Aller au contenu
CIVILMANIA

TOP membres


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 05/25/18 in all areas

  1. 2 points
    Le calcul en présence de nappe se fait comme celui sans nappe La seule différence entre les deux. La contrainte admissible du sol n'est pas la même et en présence de nappe comme j'ai dit il faut prendre en considération le poids déjaugé de la partie immergée dans l'eau Cdt
  2. 2 points
    Bonjour Le fascicule 62 titre V : justification des fondations superficielles et profondes Fait des recherches sur Google tu parviendra à le télécharger certainement Fait aussi des recherches sur ce site il y a lien posté par des confrères Cdt
  3. 2 points
    Absolument En présence de nappe c'est le poids déjaugé du sol et de la partie de fondation immergée dans l'eau qui est pris en considération Cdt
  4. 2 points
    Je pense qu Il faut supprimer les voiles du sous sol car on represente generalement que les voiles de contreventement.
  5. 2 points
    Bonsoir Les architectes fixes leurs honoraires de 3 à 5% du montant global du marché travaux Le reste malheureusement c'est la flotte traduit par un bradage des prix inédit et c'est dommage... Cdt
  6. 2 points
    bonjour il faux faire le calcul avec une matrice de masse concentrée sans rotation bon courage
  7. 2 points
  8. 2 points
    Ceux sont 2 choses différentes: le ferraillage minimal répond à des des résistance vis à vis de choc, de retrait, de choc thermique, bref, à tout ce qui n'est pas généralement calculé mais dont il faut tenir compte si l'on veut éviter tout phénomène de fissuration excessive. Les puristes me pardonneront mais grosso modo, c'est une définition simplifiée. la condition de non fragilité est là pour éviter toute rupture fragile. On la retrouve essentiellement pour les poutres. Si je simplifie, le béton se comporte comme le verre, en flexion, il peut rompre brutalement s'il n'est pas armé. Et le béton a toujours une résistance minimale à la traction. Si vous avez armé insuffisamment votre pièce, quand elle va rompre, cela va se faire de manière brutale sans prévenir, sans véritablement percevoir de flèche. Alors que si votre pièce répondait à la condition de non fragilité, elle va rompre mais pas de façon brutale "prévenant" en quelque sorte les usagers d'évacuer au plus vite, en prenant une flèche excessive, ce qui fait office d'"avertisseur". D'ou l'exigence du BAEL comme de l'Eurocode de cette quantité de ferraillage.
  9. 1 point
    thank you Mr BELLAMINE, it is pleased to find people like you. Regards
  10. 1 point
    Généralités Comment disposer n barres dans 1ml Espacement : 100/n Les deux barres d'extrémités sont distantes des limites du 1ml de 100/2n de part et d'autre Cet
  11. 1 point
    Bonjour, Oui c'est exacte. En faite, dans le BAEL, pour la fissuration préjudiciable, le BAEL limite la contrainte dans les aciers à l'ELS à 300MPA, (très préjudiciable à 200MPA). Dans l'Eurocode, si vous voulez éviter les calculs d'ouvertures de fissures et tout ce casse tête là, tu doit limiter la contrainte dans tes aciers (dans la combinaisons considérées) à 1000Wk. donc si Wk=0.2 tu limites à 200MPA donc fissuration TP.
  12. 1 point
    Bonjour Grand Chef 1) On appelle courbe d'évolution de la résistance du béton : La variation de la résistance du béton en fonction de son age fcm(t). Donc, cette variation de résistance est due à la vitesse d'hydratation du ciment dans le béton dans les conditions d'utilisation normales. Et par conséquent, c'est l'évolution du processus d'hydratation du ciment qui fait évoluer la résistance du béton. Maintenant regardant la formule de Bolomey simplifiée (couramment utilisée pour la formulation des bétons dits courants) fcm = Gfc(C/E - 0,5) : G(C/E -0,5) est un facteur constant indépendant du temps pour un béton donné de rapport C/E et un coefficient granulaire G. Si fcm est fonction du temps c'est parce que c'est fc qui est fonction du temps. Et c'est la raison pour laquelle j'ai dis que l'évolution de la résistance du béton n'est autre que celle du ciment. Le rapport entre les deux est constant. Conclusion : Si le ciment évolue normalement c'est à dire sa vitesse d'hydratation se fait dans des conditions normales ; le béton suivra. 2) Un exemple : Considérant deux Béton B1 et B2 d'une même formulation de béton (les mêmes dosages) sauf qu'il y a une seule différence entre les deux : pour le premier B1 on utilise un sable propre et conforme par contre pour le deuxième B2 on utilise un sable non conforme et de mauvaise qualité. Il est évident que le béton B2 ne donnera pas des résultats satisfaisants comme ceux du B1 Les résultats obtenus sont comme suit : B1 : fc7 = 198bars et fc28 = 297bars ; fc28/fc7 = 1,5 B2 : fc7 = 102bars et fc28 = 153bars ; fc28/fc7 = 1,5 Conclusion : le rapport fc28/fc7 pour B1 et B2 est correct. Donc la chute de résistance n'est pas due à la défaillance du ciment mais plutôt à l'utilisation d'un sable de mauvaise qualité!!!. 3) En 1992 j'ai vécu une expérience sur un chantier comparable à celle de @USTHB2013 (fc28 proche de fc7)
  13. 1 point
    Bonjour, A titre d'information pour les débutants ayant un peu de mal avec la RDM, vous trouverez en pièce jointe un document assez simple que j'ai élaboré. Il s'agit du calcul des sollicitations d'une poutre en arc de cercle courbe (non rectiligne) avec un dénivelé d'appui. Cela permet d'appréhender les efforts normaux introduits d'une part par l'ossature de la poutre en arc et d'autre part par la dénivellation des appuis d'extrémités. Avant de faire des calculs par ordinateur, il me parait utile de savoir maitriser le mode calculatoire au préalable... Cela est l'occasion aussi de revoir certains calculs de géométrie analytique de niveau Lycée mais qu'on a tendance à "oublier" à cause de l'usage intensif des programmes de calculs. DENIVELATION D'APPUI.pdf
  14. 1 point
    Cela ne fausse pas les calculs, au contraire tu as augmenté un peu la longueur des barres dont le kg d'armatures, c'est tout.
  15. 1 point
    Bonjour, je vois qu'il faut changer votre conception et rigidifier votre structure dans les deux sens soit ajouter des voiles ou augmenter les sections des poteaux. CDT
  16. 1 point
    Avec un profil en long défini par profils, on peut fixer la cote Projet pour chaque profil sans se préoccuper des éléments géométriques. Ce n'est vraiment utile que dans le cas de projet de renforcement si le profil en long existant présente déjà des caractéristiques géométriques conformes à la catégorie de la route et que l'intervalle entre profils est suffisamment petit.. Il serait en effet impossible de reconstituer les éléments géométriques d'une route existante. Par contre, il faut que le projeteur s'assure que le résultat est conforme et que la documentation associée au projet soit explicite à ce sujet. De toute façon, au final sur le chantier, le projet est réalisé profil par profil. Les éléments géométriques éventuels qui on servit à calculer les cotes Projet n'ont plus d’utilité au moment de la réalisation.
  17. 1 point

    Version 1.0.0

    124 téléchargements

    Le logiciel Portal+ permet de calculer des portiques selon les Eurocodes avec l’application optionnelle des Annexes Nationales françaises. Il a été développé en collaboration avec ArcelorMittal. Cet outil couvre les bâtiments à base rectangulaire dont l’ossature principale est constituée de portiques. A partir des données de base décrites par l’utilisateur, le logiciel est en mesure de déterminer les actions climatiques, de générer les combinaisons d’actions ELU et ELS, de calculer les efforts et les déplacements et de vérifier des critères de résistance pour les combinaisons ELU et des critères de flèche pour les combinaisons ELS. Actions (Eurocode 1) – Génération automatique du poids propre – Calcul des charges de neige en tenant des accumulations éventuelles, selon l’EN 1991-1-3 – Calcul de l’action du vent sur l’ensemble de l’enveloppe du bâtiment (bâtiment ouvert ou fermé), selon l’EN 1991-1-4 – Calcul des actions sismiques selon l’EN 1998-1 en adoptant un comportement faiblement dissipatif (classe de ductilité DCL) des portiques. – Combinaisons d’actions selon l’ EN 1990 (Eurocode 0) Analyse globale selon l’EN 1993-1-1 (Eurocode 3) – Analyse globale élastique dans le plan du portique étudié – Prise en compte des effets du 2nd ordre si nécessaire – Prise en compte de l’imperfection globale si nécessaire Vérifications aux Etats Limites Ultimes selon l’EN 1993-1-1 (Eurocode 3) – Classement des sections – Calcul des caractéristiques efficaces pour les sections de Classe 4 – Vérification de la résistance des sections, résistance élastique ou plastique selon la classe – Vérification de la résistance au voilement par cisaillement si nécessaire – Vérification de la résistance au flambement et déversement des barres comprimées et fléchies Vérifications aux Etats Limites de Service – Vérification des déplacements et des flèches par rapport à des limites définies par l’utilisateur Le logiciel Portal+ offre la possibilité d’éditer des notes de calcul avec différents niveaux de détail selon le choix de l’utilisateur.
  18. 1 point

    Version 1.0.0

    497 téléchargements

    Bonjour, Ci-joint un support de cours bien détaillé sur Robot avec un exemple d'application. Bonne lecture, Pr. Dahmani
  19. 1 point
    bonsoir, pour pouvoir comprendre cette notion il faut revenir aux principaux intervenants dans l'art de bâtir. parmi ceux la on trouvera le maître de l'ouvrage ( le futur propriétaire- l'acheteur) le maître de l'oeuvre ( le BET) entrepreneur,neur (celui qui réalise). après étude de l'ouvrage par le BET conformément aux orientations du maître de l'ouvrage il faut choisir un entrepreneur. pour vela on prépare un dossier d'appel d'offres, constitué de plusieurs cahiers.( cahier de charges). parmi ces cahiers on trouvera un cahier de clauses administratives ( inspirées par le CCAG), un cahier des clauses techniques générales (CCtg) et un cahier des clause techniques particulières (CCTP) ce cahier reprend les clauses d"finissant l les caractéristiques des ouvrages précis ( ceux du hantier en question avec leurs particularités)et conformes aux CCTG qui lui fera référence aux différents DTU ounorme spécifique la question. Ce CCTP est donc rédigé par le maître de l'oeuvre dans le cadre de sa mission " aide au choix de l'entreprise". A+
  20. 1 point

    Version 1.0.0

    3167 téléchargements

    Bonjour à tous . Vous trouver à travers ces fichiers le moyen d'avoir une bonne prise en main d'autocad structural détailing. C'est très intéressant pour les projeteurs en bâtiments.
  21. 1 point
    Etant donné que sur la longrine il y a des charges linéaires apportées par le mur en maçonnerie, au point de rencontre il y aura une réaction verticale sur le sol. Si dans ce point le sol n'est pas résistant il y aura le risque d’un tassement localisé qui va produire automatiquement de la fissuration dans la maçonnerie. Don ce GB n'a pas vraiment un grand rôle pour la structure structural mais juste un but local.
  22. 1 point
    Le sable est le seul remblai hydraulique. Le sable ne se compacte pas par les compacteurs comme l'argile par exemple.Donc on le sature par de l'eau et on le laisse tasser.
  23. 1 point
    Re, Je confirme pour un matériau classé "B4". Si vous avez des blocs au dessus de 50 mm; il s'agit d'un "C1B4" ou "C2B4" qui poseront moins de problème, à part des soucis de règlage. Quoi qu'il en soit, comme dit plus haut, vous pouvez les utiliser en remblais mais faites attention à la teneur en eau. Il sera probablement impossible de l'utiliser en P.S.T si sa teneur en eau dépasse les 9 % d'eau (matelassages trop important). De même, prévoyez de stopper les travaux si vous subissez des fortes pluies (on ne sait jamais ^^). Si jamais ce matériau devient trop "sec", il faudra l'humidifier (ce genre de matériau s'humidifie facilement) et/ou amplifier vos moyens de compactage. Pour info, je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre labo, son utilisation en couche de fondation, possible qu' en voie légère, reste très délicate. Il faudra, en plus de toutes les autres précautions, veiller à ce que ce matériau se s'humidifie pas dans le temps. Sachez qu'un traitement à la chaux (0.5 à 1 %) devrait se montrer très efficace avec ce genre de matériau si vous rencontrez des soucis de teneur en eau (mais confirmez le par un étude labo !). Je résume; la gestion de la teneur en eau de ce matériau est primordial : Gardez le entre 6 et 12% d'eau pour monter vos remblais. Gardez le entre 6 et 9 % d'eau pour votre PST. Vous pouvez trouver toutes les infos aux pages 31 et 32 du Fascicule 2 du GTR Bon courage
  24. 1 point
    Bonjour, En plus de ce qu'avaient expliquer chacun de nos collègues, je pense qu'il faut toujours armer la fibre supérieure des semelles sur lesquelles les poteaux aboutissant sont encastrés, car en parasismique, notamment lorsque la structure est en portique, y'a l'effet d'arrachement de l'appuis ... et sous l'effet du poids des terres de remblaiement et du dallage supérieur ... la semelle risque de fissurer aux alentours du poteau par flexion inversée, sauf pour les petites semelles ou celles ne présentant pas ce risque. En général, une nappe HA10 esp15 (pour les semelles de dimensions moyennes) ou HA12 esp 15 (pour les semelles de grandes dimensions) est suffisante.
  25. 1 point
    salut pour réussir l'importation du fichier il faut suivre les étapes suivantes: -placer le premier plan de coffrage à importer dans un fichier dxf en choisissant un repère fixe(se repère sera utilisé pour l'importation des autres plan de coffrage -importez le rez de chaussée ou le sous sol du fichier dxf dans arch ossature -retournez au mème fichier dxf et effacez le premier plan sans effacer le repère que vous avez choisie et placer le deuxième plan à importer en respectant la superposition des plans du coffrage -importez le deuxième plan de coffrage dans arch ossature en créant un nouveau étage et en utilisant le mème fichier dxf que vous avez modifié -terminez l'importation des autres étages par le même principe
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×