Jump to content
CIVILMANIA

medeaing

Old
  • Posts

    264
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    14

medeaing last won the day on September 24

medeaing had the most liked content!

Experience

  • Expérience
    Moins de 10 ans

Localisation

  • Pays
    Algerie

Recent Profile Visitors

4,849 profile views

medeaing's Achievements

Community Regular

Community Regular (8/14)

  • Reacting Well Rare
  • First Post
  • Collaborator Rare
  • Conversation Starter
  • Week One Done

Recent Badges

74

Reputation

  1. Ce n’est pas la même analogie des poutres car les moments dans une dalle pour une direction donnée représente l’intégration des contraintes parallèle à cette direction (voir formule ci-dessous extraite du manuel du logiciel SAP2000).
  2. Non pour les dalles ce n’est pas la même convention. Mxx est le moment parallèle à l’axe x (c’est-à-dire autour de l’axe Y) et Myy est le moment parallèle à l’axe y (c’est-à-dire autour de l’axe x).
  3. Bonjours, Je pense que vous utilisez l’article B.8.4.1 du BAEL. Si oui, vous avez raison de ne prendre, dans la détermination forfaitaire de l’effort normale résistant, que les barres d’angle (le commentaire de l’article B.8.4.1 le stipule clairement pour les poteaux carré). Mais cela n’implique pas que le détail du poteau n’est pas correct. Le détail est correct, il faut juste négliger les 4 barres intérieur pour le calcul de la section d’acier utilisée dans la formule de Nu_lim (on ne prend que 4 barres d’angle). Pour votre cas (N=552 kN), même en négligeant carrément l’armature (A=0) on obtient (pour lamda=39 et Fc25=25 Mpa) un effort normale résistant égale à 666 kN. C’est Ok ! (sauf si la résistance caractéristique du béton est inférieur à 25 Mpa) Mais attention y a une condition très importante à vérifier avant d’accepter ce poteau (article A.8.2.1 ) : ‘’le poteau doit être réputé soumis à une compression centrée’’ c’est-à-dire : 1- le poteau ne doit reprendre que les charges gravitaire. Il ne doit pas participer dans le système de contreventement. Le contreventement doit être assuré par un système rigide (voile ou autre système rigide équivalent). 2- Pour les charges gravitaire, les excentricités dues au moment de continuité des poutres doivent rester petites (voir commentaire de l’article A.B.2.1 du BAEL). cordialement.
  4. Assalamo alykom wa rahmato ALLAHI wa barakatoho Cela dépend du règlement utilisé. Selon l’Eurocode 1, il faut d’abord faire une classification des cloisons. On distingue : - -Cloisons mobiles : qui peuvent être déplacées, ajoutées, supprimées ou reconstruites. - -Cloisons fixes : qui ne peuvent être ni déplacées, ni supprimées ni reconstruites… Et on distingue aussi : - -Cloison lourdes : de poids propre > 3 kN/ml de mur. - -Cloison légères : de poids propre <= 3 kN/ml de mur. Selon cette classification on peut avoir, dans un même immeuble, quatre types de cloison : - - Cloisons fixes lourdes ; - - Cloisons fixes légères; - - Cloisons mobile lourdes ; - - Cloisons mobile légères; Pour les trois premiers types on doit tenir compte de l’emplacement et de l’orientation des cloisons (o doit les modélisées comme charges linéaire). Pour le quatrième type, l’EC1 permet, sous réserve que le plancher assure une bonne distribution latérale des charges, de prendre le poids des cloisons comme charges uniformément répartie mais il faut noter dans ce cas que la charge des cloisons est prise comme charge d’exploitation (pas permanant). Il faut aussi noter que la valeur de la charge surfacique n’est pas fixée à 1 kN/m², elle dépond du poids des cloisons (varie de 0.5 à 1.2 kN/m² selon le poids des cloisons). Pour la modélisation dans les logiciels de calcul, on doit définir un cas de charges (traité comme charge permanente) pour les trois premiers types de cloisons et un autre cas de charge (traité comme charge d’exploitation) pour le quatrième type. J’attire aussi votre attention sur le faite qu’une cloison creuse en terre cuite de 10 cm d’épaisseur (soit environ 0.9 kN/m² sans tenir compte du crépissage) pour un étage de 4.00m de hauteur est considérée comme cloison lourde puisque leur poids par mètre linéaire sera de 0.9*4=3.6 kN/ml > 3. Donc il ne faut pas généraliser, il faut traiter cas par cas en fonction du type de cloison (matériau), l’épaisseur et la hauteur d’étage. و العلم عند الله تعالى Assalam
  5. Assalamo alaykom wa rahmato ALLAHI wa barakatoho Sauf erreur de ma part, un signe (-) doit indiquer un effort de compression ?! (C’est la convention pour le SAP2000. Pour le robot je ne suis pas sure, je n’ai pas utilisé depuis plus de dix ans). Si vous avez utilisé le même modèle (celui avec des appuis inclinés glissant) vous devez avoir un effort de compression dans la ceinture (pas de traction). Je vous présente les résultats du SAP2000 (remarquez bien la couleur rouge et le signe négatif ‘’compression’’): Pour moi ce résultat est très logique ! Pour un angle phi < 51 deg (ce qui correspond à votre cas) le Nteta est négatif (compression) dans toutes les zones de la coupole y compris le bord inférieur (adjacent à la ceinture). Pour assurer la compatibilité des déformations la ceinture doit aussi être en compression. La ceinture dans ce cas ne présente qu’un raidisseur qui soulage (‘’légèrement ou énormément’’ cela dépend de sa rigidité axiale) la bande inférieur de la coupole. Dans votre cas ( phi < 51 deg ) si on peut réaliser ‘’l’appui incliné glissant’’ on peut se dispenser de la ceinture (à condition, bien sûr, que la contrainte de compression soit inférieur à la limite règlementaire. Ce qui est, généralement, largement vérifiée). Retournant maintenant à l’effort de 224.64 kN (‘’positif’’ car ‘’traction’’) que je suppose que vous avez obtenu en appliquant la formule suivante : T=p*R*R*cos(phi)*sin(phi)/(1+cos(phi). Il est très important de noter que cette formule découle aussi de la ‘’théorie de membrane’’ mais en supposant, cette fois, un appui glissant vertical (pas incliné). La réaction est décomposée en composante verticale reprise par l’appui vertical (voile par exemple) et une composante horizontale reprise par la ceinture. Pour retrouver cet effort de traction dans un modèle élément finis vous devez réassigner un appui vertical. Je vous partage ce que j’ai trouvé avec SAP2000 (remarquez bien la couleur bleu et le signe positif ‘’traction’’) : Les formules que vous avez utilisé (dont la référence est l’ouvrage ‘’traité béton armé’’ de Guerrin), sont basées sur la théorie de membrane en supposant la continuité (réaction tangente à la surface) pour calcul de Nphi et Nteta et la discontinuité (appuis glissant verticale) pour le calcul de l’effort de traction dans la ceinture. Pour phi < 51 deg, cette méthodologie conduit à une incompatibilité des déformations au niveau du bord inférieur de la coupole (compression pour les fibres de la coupole contre une traction dans la ceinture). Et c’est pour cette raison qu’il est reconnu qu à l’exception du cas ou les appuis sont inclinée, la théorie de membrane n’est valide que dans les zones éloignées des bords. Au voisinage des bords, des corrections (prise en compte de la flexion) sont nécessaires. و العلم عند الله تعالى Assalam
  6. Assalamo alykom wa rahmato allah wa barakatoho Les formules de Nphi et Nteta que vous avez présenté se découlent de ‘’la théorie de membrane’’ dont le principe fondamentale est ‘’le transfert des charges extérieur se produit sans aucun développement de moment fléchissant sur toute la surface de la coque’’. Les résultats de cette théorie ne peuvent être valables que sous certaines conditions. Je site les plus importantes : 1 1- La coque doit être très flexible en flexion (coque mince) relativement à sa rigidité membranaire ; 2 2- Les bords de la coque (les appuis) ne doivent pas engendrés des efforts tranchants ou des moments fléchissant c’est-à-dire ‘’ les réactions d’appuis doivent demeurer tangente à la surface de la coque’’. Pour certain forme de coque (les coupoles sphérique par exemple) la première condition n’est pas très importante car, vue la forme sphérique, l’état de contrainte membranaire (moment nulle ou négligeable) se développe même si la coque est épaisse. Par contre si la deuxième condition est violée, des moments et des efforts tranchant (hors plan) se développent et par conséquence les efforts (Nphi et Nteta) qui découlent de ‘’la théorie de membrane‘’ seront perturbés. Pour essayer de se rapproché aux résultats du calcul manuel ‘’la théorie de membrane’’ je vous propose d’assigner des appuis incliné (teta = 22.62deg) aux lieux des appuis verticales que vous avez utilisés (fixer seulement la direction parallèle à la surface de la coupole et libérer toutes les autres degrés de liberté). En attendant les résultats de Robot, je vous présente ce que j’ai trouvé avec le SAP2000. و العلم عند الله Assalam
  7. Modifié par admin, le 25-12 19h55.
  8. السلام عليكم Mais c’est payant ?!! 59 Euro (6500 DA pour 200 pages) ?!! A mon avis c’est trop chers (au moins pour les ingénieurs algériens qui sont en nombre important dans ce forum) mais cela n’est pas un problème (chacun vend ces œuvres avec le prix qu’il veux) ce qui ma étonné c’est que depuis mon inscription dans ce forum c’est la première fois que je trouve un sujet ou en partage un ouvrage payant ?!! Depuis la création de ce forum on partage (des ouvrages, des formations, des réponses technique,…) gratuitement. Des explications frère MOHAMED (si c’est possible) ?!! سلام
  9. بوركت أخي عبد السلام جزاك الله خيرا سلام
  10. Je pense que les conditions des raideurs (les poutres de plancher ayant au moins la même raideur que le poteau et le traversant de part en part ‘’article B.8.3.3’’) sont largement vérifiées (à NATIAB de confirmer). C’est bizarre qu’un règlement utilise la notion ‘’Éléments principaux - éléments secondaires‘’ alors qu’il n’exige pas cette vérification (compatibilité des déplacements) ?!!. Heureusement que le EC8 vient en sauvetage. En tous cas les RPA l’exige (article 6.1.1) et notre amis NATIAB doit faire cette vérification. Si les moments dus au déplacement engendrés par les forces latérales reste petite (excentrement d´ordre de grandeur de la moitié de la dimension du noyau central de la section du poteau ‘’voir commentaire de l’article B.8.2.10 du BAEL’’), on peut toujours utiliser la méthode simplifiée de l’article B.8.4 du BAEL. Dans le cas contraire, le calcul doit se faire en flexion composée (avec justification des effets de second ordre). Quelque soit la méthode de calcul utilisée, un poteau 15x30 est faisable même en zone sismique.
  11. السلام عليكم ‘’Une poutre de 10m de portée avec des poteaux de 15x30’’ c’est faisable mais à condition que les poteaux 15x30 ne font pas partie du système principale de contreventement. Autrement dit : On doit prévoir un système de contreventement (murs en BA, murs en maçonnerie, triangulation, cadres rigides,…) sur la périphérie de la structure (la ou vous avez des poteaux circulaires pour le sens longitudinale et sur les deux pignons pour le sens transversale) et utiliser les poteaux intérieur (poteaux 15x30) comme éléments secondaires. Pour le reste, il s’agit d’un calcul ordinaire qui ne pose aucun problème : Calcul des charges (vous avez déjà calculez les charges mais je te demande de recalculer la charge permanente, 6.10kN/ml pour des entre-axe de 5m ==> 1.22kN/m² ?!! c’est peut pour un plancher en BA). Calculer les sollicitations (moment fléchissant et effort tranchant pour les poutres et effort normale pour les poteaux) : Pour les poutres : utiliser un modèle plan (élastique linéaire) ou la méthode de caquot (annexe E2 du BAEL), la méthode forfaitaire n’est pas applicable dans votre cas. Pour l’effort normale dans les poteaux, je te conseil vivement d’utilisé la méthode du chapitre B.8.1.1 du BAEL (en admettant la discontinuité avec une majoration de 10%). Vous pouvez aussi utiliser un modèle élastique linéaire (avec prise en compte de la continuité) mais il faut savoir que la précision apporté est illusoire pour les structures en BA. Calculer les armatures longitudinales et transversales pour les poutres (calcul ordinaire d’une section en flexion simple). Mais il faut faire attention à la justification des sections d’appuis (article A.5.1.3 du BAEL). Justification des poteaux : Si on utilise un autre système de contreventement (voir ce que j’ai dit ci-dessus), les poteaux 15x30 seront considérés comme des poteaux réputés travaillant à la compression simple et la méthode (très simple) de l’article B.8.4 du BAEL s’applique. Je précise que pour un poteau de 15cm avec une hauteur de 4.00m (lf= 0.7 x l0 = 2.80m), on aura un élancement de 65 (c’est trop mais ce n’est pas interdit et mieux encor la méthode simplifiée de l’article B.8.4 est applicable). J’ai fait un calcul rapide, l’ordre de grandeur de l’effort normale résistant pour un ferraillage en 6HA12 (Fc28=25MPa , fe=400MPa) est de 270 kN (c’est suffisant si votre descente de charge est juste et s’il s’agit d’un seul niveau, sinon vous pouvez augmenter la section d’acier en 6HA14, 6HA16 ou même 6HA20…). Un poteau 15x30 n’est pas interdit en zone sismique, il faut bien distinguer entre éléments principaux et éléments secondaires. Un poteau 15x30 est interdit s’il fait partie des éléments principaux de contreventement. Les dimensions minimales données dans le chapitre 7.4 du RPA ne concernent que les éléments principaux. Les éléments secondaires sont traités dans le chapitre 7.10 qui ne donne aucune limite pour les coffrages des poteaux. Le chapitre 7.10 nous envoi vers les règles traditionnelles (c'est-à-dire les règles du BAEL). Le BAEL ne donne pas de limite minimale pour les coffrages des poteaux (pour l’EC2 la valeur minimale est de 14cm donc un poteau 15x30 est faisable). Que voulez vous dire par ‘’flamberait automatiquement’’ ? Si les calculs (en respectant les règlements et en tenant compte des effets du flambement) prouvent que le poteau 15x30 passe, ou est le problème ?!! A éviter si le poteau est un élément principal de contreventement. Sinon si le poteau est un élément secondaire ''poutre forte-poteau faible'' ne pose aucun problème. Le problème de notre amis NATIAB est l’une des raisons pour lesquels les codes parasismique on introduit cette notion ‘’élément principale / élément secondaire’’. Pour certain ouvrage (vu les contraintes architecturales) on doit avoir des dimensions réduites pour les poteaux intérieurs (généralement c’est dimension ne permet pas de respecter les dispositions constructifs en zone sismique). Donc l’idée c’était d’utiliser les poteaux intérieurs comme des éléments secondaires qui ne participent pas à la reprise des charges horizontales (la rigidité à la flexion et à l’effort tranchant de ces poteaux sera négligée dans les calculs des contreventements et par conséquence les dispositions constructifs pour les poteaux en zone sismique ne sont pas exigées pour ces éléments). Pour plus de détail sur ce point voir le chapitre 4.12 ‘’ “Primary” V “Secondary Members” for Earthquake Resistance’’ de l’excellent ouvrage de FARDIS ‘’ Seismic Design, Assessment and Retrofitting of Concrete Buildings Based on EN-Eurocode8’’. و العلم عند الله سلام
  12. جزاك الله خيرا أخي نزلي جعلها الله في ميزان حسناتك
  13. essalamo 3alaykom [quoteBJ DS LE bael IL YA DES REGLES CONCERNANT LUTILISATION DES PAQUETS DE BARS DS LE FERRAILLAGE? ]
  14. Essalamo alaykom Le règlement algérien est très clair sur ce point. Le commentaire(3) de l’article 2.1 du DTR BC 2.32 (méthode de sondage et d’essais de sol) stipule clairement que : ‘’Le choix définitif du système de fondations relève de la responsabilité du bureau d’études. Assi il doit pouvoir analyser et exploiter les résultats de l’étude du sol afin d’élaborer un projet de fondation en veillant à la sécurité et à l’économie… ’’ wa el 3ilmo 3inda allah salam
×
×
  • Create New...