Jump to content
CIVILMANIA

gui37

Membres
  • Content Count

    25
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2
  • Country

    France

gui37 last won the day on June 17 2013

gui37 had the most liked content!

Community Reputation

16

2 Followers

About gui37

  • Rank
    Membre occasionnel

Experience

  • Fonction
    Ingénieur calculs, CHEM2006-2007
  • Expérience
    Confirmé
  • Mes logiciels
    Robot
  • Mes références
    Projet CB31 : structure Rehausse Tour AXA
    Nouveau Centre archives Nationales Pierrefittre sur Seine

Formation

  • Formation
    Ingénieur mécanicien + CHEM
  • Etablissement
    Mines de Douai et CHEC

Localisation

  • Pays
    France
  • Ville
    POUILLON

Contact

  • email
    guillaume.colleit@orange.fr
  • address
    Xxxxxxxxxxx, POUILLON, AQUITAINE, 40350, France

Recent Profile Visitors

1,174 profile views
  1. Bonjour, => poutre continue a éviter tans que l'on peut car : les efforts de fatigue sont générés par la charge roulante une fois sur une travée i-1 puis sur une travée i puis sur une suivante travée i+1, etc... avec les moments en travée qui changent de signe ; donc des contraintes en traction/compression qui sont alternées suivant les cycles d' utilisation . + les contraintes de la poutre dans les assemblages dans les boulons et dans les soudures sont a calculer en fatigue suivant EC3-1-9 articles 8(2) et 8(3). Les poutres sur 2 appuis sont donc préférables pour les chemins de roulement dans la limite de leur longueur standard ce calcul avec l'aide du logiciel téléchargeable du CTICM très bien fait ne pose pas de difficultés majeures... bon courage gui37
  2. Bonjour , le plancher béton qu'il soit posé ou connecté à la poutre métallique maintient son aile supérieure en rotation .il n'y a pas donc risque de déversement pour une poutre isostatique entre 2 appuis. en revanche pour une poutre sur plus de 2 appuis, il faut vérifier le déversement dans la zone ou l'aile inférieure est comprimée (=moment de flexion négatif) c'est à dire au voisinage des appuis intermédiaires. bon courage pour la suite !
  3. Oui c'est normal de trouver une courbe parabolique pour l'effort tranchant V avec une charge triangulaire p(X) = P.X Car sur une droits AB avec les réactions RA et RB L'effort tranchant V(X) = RA.X - p.X.X On a bien une parabole ....! De plus sur un chargement trapézoïdal comme votre modélisation on a bien sur chaque barre les 3 courbes pour l'effort tranchant V : 1- Une parabole positive pour la charge croissante p 2 - une droite avec pente négative pour la charge constante p 3 - une parabole négative pour la charge décroissante p Vous pourriez augmenter la résolution graphique avec un facteur échelle +++ de vos diagrammes ... Vous pouvez faire des essais sur un seul portique et 3 types de charges p(X) : p constante p triangulaire p trapézoïdale Bon courage
  4. Bonjour Mademoiselle, une autre façon de vérifier votre effort tranchant : Dans le menu des efforts, afficher les diagrammes des moments de flexion sous un cas de charge simple, disons charges permanentes. Imaginer la dérivée de chaque diagramme de flexion sur chaque barre avec ce cas de charge : les paraboles de moment de flexion deviennent des droites affines pour le tranchant ...etc... enfin vérifier si le portique est bien sur 2 rotules et voir conditions d'appuis Vérifier la cohérence du déplacement horizontal en tête de poteaux... Avec 10 ans de pratique , on peut faire des reproches à Robot, mais pas celui de faire des erreurs de calculs ... bon courage ...!
  5. Bonjour, Voir en fichier joint, une façon de faire parmi d'autres pour calculer les caractéristiques de la section, Inertie Iy et module de flexion elastique, Wel,y. finalement le moment ultime en élasticité sera pris égal à : Wel,y x fy pour un calcul en plasticité il faudra refaire un calcul avec : Wply x fy Wpl, y obtenu avec la somme des moments statiques sup et inf d'axe YY par rapport au CdG de la section. bon courage, caracteristiques section pour calculs M ult.pdf
  6. Bonjour keuj84, Vous avez raison, les barres reprennent la flexion des panneaux chargés (planchers, parois,...) sur les contreventements. Si vous souhaitez supprimer cette flexion "parasite" sur les contreventements, aller dans les paramètres barres, vous avez un paramètre "répartition par surface d'influence", accès en sélectionnant tout le tableau barres (onglet édition) puis clic droit pour afficher menu : "sélection des valeurs pour les barres" puis cocher la case "répartition par surface d'influences". Dans le tableau barres apparait maintenant une nouvelle colonne (répartition par surface d'influences) et sur chaque ligne de barres l'option "prendre en compte/ne pas prendre en compte". salutations
  7. Bonjour, N'oubliez pas d'articuler vos diagonales de contreventement aux 2 extrémités , sinon présence de moments d'encastrement aux extrémités....! En repère local rx=ry=rz =0 sur une extrémité et ry=rz=0 rx <>0 sur l'autre extrémité pour éviter que la barre ne tourne sur elle même et entrainant une instabilité. Bon courage guillaume
  8. Bonjour, il manque des stabilités verticales par diagonales de contreventement, dans les plans YZ, et XZ et entre chaque niveau...! ensuite vous pourrez articuler chacune des barres, traverses, diagonales, qui ne travailleront que en compression ou traction pure, et les poutres en flexion pure. Ainsi de proche en proche vous pourrez diminuer vos sections pour les contraintes, et vos deplacements horizontaux suivant X ET Y seront empeches par vos diagonales dans les 2 plans verticaux. Ne pas oublier : relacher les extrémités des barres sur ry,rz mais de bloquer rx pour éviter qu'elles ne tournent sur elle mêmes au moins sur 1 extrémité. sinon => instabilité au noeud n sur la barre b ! bon courage !!!
  9. Bonjour, vos barres de treillis articulées, diagonales et montants, doivent être relachées en rotation sur ry, rz (repère local) à chaque extrémité. En revanche, vous devez bloquer au moins 1 extrémité sur rx pour éviter que les bares ne "tournent sur elle memes", donc sur leur axe longitudinal. => ceci est une cause d'instabilité ! à suivre.... bon courage !
  10. Bonjour, Si votre assemblage doit transmettre un effort en flexion moment My, un effort tranchant, , et un effort de traction compression entre poutre et poteau : 1 - Vous ne pourrez pas le réaliser avec ROBOT sous cette forme. => Configuration non programmée dans le menu assemblage de ROBOT. 2- A la main vous aurez à dimensionner les couvre joint des ailes en flexion et traction/ compression + pression diamétrale des boulons, un peu long… Sinon, Pourquoi ne pas se remettre en configuration « angle de portique » avec poteau et poutre + rotation de 90° sur leurs axes suivant ce schéma qui peut être facilement calculé en auto sur ROBOT ou bien manuellement ? (voir fichier joint poteau format rtf) Bon courage !!! poteau.rtf
  11. erratum : condition à satisfaire pour assemblage rigide K > 25, évidemment .
  12. Bonjour, en réponse voilà ce que je peux vous dire, Rigidité d’assemblage poutre-poteau en fonction de leur rigidité D’après la Norme : Eurocode 3 clause 6.9.8 Rappel sur la rigidité : linéarité entre le moment transmis par l’assemblage et la rotation associée entre poutre et poteau : .m = K x Φ par analogie avec un ressort en rotation Φ de raideur K. Avec m = M/ Mpl.Rd, Moment de calculs/Moment plastique (Wpl xfy). Φ = E Ib φ / Lb Mpl.Rd , Lb longueur poutre, Ib inertie, et φ rotation calculée ou donnée par ROBOT et E= 21000 daN/mm². Condition à satisfaire pour assemblage rigide : K < 25 ou K =25. Si non assemblage semi rigide, voir même une articulation. Ce qui nécessite d’avoir préalablement défini les raideurs ou l’inverse, les souplesses (Sj =1/kj) de chacun des éléments : Boulons sur chacune des rangées (!!!) Platine d’about. Pour avoir finalement pour l’assemblage étudié : 1/K= Σ 1/kj. Pour les souplesses (Sj) des éléments, Il est conseillé de faire une visite sur logiciel en ligne de STEELBIZ puis de faire des essais sur ROBOT pour voir la signification des paramètres de l’EUROCODE 3. Bon courage !
  13. Bonjour, Pourquoi ne pas faire une hypothèse sur la perte de charge DH à ce stade de l'étude puisqu'il s'agit dun prédimensionnement ? Disons DH = 25% de Hg, en première hypothèse... => hypothèse à valider ensuite avec les données techniques en phase calculs définitifs. ( On fait souvent des hypothèses en phase prédimensionnement avant de les faire valider, par la suite par des données figées ou par le client lui même, en phase éxécution/réalisation...) Bon courage !!!
  14. Suite essai structure à câbles … Les câbles n’admettent pas un paramétrage en barre de treillis travaillant en traction. Ils ont leur fonctionnement pré-paramétrés : sans relâchements, travaillant uniquement en traction, sans rigidité, … Résultats : 1 - La structure configurée avec des barres de treillis travaillant en traction présentent les mêmes instabilités : aucune amélioration. 2 - Finalement dans les paramètres de calculs non linéaires, plusieurs essais dans option de calculs, sur la structure à câbles cette fois, ont été réalisés mais sans résultats : les nœuds aux intersections et sur le contour de la maille se déplacent infiniment. Il s’ensuit des incohérences dans les efforts et les réactions. conclusion : la structure est peut être vraiment instable … ?! (Voir nouvelle capture écran). Merci pour votre aide. parametres calculs non linaires.pdf
×
×
  • Create New...