Aller au contenu

La Communauté Scientifique & Technique de la Construction

Connectez-vous or Inscrivez-vous

+80.000 professionnels du BTP qui échangent tous les jours sur les différentes thématiques de la construction, emploi, formation, projets d'études, ingénierie, réglementation, calculs, logiciels, structures, ouvrages d'art, génie civil et travaux !

TOP membres


Popular Content

Showing most liked content since 01/25/18 in Messages

  1. 4 points
    Bonjour, Je vous recommande mon ouvrage: "Calcul des éléments de construction métalliques selon l'Eurocode3". Il se vend au niveau des OPU (Office de Publications Universitaires). Vous pouvez aussi voir avec mes pièces jointes, vous trouverez certainement des fichiers intéressants.
  2. 2 points
  3. 2 points
    Bonjour Je pense que la première chose a faire c'est de reprendre les calculs avec les nouvelles données. Si, il vérifier c'est encore mieux, sinon il faut revoir les calculs en incluant par exemples une bêche ou tablette ou ...., Dans le cas extrême, au lieu de démolir et reprendre, il vaut mieux le garder comme il est ,et couler un nouvelle semelle sur l'existante.
  4. 2 points
    Bonjour Pour le système de Qualification et de classification des laboratoires au Maroc le Gérant doit être un Ingénieur d'une expérience minimum 5ans dans un laboratoire Vous pouvez consulter le site des laboratoires qualifiés et classifiés au Maroc et télécharger la réglementation en vigueur pour de plus amples détails
  5. 2 points
    j'ai pas assez d'expérience vu que je suis encore étudiant mais je pense que faudra disposer comme sur le plan.
  6. 2 points
    Bonsoir Soumia, Pour le prédimensionnement des poteaux, tu peux utiliser , au lieu de la formule du BAEL qui tient compte de la longueur de flambement, une règle rapide qui consiste à s'assurer que la contrainte de compression dans le béton ne sera pas dépassée.. Autrement dit, l'effort ultime Nu supporté par le poteau doit vérifier : Nu/S < Sigmab Où S est la section du poteau et sigmab = 0,6 fc28 ( Tu peux commencer le calcul de Nu en prenant une section minimale pour le poteau, par exemple 25 cm x 25 cm ) En ce qui concerne le poids total de la structure, tu calcules tout d'abord le poids propre des éléments de la structure. Ensuite, tu dois ajouter le poids dû aux charges appliquées : pour cela, tu multiplies les charges surfaciques par la surface sur laquelle elles sont appliquées ( et évidemment les charges linéiques par la longueur ) . Les charges permanentes sont prises avec un coefficient multiplicateur égal à 1 et les charges d'exploitation par un coefficient qui représente leur probabilité d'existence : 0,2 par exemple ( cas du règlement marocain). Bonne chance.
  7. 2 points
    bonjour, la longueur libre des ancrages est fonction de différents éléments de construction,notamment, a savoir si vous avez une platine préscéllée ou non,a savoir si vous disposez de cales pointées sur la platine d'embase,et en partant de ces paramètres,vous prenez 0.85 x le diamètre de la tige+ la rondelle+1,50 x le diamètre de la tige ,et si vous mettez un contre écrou qui aura une hauteur moyenne de 0,85 x le diamètre de la tige d'ancrage.En général on dispose comme conception des platines préscellées,sauf pour des cas particuliers gérard demeusy
  8. 1 point
    Oui mais vous pouvez établir un robot vous même et connaitre et piloter les astuces de votre propre Robot Un exemple : Un intrados de Tablier à Inertie Variable (parabolique par exemple) Vous allez faire le travail section par section en parcourant l'intrados du tablier. Alors qu'il vous suffit de faire une petite macro sous Excel en utilisant ces formules pour générer rapidement l'ensemble des sections de calcul de votre tablier. Cordialement
  9. 1 point
    Si votre bâtiment est en dure (béton armé) ou en charpente avec plancher collaborant, je crois que le vent n'est pas prépondérant mais dans tout les cas pour le dimensionnement des semelle en prend les effort des appuis (forces et moments).
  10. 1 point
    bonjour, pour dimensionner un poteau en compression centré,section= effort normal en MN(ELS)/10 la section est en m² exemple effort normal 3.20MN a l'ELS soit 3.20/10=0.32m² soit poteau carré de 0.565m soit 0.60x0.60 cordialement gérard demeusy
  11. 1 point
    Bonjour, Cette méthode est utilisé dans le cas de dimensionnement d'un réseaux d'eau pluviales consiste a délimité le bassin on le répartissante en sous bassins s à l'aide des polygones cette délimitation peux se faire à l'aide de logiciel covadis
  12. 1 point
    Merci. Mais où est ce que s'acheminent ces eaux ? où s'absorbe ? et c'est en fait sa liaison avec la buse que j'ai pas compris ! sachant que j'ai un croquis où le puisard est collé avec la tête de buse.
  13. 1 point
    bonjour, l'ouvrage de pierre Charon calcul et la verification des ouvrages en béton armé pages 485 a 493 cordialement gérard demeusy,
  14. 1 point
    Je crois qu'il est envoyé à votre boite; Sinon je dépose un lien de téléchargement pour toute personne qui le cherche : http://www.mediafire.com/file/wn5mnaax0263164/BPEL Henry thonier.pdf
  15. 1 point
    bonjour, A ma connaissance il n'y a pas de nivellement de nappe.la nappe au repos est en principe de niveau. par contre il y a le rabattement de nappe qui consiste à pomper de façon continu avec un débit assez haut pour faire descendre le niveau de la nappe à un endroit donné. Ouallahou A3lam A+
  16. 1 point
    Bonjour Si X>>Y avec Y<= 2m alors il faut prévoir des chaînages verticaux (poteaux) tous les X/n avec X/n <= 3 à 4m Pour deux sous sols Y>= 4m il faut prévoir un voile en BA. Cdt
  17. 1 point
    bonjour, je vous le recommande fortement cet ouvrage, calcul des éléments des contructions métalliques. du professeur monsieur DAHMANI Lahlou
  18. 1 point
    La méthode le plus simple est "Méthode forfaitaire" Voir ( DTR-B.C-2.41 - Annexe - E - page 177 ) mais d'abord tu doit vérifier les condition d'application de cette méthode définie a l'article B.6.2.2.1.0 du ( DTR-B.C-2.41 page 122 ) Cordialement
  19. 1 point
    oui section cut ça peut marcher aussi mais tu dois avoir le moment le plus defavorable pour cela utilse les tableaux
  20. 1 point
    bonjour je cherche a faire une formation en charpente métallique (Calculs, modalisation..etc) donc si y'en a intéresses veuillez me contacter
  21. 1 point
    je cherche un model d'une étude financière d'une lotissement au Maroc ( différents taxes , frais du BET ..................... ) . merci
  22. 1 point
    Bonjour khoya Pour le dimension de la semelle isolé. On a fait le démarche suivant: - le coffrage est dimensionné par les charges à combinaison de l'ELS et le feraillage par le combinaison à L'ÉLU.
  23. 1 point
  24. 1 point
    Merci @piste4 , le problème est résolu. J'ai pu enfin établir les profils en long et les profils en travers de mon projet. Bonne journée.
  25. 1 point
    Bonjour à tous, J'aimerai savoir si quelqu'un pourrait me donner une définition des termes suivant et leur différences, Masse généralisée et masse modale effective. Pour que je puisse savoir ce que c'est concrètement. Merci par avance
  26. 1 point
    Bonjour La masse modale c'est la masse équivalente correspondant au mode de vibration d'une structure (harmonique : l'un des termes de développement en série de fourrier). C'est la masse fictive à la fréquence de vibration du mode correspondant. Elle est donc variable au sens mathématique et non physique du terme proprement dit. https://fr.wikipedia.org/wiki/Masse_modale
  27. 1 point
    il n'ya pas de M3-3 pour les elements shell mais il y'a le M2-2 vas sur Display>Shell > M2-2 Attention tu vas trouver un moment nul du au poids propres mais tu vas trouver un moment pour des charges horizontales !
  28. 1 point
    bonjour, je suppose que pour le dimensionnement tu as utilisé la méthode ds bielles. une semelle de 2.20 m c'est un peu grand et en fonction de l'entraxe de tes files de poteaux il doit pas te rester grand chose comme espace entre semelles A mon avis tu devrais essayer des semelles filantes. quant à la mise en place d'une deuxième nappe il me semble que le règlement algérien préconise la mise en place d'une nappe supérieure lorsque l'épaisseur arrive ou dépasse les 50 cm . ce ferraillage évite la fissuration du béton dans la partie supérieure et je pense qu'il est déterminé forfaitairement ( voir règlement)) OuAllah Oua3lam A+
  29. 1 point
    Bonjour Je pense que s'il y'a un tassement, ce dernier n'est pas du à la fuite mais plutôt à la mise en oeuvre des remblais. cad la procédure de remblaiement n'est pas respecté ou bien n'a pas été proposé.
  30. 1 point
    بسم الله الرحمن الرحيم السلام عليكم ورحمة الله وبركاته J'ai l'honneur de présenter des logicielle qui j'ai développé, 1. Le première logicielle calcule le spectre de la réponse selon RPA99 version 2003, 2. Le deuxième logicielle calcule le spectre de la réponse selon RPOA 2008. لا تنسونا من صالح دعائكم http://www.mediafire.com/download/qtmbfcp8hx5ae22/RPA99.rar http://www.mediafire.com/download/0bzif0vfaqknalk/RPOA2008.rar Je recherche d'un travaille dans la region du Djelfa, Medea, Laghouat. Maamar DLIOUAH: Ingénieur d'état agréé en génie civil et suivi des travaux du construction. Tel: 0771372803. Email: maamardli@gmail.com
  31. 1 point
    Bonjour, Veuillez trouver ci-joint un exemple d'étude au vent d'un bâtiment industriel et d'un bâtiment à étage multiples selon RNV2013. Bonne lecture, Pr. DAHMANI ETUDE AU VENT.rar
  32. 1 point
    Bonjour à ma connaissance le traitement consiste à laver le sable de tell façon à éliminé les éléments fins (argileux) et les impuretés.
  33. 1 point
    On utilise le sable qui répond aux exigences minimales d'une formulation comme : Équivalent de sable, pas d'alcali-réaction...c'est à dire avoir le taux toléré des différents minéraux. A part la composition en minéraux, la différence principale réside au niveau de l’équivalent de sable (pour évaluer la propreté) et le module de finesse (évaluer la granulométrie). ES (Oued) < ES (Carrière) ; MF (oued) < MF (carrière) Parfois on a recours au mélange des deux sables ci-dessus pour avoir un bon fuseau granulométrique et tout cela pour donner une bonne compacité. ---------------- The main difference between the two types is related to the Finenes of Modulus and the Sand Equivalent Test. Note that: SET (River) < SET (Quarry) FM (River) < FM (Quarry) Sometimes we mix the two types in order to obtain a regular grain size distribution to allow an excellent compactness of the concrete.
  34. 1 point
    bonsoir, voici un document qui te permettra de mener tes calculs bonne lecture A+ 05_00_table_matieres.pdf 05_01_generalites.pdf 05_02_calcul_poussees.pdf 05_03_justification_externe.pdf 05_04_justification_resistance.pdf 05_05_predimensionnement.pdf 05_06_recommandations.pdf 05_07_extrait_caquot.pdf 05_08_caracteristiques_terrains.pdf
  35. 1 point
    rebonsoir, et en prime celle de la GB bonne soirée. A+ P98-138.PDF
  36. 1 point
    bonsoir comme promis voici d'autres normes concernant les enrobés Bonne lecture A+ p98-250-2.pdf p98-250-3.pdf p98-251-1.pdf p98-251-3.pdf p98-251-2.pdf p98-251-4.pdf p98-251-4.pdf
  37. 1 point
    Je peux assurer une formation en CM pour les jeunes sérieux qui en veulent vraiment.
  38. 1 point
    Pour ce qui est des variations thermiques: - la plus part des bâtiments subissent les températures extérieures maximales pendant les travaux on pendant des épisodes accidentels durant service - cela est moins vrai pour les ouvrages d'art qui ne sont pas isolés et tres exposés pour lesquels il convient de tenir compte des gradient thermiques (différence de température entre les 2 faces opposées de la plaque) - l'inertie thermique du matériau béton et la capacité thermique du plancher en béton permettent de calculer des temperature moyenne avec des écart réduit par rapport à la sollicitation thermique en phase travaux ou service. Ils agissent en amortisseurs, la chargé thermique pouvant bien souvent être admise comme sinusoïdale Ordre de grandeur significatif: un radier d'épaisseur 1 mètre traversé par un flux unilatéral à charge thermique sinusoïdale d'amplitude +/-20deg subit un écart moyen inférieur à +/-5deg
  39. 1 point
    ce ci dépend de la zone d'influence , type de sol et des bulles de répartition des contraintes pour une semelle isolé c'est à 1.5 B (B= largeur de la fondation) Bon courage
  40. 1 point
    le plancher poutrelle hourdis est composé de poutrelle en précontrainte et d'entrevous la différence est au niveau du poids 1m² de dalle BA 20cm = 500daN 1m² de plancher hourdis = 270 dan de plus pas d'étude à faire il suffit de communiqué les plans de coffrage avec les charges et le fabricant dimensionne le plancher ci dessous lien sur mon 4sharred pour telecharger le logiciel gratuit seac qui permet entre autre de pré-dimensionner ce type de plancher https://www.4shared.com/zip/wjivb5oVba/outils-seac400.html
  41. 1 point
    Bonsoir, je ne trouve pas vos pièces jointes
  42. 1 point
    Bonjour, Vous trouvez ci joint un document qui vous aidera à déterminer la série des buses (60A , 90A ou 135A) en fonction de son diamètre et de la hauteur de remblai. Salutations Buses H remblais.PDF
  43. 1 point
    bonjour tout le monde, Je m'appelle Abdelhamid BELMAARIS, marié et père de 3 enfants. Je suis ingénieur d'état en génie civil de l'EHTP promotion 2003. Après un long parcours professionnel assez diversifié, j'ai finalement fondé (بتوفيق الله ومنته) ma propre société d'ingénierie, études et gestion de projets. PROMEN : PROFESSIONAL MANAGEMENT ENGINEERING SARL AU
  44. 1 point
    Bonjour, J'ai eu un cas similaire sur un foyer en réhabilitation. Je crois que en tout on a ouvert 150 portes de chambres par sciage dans les voiles béton... sans rien mettre en place en renfort. Et une note de calcul avait été réalisée pour vérifier, comme l'indique ABDOH, que ce linteau pouvait fonctionner en poutre simple d'1m de long, la charge à reprendre étant simplement une portion centrale du plancher par projection à 45°, et une voute de béton de rayon 0.5m. Autant dire pas gand chose, nous avions sondé au préalable le mur pour constater le ferraillage du voile pour le comptabiliser en tant que poutres. Je suis d'accord avec franckfm, les profilés seront sans doute superflu mais si cela peut rassurer... Le vrai sujet avec les ouvertures dans les voiles, c'est plutôt de vérifier si les contraintes qui vont être diffusées de par et d'autres de l'ouverture pourront être encaissées par les portions de murs restants, et c'est d'autant plus critique si l'ouverture se trouve proche d'un bord libre du mur.
  45. 1 point
    van bastein42 tu peux m'envoyer ces fiches ? aziz.amor10 ( jmail )
  46. 1 point
    bonjour, Je vous rappelle que la conception des ossatures porteuses doit faire l'objet d'un calcul technico-économique. La question que vous auriez du poser ici Mr. est ' pourquoi choisit-on dans la majorité des cas la petite portée?? bon la réponse est simple: car c'est le choix le plus économique: je vous rappelle aussi que l’épaisseur des planchers dépend essentiellement de la portée de ceux-ci d'ou le choix de la petite portée. doit-on soumettre impérativement à cette 'règle'??? Non Monsieur, parfois et face surtout à des contraintes architecturales, on se trouve obliger de choisir la plus grande portée. j'espère que c'est clair, sinon je reste à votre entière disposition. Cordiales salutations
  47. 1 point
    Bonsoir Probablement ce document Cordialement Additif 80 aux règles CM66.pdf
  48. 1 point
    salut choisir L sup 2 x H L= distance entre les semelles H= hauteur de la semelle bon courage
  49. 1 point
    Bonjour, Entièrement d'accord avec vous Fatma, néanmoins le RPA présente malheureusement beaucoup de failles. Je vous pose un exemple : La méthode statique équivalente et la méthode dynamique modale spectrale, Il est clair que la méthode spectrale est la méthode la plus correcte, et c'est pour cela que la méthode SE est appliquée sous certaines conditions sans cela elle n'est plus valable car si la structure est irrégulière la méthde SE donne des résultats loins de la réalité. Donc si la structure n'est pas régulière on applique forcément la méthode spectrale. Mais ... le RPA nous OBLIGE à vérifier la condition Vdyn <= 0.8Vst même dans le cas d'une structure irrégulière ce qui est ILLOGIQUE. Autre exemple, le RPA ne tient pas compte de la nature du sol alors que l'alphabet de la DDS dit que pour un sol de faible portance il est préférable de construire une structure rigide et pour un sol dure il est conseillé de faire une structure souple. pour le RPA les formules sont les mêmes pour un sol ferme ou un sol faible, on traite la superstructure comme étant indépendante du sol. Je ne veux pas citer d'autres exemples de contradiction dans le RPA d'ailleurs lorsqu'on s'est rendu compte de toutes ces contradictions on a décidé de le réviser. J'espère qu'il n'y aura pas bcp d'ambiguités Savez vous Fatma que pour un sol de faible portance selon les ouvrages très connus tels que les livres de Davidovici ou les livres d'Alain Pecker, dans le chapitre modélisation le sol devra être modélisé avec la structure si on veut obtenir des résultats proches de la réalité, et que pour les sols dures ou rocheux on peut considérer la structure encastrée au sol. Si on se réfère au CTC ou au CGS, et sans aucune mauvaise intention de ma part je vous dit Fatma que ces deux organismes ont perdu bcp de leurs crédibilité car leurs meilleures compétences sont malheureusement partis monayer leurs talents sous d'autres cieux. Je suis d'accord avec vous que c'est les organismes tuteurs mais coté technique je suis vraiment désolé de le dire les compétences se font rares la bas. Concernant la page 167 du CBA93 et celui du RPA je suis d'accord avec vous pour le calcul des armatures ou la vérification de la stabilité au renversement ou bien la vérification du cisaillement ou le poinçonnement ... mais pour la vérification des contraintes c'est à l'ELS SEULEMENT ça concerne le sol de fondation et non la fondation elle même. Pour votre semelle d'angle c'est logique d'avoir un moment plus important avec un effort moins important, mais pourquoi vérifier la résistance du sol sous combinaisons sismiques qui est un état ultime alors que les contraintes sont calculées en services (semelle angle de 4m logique !! vous m'etonnez). on ne doit pas se limiter à l'application de la réglementation sans chercher à comprendre le sens physique de la chose, on doit nous mêmes chercher à comprendre le sens de chaque réglement sinon on va se confronter avec ce que vous appelez "articles ambigüs" du RPA et c'est pour cela que j'ai eu bcp de mésaventure avec quelques ingénieurs du CTC qui m'ont obligé à travailler avec Vent extreme et Neige extrème dans mes combinaisons d'actions alors que j'ai utilisé RNV99 et non NV65, ou celui qui m'a obligé à faire la vérification de l'effort normal réduit à l'ELU !!!. Je vous remercie par ailleurs Fatma pour le document que vous avez joint, et j'espère bien apprendre comment créer un liens car j'ai une grande bibliothèque très intéressante que je voudrai faire profiter à tout le monde. Aussi je voudrai me joindre à l'avis de Mr Bouktit et je rajoute que même le tassement c'est à nous de faire pas le labo. Les ingénieurs doivent savoir que la contrainte admissible donnée par le labo ne le responsabilise en aucun cas c'est à l'ingénieur de la calculer (s'il nous l'a donne on doit normalement l'a vérifier) et même de choisir le niveau d'ancrage à travers les résultats d'essais ou le type de semelles à adapter. Même chose concernant l'étude, la responsabilité du CTC consiste à l'application de la réglementation en vigueur, et de vérifier si tous les résultats sont conformes aux articles (t.q période propre, déplacement, effort tranchant à la base, effort normal réduit .....) il n'est pas sensé refaire le calcul, le seul responsable de l'étude est l'ingénieur du BET.
  50. 1 point
    bonjour, concernant les éclissages des poutres,il existe deux types;par couvre joints âme et semelles,ou par platines d'about.En général dès que l'on a de la compression,avec peu de moment(encore faut il quantifier cette valeur)on procède par platines d'about,même concept que pour les clés de faîtage des batiments. Si votre barre est sollicitée en traction seule,ou accompagnée d'un moment,il est nécessaire de procéder a un éclissage par couvre joints d'âme,et semelles,et parfois il est recommandé de disposer deus couvre joints par semelle,afin que les boulons travaillent en double cisaillement. Pour le calcul il existe deux méthodes,mais la méthode rigoureuse que l'on applique pas,la raison je ne la connais pas vraiment,c'est le même principe que pour le cisaillement,on considère que l'effort tranchant passe par l'âme,en prenant un diagramme de cisaillement rectangulaire,mais en réalité la répartition est parabolique,et il faut passer par les moments statique,et appliquer la méthode de Collignon) Pour revenir au moment sur un éclissage,pour déterminer le moment sur le semelle,il faut la distribuer au prorata des inerties(âme et semelle),et la méthode que l'on utilise est de dire que l'effort de traction et de compression est la résultante du moment, divisé par le bras de levier,soit H-es,avec H =hauteur du profilé,et es= épaisseur de la semelle) cordialement gérard demeusy
This leaderboard is set to Paris/GMT+01:00

Nos Partenaires

dlubal logo.jpg   cype logo.jpg   logo-partenaire.jpg   CiviSoft

×