Jump to content
CIVILMANIA

abdelkrim3x

Old
  • Content Count

    368
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    13
  • Country

    France

Everything posted by abdelkrim3x

  1. Bonsoir, Je vous conseille de voir le théorème des 3 moments généralisé avec les constantes mécaniques a, b et c. @+
  2. J'utilise la méthode de Meyerhof et pour les armatures j'utilise la MBT ou les moments combiné. Pour les appuis élastique j'utilise dans le cas d'une ISS ou pour les pieux.
  3. Bonjour, tu peux essayer de croisé des poutres effectivement (quid de l'aspect architectural ?) mais le plus rigoureux est que ce soit le charpentier qui fasse c'est poutre au vent pour rapporter les efforts aux éléments contreventement. La partie sismique complexifie encore plus les rapports entre le gros oeuvre et les charpentiers. Ressemant, j'ai eu du mal à faire comprendre à un charpentier que les murs béton ne pouvait pas être auto-stable et qu'il devait les stabiliser en tête (diagramme rigide) afin que je puisse transmettre les efforts sismique de la charpente vers les fondations par l'intermédiaire des voiles.
  4. Vous parlez de la bielle intermédiaire, il suffit d'aller sur le site de EGFBTP il y aura un document de H. Thonier sur le calcul.
  5. Bonjour, Vous pouvez avoir votre réponse dans l'annexe national de l'eurocode 8 partie 1 version 2013. Par contre, je suis pas sur que l'annexe soit en vigueur (pas de mise à jour de l'arrêté). Si non, de souvenir oui pour le DCL en catégorie III et zone 2 et non pour la catégorie IV zone 2 (DCM dans ce cas). @+ http://www.afnor.org/liste-des-actualites/actualites/2013/juillet-2013/nouveau-projet-d-annexe-nationale-de-l-eurocode-8-relative-au-calcul-des-structures-pour-leur-resistance-aux-seismes
  6. Bonsoir,   Voila un document qui résume bien votre problème.   @+  
  7. bonjour,   Ci-dessous le lien pour télécharger le logiciel AcoBri développé par le CTICM pour Arcelor-Mital.   http://sections.arcelormittal.com/fr/centre-de-telechargement/logiciels-de-dimensionnement/ponts.html   @+
  8. bonjour,   La flèche sera de l'orde de 10 mm, toutefois vous devez détaillé la valeur des charges g, g' (cloisonnement, revêtement) et q pour un calcul plus précis.   De plus, votre rapport ELU / ELS n'est pas très cohérent.   @+
  9. bonjour,   Je n'est pas bien compris votre question, néanmoins je pense que vous faites allusion à la portée fictive dans le cas d'un encastrement sur appui de rive.   @+
  10. Bonjour,   Pas besoin de longrine de redressement si tu as une excentricité pas trop importante.   Je te conseil de voir la solution dans le livre de A.Coin " Ossature du bâtiment ". Pour information, cette solution économique est courament appliquée par les entreprises.   @+ et bon courage
  11. bonjour,   Non, c'est une conception par voile.   Merci.
  12. bonjour,   Est-ce dû à l'effort normal sismique ?
  13. Bonjour,   J'ai fais une feuille Excel sur le calcul des voiles de contreventement suivant la NF EN 1998-1 et j'ai comparé mes résultats avec un modèle ARCHE. Je retrouve des valeurs assez cohérente pour les efforts tranchants (de l'ordre de 20 % en plus avec ma feuille ). L'écart que je retrouve est mathématique car cela est dû au fait que je ne prends pas en compte la rigidité longitudinal des voiles pour le calcul de la sismicité transversal. Donc pour moi les valeurs sont à mon sens juste et logique.   Toutefois, le problème réside dans les moments de flexion que m'a transmis l'ingénieur responsable du modèle ARCHE. Je m'explique pour vérifier la cohérence de ma feuille Excel, je suis parti sur son modéle et donc comme je l'ai dis le tranchant est OK mais pas la flexion.   Alors la question que je me pose sur le CAS de charge sismique :   - Est-ce normal d'avoir des valeurs pour un bâtiment de 15,00 m de haut un tranchant de 250 tonnes et un moment de flexion de 800 t.m ?   Ce qui donne une résultante du chargement à environ 3,20 m, alors que généralement la résultante des efforts se trouve entre 66 et 75 % de la hauteur du bâtiment pour le cas de charge sismique seul.   - Est-ce que ARCHE ne donne pas la valeur de DETLA de M, à savoir l'efforts tranchants par la hauteur du niveau considéré ?   Je vous remercie par avance pour vos réponses.
  14. bonjour,   De toute les bielles sur le principe du treillis multiple de  Ritter-Morsch.   @+
  15. Bonjour,   Le décalage correspond au surplus de traction de l'acier tendu causé par les bielles béton qui équilibre l'effort tranchant. La valeur de la NF EN 1992-1-1 est de : z.cot téta / 2 = a ( décalage de la courbe des moments )   @+
  16. bonjour,   Voir le chapitre 4.   http://www.adets.fr/documents-a-telecharger/livre-utilisation-treillis-soudé-sous-eurocodes/   @+
  17. bonjour,   Rien de nouveau par rapport au DTU 23.1 puisque que ce sont les français qui ont insisté pour que la notion de voile non armé soit introduit dans l'EC2.   - ST 10 face extérieur des murs extérieurs ;   - Chainage horizontal et vertical pour les murs intérieurs et extérieurs ;   - Armatures de linteaux et trumeaux pour les ouvertures plus ou moins importante.   Voir A. Coin pour plus d'explication.   @+
  18. bonjour,   La rigidité vertical d'un sol est l'inverse du déplacement : F = K . x   Donc, il faut tout simplement déterminer le tassement du sol. Mais la question que doit se poser l'ingénieur est quelle méthode utiliser pour le calcul du tassement :   - Méthode pressiométrique ;   - Méthode élastique ;   - Méthode oedométrique ;   la géométrie à une incidence très importante sur les résultats en fonction de la méthode utilisée. Pour les semelles de taille conventionnelle, la méthode pressiométrique est la plus adapté, de plus, l'essai pressiométrique à l'avantage de pouvoir donner la portance du sol et d'être utilisé pour le calcul du tassement.   Néanmoins, pour les radiers, la méthode pressiométrique donne des valeurs bien en dessous par rapport au autre méthode ( rapport de 1 à 3 ). Par principe de précaution ou tout simplement pour privilégier le cas le plus défavorable, il faut utiliser la méthode oedométrique si des essais ont été fait préalablement par la géotechnicien . Dans le cas contraire la méthode élastique reste une option mais celle-ci dépend tout de même du coefficient de poisson du sol.   Il y a également la notion de fluage du sol à prendre en compte, et ce ,en fonction des charges dites de courts ou de longs termes.   En d'autre terme, il est impératif d'avoir les données nécessaires pour l'application des méthodes ci-dessus en fonction du mode de fondation retenu par le concepteur et/ou l'ingénieur. Et Ainsi, ne pas utiliser systématiquement la méthode pressiométrique qui n'est pas toujours concervatrice.   PS : Pour la rigité horizontal du sol "Kh", voir les formules de Balley, Schmit ou les abaques de Chadeison.   @+
  19. bonjour,   Les questions généralement sont sur le degré d'hyperstaticité de structures parfois un peu complexe, les treillis ( hyperstatique intérieur ) ou sur les diagrammes d'un portique par la méthode des forces.   @+ et bonne chance car super formation mais une cadence et un niveau très soutenu surtout en RDM et/ou en précontrainte hyperstatique.   PS : En tout cas de souvenir les questions de l'entretien portent uniquement sur la RDM.
  20. bonjour,   C'est quoi le CRT.   Merci.
  21. bonjour,   Classiquement le cas des murs rideaux.   Ou aussi le cas de figure suivant :   Une poutre qui supporte un plancher ou autre, sous cette poutre il y a une cloison mobile. Si la flèche est trop importante cela risque de gêner l'ouverture de la cloison mobile ou dans un autre registre risque d'avoir des nuisances quant à  la performance acoustique de la cloison mobile en position fermée.   @+ et bon courage
×
×
  • Create New...