Jump to content
CIVILMANIA

abdenour

Algeria
  • Content Count

    106
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    10
  • Country

    Algeria

abdenour last won the day on June 29

abdenour had the most liked content!

Community Reputation

90

About abdenour

  • Rank
    Expert

Experience

  • Fonction
    Directeur technique
  • Expérience
    Expert
  • Mes logiciels
    Sap2000 - Autocad - Primavera
  • Mes références
    +20 ans d'expérience, j'ai travaillé à l'ANBT - LCTE - BET BALIBAT - CEVITAL - ETPB BASTA - BET OUADA - PMS
    J'ai travaillé en tant que ingénieur chargé de l'étude des structures, ingénieur de suivi, chef de projet, directeur technique

Formation

  • Formation
    Ingénieur d'état en génie civil
  • Etablissement
    USTHB

Localisation

  • Pays
    Algerie
  • Ville
    Alger

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Je rejoint Braden, l'ouvrage de monsieur Dahmani Lahlou est plus que complet, facile à comprendre et très pratique.
  2. Bonjour tout le monde Juste pour info, les poteaux courts ne sont pas forcément des poteaux ne dépassant pas 1m20, mais ils sont définit par le RPA dans l'article 7.4.3.2 : sollicitations tangentes. "Il y a lieu de noter que cette partie de poteau de hauteur h considérée comme poteau court si λg < 5"
  3. On a une console de 1m c'est très minime, il n'y a pas de risque de flèche importante, quand on dépasse les 1m50 c'est là ou on doit faire attention en incluant la composante verticale du séisme. de toute façon je préfère cette disposition de poutrelle car tu utilises une seule poutrelle au lieu de plusieurs "mini poutrelles" de 75cm chacune !!!.
  4. Bonjour tout le monde Il n'y a aucun règlement qui nous oblige à adopter une dalle pleine, sauf que les portes-à-faux sont en général conçus pour les balcons don't la surcharge d'exploitation est importante pour cette raison on choisit la dalle pleine qui présente une meilleure résistance. Concernant le contre poids, on n'est pas obligé de le réaliser sauf si la console liée à une poutre secondaire est très importante avec des charges importantes engendrant un moment de torsion important dans cette poutre secondaire dans ce cas là on doit la vérifier vis à vis de la torsion, par expérience jusqu'à 1m50 de porte-à-faux (Longueur exigée par le RPA pour ne pas justifier l'effort ascendant) l'effet de torsion dans la poutre est minime, et ne nécessite pas un calcul.
  5. Bonjour Ne vous compliquez pas l'existence, un libage ou une poutre de rigidité est la même chose que la poutre dans un plancher dalle pleine renversé. Beaucoup d’étudiants me posent la question : Pourquoi met-on des nervures ou bien quand est-ce on adopte un radier plein ou un radier nervuré ? ....... selon les différents ouvrages de béton armé on est sortis avec la conclusion suivante : si nous avons des longueurs entre points d'appuis (entre deux poteaux par exemple) qui sont importantes la partie entre ces deux points aura une flèche importante et par conséquent on doit avoir une hauteur importante de la semelle filante ou du radier pour qu'ils soient rigides, ce qui engendre un poids important de notre fondation, et les contraintes du sol seront peut être dépassées Pour éviter ce cas de figure on peut adopter la solution du radier nervuré ou la semelle nervurée, on aura dans ce cas une fondation constituée d'une table et d'un libage, la table n'aura pas cette hauteur importante comme c'est le cas d'un radier plein, la nervure subira tous les efforts de la superstructure et sera ferraillée en conséquence, la table aura dans ce cas un seul rôle : la transmission et la répartition des efforts sur le sol Dans mes anciens sujets dans ce forum, j'ai exposé les méthodes de dimensionnement de chaque type de ces fondations.
  6. Merci pour le partage, c'est le même article avec le même n° de chapitre que le CBA93
  7. Tu peux normalement le trouver dans la partie planchers et poutres, dans le réglement Algerien CBA 93 il est dans le chapitre B6.8.4.2.4 page 138
  8. Bonsoir tout le monde Je pense que toute l'étude est remise en cause, il faudra impérativement reprendre tous les calculs avec un nouveau modèle car les nouveaux résultats seront totalement différents des résultats initiaux, pour les raisons suivantes : le lieu de culte devra certainement avoir une surcharge d'exploitation supérieure à celle destinée pour un usage d'habitation, donc le poids du diaphragme plus important, l'effort tranchant à la base augmenteras par conséquence, les poteaux et les fondations auront alors des efforts plus importants de même les poutres de ce plancher auront un ferraillage plus important les poutres de 15m de portée auront des dimensions très importantes (environs 1m de retombée, ce qui constitue un écart très important entre la rigidité de la poutre et celle du poteau; ce rapport de rigidité augmentera sensiblement la possibilité d'avoir la rotule plastique dans les poteaux ce qui est inadmissible la grande portée de la poutre engendrera un moment très grand dans les poteaux d'où un effort normal réduit très important ce qui nous emmène à augmenter la section des poteaux les efforts ramenés à la base au niveau des poteaux supportant la poutre de 15m seront très grands ce qui nécessite des fondations aussi importante pour pouvoir reprendre ces efforts En conclusion : s'agissant de modifications importantes dans la structure, on est obligatoirement contraint de refaire une nouvelle étude pour pouvoir assurer une meilleure sécurité à la structure.
  9. Bonjour monsieur Keraz Je trouve innovatrice votre idée, j'aimerai bien comprendre le sens. Est-ce que le calcul dynamique avec un spectre de réponse nous dispense de faire la vérification T1er mode ≤ 1.30 Tfond ? Moi je pense qu'il est indispensable d'effectuer cette vérification car elle nous permettra de savoir si notre structure est souple ou rigide. avec un seuil de souplesse qu'on ne doit pas dépasser, ce seuil est définit par une période fondamentale qui par définition est la période à ne pas dépasser. De plus dans le RPA article 4.2.4 il est mentionné que les valeurs de T calculées par les formules de Rayleigh ou des méthodes numériques ne doivent pas dépasser celles estimées à partir des formules empiriques ( T=CT.hN3/4 par exemple) appropriées de 30% Veuillez bien monsieur nous éclaircir votre idée Merci
  10. Mais non !! c'est du français pas du chinois SVP faites un effort en lisant bien le règlement. Je reprends : Outre les vérifications prescrites par le CBA c'est à dire à l'ELU et à l'ELS (vérification du flambement, des contraintes etc...) ça c'est le CBA, donc outre ces vérifications cela veut dire en dehors de ces vérifications ou bien en plus de ces vérifications et en cas de séisme l'effort normal engendré par la combinaison sismique peut faire écraser le béton pendant le seisme , la on doit faire cette vérification. Le RPA est très clair, dans le but d'éviter ou limiter le risque de rupture fragile sous sollicitations d'ensemble dues au séisme alors je ne voit pas pourquoi vous voulez faire cette vérification à l'ELU ? Remarque : vous ne pouvez pas avoir l'effort normal du au séisme plus grand que celui à l'ELU car à l'ELU G et Q sont majorés de 1.35 et 1.5 respect. alors en Sacc c'est G et Q sont précédés par 1
  11. Cette remarque est très utile car elle concerne la vérification de l'effort normal réduit, pour t'expliquer cela on va étape par étape : Lors du pré-dimensionnement du poteau ce dernier est dimensionné en compression centrée à l'ELU en situation durable et transitoire; donc il est soumis uniquement aux charges verticales donc l'effort normal P à l'ELU.mais en réalité les poteaux sont soumis à la flexion composée dans le cas ou la situation est accidentelle (cas du séisme) ce qui veut dire qu'il seront soumis à un effort normal P et un moment fléchissant M sous la combinaison sismique la plus défavorablePuisque le pré-dimensionnement se fait à l'ELU, donc le poteau passe à l'ELU mais on ne sait pas encore si sous l'effort du au séisme il passera (possible qu'il y aura écrasement et rupture du béton) dans ce cas tu devras vérifier l'effort normal réduit selon l'article du RPA 7.4.3.1 sous les combinaisons sismiques seulement
  12. Pour éviter le joint il faut procéder au calcul thermique, pour les éléments exposés à la température soit en façade ou bien en terrasse, avec les combinaisons d'action : ELU : 1.35G+1.5Q+0.8T ............... CBA93 ELS : G+Q+0.6T ........................... CBA93 (Seulement en FP ou FTP mais pas en FPN) En effet les éléments exposés à la température élevée se dilatent ce qui engendre un effort interne de traction que l'on rajoute au efforts déja existant ce qui augmente le ferraillage. Dans le cas de la température basse les corps se compriment ce qui se traduit par un effort de compression interne supplémentaire 
×
×
  • Create New...