr/Publications/ Cordialement
  50. 1 point
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×