Jump to content
CIVILMANIA

schiboub

Inactifs
  • Content Count

    120
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    Côte d’Ivoire

Community Reputation

5

About schiboub

  • Rank
    Expert

Formation

  • Formation
    Ingénieur de conception des travaux publics
  • Etablissement
    INPHB - ESTP

Profil professionnel

  • Fonction
    Ingénieur Expert Routier S&E
  • Expérience
    Confirmé
  • Mes logiciels
    Covadis, Autopiste, civil3d, Robot, Bridge, office,

Localisation

  • Pays
    Cote d'Ivoire
  • Ville
    Abidjan

Recent Profile Visitors

1,440 profile views
  1. la qualité de la présentation va de mieux en mieux.
  2. voir le livre intitulé " Traité de béton armé" d'Alain Guerrin. c'est un document très pratique pour ce que tu demandes.
  3. tu peux t'inspirer du document "traité de béton armé Tome 6" d'Alain Guerrin qui traite de façon détaillée les problèmes de réservoirs enterrés ou surélevés. il s'agit dans ton cas de calculer comme un réservoir rectangulaire enterré en considérant la poussée des terres à l'extérieur d'une part et la poussée du contenu sur la parois quand celle ci est défavorable. tu peux même faire une modélisation dans robot.
  4. la charge apportée par la chaussée, peut être considérée comme une charge permanente. par contre la surcharge A(L) et les charges roulantes dans ton cas peuvent s’avérer être déterminante notamment les surcharges bc ou bt (voir fasc 61 titre II). alors si ce n'est déjà fait il faut en tenir compte. il ne faut pas aussi oublier les surcharges sur le remblais contigu qui au moins égale à 1 t/m2. en plus vu l'épaisseur assez faible de la chaussée sur ta dalle. je te conseillerais de modéliser les charges roulantes en ponctuelle.
  5. merci pour le partage mais il manque le mot de passe svp.
  6. Quoiqu'il existe de nombreuses méthodes de dimensionnement de chaussée (CBR, AAsho, TRRL,...) la méthode rationnelle française alizé basé sur le modèle de Burmister est la base de la plupart des méthodes utilisées dans les pays tropicaux et en Afrique. Chez ns en Cöte d'ivoire ns avons la méthode LBTP mais finalement la différence réside dans les caractéristiques des matériaux utilisés.
  7. tout d'abord je tiens à vous remercier pour avoir partager de cette note de calcul qui expose assez brillamment le calcul manuel de ce type d'ouvrage. je l'ai consulter et il faut le dire, c'est un document très édifiant. mais j'ai quelques difficultés à appréhender la méthode de calcul de la réaction du sol sur le radier sous l'effet les différents cas de surchages roulantes. Ainsi quelles sont les hypothèses qui permettent d'obtenir les réactions du sol dans cette note de calcul? merci de m'éclairer.
  8. Des ouvrages tels que les passages de buses ne sont pas faits pr supporter des charges roulantes directes, elles supportent en gle leur propes poids et le poids du remblais technique alors dans leur exécution (buses) on veille à mettre une hauteur suffisantes de remblais pr éviter des décordres structurels et fonctionnels. Pour ce qui est des ouvrages comme les dalots, on affecte les mêmes coef dynamique comme ds le cas des ponts courants et pr cela je te dirige vers les documents suivants: fasc 61 titre II, projets de constructions de ponts de Calgaro. cela dit lorsqu'il existe des remblais plus ou moins important sur le dalot l'estimations des charges roulantes doit tenir compte de la diffusion à travers le remblais.
  9. bonjour à tous, j'ai un vrai problème avec le calcul des dalots avec le logiciel robot par son module plaque et coque: d'abord s'il est vrai que ce logiciel permet de modéliser parfaitement les Dalots et les charges statiques, j'ai quelques doutes en ce qui concerne les charges roulantes dans le module plaques et coques de robot. ma première préoccupation est comment prendre en compte la diffusion des charges et surcharges à travers le remblai? ensuite si on considère que la prise en compte des surcharges bt ou bc... est selon les disposition du fascicule 61 titre II est-e qu'il est juste de modéliser l'ouvrage dans le module plaque et coque? je m'explique en gle ave le fasc 61 on considère 1ml de la structure et on applique les surcharges sur sa génératrice moyenne ainsi on se retrouve ds le cas d'une structure filaire. après détermination des sollicitations longitudinales on détermine les sollicitations transversales on appliquant les coef de répartitions. ainsi la question que je me pose est que si on modélise le dalot ds le module plaque et coque de robot alors comment le logiciel fait -il le calcul des sollicitations ds le sens transversal? désolé d'avoir été si long et merci d'avance pour vos éclaircissements?
  10. merci pour ces éclaircissements .
  11. ta question est plutot imprécise, de ma petite expérience de l'utilisation de ce logiciel, j'ai découvert qu'il permet de faire des modélisations de structure, de calculer les réactions et les efforts dans les structures, il permet aussi de déterminer les sections d'aciers dans le béton et de déterminer les sections de profilés dans les structures métalliques suivant divers normes (il n" y a pas le BAEL mais l'eurocode 2 oui). mais ces plans de férraillage sont imprécis donc si ta question concerne les plans alors ça ne sera pas évident de ferrailler directement des voiles avec ETABS. Que quelqu'un me corrige si je me trompe....
  12. Dalots ou buses? c'est souvent à certains debits (faible en générale) plus un problème de facilité d'exécution ce qui induit donc le coût de l'ouvrage à mettre en place. il s'agit donc de leur faire les deux propositions tout en leur exposant l'impact financier de chacun des ouvrages. mais techniquement parlant, ton problème soulève une question: quelle est la hauteur du remblais à mettre sur tes ouvrages quand ta ligne rouge est calé?, si c'est un passage de buse que tu choisis alors cette hauteur doit être supérieure ou égale au demi diamètre de la buse mais si cè un dalot en générale ça ne pose pas de pb.
  13. schiboub

    Palplanches

    Merci beaucoup.
×
×
  • Create New...