Jump to content
CIVILMANIA

etienne94

Old
  • Content Count

    22
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

etienne94 last won the day on August 31

etienne94 had the most liked content!

Community Reputation

7

4 Followers

About etienne94

  • Rank
    Membre occasionnel

Experience

  • Fonction
    Ingénieur Génie Civil
  • Expérience
    Confirmé
  • Mes logiciels
    ADVANCE DESIGN ARCHE OSSATURE

Formation

  • Formation
    Ingénieur Génie Civil
  • Etablissement
    ENTPE

Localisation

  • Pays
    France

Contact

  • email
    etienne.sinegre@edeis.com

Recent Profile Visitors

431 profile views
  1. Bonsoir, Je vous remercie pour l'aide apportée. Je vous tiendrais au courant de l'issue du projet. Bonne continuation. E
  2. Bonsoir, Merci pour vos réponses. @FRIDJALI: la modélisation visait à chercher une solution alternative à celle d'une poutre de reprise. . Comme la section de la poutre m'était étrangère (120x120) j'ai essayé de regarder avec une dalle ou un réseau de poutres croisées. En fait je pense que cette question s'est déjà posée sur d'autres bâtiments et que des solutions ont déjà proposées. Mais lesquelles ? Nota : Je n'ai pas rentré des valeurs de 600 tonnes en action mais 600 kN. (plus raisonnable). Je vous rejoins sur les fondations (6000 kN + 2000)/2 kN avec un sol à 0.6 Mpa, ce
  3. Bonsoir, C'est intéressant ce coefficient m, est ce que tu peux contextualiser ? Comment tu en as eu connaissance ? Textes, réglements ? Merci pour ton retour. Cdt. E
  4. Bonsoir, Ton radier est en flexion, une flexion supérieure au poids propre du radier et aux charges qu'il reprend. Ce qui est très curieux. Normalement, même si la flexion est prédominante, tu devrais avoir à minima un diagramme bitriangulaire symétrique. Ce qui n'est pas le cas. Donc cela veut dire que les charges verticales descendantes sont inférieures à des charges verticales ascendantes. Classiquement, les charges verticales ascendantes proviennent de la remontée des nappes. Donc si tu en as, cela veut dire qu'il faut lester ton radier (gros béton sous radier + chevelus
  5. Bonsoir, Avant de répondre à votre question, j'aurais besoin de quelques précisions : Aciers de coutures : vous parlez des aciers (perpendiculaire / au sens de la poutre) pour liaisonner la dalle à la poutre. On a donc des poutres en T (poutre préfa avec réalisation du plancher coulé en place). C'est cela ? Vis à vis du BC, l'indication grecques fait penser aux aciers dans une prédalle pour empêcher le glissement entre les prédalles. Est ce que vous pouvez confirmer ce dont le BC parle ? Est ce que vous pouvez indiquer les § de l'EC2 qui parlent de la nécessité des acie
  6. Bonsoir, Au vu des photos que vous avez transmises, on a l'impression que les poutres sont en très mauvais état contrairement aux premières photos. Est ce que vous pouvez nous expliquer ce point ? Merci. E
  7. Bonsoir à tous, Dans le cadre d'un avant projet, nous étudions la reprise d'un poteau chargé de 600 Tonnes. Cette charge pour le moins importante est la conséquence logique de la structure suivante : 6 étage avec structure poteau poutre, grande portée des poutres, dalle de 30 cm en BA Le poteau du RDC qui supporte 600 tonnes provenant des étages supérieurs ne plombe pas avec le poteau du sous sol. Il doit être repris par une poutre au milieu de sa travée. -> Pour respecter la hauteur sous plafond imposé par l'archi on arrive à une poutre de 120x120 cm². N'étant
  8. Bonjour Je pense que si on s'oriente sur des fissures ar ressuage du béton, il faut regarder les poutres sur toutes les coutures. Dans la littérature, le ressuage est rarement localisé, on devrait donc voir des fissures suivant les armatures sur plusieurs points de la poutres. SI la fissure provient du retrait par dessiccation, il faut regarder le longueur de la poutre. Si cette dernière est très longue (40m) , on peut imaginer une fissure nette en milieu de travée. Cdt.
  9. Bonjour, Je trouve curieux de ne pas mettre de garde au gel en particulier pour des ouvrages sensibles comme les grues avec des conditions de gel. Par contre, si le risque gel n'est pas avéré ou qu'on réalise un dispositif drainant qui évite la stagnation de l'eau sous la fondation, on peut ne pas se préoccuper du gel. Pour le schéma, il est en PJ. L'ancrage des fondations dans 100 cm de bon sol requis par le géotechnicien est à clarifier. Il faudrait lui poser la question sur la valeur des 100 cm et ce qui justifie ce choix. Cordialement. Civilmania_fondat
  10. Bonjour, J'ai un doute sur le diagnostic des fissures. Sur les photos, il me semble que les fissures sont sur toute la hauteur de la poutre. Or le sous dimensionnement des armatures en travée devrait générer une fissure seulement dans la partie inférieure de la poutre, car la partie supérieure est comprimée. Est ce que quelqu'un a une réponse à apporter ? Merci. Cdt.
  11. Bonjour Pour le hors gel, ce qu 'il faut avoir en tête, c'est le phénomène physique, lorsque la température dans l'air passe en dessous de 0°C, l'eau contenue dans le sol peut geler, le sol gonfle et pousse sur la fondation : on observe une augmentation de la capacité portante du sol. Lors du dégel, c'est l'inverse, le sol réduit en volume et la fondation s'affaisse. Donc même dans un désert, je me poserais la question : ce qui élimine la profondeur hors gel, c'est quand on est sûr qu'il n'y a pas de circulation d'eau dans le sol (nappe) et qu'on a placé la fondation à l'abri des eaux de
  12. Bonjour, Pour répondre au mieux, il faudrait une vue en plan de la structure avec la géométrie et les distances. Par exemple, je ne peux pas vérifier les longueurs de flambement. Si vous avez modélisé vos éléments avec des barres, vous n'aurez que des efforts normaux, pas de flexion, pas d'effort tranchant, pas de torsion. Votre remarque sur le fait que les efforts de flexion sont faibles est curieuse car avec des barres, le moment devrait être nul (ce qui n'est pas le cas d'après vos résultats). Si on veut vérifier que la flexion sera faible dans son treillis, on modélise avec des
  13. Bonjour 10 cm d'ancrage dans le sol ce n'est pas raisonnable, à fortiori si le géotechnicien a demandé un ancrage de 100 cm. Les fondations superficielles sont souvent ancrées dans 30-50 cm dans la couche de sol identifiée par le géotechnicien. Il y a une notion selon le pays qui est la profondeur hors gel, à paris par exemple, on respecte 60 cm entre la cote terrain à l'extérieur du bâtiment et l'arase inférieure de la fondation. Autre chose : une longrine travaille comme une poutre dans le cas de report des charges verticales au sol ou comme un tirant/ buton dans le ca
  14. Bonjour, Je souscris à ce qu'a indiqué Fridjali. Il faut repérer le trou sous le dallage et le remplir de béton. Normalement c'est le géotechnicien qui prescrit les modalités du remplissage du trou. Et bien sûr identifier les causes (confirmer puisard) et régler le problème. Cdt.
  15. Bonjour Avec cette forme en U, tu vas avoir une longueur importante de dilatation. Mesure la grande diagonale et compare la au maximum autorisé. Si ta diagonale est plus grande, alors tu dois prendre en compte le retrait dans tes calculs ou insérer un joint de dilatation. Sinon, je ne vois pas de vérifications particulières (puisque tu es hors séisme). Cdt.
×
×
  • Create New...