Jump to content
CIVILMANIA

medeaing

Old
  • Content Count

    258
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    6

medeaing last won the day on April 16 2018

medeaing had the most liked content!

Community Reputation

55

About medeaing

  • Rank
    Expert

Général

  • Pays
    Algerie

Expériences

  • Expérience
    Moins de 10 ans

Recent Profile Visitors

3,814 profile views
  1. Modifié par admin, le 25-12 19h55.
  2. السلام عليكم Mais c’est payant ?!! 59 Euro (6500 DA pour 200 pages) ?!! A mon avis c’est trop chers (au moins pour les ingénieurs algériens qui sont en nombre important dans ce forum) mais cela n’est pas un problème (chacun vend ces œuvres avec le prix qu’il veux) ce qui ma étonné c’est que depuis mon inscription dans ce forum c’est la première fois que je trouve un sujet ou en partage un ouvrage payant ?!! Depuis la création de ce forum on partage (des ouvrages, des formations, des réponses technique,…) gratuitement. Des explications frère MOHAMED (si c’est possible) ?!! سلام
  3. بوركت أخي عبد السلام جزاك الله خيرا سلام
  4. Je pense que les conditions des raideurs (les poutres de plancher ayant au moins la même raideur que le poteau et le traversant de part en part ‘’article B.8.3.3’’) sont largement vérifiées (à NATIAB de confirmer). C’est bizarre qu’un règlement utilise la notion ‘’Éléments principaux - éléments secondaires‘’ alors qu’il n’exige pas cette vérification (compatibilité des déplacements) ?!!. Heureusement que le EC8 vient en sauvetage. En tous cas les RPA l’exige (article 6.1.1) et notre amis NATIAB doit faire cette vérification. Si les moments dus au déplacement engendrés par les forces latérales reste petite (excentrement d´ordre de grandeur de la moitié de la dimension du noyau central de la section du poteau ‘’voir commentaire de l’article B.8.2.10 du BAEL’’), on peut toujours utiliser la méthode simplifiée de l’article B.8.4 du BAEL. Dans le cas contraire, le calcul doit se faire en flexion composée (avec justification des effets de second ordre). Quelque soit la méthode de calcul utilisée, un poteau 15x30 est faisable même en zone sismique.
  5. السلام عليكم ‘’Une poutre de 10m de portée avec des poteaux de 15x30’’ c’est faisable mais à condition que les poteaux 15x30 ne font pas partie du système principale de contreventement. Autrement dit : On doit prévoir un système de contreventement (murs en BA, murs en maçonnerie, triangulation, cadres rigides,…) sur la périphérie de la structure (la ou vous avez des poteaux circulaires pour le sens longitudinale et sur les deux pignons pour le sens transversale) et utiliser les poteaux intérieur (poteaux 15x30) comme éléments secondaires. Pour le reste, il s’agit d’un calcul ordinaire qui ne pose aucun problème : Calcul des charges (vous avez déjà calculez les charges mais je te demande de recalculer la charge permanente, 6.10kN/ml pour des entre-axe de 5m ==> 1.22kN/m² ?!! c’est peut pour un plancher en BA). Calculer les sollicitations (moment fléchissant et effort tranchant pour les poutres et effort normale pour les poteaux) : Pour les poutres : utiliser un modèle plan (élastique linéaire) ou la méthode de caquot (annexe E2 du BAEL), la méthode forfaitaire n’est pas applicable dans votre cas. Pour l’effort normale dans les poteaux, je te conseil vivement d’utilisé la méthode du chapitre B.8.1.1 du BAEL (en admettant la discontinuité avec une majoration de 10%). Vous pouvez aussi utiliser un modèle élastique linéaire (avec prise en compte de la continuité) mais il faut savoir que la précision apporté est illusoire pour les structures en BA. Calculer les armatures longitudinales et transversales pour les poutres (calcul ordinaire d’une section en flexion simple). Mais il faut faire attention à la justification des sections d’appuis (article A.5.1.3 du BAEL). Justification des poteaux : Si on utilise un autre système de contreventement (voir ce que j’ai dit ci-dessus), les poteaux 15x30 seront considérés comme des poteaux réputés travaillant à la compression simple et la méthode (très simple) de l’article B.8.4 du BAEL s’applique. Je précise que pour un poteau de 15cm avec une hauteur de 4.00m (lf= 0.7 x l0 = 2.80m), on aura un élancement de 65 (c’est trop mais ce n’est pas interdit et mieux encor la méthode simplifiée de l’article B.8.4 est applicable). J’ai fait un calcul rapide, l’ordre de grandeur de l’effort normale résistant pour un ferraillage en 6HA12 (Fc28=25MPa , fe=400MPa) est de 270 kN (c’est suffisant si votre descente de charge est juste et s’il s’agit d’un seul niveau, sinon vous pouvez augmenter la section d’acier en 6HA14, 6HA16 ou même 6HA20…). Un poteau 15x30 n’est pas interdit en zone sismique, il faut bien distinguer entre éléments principaux et éléments secondaires. Un poteau 15x30 est interdit s’il fait partie des éléments principaux de contreventement. Les dimensions minimales données dans le chapitre 7.4 du RPA ne concernent que les éléments principaux. Les éléments secondaires sont traités dans le chapitre 7.10 qui ne donne aucune limite pour les coffrages des poteaux. Le chapitre 7.10 nous envoi vers les règles traditionnelles (c'est-à-dire les règles du BAEL). Le BAEL ne donne pas de limite minimale pour les coffrages des poteaux (pour l’EC2 la valeur minimale est de 14cm donc un poteau 15x30 est faisable). Que voulez vous dire par ‘’flamberait automatiquement’’ ? Si les calculs (en respectant les règlements et en tenant compte des effets du flambement) prouvent que le poteau 15x30 passe, ou est le problème ?!! A éviter si le poteau est un élément principal de contreventement. Sinon si le poteau est un élément secondaire ''poutre forte-poteau faible'' ne pose aucun problème. Le problème de notre amis NATIAB est l’une des raisons pour lesquels les codes parasismique on introduit cette notion ‘’élément principale / élément secondaire’’. Pour certain ouvrage (vu les contraintes architecturales) on doit avoir des dimensions réduites pour les poteaux intérieurs (généralement c’est dimension ne permet pas de respecter les dispositions constructifs en zone sismique). Donc l’idée c’était d’utiliser les poteaux intérieurs comme des éléments secondaires qui ne participent pas à la reprise des charges horizontales (la rigidité à la flexion et à l’effort tranchant de ces poteaux sera négligée dans les calculs des contreventements et par conséquence les dispositions constructifs pour les poteaux en zone sismique ne sont pas exigées pour ces éléments). Pour plus de détail sur ce point voir le chapitre 4.12 ‘’ “Primary” V “Secondary Members” for Earthquake Resistance’’ de l’excellent ouvrage de FARDIS ‘’ Seismic Design, Assessment and Retrofitting of Concrete Buildings Based on EN-Eurocode8’’. و العلم عند الله سلام
  6. جزاك الله خيرا أخي نزلي جعلها الله في ميزان حسناتك
  7. essalamo 3alaykom [quoteBJ DS LE bael IL YA DES REGLES CONCERNANT LUTILISATION DES PAQUETS DE BARS DS LE FERRAILLAGE? ]
  8. Essalamo alaykom Le règlement algérien est très clair sur ce point. Le commentaire(3) de l’article 2.1 du DTR BC 2.32 (méthode de sondage et d’essais de sol) stipule clairement que : ‘’Le choix définitif du système de fondations relève de la responsabilité du bureau d’études. Assi il doit pouvoir analyser et exploiter les résultats de l’étude du sol afin d’élaborer un projet de fondation en veillant à la sécurité et à l’économie… ’’ wa el 3ilmo 3inda allah salam
  9. السلام عليكم L’avantage principale de la méthode statique équivalente c’est qu’elle est la seule méthode ‘’élastique linéaire’’ qui à gagner ‘’l’approbation expérimentale’’. L’expérience a montré que la période empirique de la méthode statique équivalente représente une limite inférieur (et par conséquence l’effort tranchant à la base calculé avec cette méthode représente une limite supérieur) de toutes les valeurs des périodes mesurées dans le domaine élastique. L’expérience à aussi prouvé que les structure ‘’régulière’’ dimensionnée avec l’approche statique équivalente ont bien comporté sous chargement sismique. Les codes américains (sources des RPA) considèrent la force sismique de la méthode statique équivalente comme référence et ‘’ cale ’’ la force sismique de la méthode modale spectrale pour qu’elle soit comparable à celle de la méthode statique équivalente. Il faut savoir que cette approche ‘’caler les résultats de l’analyse dynamique par rapport aux résultats de l’analyse statique équivalente’’ n’a aucune base théorique. Cependant, afin de choisir l’ordre de grandeur du chargement dynamique qui répondra aux exigences du règlement, les experts (Wilson, Seismology Committee of Structural Engineers Association of California,..…) ont accepté provisoirement cette approche jusqu'à une méthode plus raisonnable sera adoptée. Questions : Si la méthode statique équivalente représente la méthode de référence alors pourquoi on limite leur utilisation aux structures régulières (et/ou de faible hauteur). Réponse : On ne fait pas confiance à la méthode statique équivalente pour les structures irrégulière (et/ou de grande hauteur) car cette méthode présente les trois inconvénients suivants : 1- Elle ne représente pas l’effet des caractéristiques dynamiques des éléments structuraux sur la répartition verticale de l’effort tranchant total. 2- Elle ne représente pas l’effet des caractéristiques dynamiques des éléments structuraux sur la répartition horizontale de l’effort tranchant de chaque étage. 3- Elle ne représente que forfaitairement les effets locaux des modes supérieurs. Conclusion : 1- pour la méthode statique équivalente : on fait confiance à leur effort tranchant à la base mais pas à leur répartition verticale et horizontale de cet effort tranchant. 2- La méthode modale spectrale représente mieux la répartition verticale et horizontale des forces sismique mais on ne peut pas faire confiance à son effort tranchant à la base. Remarque : Ce point représente l’un des déférences principales entre la philosophie des codes américain et celle de l’EC8. Pour l’EC8 on fait une ‘’confiance totale’’ à la méthode modale spectrale et aucun calage de l’effort tranchant à la base n’est exigé. و العلم عند الله سلام
  10. السلام عليكم تعلم الإنجليزية في أقرب وقت و عليك بالمدرسة الأمريكية فأسلوبها سهل ممتنع و لا تتعلق كثيرا بالكتب الفرنسية لأنها صعبة الأسلوب و قليلة إذا ما قارنتها بالكتب الإنجليزية سلام
  11. ?????? ????? ???? ??? ????????? ???? ? ????? ??? ??? ?????? ???? ?????? ? ???? ?????? ? ?? ??? ???? ?? ??????? ????? ???? ????? ???? ?????? ????? ??? ???? ????? ?? ????? ? ????? ?? ?????? ???? ???? ???? ???? ??? ???? ????
  12. ?????? ????? ????? ????? ????? ????? ? ??????? ?????? ? ?????? ??? ??????? ??? ????? ?????? ? ??? ?????? ???????? ? ??????? ????? ???? ?? ???? ??? ?????? ? ??? ???? ????? ? ???? ??????? ? ??? ??? ????? ? ?? ???? ??? ??? ????? ???? ?? ???? ?? ???? ?? ????? ????????? ?? ????? ?? ????? ???? ??????? ??? ????? ????? ? ???? ???? ?????? ? ???? ?? ???? ??? ???? ?????? ??????? ?? ???? ???????? ?? ?? ??? ?????? ?? ??? ?? ?????? ????? ???? ??? ???????? ????? ??? ?? ?? ??? ?????? ????
  13. ?????? ????? Un grand merci à notre frère Nadjib pour cette précieuse remarque. Je veux seulement ajouter la chose suivante : Dans le cas d’une zone sismique les PS92 (article 4.3.2) autorise les différences de niveau d’assise mais pour des pentes qui n’excédent pas la moitié de celle admissible pour les zones de faible sismicité (c'est-à-dire qu’on zone sismique on doit utiliser la règle des 1/3 à la place de la règle des 2/3). Il s’agit du règlement algérien le DTR-BC 2.331 ‘’REGLES DE CALCUL DES FONDATIONS SUPERFICIELLES’’. L’article 2.52 stipule ce qui suit : ‘’Dans les zones de faible sismicité et pour des constructions de faible importance (maisons individuelles) lorsque le sol d'assise ne peut donner lieu à un glissement d'ensemble, les niveaux des fondations successives doivent être tels qu'une pente maximale de 3 de base pour 2 de hauteur relie les arêtes des semelles les plus voisines. Si cette condition ne peut être satisfaite, des dispositions spéciales doivent être prises pour éviter le desserrage des terrains supérieurs, pour équilibrer les poussées et pour assurer l'évacuation des eaux.’’ ????
×
×
  • Create New...