Jump to content
CIVILMANIA

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 07/12/2020 in all areas

  1. 4 points
    Bonjour Si vous ne connaissez pas ces symboles cela veut dire que vous n'êtes pas qualifié pour faire une étude de sol. Faut mieux engager un spécialiste pour cette prestation d'étude. Et arrêter de banaliser la profession de l'ingénierie par vos interventions stupides. C'est souvent l'absence d'un ordre des ingénieurs qui vous poussent à brader la dignité de cette profession noble. Cdt
  2. 3 points
    Bonjour, - Qu'est ce qui circule sur le remblai en amont du mur ? En répondant à cette question tu pourras déterminer Q. - Pour le calcul des soutènements avec contreforts, il faut calculer le voile comme un élément encastré en pied et en appuis sur les contreforts, en prenant en compte la continuité du voile s'il y a lieu. Il y a 10 pages dans le traité de Guerin. A l'époque ils n'avaient pas de logiciel élément fini. Parce que je vois que tu cherches encore : l'extrait qui correspond : Traité de béton armé Tome VII chez Dunod : https://drive.google.com/file/d/1N_kxucBw9i07B7wPJ5knqdldI4Iif1oy/view?usp=sharing
  3. 3 points
    A L'OCCASION DE L'AID EL KEBIR JE PRESSENTE TOUS MES VŒUX A LA COMMUNAUTÉ CIVILMANIA. A+
  4. 3 points
    C'était juste une question, quelque fois, la dalle en console est plus basse (ou plus haute) selon les finitions intérieures et extérieures et du coup, la mise en place des armatures de continuité n'est pas possible. Sur quelle épaisseur es tu parti ?
  5. 3 points
    Dans mon département, le cas de neige accidentelle à 100kg/m² est arrivée avec la dernière révision des neiges et vent en 2000 (puis les eurocodes qui sont restés sur les mêmes hypothèses de calcul). Tous les bâtiments de CM antérieurs sont donc non conformes. Je préviens donc systématiquement les maitres d'oeuvre et maitre d'ouvrage que le moindre ajout de charge ou que la moindre vérification entraînera forcément un renforcement. A partir de ce constat : - si pas d'ajout de charges : le BET justifie que les charges permanentes et exploitation restent inférieures ou égales aux charges de conception initiale (pas de vérification concernant les charges climatiques), dans ce cas la structure n'est pas vérifiée et les bureaux de contrôles valident : si ça tenait avant, pas de raison que ça ne tienne plus, la responsabilité est celle du concepteur initial. - si ajout de charges : vérification obligatoire et généralement à l'eurocode. Voila pour mon retour. A+ BZK
  6. 2 points
    Oui, la poussée varie avec la hauteur, c'est pour cela qu'ils te conseillent des calculs par bandes. Si tu as un logiciel élément fini, je te conseille vraiment de l'utiliser car le calcul par bande ne permet pas de tenir compte de l'encastrement sur la semelle de fondation.
  7. 2 points
    https://drive.google.com/file/d/1N_kxucBw9i07B7wPJ5knqdldI4Iif1oy/view?usp=sharing Téléchargement limité, je validerai la demande de téléchargement. Je t'ai répondu sur ton post principal.
  8. 2 points
    Formation Ms Project pour les planificateurs ou les ingénieurs qui veulent démarrer une nouvelle opportunité dans le domaine de planification Lien de téléchargement : https://civilengineeringbooksdza.blogspot.com/2020/08/planification-et-gestion-des-projet.html Pour plus de documents consulter notre page face book : https://www.facebook.com/Livres-g%C3%A9nie-civil-PDF-100361115110835
  9. 2 points
    Je te mets un lien de téléchargement pour l'extrait qui explique le pourquoi des 30% : https://drive.google.com/file/d/149vem21_u1sPjqpUbkumXiI4e4DfF9Jg/view?usp=sharing Pour le télécharger tu devras faire une demande, ensuite je pourrai te répondre par mail et tu auras le mien (mail), du coup tu pourra me contacter.
  10. 2 points
    Bonjour, Dans l'avis technique des prémurs : http://www.cstb.fr/pdf/atec/GS01-B/AB040812.PDF, voir art. 3.332.. C'est surement un vieil avis, le calcul se fait encore au BAEL ! Effectivement dans les plus récent ce n'est pas clairement défini. Tu veux faire fabriquer tes propres prémurs ? J'espère t'avoir aidé.
  11. 2 points
    https://www.4geniecivil.com/2020/01/comment-dimensionner-une-passerelle.html https://book4yours.blogspot.com/2020/01/conception-dimensionnement-passerelle.html Sinon, en France : NF EN 1991-2 (mars 2004) - Eurocode 1 - Actions sur les structures - Partie 2 : Actions sur les ponts, dues au trafic et son annexe nationale + epreuves ponts + Ec0 passerelles : https://1drv.ms/u/s!AnANhY0735swj0h4BdCOLbgVEalI?e=5nkJgM avec le mot de passe : "petitsage" Guide Sur Les Passerelles Pietonnes Conception Setra : http://piles.cerema.fr/IMG/pdf/Guide_sur_les_passerelles_pietonnes_cle2447c7.pdf
  12. 2 points
    Tu calcules Cpe de la structure avec une toiture type une voûte, eurocode 1-1-4, art 7.2.8 Malheureusement le bâtiment est ouvert. Si tu regardes ce qu'il se passe pour une toiture isolée par rapport à un bâtiment fermé. Pour les toitures isolées tu as directement un Cpnet, pour les toitures de bâtiments fermés, tu calcules un Cpe (extérieur) auquel tu vas ajouter le Cpi (intérieur). Le Cpnet des toitures isolées est la résultante du vent sur la face extérieure + celui sur la face intérieure. En appliquant ce principe à la toiture de type voûte mais en bâtiment fermé (puisque le principe n'existe par pour les toitures isolées malheureusement), tu peux déterminer le coefficient Cpe sur la face extérieure en supposant que le fait que le bâtiment soit ouvert ne modifie pas la répartition des pressions sur la face extérieure (ce qui n'est pas tout à fait vrai, en particulier pour le bord libre sous le vent : zone I à comparer à zone C pour lequel ça ne fonctionne pas). Ensuite tu dois déterminer le coefficient sur la face intérieure. Ce coefficient intérieur dépend de la facilité que l'air aura à traverser le bâtiment (c'est le coefficient d'obstruction phi des toitures isolées). Pour les bâtiment fermé, c'est l'article 7.2.9, cet article dit : (2) Lorsque, sur au moins deux faces du bâtiment (façades ou toiture), l'aire totale des ouvertures existant sur chacune des faces représente 30 % de l'aire de cette face, il convient de ne pas calculer les actions exercées sur la construction à partir des règles indiquées dans la présente section, mais il est en revanche recommandé d'utiliser les règles définies en 7.3 et 7.4 (ca c'est les toitures isolées... donc un peu embétant) On nous dit de ne pas le faire, mais on va regarder quand même ce que ça donne, en appliquant (5), formule 7.2 (on suppose une face largement ouverte et les autres + fermées, surface des ouvertures face exposée supérieure à 3xl'aire des ouvertures dans les autres faces), on prend alors Cpi = 0.9Cpe de la face exposée. Bâtiment rectangulaire, mur face au vent (Face D) : Cpe = 0.8 (ou 0.7 selon la valeur h/D tableau 7.1). par sécurité, je prendrai Cpi=Cpe au lieu de 0.9Cpe pour un bâtiment complètement obstrué. Tu auras alors Cpnet = Cpe dome - 0.8. Si tu appliques ça à la toiture bipente à 5° par exemple : Zone G : -1.2 -0.8 = -2 à comparer à toiture isolée zone C avec obstruction à 1 : Cpnet = -1.8 Zone H : -0.6 -0.8 = -1.4 à comparer à toiture isolée zone A avec obstruction à 1 : Cpnet = -1.3 Zone I : -0.6 -0.8 = -1.4 à comparer à toiture isolée zone A avec obstruction à 1 : Cpnet = -1.3 etc... Il n'y a qu'au niveau du versant sous le vent : bord libre (zone I) pour lequel ça ne fonctionne pas à cause des turbulences : il faut traiter la zone I comme la zone G. En faisant cela, le cas Cpe - Cpi batiment fermé avec face ouverte est plus défavorable que le cas toiture isolée (c'était ce qu'on faisait avec l'ancienne réglementation neige et vent, je n'ai rien inventé) Je ne sais pas si j'ai été bien clair.
  13. 2 points
    Bonjour, Charges sur voiles enterrés (je suppose). Faire la descente de charge : - Charge permanentes - Charge exploitation - vent éventuellement si le bâtiment est haut, il peut y avoir des efforts horizontaux dans le plans des voiles s'ils assurent la stabilité, en général c'est très faible comparé à la descente de charge - séisme s'il y a lieu - poussée des terres sur les voiles enterrés - poussée dûes aux charges sur remblais (circulation véhicules, parking ou autre) - poussée de l'eau s'il y a lieu Pour la partie calcul "classique" : https://www.adets.fr/images/easyblog_articles/44/Chapitre-4---Les-murs-en-bton.pdf Pour la partie soutènement et calcul des poussées : https://www.adets.fr/images/easyblog_articles/44/Chapitre-5---Les-murs-de-soutnement.pdf. Attention, les voiles sont éventuellement tenus en tête, donc ce n'est pas vraiment du soutènement, le moment doit être calculé en conséquence. L'ouvrage de l'adets est accessible à tous. Les voiles de sous sol, selon le type de locaux qu'ils protègent doivent être complétés (ou non) par une étanchéité. Généralement, il faut prévoir un drainage en pied de murs pour éviter les infiltrations d'eau, et je conseille (à voir selon le niveau d'étanchéité nécessaire) de traiter les reprises de bétonnage par joints hydrogonflants au minimum s'il peut y avoir présence d'eau. Cordialement.
  14. 2 points
    bonjour, en général ce type de machine est doté de skids ( longeron métallique continu sous une série d'appuis. les charges ponctuelles sont alors réparties sur les deux lignes de fixation. le problème revient donc à dimensionner une semelle sous une charge linéique ( un peu comme un mur ou un voile). il y a lieu de s’inquiéter si la machine génère beaucoup de vibrations ou pas - à prendre en considération dans les combinaisons de charges. OuAllahou A3lam A+ions
  15. 2 points
    Selon les charges de la machine et la nature du sol : - massifs isolés indépendant ou - radier général sur sol élastique. Je pencherais plutôt pour un radier général mais les 2 solutions paraissent faisables. Peux tu donner un peu plus d'informations (nature du sol, valeur des charges, altitude des appuis, un petit schémas...). Si le sol entre appuis doit être en béton, le radier parait plus judicieux.
  16. 2 points
    Pour la question de la dalle extérieure, elle est en continuité de celle intérieure ? Tu n'as pas répondu.
  17. 2 points
    ta dalle elle est particulière, il est appuyé sur les 3 appuis et libre sur le 4ème; et donc pour un calcul juste ,il faudra le faire conformément au document en annexe que je t'ai mis; mais si non un calcul rapide pourrait etre fait dans l'hypotèse qu'il est en porte à faux et donc tu peux le calculer comme une poutre de base B=1m et de hauteur H=épaisseur de la dalle; ainsi les armartures principales sera mis dans le sens du porte à faux(porteur) et tu mettre les armatures de répartition dans l'autre sens avec A= Aprinc/3 et avec un espacement maximum de 25cm et une nappe inférieure sera comme armature de couture, et donc par uniformisation et pour faciliter l'éxécution tu peux prolonger la meme section de la travée adjacente dalles appuyées sur 3 cotés et libre sur le 4eme.pdf
  18. 2 points
    Plus efficace avec le logiciel car il tiendra compte de la rigidité de la poutre et de celle de la dalle et il fera la répartition des efforts de façon plus correcte qu'en considérant la dalle appuyée sur des appuis indéformables. C'est très similaire d'un point de vue raisonnement au sujet précédent que tu as posté. Pour la flèche, il faut tenir compte de la fissuration. Donc plutôt dans Robot aussi, surtout si tu as déjà préparé le modèle.
  19. 2 points
    Et le plancher il fait quelle épaisseur, il est en continuité du plancher intérieur ? Je suis curieux de voir quelle méthode tu vas utiliser pour vérifier la flèche.
  20. 2 points
    Dans outils, définir section, tu peux créer une section à partir d'une section existante en l'important à partir d'un catalogue (il y a quelques PRS dans le catalogue) puis en la modifiant. Ou à partir de rien (tu peux importer un dxf si tu l'as déjà dessinée). Tu dois ensuite lancer le calcul en cliquant sur Resultats - caract géom - resultats. Tu sauvegardes ta section (c'est préférable), tu l'exporte dans le catalogue utilisateur, puis tu reviens à ton projet, elle sera alors disponible. https://help.autodesk.com/view/RSAPRO/2019/FRA/?guid=GUID-65729619-3C9C-41AD-A5A8-016EA772B6B6 Attention aux unités lors de la définition de ta section.
  21. 2 points
    Du coup tu as tout ce qu'il faut. Tu calcules la contrainte au milieu de la couche compressible avant chargement. Celle après chargement. Tu appliques ta formule avec l'épaisseur de la couche considérée. C'est bon ?
  22. 2 points
    Bonjour La question de la déformation des éléments en BA ne peux pas se traiter avec les formules simples de la théorie des poutres de la RDM classique qu'on utilise pour les éléments en métal ou même en bois. En effet, le béton armé est par définition un matériau non homogène, du fait de la présence de ferraillage et de la fissuration intrinsèque du matériaux. Il a aussi la particularité de fluer. Par conséquent, une étude de la déformation se fait conventionnellement par la méthode des courbures (voir EC2) en inertie fissuré et non fissuré. La méthode BAEL est une version "hybride" de la RDM et la méthode EC2, elle donne de bon résultats mais elle est basée sur la flèche nuisible pour les matériaux des travaux de second ordre (cette méthode est suffisante pour les calculs classiques de dalles et poutres de bâtiments). Néanmoins, il est à noter que ces méthodes sont des méthodes conventionnelles et qu'elles ne sauraient représenter une déformation exacte même si elles s'en approchent. Donc la méthode RDM classique (qui n'est la méthode des courbures pour moi) pour justifier la flèche d'un élément en BA est à proscrire. Et pour répondre à ta question, toutes ces méthodes sont différentes et il faut analyser chaque méthode pour comprendre leurs différences car pour moi il faudrait plusieurs cours pour expliquer chaque méthode mais pour résumer: -la RDM simple basée sur uniquement sur la section béton et le module de déformation c'est non. -la méthode des courbures EC2 permet d'évaluer une déformation totale et /ou nuisible -la méthode BAEL permet d'évaluer une déformation nuisible.
  23. 2 points
    Ici le calcul à l'ELS n'est pas dimensionnant du point de vue de la section d'armatures (sauf si tu as limité l'ouverture de fissure), mais tu peux le faire quand même pour vérifier la flèche. Quand tu as des conditions de fissuration il peut devenir dimensionnant. Mais en général tu fais G+Q qui permet de calculer la section d'armature... l'affectation n'est ici pas primordiale (tu as 2 cas de charge). Si tu as un doute calcule les combinaisons automatiquement, le logiciel affectera les différents cas ELS.
  24. 2 points
    La dalle n'est pas encastrée sur appui, ce serait trop délicat de justifier la poutre en torsion, et même si tu arrivais, le moment transiterait jusqu'à l'appui alors là, bonjour le moment d'encastrement poteau / poutre !!! Les dalles sont simplement appuyées, les moments sur appuis sont liés à la continuité de la dalle. En rive on met au minimum une armature permettant de reprendre 0.15Mo. La méthode du BAEL fonctionne plutôt bien.
  25. 2 points
    Bonjour, Vous parlez d'encastrement parfait, il n'y en a aucun dans le modèle. Je n'ai fait que des dalles simplement appuyée avec continuité. En périphérie extérieure les dalles sont rotulées. Pour la modélisation poutre, à priori, Voyageur a modélisé avec des poutres encastrées sur appuis, les miennes sont rotulées non relachées (donc avec continuité). Calcul 1 : appuis sur les contours des dalles type rotule : Rx,Ry,Rz autorisés, Ux,Uy,Uz bloqués : Mxx = 2318 daN.m Calcul 2 : appuis périphériques sur des poutres 20x50h appuyées aux angles mais en continuité, sans tenir compte du fait que le dessus de la poutre est aligné avec le dessus de la dalle (poutre à l'axe de la dalle, ce que fait Robot par défaut) : Mxx appuis = 4039daN.m (sur l'appui intermédiaire de poutre, phénomène de point dur) Calcul 3 : appuis périphériques sur des poutres 20x50h en continuités, appuyées aux angles, en tenant compte du fait que le dessus de la poutre est aligné avec l'axe de la dalle (oui ce n'est pas très rigoureux, il aurait fallu s'aligner avec le dessus de la dalle, mais cela permet de faire un semblant de calcul avec une table : l'inertie de la poutre est augmentée, un peu trop ici j'en conviens) : Mxx = 2085 daN.m. Effectivement, ça ne parait pas logique comparé au calcul 1. Après vérification, il y a un phénomène de "soulèvement" de plancher avec la continuité des poutres, que je n'ai pas avec les appuis périphériques car le déplacement suivant Z est bloqué. Le Mxx est donc plus fort du fait d'un plus grand encastrement (les noeuds rotulés proches créant l'encastrement) avec la solution d'appuis périphériques. Dans la réalité, on se trouverait avec des bords de dalle qui se soulèvent s'ils ne sont pas chargés par un mur au dessus, ici c'est de la RDM. Le calcul complet (fichier pdf des captures) en lien de téléchargement : https://drive.google.com/file/d/1GheehHjgg0jes0HLDBynYLLd66I-AvBQ/view?usp=sharing Il y a quelques pages concernant une tentative de calcul de redistribution de moment en non linéaire (calcul avant et calcul après), mais c'est pour illustrer un autre sujet. Pensez vous qu'il y a qqchse qui ne fonctionne pas ?
  26. 2 points
    Bonsoir J'ai dit je préfère proscrire la 2 c'est à dire l'écarter ne pas la prendre en considération !!! Cdt
  27. 2 points
    Avec des poutres excentrées : Les calculs, on peut leur faire dire ce qu'on veut. La rigidité des tes appuis conditionne l'armature à mettre en place. C'est un paramètre sur lequel tu peux jouer pour calculer tes armatures de plancher : il n'y a pas une seule solution, il y en a plusieurs, c'est l'avantage du béton armé. Les fichiers sont en version 2019 - si tu les veux je peux te faire un lien.
  28. 2 points
    bonjour, par quelle méthode as tu calculé manuellement? a priori tu as calculer ta dalle indépendamment dans les deux sens alors que si la dalle travaille dans les deux sens les efforts sont répartis selon ces sens et les moments sont calculés à partir d'abaques. pour les calculs aux logiciels il faudrait vérifier les conditions aux appuis OuAllahou A3lam A+
  29. 2 points

    Version 1.0.0

    737 downloads

    SOCOTEC 64 bit.rar
  30. 1 point
    Le fait que les poutres soient en métal et les appuis en BA, ne constitue pas un pont mixte ! Un pont mixte est un pont dont les poutres sont en métal avec des connecteurs assurant la liaison avec un hourdi en béton armé. Pour ton ouvrage, les poutres reposent sur des appuis glissant en néoprène fretté ou non selon la descente de charge. A vois les dispositifs de butée et d'anti soulèvement en cas de sismicité. Pour tes culées et/ou pile, tu considères les descentes de charges de la passerelle et les efforts (de freinage et de dilatation) horizontaux
  31. 1 point
    bonjour, ce document existe aussi dans la rubrique "téléchargements" tu vas au proifil de @lahlou dahmani , dans "ciontenu" tu verras tous les posts du professeur et parmi eux- téléchargement- Exemple de calcul d'un bâtiment industriel avec pont roulant- bonne lecture A+
  32. 1 point
    Bonjour, Diverses solutions : 1. Tu peux "bidouiller" avec l'eurocode : travailler avec "toiture en voutes et domes" + une surpression intérieure dues aux éléments qui empêchent la circulation de l'air, puis tu appliques le 7.2.9 (5), sauf que pour toi : Cpi = %Cpe de la face ouverte à déterminer, selon que tu peux fermer ou non les autres faces... selon le coefficient phi des toitures isolées. Si tu es entièrement ouvert et que les autres cotés peuvent être obstrués il faudrait prendre Cpi = 0.9Cpe, et là, ça fait mal . 2. Travailler avec les toitures isolées bipente en faisant l'approximation des anciennes règles Neiges et vent : https://kupdf.net/download/r-egrave-gles-nv-65-f-eacute-vrier-2009-dtu-p-06-002-r-egrave-gles-d-eacute-finissant-les-effets-de-la-neige-et-du-vent-s_58de0d5bdc0d6064418970e7_pdf Voir en page 107, mais je ne sais pas si ta toiture vérifie les critères. 3. Si tu es étudiant : https://www.dlubal.com/fr/produits/programmes-autonomes-logiciels-de-calcul-de-structure/rwind-simulation me parait être une bonne alternative. Robot structural analysis a aussi un simulateur de vent, mais si tu as tout rentré sur eiffel, à voir : https://help.autodesk.com/view/RSAPRO/2019/FRA/?guid=GUID-597BC36F-9986-4C3D-A77E-F50B82306E8B D'un point de vue réglementaire, c'est 1. qui est préférable. D'un point de vue étudiant 1 serait à recouper avec 3, ce serait vraiment intéressant. Surement que des spécialistes en charpente pourraient te filer un coup de main. Fais attention au fait que les zones libres peuvent ou non être fermée, c'est ce qui va jouer fortement sur les efforts. Sur certains terrains toiles entièrement fermés, il y a des évents, afin de limiter la pression intérieure et éviter à la toile de se déchirer. Bon courage
  33. 1 point
    La période n'est pas limitée à un seuil ou à une limite, sa valeur est indicative pour la détermination du coefficient D, veuillez trouver ci-joint ce document qui pourrait vous être utile. période de calcul de V par la MSE.pdf
  34. 1 point
    Garde les massifs axés sur les files pour ce projet.
  35. 1 point
    Pour le massif que tu donnes en exemple les efforts horizontaux étaient donc selon Y. Si tu as respecté les efforts selon X ou Y donnés par le charpentier tes massifs seront orientés conformément aux X et Y du repère du charpentier. C'est logique. Par contre dans robot X-X et Y-Y c'est le nom des coupes, c'est surement, effectivement, aussi l'orientation des axes X et Y. Dans d'autres logiciels, les coupes ne s'appelleront pas forcément X-X et Y-Y, il faut donc se méfier malgré tout.
  36. 1 point
    Pour mettre des attentes, il faut que tu choisisse fut "sous poteau ou voile BA", même si c'est un poteau metallique...
  37. 1 point
    Si vous augmentez la portée de votre portique, il vous faut plus d'inertie. Chose que vous obtenez en augmentant la hauteur des profil. BZK
  38. 1 point
    On utilise les autres méthodes pour simplifier les calculs dans les temps ou il était fastidieux de faire de tels calculs. Actuellement avec les développements numériques et les logiciels disponibles , il suffit de modéliser la structure avec de bonnes hypothèses et d'avoir les efforts en conséquence.
  39. 1 point
    Tu as aussi le fascicule 74 , il y a un § sur les piscines je crois : http://dtrf.setra.fr/pdf/pj/Dtrf/0000/Dtrf-0000858/TO858.pdf?openerPage=resultats&qid=sdx_q0
  40. 1 point
    Bonjour Autre point de différence entre les différents modèles de calcul entre logiciels. La dalle réellement repose sur les poutres. Il s'ensuit que les deux plans moyens de la dalle et poutres sont désaxés. Cette situation réelle présente une ambiguïté pour la modélisation du plancher par la méthode des EF. Pour cela par exemple robot, réajuste le plan moyen de la dalle (élément plaque) à celui des poutres (élément barre). Et comme cité plus haut dans un commentaire, il faut faire attention au choix du maillage ! En général on fait un premier calcul avec un maillage M1 qui va nous permettre de localiser les zones de concentration des contraintes, ensuite on affine le maillage aux droits de ces zones et on refait le calcul... La dalle repose sur les poteaux (appuis indéformables) et les poutres (appuis déformables) comme indiqué sur le schéma en pièce jointe. La rigidité des appuis est donc importante et influe sur les résultats de calcul entre logiciels.Ceci n'est pas pris en considération pour la méthode forfaitaire ! pour laquelle les appuis de la dalle entre poteaux sont supposés fixes et indéformables et c'est la raison pour laquelle le moment sur appuis de la méthode forfaitaire est plus important que celui des autres méthode EF.
  41. 1 point
    Un dallage qui comporte un treillis n'est pas forcément considéré comme un dallage armé. 3 Parties dans le DTU dallage : 1. dallage industriel ou assimilé (charge supérieure à 1t/m² ou surface >1000m²) 2. Dallages bureaux (Charge non supérieure à 1t/m², et surface coulée en une fois inférieure à 1000m² (je crois)) 3. Dallage de maison Un dallage doit être armé si la contrainte du béton est dépassée (se référer au DTU : 1.795MPa pour un C25/30 par exemple). Pour le 1., l'armature mini est 0.4xep du dallage, pour un 15cm (ép mini de la partie 1), 0.4x15=6cm²/ml dans les 2 sens Pour le 2. c'est au minimum un ST50C (ou 2ST25C) avec une épaisseur mini de 13cm Pour le 3. c'est un ST25C, le dallage est toujours armé. Lorsque le dallage est armé selon ces conditions, les joints sciés ne sont pas obligatoires. Dans les autres cas, le dallage est considéré non armé et doit être scié sur 1/3 de son épaisseur. Dans les zones sciées, une armature minimale est imposée, elle se trouve donc au milieu de la zone résistante en fond du joint scié soit : (h-h/3)/2 = h/3. J'espère avoir pu t'éclairer. Potasse la réglementation et fais toi ta propre opinion.
  42. 1 point
    En fait, les échelles des coupes sont liées par le paramètre général, ce n'est pas une évidence. Fais moi un lien pour ton massif et j'essaie d'y regarder.
  43. 1 point
    Bonsoir: J'met a votre disposition les abaques de Pigeaud sous forme de tableau pour l’étude des dalles portant sur quatre cotés et soumises à des charges localisées (cas de la dalle machine) https://drive.google.com/file/d/0ByNzTAHDA3htSEdyc2ZGNWNrZFU/view?usp=docslist_api
  44. 1 point
  45. 1 point
    lien de téléchargement pour les gents qui a besoin lien : https://www.up-4ever.org/1ml21m0g8bnt/Socotec.rar
  46. 1 point
    Merci pour votre réponse . je peut juste connaitre comment je vais remplacer le fond plan ( levé avant) par un fond plan (levé aprés) sans refaire toute l'étude ?
  47. 1 point
    bonjour, dans la conception des routes il y a toujours des points de passage obligé.ces points existent aussi bien en tracé en plan qu'en profil en long. une fois le tracé en plan adopté la route empruntera le chemin imposé et passera par les points de passage en planimétrie,reste à fixer les points de passage obligé altimétrie. ( passage sur un pont existant-raccordement à une autre voie rtc.) OuAllahou A3lam A+
  48. 1 point
    Bonjour Mes amies aujourd'hui je vous présente des nouveaux logiciels COVADIS 17.E ET MENSURA 9.1 le plus utlisée c'est pas une arnaque wlah vous trouvez tous informations contacter moi sur notre page https://www.facebook.com/boutiquebtp
  49. 1 point
    bonjour, pour un mur à contreforts le comportement est différent..les contreforts sont situés soit à l'avant du voile soit l'arrière.. si les contreforts sont situés à l'arrière, ton talon avant n'est soumis qu'à la réaction du sol puisque le poids du sol coté butée est négligeable et ces terres peuvent être enlevées. A l'arrière ta semelle est reprise par trois éléments. le rideau et les deux contreforts qui encadrent chaque trame du mur.donc tu la calcul comme dalle reposant sur trois cotés. le voile et les deux contreforts. ci-joint le document de ADETS consacré à la résistance des murs .les armatures trouvées sont en TS mais tu as des sections et donc tu peux adopter des armatures en barre conformément aux réglements. OuAllahou A3lam A+ 05_04_justification_resistance.rar
  50. 1 point
    posté par farid Salut mes amis. En réalité on est rien sans vous. Ce qui concerne le calcul pour un ingénieur, je vous promis de mettre un exposé de A à Z très détaillé contient toutes les étapes d'une étude de l'avant projet jusqu'à la réalisation de l'ouvrage. Il sera un guide complet pour un ingénieur contient des explications détaillées, des schémas explicatifs, etc. Pour cela, je propose de réunir tous les efforts des ingénieurs de ce forum pour élaborer ce guide pratique.
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...