Jump to content
CIVILMANIA

lilhaq93

Inactifs
  • Content Count

    190
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    13
  • Country

    Togo

Everything posted by lilhaq93

  1. Au prime abord,on ne sait jamais combien de mode on a besoin de calculer. Il faut itérer en augmentant le nombre de mode jusqu'a atteindre les conditions de validité du l'analyse modale specifié par les normes : - EC8 : fréquence dernier mode supérieur à 5hz, plus 90% de masse modales effectives au dernier mode,etc... - PS92 : fréquence dernier mode supérieur à 33hz (fréquence de coupure),etc... Le type de sol impacte le spectre d'accélération, la raideur et l'amortissement du sol.
  2. l'inertie est la caractéristique géométrique de la section qui sert à la résistance aux efforts (et déformations) de flexion. L'inertie est indépendant du matériau. Il est souvent accompagné du module d’élasticité qui est la caractéristique du matériau. Si je me permet de simplifier énormément je dirais : l'aire résiste à l'effort normal et l'inertie résiste au moment PS : tout les deux sont souvent accompagnés du module de déformation du matériau pour fournir une résistance.
  3. Bonjour, si tu veux faire une étude de variation de température, c'est a dire même température sur les faces d'un élément tu ne renseigne que dtx (souvent le cas des éléments intérieur du bâtiment) Si tu veux faire une étude avec un gradient thermique, c'est a dire, température extérieure différente de la température intérieur tu utilises dty ou dtz en fonction de l’élément (façade ou toit). Dans certains cas (charpente ouverte par exemple), on peut étudier que la variation de la température car gradient très faible. théoriquement, dans une structure iso, la température ne crée pas de moment mais une déformation. On observe cependant des moments hyperstatiques dans les structures hyper dû au déformations gênées.
  4. Salut, Je dirais que c'est ce qu'il te faut pour un côté. Je ne l'utilise pas bcp mais je connais pas de diagramme de courbe d'inter action qui tienne compte de des aciers comprimés. Il est tout à fait possible d'établir son propre diagramme mais pour celà la sections d'aciers est une donnée d'entrée et le but est la vérification de la section. On peut donc faire des itérations jusqu'à trouver la section optimal (tendue et comprimé). Nota : il faut vérifier que le bras de levier des aciers soit supérieur a a celui de l'hypothèse (d=0,9*h)
  5. Bonjour, Tu les disposes de manière circulaire à un enrobage constant du bord du poteaux et à un espacement constant les uns des autres. Cdt
  6. Salut, Il faut faire des coupures lorsqu'il y a un changement dans le chargement ou de la structure : une force , une charge repartie ,un changement de chargement, un appui.
  7. Bonjour, ce sont les liaisons entre le maillage cylindres et celui de la plaque qui posent problème.les mailles aux extrémités du cylindre doivent avoir les mèmes nœuds que ceux de la plaque. Il faut découper la plaque de sorte a obtenir des plaques circulaires du même diamètre que les cylindres afin d'obtenir un maillage concordant.
  8. Bonjour, le nombre de point permet d'avoir plus de précision lors du calcul de la rigidité.Pour une poutre à section constante,on a le même résultat avec 5 points qu'avec 20points.Augmenter le nombre de point est intéressant lorsque l'on a une poutre a section variable. Avec un chargement complexe et un section variable, plus l'on a de point de calcul,plus l'on a de précision pour les autres calculs faisant intervenir la rigidité (les déformations). Et donc non,plus de point ne signifie pas une plus grande flèche mais une plus grande précision qui peut entrainer l'augmentation de la valeur de la fléche ou pas selon la configuration. Cdt.
  9. Le CHEMEX et le mastère de l'ISBA ne sont pas comparable.CHEMEX c'est purement des méthodes d’exécution avec un peu de RDM.La formation de l'ISBA est plus orienté calcul de structures.A toi de voir maintenant le domaine que tu veux pour pus tard.La formation du CHEBAP est comparable à celle de l'ISBA (même si le CHEC c'est mieux...hihiii ...jsuis un CHEBAP c'est normal). Pour le changement de statut, je connais quelqu'un à Marseille qui l'a fait avec l'ISBA.Pour le CHEC ça se fait mais il y a un soucis c'est que c'est pas accepté par la préfecture de paris pour l'APS.Beaucoup d'autre préfecture l'accepte pour l'APS.moi j'ai fait un changement de statut sans passer par l'APS.j'ai des amis du CHEC qui sont passé par l'APS. Cdt.
  10. Bonjour, Il faut parfois chercher un peu sur le forum d'abord.Voici un sujet qui devrait t'aider : cdt.
  11. Bonjour, Pour eviter de fragiliser la structure, la profondeur des trous des scellements ne doit pas dépasser les 3/4 de l’épaisseur du radier. Tes aciers ne sont pas forcés de travailler a 100%, donc une fois la longueur de scellement maximal déterminer ,tu peux déterminer la résistance max que peut fournir une barre du diamètre utilisé avec cette longueur (par une simple règle de 3 vu que nous somme n élastique linéaire - fyd correspond à la longueur nécessaire, combien correspond à la longueur max autorisée?). Une fois cette résistance calculé, tu devras l'utiliser à la place de fyd pour faire tes calculs de justifications. Cdt.
  12. Bonjour, Je t'invite à regarder ce sujet : Cdt.
  13. Bonjour, j'ai pas bcp utilisé la méthode Faessel(BAEL) mais la méthode générale (EC2) découle de cette dernière.Ces méthodes s'appellent aussi les méthodes d'équilibre.Elles s'appliquent à tout les éléments sous flexion composée quelque soit leurs conditions d'appuis.Le seul inconvénient est que ce sont des calculs itératifs et donc fastidieux à la main.Il existe aussi des méthodes plus simple qui sont la rigidité nominale e la courbure nominale. Ce sont des calculs au second ordre donc si ton élancement est inférieur à l’élancement limite tu es dispensé de ces calculs. le livre "pratique de l'eurocode 2" de jean roux en parle . Chaque configuration définit une longueur de flambement,une fois ta longueur de flambement déterminée tu fais tes calculs avec,je vois pas l’intérêt de chercher des équivalences. Voici un petit récapitulatif (extrait de "calcul des structures béton "de Jean marie PAILLE) quand à comment étudier un poteau isolée. Cdt.
  14. Bonjour, Comme je l'ai dit, ce n'est pas un règlement mais une méthode de calcul. En prenant l'example de "mu" le moment reduit, l'Eurocode n'en parle mais on l'utilise quand même comme artifice de calcul. cette formule connu de "mu" est un artifice de calcul qui découle d'un raisonnement logique particulier a une section rectangulaire. La méthode de calcul généralement utilisée a l'ELU résulte d'un simple équilibre d'efforts.Tout ceci n'est pas normatif. Cdt.
  15. Bonjour, Commence par définir les hauteurs des étages dans CBS et assure toi que tes éléments ne sont pas à des cote plus grandes. Un exemple simple qui peut entrainer ces erreurs : un poteau de 3.2m à un étage de 3m avec une poutre sur le poteau.Le poteau déborde de l’étage et la poutre est hors de l’étage. Rappel toi que quand tu te mets a un niveau,le logiciel CBS te place au plancher haut de ce niveau et que tes poteaux et poutres sont en dessous de ce plan. Cdt
  16. bonjour, oui bien sur, la formule réele est : M= Mo+M2*(x/L)+M1*(1-(x/L)) Avec cette formule tu obtiens les moments en tout les points de la poutres. Mo : moment isostatique (ql²/8 dans ton cas) M1 et M2 : les moments sur appuis. L : la longueur de la travée A mi travée x/L=1-(x/L)=1/2 ce qui donne ta formule . C'est le principe de superposition : Cdt.
  17. Bonjour, Je pense pas que ce soit un règlement mais plutôt une méthode de calcul. C'est le calcul en flexion composée par assimilation à la flexion simple.Plusieurs document en parle dont celui de Jean perchat. Cdt.
  18. Si on considère alors un plan de cisaillement vertical, comment les cadres disposé verticalement résiste au cisaillement ?aussi je pense que le postulat des bielle et tirant est un peu justifié vu que les ruptures du béton sous effort tranchant sont inclinés
  19. Bonjour, la répartition est faite selon les lignes de ruptures inclinées à 45° pour les angles droit.
  20. Bonjour, Je suis tout a fait d'accord si l'on vérifie un plan de cisaillement verticale. On considère alors les sections d'aciers ans cette section.mais ne serait ce pas contradictoire avec le principe des bielles exposée par l'EC lui même?et puis sur le schéma de l'EC2 donné par Peter indique bien une bielle incliné a 45°.
  21. Bonjour, fait une petite illustration de ta configuration
  22. Asl est pris en compte un peu dans le système bielle-tirant.Pour une charge descendante, je vois pas comment la bielle peut etre dirigée vers le haut (avec un tirant en nappe sup);sachant aussi que l’étude de la bielle d'about prend en compte une bielle avec un tirant en nappe inf. @BELLAMINE tu peux m'eclairer un peu?
  23. hmm..il nous faudra l'avis d'un expert sur ce coup.Si on regarde le système en bielle-tirant(ou par analogie a la bielle d'about) je vois pas comment la charge descendante crée un tirant en nappe sup..
  24. Bonjour, La section "Asl" a prendre en compte est la section d'acier ancré sur cet appui.Pour les charges descendantes, "Asl" est pris en partie basse peu importe que ce soit sur appui ou en travée. IMPORTANT : Un effort tranchant négatif ne signifie pas qu'il va vers le haut.C'est une une conséquence des hypothèses de signes. Cdt.
×
×
  • Create New...